Navigation – Plan du site

CARRIÈRE Bertrand

CARRIÈRE Anselme Henri Joseph à l’état civil ; CARRIÈRE Bertrand en religion
Laurent Ducerf

Résumé

Né le 8 mai 1883 à Bois-Grenier (Nord), mort le 17 mai 1957 à Livry-sur-Seine (Seine-et-Marne).
Prieur du couvent Saint-Étienne à Jérusalem (1930-1934), vicaire au Caire (1934-1943), député et vice-président de l’Assemblée consultative (1943-1945).

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 12/09/2017

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 16 juin 1901 à Amiens
• Profession simple : 4 juillet 1902 à Jérusalem
• Profession solennelle : 4 juillet 1905 à Jérusalem
• Ordination sacerdotale : 23 septembre 1906 à Jérusalem

Naissance et affirmation d’une vocation

1Anselme Carrière naît en 1883 près d’Armentières, dans un village qui sera entièrement détruit durant la Grande Guerre, Bois-Grenier. Cette famille d’artisans – son père est tailleur, sa mère est ménagère – incarne la foi profonde du petit peuple « de notre bon pays flamand si chrétien ». Son père, David, s’occupe de la chorale paroissiale et parmi ses huit frères et sœurs, l’un devient organiste de la paroisse et l’autre sacristain à Bergues. Un neveu, David Carrière (1904-1958), sera prêtre.

Au noviciat en 1901Au noviciat en 1901

Au noviciat en 1901

Bertrand Carrière, après avoir revêtu l’habit des frères prêcheurs au couvent d’Amiens quelques mois avant son départ à Jérusalem.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Après avoir fait sa première communion en août 1895, le jeune Anselme part étudier dans la ville voisine d’Armentières, dans l’institution Saint-Jude fondée en 1882. Il prend à dix-huit ans l’habit des frères prêcheurs au couvent d’Amiens alors rue Caumartin et devient frère Bertrand. Sa décision, née confusément durant sa première communion, s’est confirmée en 1900 lors d’un voyage à Lourdes. Le noviciat n’est pas achevé que le frère Bertrand part pour le couvent Saint-Étienne de Jérusalem, probablement pour échapper au service militaire en vertu de la loi de 1889. Jérusalem voit s’épanouir sa vocation : profession simple en 1902, solennelle en 1905 – avec entre-temps un aller-retour en France pour raison de santé –, ordination sacerdotale en 1906 et enfin le lectorat le 17 mai 1908, grade qui lui permet d’enseigner dans l’Ordre.

Caravanes et enseignement à Jérusalem

3Il peut alors enseigner à l’École biblique, en faisant profiter ses élèves d’une connaissance reconnue de l’hébreu : professeur d’hébreu biblique, puis d’hébreu talmudique, il obtient en 1919 le cours d’introduction à l’Ancien Testament, avec un enseignement particulier sur les livres apocryphes avant d’enseigner la géographie biblique. Mais c’est en 1913 qu’il montre le meilleur de son talent : il devient directeur des caravanes de l’École. Cet excellent cavalier « toujours prêt à monter à cheval » (Louis-Hugues Vincent) dispose d’aptitudes précieuses pour organiser les expéditions archéologiques, ainsi qu’« un don inné pour gagner la sympathie des populations locales. » Il ajoute une compétence précieuse sur les sites archéologiques, la maîtrise de la photographie. Il a appris cette technique à Jérusalem avec un pionnier qui a joué un rôle important pour lui, Raphaël Savignac.

