Navigation – Plan du site

CHENU Marie-Dominique

CHENU Marcel Léon Émile à l’état civil ; CHENU Marie-Dominique en religion
Étienne Fouilloux

Résumé

Né le 7 janvier 1895 à Soisy-sur-Seine (Seine-et-Oise puis Essonne), mort le 11 février 1990 à Paris (XIIIe).
Professeur de théologie au couvent d’études de la province de France (1920-1942), régent des études (1932-1942) et recteur des facultés canoniques (1937-1942) ; théologien de réputation mondiale et expert privé au Concile Vatican II.

Haut de page

Historique

Notice validée et mise en ligne le 25/04/2015.
Iconographie ajoutée le 28/04/2015.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 7 septembre 1913 au Saulchoir de Kain (Belgique)
• Profession simple : 1er décembre 1914 à Rome
• Profession solennelle : 28 mars 1919 à Rome
• Ordination sacerdotale : 19 avril 1919 à Rome

Marie-Dominique C...Marie-Dominique Chenu (à gauche, assis) au noviciat de Kain en Belgique

Marie-Dominique Chenu (à gauche, assis) au noviciat de Kain en Belgique

Un noviciat 1913-1914 aux effectifs restreints : à gauche de Chenu, le maître des novices, le père Réginald Berger (n° 1) et les frères Réginald Omez (n° 6), Antonin Ghesquière (n° 4) et Gabriel Vanneufville (n° 8).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

1Né en 1895 à Soisy-sur-Seine, dans la grande banlieue sud de Paris, non loin d’Étiolles où s’installera ultérieurement le Saulchoir, Marcel Chenu est le fils d’un boulanger devenu entrepreneur en petite mécanique. Il fait ses études secondaires, jusqu’au baccalauréat, au collège catholique de Grandchamp à Versailles, où lui vient tardivement une vocation qui le fait entrer au grand séminaire diocésain en 1912. Cette vocation s’infléchit ensuite, sous l’influence d’un de ses aînés, le futur bibliste Ceslas Lavergne, que le jeune Chenu a accompagné pour sa prise d’habit dominicain le 7 novembre 1910. Il a alors été séduit par la liturgie, par la vie communautaire et par l’atmosphère studieuse du couvent d’exil de la province de France au Saulchoir de Kain, près de Tournai en Belgique. Après un an au grand séminaire de Versailles, il prend lui aussi l’habit dominicain au Saulchoir, le 7 septembre 1913, sous le nom de Marie-Dominique qui éclipse définitivement Marcel, son prénom de l’état-civil. Rares sont alors ses compagnons, dont bien peu persévèreront : proscrits de France par la République laïque comme les autres religieux, les dominicains n’attirent guère. Son année de vie recluse au noviciat se termine brutalement. La guerre entraîne la fermeture du Saulchoir et la dispersion de ses religieux. Réformé pour déficience de santé à plusieurs reprises, le jeune Marie-Dominique est envoyé à Rome, où il est admis à la profession simple le 1er décembre 1914 (et à la profession solennelle cinq ans plus tard, ce qui est inhabituellement long), pour faire ses études de philosophie et de théologie au Collège angélique de l’Ordre dominicain, collège pontifical depuis 1909. À la différence de nombre de ses contemporains, Henri de Lubac par exemple, né en 1896 et entré chez les jésuites en 1913, dont la formation ne se termine qu’en 1929, il ne participe en aucune manière à un conflit qui les a marqués de façon indélébile. Il acquiert à l’Angelicum une solide culture philosophique et théologique d’un thomisme classique, avec des professeurs comme les pères Édouard Hugon ou Léonard Lehu. Ordonné prêtre à Rome le 19 avril 1919, il termine sa formation par un lectorat en théologie avec l’étoile montante du collège, le père Réginald Garrigou-Lagrange : soutenue en 1920, sa thèse porte sur la doctrine de la contemplation chez saint Thomas d’Aquin ; elle signale un vrai penchant contemplatif chez celui dont on a surtout retenu ensuite la boulimie d’activité. Alors que Garrigou-Lagrange pensait en faire son assistant, Chenu est assigné en 1920, selon son désir, au Saulchoir qui vient de rouvrir ses portes et que son maître a quitté pour Rome en 1909. Sans en avoir eu vent quand il était novice, il est séduit par le programme défini en 1901 pour le couvent d’études de la Province de France par le père Ambroise Gardeil qui en était le régent : une école de théologie de niveau universitaire, capable de rivaliser sur le plan scientifique avec les meilleures universités, publiques ou privées.