4Son aptitude à organiser les caravanes a été tôt reconnue puisque le futur cardinal Tisserant demande que Carrière l’assiste en 1911 dans son expédition en Mésopotamie. Ils se sont rencontrés à Paris en 1904 à l’occasion d’un voyage épique vers Jérusalem, dans un wagon de troisième classe. Le périple, très compliqué et aux conditions parfois des plus précaires – ils durent dormir à la belle étoile sur le pont d’un modeste bateau grec au large de Smyrne – engendra une amitié et une confiance indéfectibles. Ainsi, Eugène Tisserant se réjouit de le retrouver pour l’expédition de 1911-1912. Les étapes principales doivent se faire chez les capucins d’Antioche puis les dominicains de Mossoul. Quatre chevaux sont prévus (dont un de rechange et un pour le domestique qui les accompagne). Tisserant regrette toutefois que l’arabe dialectal que pratique son ami ne lui soit guère utile sur le plan scientifique. Le modeste convoi quitte Jérusalem le 4 octobre 1911. Le moment le plus dramatique selon Eugène Tisserant – il y voit l’un des « pires jours de sa vie » – se déroule au retour, quand il pense que Carrière va rendre l’âme dans ses mains à cause d’une terrible fièvre typhoïde contractée sur l’Euphrate. Fort heureusement, ils arrivent in extremis à rejoindre Damas où celui-ci se rétablit. Le convoi entre dans Jérusalem le 10 février 1912.

L’héroïque combattant de la Grande Guerre

5Deux ans plus tard, Bertrand Carrière fait à nouveau face à la mort, sur les champs de bataille de la Grande Guerre.

La Première Guerr...La Première Guerre mondiale du soldat Carrière

La Première Guerre mondiale du soldat Carrière

Mobilisé dès le début de la Première Guerre mondiale, Bertrand Carrière, comme son brassard l’indique, participe aux combats en tant qu’infirmier jusqu’en juin 1917. À cette date, il devient combattant au 29e régiment d’infanterie. Il est promu caporal puis sergent en avril 1918.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

6Il embarque le 4 août 1914 à Jaffa dans une ambiance patriotique afin d’être incorporé au 162e régiment d’infanterie à Cambrai. Cette guerre sert de révélateur pour le combattant qui montre son courage et son patriotisme. Il expose sa vie à de multiples reprises entre 1914 et 1918, dans les combats de l’Yser, de l’Argonne, de Verdun, de la Somme et in fine autour de Château-Thierry. Il termine la guerre avec le grade de sous-lieutenant au 3e régiment de zouaves après avoir servi comme chef de section de mitrailleuses. Le 22 janvier 1915, alors qu’il est infirmier, il se porte au secours d’un officier blessé dans une tranchée abandonnée et bombardée. Il fait l’objet de quatre citations, reçoit la Croix de guerre avec palme, la médaille de Verdun et en 1920 la Légion d’honneur. En 1918, il se trouve aux côtés du général Mangin pour organiser le retour des prisonniers à partir de la gare de Schwerte, dans la Ruhr, une expérience humaine décisive sur laquelle il reviendra en 1944 en tant que député.

Des premières fouilles importantes à la crise de décembre 1934

7Démobilisé en 1919, le père Carrière retrouve Jérusalem. Les conditions ont changé du fait de la mise en place des mandats qui facilitent les déplacements, donc les campagnes de fouilles. Il joue un rôle important dans celle de la synagogue d’Aïn Douq à Noarah après que l’administration mandataire britannique en a chargé l’École biblique ; il en étudie les inscriptions araméennes, ce qui lui permet de faire sa première publication dans la Revue biblique en 1921. Quelques années plus tard, il participe à l’étude du tell de Neirab, au nord d’Alep et cosigne le rapport avec Augustin Barrois dans la revue Syria en 1927. Ce seront ses deux seuls articles scientifiques et cette faible production pèsera lourd dans les difficultés auxquelles il devra faire face dans l’Ordre. Son ami Louis-Hugues Vincent met cette lacune sur le compte du caractère de Carrière. Lui-même dut batailler pour qu’il accepte de cosigner l’article sur la synagogue de Noarah. Il supporte mal les controverses universitaires et préfère enseigner plutôt que débattre. Son érudition sur certains sujets comme l’emplacement de l’auditoire de Pilate laisse regretter qu’il ait réservé ses lumières à des conférences ou des cours. Carrière se trouve plus à l’aise dans la vie communautaire pour organiser la vie conventuelle ou les célébrations liturgiques, étant à la fois chantre et organiste. Ces qualités lui permettent de s’imposer progressivement dans le couvent Saint-Étienne, comme procureur puis sous-prieur et enfin prieur en 1931. Son priorat s’achève dramatiquement en décembre 1934. L’épisode est complexe mais bien documenté par la correspondance du père Vincent. Un bruit court selon lequel Carrière entretiendrait des relations avec des femmes, alors que le couvent est toujours sous le choc du départ d’Édouard Dhorme en 1931. D’après Vincent, soutenu par Raphaël Savignac et Marie-Joseph Lagrange, il ne s’agit là que d’une odieuse « cabale montée ici par de très saintes jeunesses seulement un peu impatientes de n’être pas encore tout. » Un nouveau prieur est élu, contre l’avis des anciens, grâce à « une petite coalition fort astucieuse. » Vincent Hermel arrive, porteur des instructions du maître général Martin-Stanislas Gillet. Elles sont hostiles à Carrière, qui doit dans tous les cas quitter le couvent : « On assignera le P. Carrière à Lille par exemple et de la sorte il ne perdra plus le Nord », déclare spirituellement Gillet. C’est pourquoi le nouveau prieur Hermel reçoit une pagelle d’assignation dont il peut user librement avec son prédécesseur. Le maître général consent éventuellement à l’exfiltrer au Caire « à la condition qu’il ne remette jamais les pieds à Jérusalem ».