Marie-Dominique C...Marie-Dominique Chenu en 1924 au Saulchoir à Kain (Belgique)

Marie-Dominique Chenu en 1924 au Saulchoir à Kain (Belgique)

Après une formation menée à Rome pendant la guerre, Chenu intègre le corps professoral du Saulchoir et contribue au renouveau thomiste des années 1920.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Alors commence la période la plus heureuse de la vie du père Chenu. Titulaire d’une chaire d’histoire des dogmes, qu’il élargit rapidement en chaire d’histoire des doctrines chrétiennes, il s’enthousiasme pour le thomisme du Saulchoir, qui applique au Moyen Âge chrétien la méthode historique du fondateur de l’École biblique de Jérusalem, Marie-Joseph Lagrange. En 1921 est fondé au studium l’Institut d’études thomistes, dont Chenu assure le secrétariat. Il donnera naissance à la Société thomiste qui prend en charge la Bibliothèque thomiste et, en 1924, le Bulletin thomiste dans lequel ne tarde pas à se manifester la verve critique du père Chenu qui lui vaudra bien des inimitiés. Ses premiers travaux personnels, nourris d’un contact direct avec les œuvres médiévales, sont des études érudites de lexicographie historique, sur des mots ou des notions, ou bien d’histoire de la théologie qui prennent en compte le terreau culturel et social des systèmes selon l’esprit des Annales auxquelles il s’abonne dès leur naissance en 1929. L’aboutissement de ces recherches est un gros article publié en 1927, sous les auspices d’Étienne Gilson, « La théologie comme science au xiiie siècle » : de facture classique, il soutient en effet que la scolastique a fait de la théologie une véritable science. L’activité de Chenu au Saulchoir dépasse de beaucoup son enseignement, qui tient une place modeste dans le programme des études, et sa production théologique. Il s’y révèle un véritable animateur, connu pour son entrain et ses boutades. Aussi est-ce ce jeune théologien prometteur de trente-sept ans que son ancien provincial, le maître général Martin-Stanislas Gillet, nomme régent des études en 1932 lors d’un chapitre tenu au Saulchoir qui a octroyé à Chenu, après soutenance, le grade suprême de maître en théologie. L’Ordre ignore alors qu’une dénonciation interne a provoqué un premier examen à Rome, sans suite, des positions du Saulchoir et de certains de ses professeurs, dont le nouveau régent.

Marie-Dominique C...Marie-Dominique Chenu en 1938 au Saulchoir à Kain (Belgique)

Marie-Dominique Chenu en 1938 au Saulchoir à Kain (Belgique)

Marie-Dominique Chenu pendant le déménagement du couvent de Kain en 1938. Sous l’autorité de son régent, le couvent des études de la Province de France se déplace à Étiolles, au sud de Paris.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Entre 1932 et 1942, lointain successeur de saint Thomas d’Aquin, le père Chenu va de succès en succès : fondation en 1930, à l’invitation d’Étienne Gilson, d’un autre Saulchoir chez ses confrères d’Ottawa, l’Institut d’études médiévales où il passe deux mois chaque année jusqu’en 1935 ; obtention en 1937 d’un statut pontifical pour les facultés de philosophie et de théologie du Saulchoir, dont il est le recteur ; rôle important comme définiteur au chapitre général romain de 1938, où il plaide pour la constitution d’une équipe de travail sur l’islam, lointaine origine de l’Institut dominicain d’études orientales du Caire ; retour du Saulchoir près de Paris début septembre 1939, alors que commence une nouvelle guerre mondiale. Certes, Chenu n’est pas tout le Saulchoir, plusieurs de ses professeurs restant les tenants d’un thomisme spéculatif et déductif. Il s’efforce toutefois de constituer avec les plus jeunes, Yves Congar, Thomas Deman ou Henri Féret, une équipe capable de renouveler l’enseignement de la théologie qu’il estime pollué par des siècles d’excroissances « baroques », puis de réaction antimoderniste (« Le sens et les leçons d’une crise religieuse », 1931). C’est ce programme qu’il expose en 1937 dans Une école de théologie : Le Saulchoir, brochure de circonstance à faible diffusion qui va pourtant faire figure de manifeste. Il y subordonne clairement la philosophie à la théologie et n’accorde à celle-ci qu’un rôle modeste, nettement distingué du dogme dont elle procure des formulations réformables. Il y plaide aussi pour une démarche inductive à partir de l’histoire personnelle des hommes (une théologie digne de ce nom, c’est « une spiritualité qui a trouvé les instruments rationnels adéquats à son expérience religieuse ») ou de leur histoire collective (la théologie comme repérage des « lieux théologiques en acte » fournis par l’actualité). La seconde édition de La théologie comme science au xiiie siècle, livre publié pro manuscripto en 1943, prend acte du chemin parcouru en quinze ans : le père Chenu y revient partiellement sur la scientificité de la théologie qu’il affirmait en 1927.