8La situation devient des plus tendues à l’arrivée d’Hermel qui se donne quatre jours pour résoudre la situation, alors que Carrière, en visite au Caire, ignore tout de ce qui se trame. Au contraire, Hermel lui fait croire qu’il compte en faire son sous-prieur « pour qu’il ne soupçonnât rien et pour lui donner le change sur les ordres du maître général » tandis que, selon les mots du père Vincent, le prieur « préparait son exécution comme un chien galeux. » Vincent et Lagrange mènent une bronca, menaçant de s’adresser directement au maître général, prêts à être « cassés aux gages » et à finir dans une modeste maison en France. Finalement, Hermel doit constater que Carrière reçoit un soutien unanime de la part des frères, hormis un, et que l’envoyer en France comme un bagnard créerait plus de difficultés que cela n’en résoudrait. Les accusations paraissent en outre bien mal assurées et une solution d’apaisement appert : l’envoyer au Caire. Vincent Hermel remercie publiquement Carrière pour son œuvre et lève la condition dirimante fixée par le maître général, à savoir son interdiction de revenir à Jérusalem. Le départ de Carrière pour Le Caire n’a donc plus rien d’une sanction humiliante – et injuste selon nombre de ses amis. L’épisode laisse toutefois des traces et Carrière se sent régulièrement comme un paria qui doit faire face à une hiérarchie qui ne cherche qu’à le « mettre sous cloche » pour reprendre l’une de ses expressions.

9Jusqu’à l’éclatement de la Deuxième Guerre mondiale, son parcours présente moins d’aspérité. Vicaire de la maison du Caire, il s’illustre avant tout comme professeur, prédicateur et conférencier. Il laisse une nouvelle fois peu de trace de ses activités écrites si ce n’est quelques conférences signalées ou retranscrites, notamment dans les Cahiers du Cercle thomiste. Il y proteste contre une jeunesse en mal d’idéal et expose sa pensée dans une conférence sur l’évolution morale de l’humanité. Il critique la vision matérialiste du progrès de Condorcet et des autres esprits des Lumières. Une crise morale a été ouverte « depuis le jour où le néo-paganisme a proclamé que l’homme est le maître absolu de sa destinée ». Il insiste beaucoup sur les deux morales de Bergson, la morale ouverte et la morale close, comme issue à cette crise, faisant assez classiquement une lecture strictement chrétienne du philosophe des Deux Sources de la morale et de la religion. Parallèlement à ses activités religieuses, Carrière s’investit dans l’association des anciens combattants français d’Égypte dont il prend la vice-présidence. Elle joue un rôle clé dans son engagement résistant.

L’engagement résistant et la députation

10Le choc de la défaite ébranle les Français d’Égypte mais le point de vue décentré des rives du Nil diffère de celui de la métropole. Ils n’ont pas vécu les terribles combats de mai-juin 1940, connaissent les atouts de la France dans le monde, partagent assez largement une profonde anglophilie, confiants dans les forces britanniques, et voient le conflit à l’échelle mondiale.