Marie-Dominique C...Marie-Dominique Chenu à Bethléem, Noël 1936

Marie-Dominique Chenu à Bethléem, Noël 1936

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4Un tel discours de la méthode prend délibérément le contre-pied d’une définition classique de la théologie scolastique, à caractère spéculatif et déductif. Dès sa parution, Une école de théologie est fortement contestée au sein de l’Ordre, notamment parmi les professeurs de l’Angelicum qui craignent que le modèle proposé fasse école et qui accusent Chenu de subjectivisme ou de relativisme. Convoqué à Rome en février 1938, il doit signer dix propositions qui attestent sa fidélité à saint Thomas, notamment la reconnaissance de l’orthodoxie de son système théologique, ce qui frise l’absurdité (proposition 6). Il publiera d’ailleurs en 1950 à Montréal une Introduction à l’étude de saint Thomas d’Aquin unanimement saluée. Il n’est cependant pas quitte avec ce geste d’apaisement : son dossier fait son chemin au Saint-Office et débouche en février 1942 – date bien mal choisie – sur la mise à l’Index d’Une école de théologie en compagnie d’un livre de son confrère belge Louis Charlier. Le père Chenu est alors démis de ses fonctions de régent et de recteur, privé de son enseignement et assigné au couvent parisien Saint-Jacques, rue de la Glacière : il ne reviendra plus au Saulchoir, auquel il a tant donné, que pour des occasions ponctuelles. Ses déboires ecclésiaux le font passer au travers de la Seconde Guerre mondiale comme il était passé au travers de la première.

5Il passe alors sans solution de continuité, du moins de son point de vue, du XIIIe siècle au XIIIe arrondissement de Paris. L’un des plus pauvres de la capitale, celui-ci abrite de nombreuses usines où travaille une forte population ouvrière. Cette découverte conduit Chenu à élaborer une théologie du travail dont on trouve le premier jalon en 1941 (Spiritualité du travail, Éditions Temps présent) et l’aboutissement en 1955 (Pour une théologie du travail, Les Éditions du Seuil). Le XIIIe arrondissement est aussi l’un des pôles parisiens de l’effervescence apostolique et missionnaire qui saisit alors le catholicisme français. Sans abandonner les études médiévales, qui justifient son embauche à l’École pratique des hautes études (EPHE), obtenue par l’entremise de Gabriel Le Bras (1944-1951), Chenu plonge avec entrain dans ce bouillonnement auquel il fournit une caution intellectuelle appréciée : sa théologie de l’Église en état de mission rompt avec les espoirs mis antérieurement en une chrétienté dilatée, tels qu’ils s’exprimaient en 1937 dans « Dimension nouvelle de la chrétienté », hommage à l’Humanisme intégral de Jacques Maritain. Une telle reconversion n’est pas tout à fait neuve : l’article évoqué est en effet dédié aux aumôniers de la Jeunesse ouvrière chrétienne, qu’il accueillait au Saulchoir depuis le début des années 1930. Mais l’inflexion du parcours du théologien n’en est pas moins nette : une part croissante de son temps se dilue en multiples participations à des groupes de « petits foyers », de cadres du secteur public ou privé et d’instituteurs de l’enseignement public dont il suit de près l’évolution intellectuelle et spirituelle. De façon plus visible, il sert de conseiller au père Louis Augros pour la création du séminaire de la Mission de France en 1942, à l’abbé Henri Godin pour la création de la Mission de Paris en 1943-1944, aux premiers prêtres-ouvriers à la fin des années 1940 et à l’Action catholique ouvrière dès ses premiers pas en 1950. Au patient médiéviste penché sur ses vieux textes s’est ajouté un fringant « fantassin des frontières » (Joseph Robert). L’intéressé reprendra souvent la boutade des deux Chenu qui, de son avis, n’en font qu’un. Chenu en robe blanche avec des ouvriers en grève ou avec des squatters de bâtiments vides ; Chenu signataire de l’appel des chrétiens contre l’arme atomique en 1950 ; Chenu tuteur et rédacteur du journal catholique de gauche La Quinzaine (1950-1955)… Le théologien dominicain devient rapidement une figure haute en couleur du progressisme chrétien. Lui que ses déboires ecclésiaux semblent avoir empêché d’entrer dans une Résistance active, découvre l’emprise du communisme sur le monde ouvrier parisien. Il médite alors de baptiser la civilisation industrielle du xxe siècle et sa critique marxiste comme saint Thomas a baptisé la philosophie grecque au xiiie siècle. Il éparpille à tous vents la théologie en situation d’un réformisme catholique, fondée sur des analogies, parfois rapides, avec l’évangélisme médiéval, contemporain de la naissance des communes et des universités.

6L’omniprésence du père Chenu sur les fronts les plus divers de la critique ecclésiale et sociale provoque une irritation croissante dans les milieux conservateurs, parmi ses supérieurs ou chez les évêques de certains des diocèses où il intervient. Un article sur « Le sacerdoce des prêtres-ouvriers », accusé de subvertir les enseignements du magistère sur le prêtre, est la goutte d’eau qui fait déborder le vase au début de 1954. Accusé à tort de soutenir leur résistance à la décision romaine qui les retire des usines, Chenu est l’une des victimes de la crise des prêtres-ouvriers et de la purge dominicaine de février 1954, avec ses amis Boisselot, Congar et Féret : il est privé de ses privilèges de maître en théologie, mesure d’exception, interdit d’enseignement à l’École des hautes études, soumis à censure romaine et assigné au couvent de Rouen avec interdiction de revenir à Paris plus d’une semaine par mois, la dernière, pour suivre ses groupes. Cette seconde sanction ouvre la phase la plus noire de la vie du théologien dominicain, la seule aussi où une forme de dépression paraît l’emporter sur son optimisme proverbial. Il ne cesse cependant pas de travailler comme le prouve le maître livre qu’est La théologie au xiie siècle en 1957.

Marie-Dominique C...Marie-Dominique Chenu à Rome pendant le concile Vatican II

Marie-Dominique Chenu à Rome pendant le concile Vatican II

Bien que ne bénéficiant pas du titre d’expert officiel, Chenu exerce une réelle influence au concile. Mieux que d’autres, il comprend et maîtrise la dimension médiatique de l’événement. Ici en conversation avec Raniero La Valle (à gauche), directeur du journal catholique de Bologne, L’Avvenire d’Italia. Place Saint-Pierre, novembre 1963.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7L’annonce de la réunion du concile réjouit bien sûr le père Chenu, mais il n’est mêlé en rien aux préparatifs de l’événement, à la différence de son ami Congar. Mis à l’Index en 1942 et de nouveau sanctionné en 1954, il est trop connu des censeurs romains pour figurer sur la liste des experts officiels publiée en 1962. S’il ne manque pas l’événement majeur de l’histoire du catholicisme au XXe siècle qu’est Vatican II, c’est grâce à son ancien élève Mgr Rolland, père de la Salette devenu évêque d’Antsirabé à Madagascar, qui le prend comme expert privé. Ce statut précaire ne lui donne accès ni à l’aula conciliaire ni aux commissions de rédaction des textes. Mais son entregent compense pour partie un tel handicap : en marge du concile, il multiplie les conférences et les interventions dans la presse ou auprès des évêques connus de lui, de tonalité résolument missionnaire. Il est ainsi à l’origine du message au monde adopté par l’assemblée le 20 octobre 1962, dont il dira que ses ultimes rédacteurs ont trempé son projet dans l’eau bénite. Il ne joue malgré tout de rôle notable au concile qu’à partir de septembre 1964, quand son ami Congar le fait venir dans la sous-commission chargée de rédiger le passage sur les « signes des temps » du schéma qui deviendra la constitution pastorale Gaudium et spes (numéros 4 à 10). Il saisit alors l’occasion inespérée de faire ratifier par l’assemblée une de ses plus chères intuitions, déjà présente dans « les lieux théologiques en actes » de 1937. Jusqu’à la fin du concile et au-delà, il est l’un des principaux défenseurs d’un texte qui est pour lui le document majeur de Vatican II, alors qu’il est critiqué pour son indulgence envers l’homme et le monde modernes, non seulement par les traditionalistes de la minorité mais par quelques-uns des meilleurs théologiens de la majorité, Daniélou, Rahner ou Ratzinger. Par delà des réformes à usage interne nécessaires, mais finalement secondes à ses yeux, le pas décisif franchi par l’Église à Vatican II, selon Chenu, est bien cette prise en compte du monde dans lequel elle doit annoncer l’Évangile.