11C’est pourquoi la vision gaulliste l’emporte rapidement et assez largement. L’association des anciens combattants se transforme en premier groupe de résistants, envoyant dès le 18 juin – sans connaître l’appel du général de Gaulle – un télégramme véhément au président Lebrun et au général Weygand :

« Quel que soit le trouble qu’entraînent une grande bataille perdue et l’invasion ennemie de la France métropolitaine [...] transiger avec l’honneur, avec la parole donnée à nos Alliés, compromettre la cause commune et l’avenir de la France serait une impossibilité française. [...] LA LUTTE DOIT CONTINUER PAR L’EMPIRE FRANCAIS À COTÉ DE NOS FIDÈLES ALLIÉS BRITANNIQUES, JUSQU’À LA VICTOIRE FINALE. »

12Dès le 24 juin, une poignée de Français d’Égypte, dont Bertrand Carrière, décide de créer un Comité national français qui tient le 7 juillet sa première assemblée constituante avec 67 membres. La première séance plénière, le 24 juillet 1940, désigne son bureau, composé de huit membres parmi lesquels le baron de Benoist, administrateur du canal de Suez, élu président du Comité, le colonel de Larminat, qui vient de s’évader de Damas et s’apprête à rejoindre le Congo, Georges Gorse, alors professeur de lettres au Caire, et le père Carrière. L’affirmation du soutien au général de Gaulle intervient très vite par le biais d’un télégramme envoyé par deux membres du bureau, Raoul Boniteau et le docteur Malartre. Carrière s’attache alors profondément à la personne du général de Gaulle, « l’homme vraiment suscité par la Providence pour sauver et régénérer la France ».

13Le Comité, malgré les embûches, connaît un rapide succès, passant de 200 membres environ en juillet 1940 à 1 300 en décembre. Bertrand Carrière s’y investit fortement, au nom du même patriotisme que durant la Grande Guerre, usant de la force de son verbe pour inlassablement accroître le cercle des gaullistes d’Égypte. Une de ses conférences a été conservée et montre qu’au-delà du patriotisme, il envisage un combat de civilisation, un affrontement entre le néo-paganisme et le christianisme. En cas de victoire allemande : « Aucun pays d’Europe ou même du monde ne pourrait échapper à la domination germanique qui véhiculerait diaboliquement partout le virus de son paganisme matérialiste ». Il assimile ce conflit à une « guerre sainte » : « Les Alliés comptent légitimement sur le soutien de Dieu. » C’est pourquoi il demande à l’audience de ne pas s’étonner de la présence d’un religieux dans une œuvre de guerre : « Dans cette lutte, il m’a semblé que l’habit dominicain avait sa place, marquée au 1er rang. »

14L’aboutissement de cette aspiration patriotique a lieu en octobre 1943, au moment où le Comité français de libération nationale (CFLN) désigne le dominicain pour représenter la résistance française en Égypte à l’Assemblée consultative d’Alger.

15Le général de Gaulle désirait qu’un prélat siégeât dans cette assemblée et espérait sans succès Mgr Chevrot, Mgr Saliège ou Mgr Hincky mais ce fut finalement le cardinal Tisserant qui suggéra le nom de son ami Carrière. De Gaulle le connaît puisqu’ils se sont rencontrés au Caire en avril 1941. Avec l’accord du nonce et de son supérieur, Carrière accepte de quitter Le Caire pour Alger. Il ne fait aucun doute qu’il représente l’Église ; il profite d’une discussion sur la politique coloniale du CFLN pour livrer à ses collègues de l’Assemblée consultative une véritable profession de foi :

« L’Église, que je sache, n’a jamais renoncé à enseigner la morale, à laquelle tous les hommes sont soumis. L’Église n’a jamais renoncé à son droit de dire ce qui est juste et ce qui est injuste, de définir les droits et les devoirs des hommes et des nations. »