Couverture du Sai...Couverture du Saint Thomas d’Aquin et la théologie de Marie-Dominique Chenu paru en 1959

Couverture du Saint Thomas d’Aquin et la théologie de Marie-Dominique Chenu paru en 1959

Publiée par les Éditions du Seuil au format livre de poche dans la collection « Maîtres spirituels », cette étude richement illustrée se donne les moyens d’un accès à un public cultivé mais élargi. Elle n’en reste pas moins soumise aux règles de la censure ecclésiastique (nihil obstat et imprimatur).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8Le changement notable d’atmosphère ecclésiale dû au concile lui permet de sortir du purgatoire, mais pas complètement. En 1959, ses privilèges de maître en théologie lui ont été rendus. La même année, son Saint Thomas d’Aquin et la théologie, dans la collection des « Maîtres spirituels » du Seuil, est salué à son juste prix de petit chef d’œuvre. La douloureuse parenthèse de Rouen s’est achevée en 1962 avec sa réassignation à Paris Saint-Jacques. Deux épais volumes rassemblent en 1964 l’essentiel de son œuvre dispersée : une histoire culturelle et sociale en pointillé de théologie médiévale ; une théologie, en pointillé elle aussi, de la mission de l’Église dans un monde en voie de sécularisation. Ils ne remplacent cependant pas le gros livre de référence que son profil de « théologien de service », au service de ceux qui forment le « peuple de Dieu », n’a pas permis au père Chenu d’écrire. La vieillesse n’assagit pas ce héraut de la liberté dans la foi. Commentateur enthousiaste de l’œuvre accomplie à Vatican II, « Noël de l’Église », il estime qu’il ne s’agit pourtant, en bien des domaines, que d’un point de départ qu’on ne saurait se contenter de préserver et d’expliquer, mais qui doit être dépassé. Il continue donc de ferrailler contre les séquelles de la chrétienté constantinienne, sa vieille ennemie, avec une vigueur qui déplaît. Il accueille avec sympathie la contestation multiforme du printemps 1968 qui sème pourtant la discorde au sein de la province de son Ordre qui est la sienne. Il signe en 1969 la pétition de la revue Concilium, à laquelle il a apporté d’emblée son concours, pour la liberté de travail du théologien au sein de l’Église. Il annonce de façon prématurée la mort prochaine de la doctrine sociale de l’Église, idéologie que devrait remplacer un dialogue sans a priori avec le monde, dans un essai de 1979 qui contribue à charger un peu plus son dossier d’enfant terrible de la théologie. Il reste donc assez suspect pour que ses supérieurs enterrent la publication du bouquet d’hommages qui devait lui être remis pour ses cinquante ans de vie religieuse en 1963 ou 1964 : il ne sera publié qu’au lendemain de sa mort en 1990. Il est d’ailleurs l’un des seuls théologiens qui ont marqué de leur empreinte le concile Vatican II à ne pas avoir été nommé cardinal, ce dont il ne se souciait guère : une telle « promotion » l’aurait bien fait rire. Pour lui, la mise à l’Index de 1942 s’est avérée indélébile. Cette réhabilitation imparfaite n’a toutefois pas entamé son inaltérable optimisme, sur les hommes, sur le monde et sur l’avenir de l’Église en son sein. Il ne semble pas que la « crise catholique » ait eu de prise sur lui : il en avait vu d’autres, du XIIIe siècle à 1954.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Olivier de La Brosse, Le père Chenu. La liberté dans la foi, Paris, Les Éditions du Cerf, 1969. — Un théologien en liberté. Jacques Duquesne interroge le père Chenu, Paris, Éditions du Centurion, 1975. — L’hommage différé au père Chenu, Paris, Les Éditions du Cerf, 1990. — Hommage au père M.-D. Chenu, Revue des sciences philosophiques et théologiques, 75/3, juillet 1991. — Notes quotidiennes au concile, Paris, Les Éditions du Cerf, 1995. — Marie-Dominique Chenu entre Moyen-âge et modernité, Paris, Le Centre d’études du Saulchoir, Paris, 1997. — « Le père Marie-Dominique Chenu médiéviste », Revue des sciences philosophiques et théologiques, Paris, Vrin, juillet 1997. — Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté. La pensée catholique française entre modernisme et Vatican II, 1914-1962, Paris, Desclée de Brouwer, 1998. — Francesca A. Murphy, « Correspondance entre Marie-Dominique Chenu et Étienne Gilson. Un choix de lettres (1923-1969) », Revue thomiste, 105, 2005, p. 25-87. — Florian Michel, La pensée catholique en Amérique du Nord, Paris, Les Éditions du Cerf, 2010, p. 123-189. — Étienne Fouilloux, « Première alerte sur le Saulchoir (1932) », Revue des sciences philosophiques et théologiques, tome 96, 2012, p. 93-105.