Le RP Carrière ci...Le RP Carrière cible de la presse collaborationniste

Le RP Carrière cible de la presse collaborationniste

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

16Tout comme les autres membres de l’Assemblée ont été désignés pour représenter les différents visages de la Résistance, Carrière incarne la résistance chrétienne : « Ce sont ces résistants-là que je suis heureux et fier de représenter à l’Assemblée. » A contrario, le dominicain flétrit « quelques membres du clergé [qui] par faiblesse défaitiste ont manqué de patriotisme ». Dans un entretien donné au Courrier de l’Ouest en mai 1945, il se montre encore plus virulent, ce qui accroît les animosités dont il est l’objet dans l’Église. Cette identification claire à l’Église résistante permet de jouer la partition de l’union patriotique de tous les Français. Le discours prend une tonalité politico-religieuse. Il loue ainsi les missionnaires français en qui il voit « de fait de magnifiques ambassadeurs de la France ». L’unanimisme de la France résistante peut s’exprimer à plusieurs reprises. C’est ainsi que le père Carrière bénéficie de larges suffrages qui, à partir du 9 novembre 1943, le hissent à quatre reprises à la vice-présidence (aux côtés de trois autres personnalités) de l’Assemblée consultative. Le gaullisme est aussi largement revendiqué, la figure du général permettant à la diversité des sensibilités de la Résistance de trouver un point de convergence. Carrière propose en conséquence que le drapeau français comprenne la croix de Lorraine, mais sa proposition audacieuse suscite plusieurs réserves et n’aboutit pas. Il demande également que les représentants siégeant à Alger se disposent dans l’hémicycle par ordre alphabétique pour éviter l’esprit de parti.

17Le gaullisme n’est pas le seul garant de la réconciliation générale des (bons) Français. L’Assemblée permet également de mettre en scène la fracture surmontée entre communistes et catholiques, le religieux dominicain appartenant au comité France-URSS. Il soutient la politique d’une épuration sévère, sur la même ligne que les communistes algérois et n’hésite pas à répondre de manière cinglante à qui invoque la charité et le pardon : « L’heure de la charité est apparue lorsque le Christ est descendu sur la terre. Mais aujourd’hui a sonné l’heure de la justice. »

Bertrand Carrière...Bertrand Carrière à la Libération

Bertrand Carrière à la Libération

Au couvent du Saint-Sacrement, 222 rue du Foubourg Saint-Honoré, à Paris, en 1944.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

Une journée à l’A...Une journée à l’Assemblée consultative

Une journée à l’Assemblée consultative

Ces photographies, issues d’un reportage et parues dans un journal non identifié, font du père Carrière un personnage public improbable.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

L’impasse politique et les douloureuses dernières années

18Heureux dans l’Assemblée consultative, transférée à Paris de novembre 1944 au mois d’août 1945, Bertrand Carrière souhaite devenir en septembre 1945 député du Nord. Il entretient d’excellentes relations avec le maire socialiste d’Armentières et peut espérer une élection facile. Le nonce Angelo Roncalli approuve la candidature mais l’Ordre se montre très réservé : une telle fonction demande « beaucoup de sens politique et de compétence », or, écrit le provincial Antonin Motte, « le P. Carrière n’est pas un homme supérieur ; il a de petits côtés ; il lui est arrivé de prononcer des paroles malheureuses. » Le dominicain conclut : « S’il n’est pas génial, il n’est pourtant pas inférieur au député moyen ; la sympathie et le respect l’entourent » et propose de l’autoriser à candidater en l’encadrant fortement. L’obstat émane finalement de l’ordinaire, le cardinal Liénart étant « tout-à-fait défavorable » à cette candidature.

Bertrand Carrière...Bertrand Carrière héros des deux guerres

Bertrand Carrière héros des deux guerres

Arborant ses décorations sur son habit blanc, le père Carrière concilie la figure du religieux et celle du résistant gaulliste.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

19Cet échec pèse sur la fin de la vie du père Carrière. Il multiplie les engagements dans les associations patriotiques gaullistes mais n’arrive pas à trouver sa place dans l’Ordre, devenant un quasi gyrovague : retour au Caire en 1945, où il se sent en marge, assignation au couvent de Lille en avril 1946, où il fait office de sous-prieur jusqu’en décembre 1947, départ comme aumônier pour l’Algérie à l’invitation des sœurs Blanches de Rivet (aujourd’hui Meftah) – qui s’occupent d’un sanatorium et d’un orphelinat – en mars 1948 puis retour en septembre 1949 en métropole au couvent de l’Annonciation de Paris avant de devenir en juin 1957 aumônier des dominicaines de Livry où il meurt trois ans plus tard.