Haut de page

Œuvre

La Parole de Dieu. I. La foi dans l’intelligence. II. L’Évangile dans le temps, Paris, Les Éditions du Cerf, collection « Cogitatio Fidei », 10 et 11, 1964. — « Bibliographie du P. Marie-Dominique Chenu (1921-1965) » par André Duval, OP, Mélanges offerts à M.-D. Chenu, Paris, Librairie philosophique Vrin, 1967, p. 9-29 puis par Maria Luisa Mazzarello, « Gli scritti del P. Marie-Dominique Chenu, 1963-1979 », Salesianum, 42, 1980, p. 855-866. — Une école de théologie : le Saulchoir, Paris, Les Éditions du Cerf, 1985 (2e édition).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Marie-Dominique Chenu (à gauche, assis) au noviciat de Kain en Belgique
Légende Un noviciat 1913-1914 aux effectifs restreints : à gauche de Chenu, le maître des novices, le père Réginald Berger (n° 1) et les frères Réginald Omez (n° 6), Antonin Ghesquière (n° 4) et Gabriel Vanneufville (n° 8).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/85/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Marie-Dominique Chenu en 1924 au Saulchoir à Kain (Belgique)
Légende Après une formation menée à Rome pendant la guerre, Chenu intègre le corps professoral du Saulchoir et contribue au renouveau thomiste des années 1920.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/85/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Marie-Dominique Chenu en 1938 au Saulchoir à Kain (Belgique)
Légende Marie-Dominique Chenu pendant le déménagement du couvent de Kain en 1938. Sous l’autorité de son régent, le couvent des études de la Province de France se déplace à Étiolles, au sud de Paris.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/85/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Marie-Dominique Chenu à Bethléem, Noël 1936
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/85/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Marie-Dominique Chenu à Rome pendant le concile Vatican II
Légende Bien que ne bénéficiant pas du titre d’expert officiel, Chenu exerce une réelle influence au concile. Mieux que d’autres, il comprend et maîtrise la dimension médiatique de l’événement. Ici en conversation avec Raniero La Valle (à gauche), directeur du journal catholique de Bologne, L’Avvenire d’Italia. Place Saint-Pierre, novembre 1963.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/85/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Couverture du Saint Thomas d’Aquin et la théologie de Marie-Dominique Chenu paru en 1959
Légende Publiée par les Éditions du Seuil au format livre de poche dans la collection « Maîtres spirituels », cette étude richement illustrée se donne les moyens d’un accès à un public cultivé mais élargi. Elle n’en reste pas moins soumise aux règles de la censure ecclésiastique (nihil obstat et imprimatur).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/85/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Étienne Fouilloux, « CHENU Marie-Dominique », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, C, mis en ligne le 25 avril 2015, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://dominicains.revues.org/85

Haut de page

Auteur

Étienne Fouilloux

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • Revues.org