20Beaucoup d’amertume et d’incompréhension imprègnent ces dernières années. Bertrand Carrière pense toujours à retrouver un engagement gaulliste. Élu conseiller municipal de Bois-Grenier en 1947, il adhère totalement au RPF et fait partie de ceux qui accueillent le général de Gaulle à Lille le 29 juin 1947. Désigné pour appartenir au Conseil national du RPF lors des assises de Marseille, il subit une nouvelle fois la ferme interdiction du cardinal Liénart. C’est une des explications de son départ pour Alger où il est fort peu apprécié par ses frères du couvent Saint-Albert-le-Grand. Ses discours enflammés dans l’Assemblée consultative en faveur de l’épuration ont laissé des traces. Son implantation à Rivet est un échec doublé d’un scandale : il y vit avec une demoiselle Duval qu’il présente indûment comme sa nièce. Cette relation avait déjà motivé la décision de la hiérarchie de lui faire quitter Lille mais l’Ordre ne pensait pas que cette commerçante d’Armentières suivrait son soi-disant oncle jusque dans la Mitidja.

21Amer, Bertrand Carrière se soumet et rentre en France, regrettant la chape de plomb qui pèse sur lui et l’oubli dans lequel on le maintient. Il n’aspire plus qu’à reposer auprès de ses « saints parents » dans le cimetière de Bois-Grenier. Il est en fait inhumé dans le caveau des dominicains du cimetière du Montparnasse.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Ut sint unum, juin 1957, 36, p. 14-15. — « Carrière, Anselme », in André Caudron (dir.), Lille Flandres, Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Paris, Beauchesne, 1990. — Dominique Avon, Les frères prêcheurs en Orient. Les dominicains du Caire (années 1910-années 1960), Paris, Les Éditions du Cerf, 2005. — Emmanuel Choisnel, L’Assemblée consultative provisoire (1943-1945). Le sursaut républicain, Paris, L’Harmattan, 2007. — Gérard Bardy, Charles le Catholique. De Gaulle et l’Église, Paris, Plon, 2011. — Étienne Fouilloux, Eugène cardinal Tisserant 1884-1972. Une biographie, Paris, Desclée de Brouwer, 2011.

Haut de page

Œuvre

Avec Louis-Hugues Vincent, « La synagogue de Noarah », Revue biblique, 1921, 4, p. 579-601. — Avec Augustin Barrois, « Fouilles de l’École archéologique française de Jérusalem effectuées à Neirab du 24 septembre au 5 novembre », Syria, 8, 1927, p. 126-142. — « Le problème de l’évolution morale de l’humanité », Cahiers du Cercle thomiste, janvier 1938, p. 37-41. — « Le P. de Foucauld », Revue des conférences françaises en Orient, mai 1941, p. 22-32.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Au noviciat en 1901
Légende Bertrand Carrière, après avoir revêtu l’habit des frères prêcheurs au couvent d’Amiens quelques mois avant son départ à Jérusalem.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1987/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre La Première Guerre mondiale du soldat Carrière
Légende Mobilisé dès le début de la Première Guerre mondiale, Bertrand Carrière, comme son brassard l’indique, participe aux combats en tant qu’infirmier jusqu’en juin 1917. À cette date, il devient combattant au 29e régiment d’infanterie. Il est promu caporal puis sergent en avril 1918.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1987/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Le RP Carrière cible de la presse collaborationniste
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1987/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Bertrand Carrière à la Libération
Légende Au couvent du Saint-Sacrement, 222 rue du Foubourg Saint-Honoré, à Paris, en 1944.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1987/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Une journée à l’Assemblée consultative
Légende Ces photographies, issues d’un reportage et parues dans un journal non identifié, font du père Carrière un personnage public improbable.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1987/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Bertrand Carrière héros des deux guerres
Légende Arborant ses décorations sur son habit blanc, le père Carrière concilie la figure du religieux et celle du résistant gaulliste.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1987/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Laurent Ducerf, « CARRIÈRE Bertrand », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, C, mis en ligne le 12 septembre 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://dominicains.revues.org/1987

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • Revues.org