Navigation – Plan du site

Belmonte (couvent)

Couvent Saint-Dominique, Province de Cuenca, Nouvelle Castille (Espagne)
Jean-Marc Delaunay

Résumé

À la suite des expulsions de 1880, le couvent de Belmonte, situé en Espagne, accueille de 1880 à 1885 les novices dominicains qui ont dû quitter soit le noviciat d’Amiens, soit le studium de Flavigny.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 25/06/2016

Texte intégral

1Deux décrets du 29 mars 1880 forcent les ordres religieux masculins français à se restructurer à l’extérieur des frontières de la République. Le premier concerne uniquement les jésuites, le second les frères prêcheurs parmi d’autres congrégations. La chasse aux lieux d’hébergement est donc lancée, notamment dans les pays limitrophes de l’anticléricale patrie. En octobre de cette année-là, le frère dominicain Pie Mothon vient ainsi solliciter l’aide de l’ex-impératrice Eugénie dans son logis de Camden Place à Chislehurst, tout près de Londres. Par le truchement de sa dame de confiance, Madame Lebreton, il obtient de visiter deux résidences encore possédées par l’ancienne souveraine au sud des Pyrénées : un petit château néo-gothique situé à Arteaga, près de Guernica, en Biscaye, et un vaste château-fort médiéval rénové, à Belmonte, dans la province de Cuenca, en Nouvelle Castille. Chargé de l’expédition, un frère catalan hispanophone, François Estéva, est reçu par l’intendant des affaires espagnoles de la souveraine exilée, M. d’Entraigues. Les mois de novembre et décembre permettent d’écarter le site basque au profit du site néo-castillan. Arteaga – que l’on ne rejette pas complètement – est jugé trop exigu et trop proche de la frontière française, donc susceptible d’être interdit par les autorités espagnoles à la demande de leurs homologues françaises qui craignent une possible agitation royaliste et cléricale aux portes de la République désormais triomphante. Belmonte est ainsi le refuge provisoire des étudiants de philosophie du couvent de Flavigny et du noviciat d’Amiens. Tous, issus de la Province de France, espèrent n’y faire qu’un bref séjour.

Un château en Esp...Un château en Espagne

Un château en Espagne

Peinture du dominicain et futur médiéviste Pierre Mandonnet faite au cours de son noviciat.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

La vie conventuelle à Belmonte

2L’adaptation est rapide dans cette énorme bâtisse – que l’ex-impératrice semble n’avoir jamais habitée, voire aperçue – qui peut contenir une centaine d’individus. La vie conventuelle reprend vite son rythme, notamment autour de la chapelle. Meubles (depuis Biarritz) et subsides (50 000 F environ) sont largement distribués par la protectrice de la communauté qui espère que les dominicains deviendront les desservants de la future abbaye de Farnborough destinée à servir de nécropole pour son défunt mari, l’ex-empereur Napoléon III (1873), pour son fils unique tué face aux Zoulous (1879) et pour elle-même. Espoir déçu. Peu après, on songe à utiliser son domaine d’Arteaga pour envoyer plus aisément des frères en Amérique du nord depuis le port de Bilbao, plus proche de la France et plus facile pour assurer communications missionnaires et tâches de recrutement de novices.

3L’Année Dominicaine, ciment médiatique de l’ordre, nous transmet par un bulletin d’exil la chronique mensuelle qui, depuis janvier 1881, sous la plume du père Jean-Dominique Mercier, relate la vie de la communauté, à commencer par le périple du premier groupe d’Amiens depuis Paris : « Belmonte choisi grâce à une femme du nom de Guzman [sic, pour l’ex-impératrice], nous dit le narrateur, la Bidassoa est franchie le 1er décembre 1880, avec tristesse et souffrance, puis on déjeune à Irun de piments et de haricots (garbanzos) chers à Cicéron ! De Madrid, où le provincial d’Espagne Martínez Vigil et François Estéva attendent la petite troupe, on parvient le 5 au soir à bon port par la petite gare de Socuéllamos perdue en pleine meseta. Après une collation dans une auberge (posada) puis par un chemin, avec des galères (des chariots couverts) pour les bagages, on voit enfin, après neuf heures de marche, un château sévère – peu de fenêtres – devenu un palais magnifique. Bien aménagé, avec des galeries de toute beauté au premier étage, avec des cellules un peu éparpillées, il dispose d’une chapelle dotée d’un beau plafond ouvragé, une « vraie merveille » ! De conclure, « Tout le monde est aussi content qu’on peut l’être en exil. » Bien que dépourvus de l’accord officiel des autorités, les religieux sont bien accueillis par la population. Un second groupe arrive peu après depuis Barcelone et Saragosse. La fatigue du voyage est telle que deux frères, Augustin Martin et Thomas Gauvreau venus par Valence, endormis dans le train, dépassent même leur arrêt et doivent revenir sur leurs rails pour n’arriver à bon port que le jour de la Nativité dans cette zone désertique de la Manche. Une troisième cohorte parvient à bon port le surlendemain de Noël en provenance d’Amiens via Barcelone.

4Des travaux sont entrepris afin de donner un cloître en briques à l’ensemble. L’accord du gouvernement espagnol est acquis le 14 avril 1882, à la demande de l’évêque de Cuenca qui a donné peu auparavant son avis favorable à la présence de ces frères qui rendent de multiples services.

Le couvent d’exil...Le couvent d’exil au château de Belmonte

Le couvent d’exil au château de Belmonte

Non signé, ce dessin a été longtemps conservé par les sœurs dominicaines des monastère de Clairefontaine puis de Dax qui l’ont remis au frère archiviste, Michel Albaric.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Jusqu’en 1885, de façon de plus en plus sporadique, la revue publie le récit de l’exil de cette communauté qui multiplie les fêtes religieuses et les contacts avec les frères et les sœurs espagnols de l’Ordre (Belmonte, Ocaña, Madrid), les locaux séculiers, les frères français exilés (dominicains de Salamanque et de Vitoria, jésuites d’Uclés) et la population pieuse des régions visitées en autant de pèlerinages que de voyages. À cette chronique publiée, il faut ajouter le précieux témoignage du père Ambroise Gardeil, recueilli en deux versions par les archives de la Province de France. Mélange de récit et de correspondance familiale, le texte, plus libre que la source précédemment citée, nous apprend de multiples détails sur la vie du groupe, sur son installation autant que son état d’esprit ou que sur ses habitudes alimentaires et liturgiques.

6Depuis 1882, des frères ont commencé à quitter Belmonte en petits groupes pour aller poursuivre leurs études, en l’occurrence, le cycle de théologie – sans en aviser l’ex-impératrice, dit Ambroise Gardeil – soit vers Volders en Autriche jusqu’en 1884 – déjà 38 membres en 1883 – soit directement vers Corbara, près de Calvi (Corse) où à partir d’octobre 1884 sont regroupés les étudiants des cycles de philosophie et de théologie.

7La publication provinciale officielle de l’Ordre indique l’évolution statistique de la communauté entre 1881 et 1885 : 71 frères sont recensés à Belmonte selon les syllabus fratrum.

Année

Nombre

Prieurs

Sous-prieurs

1881

24

Paul Lelaidier

François Estéva

1882

24

Marc-Humbert Juveneton

François Estéva

1883

28

Marc-Humbert Juveneton

François Estéva

1884

31

Marc-Humbert Juveneton

François Estéva

1885

13

Marc-Humbert Juveneton

François Estéva

8Sous l’autorité de Bernard Chocarne, alors provincial de France pour la seconde fois – qui vient en visite canonique à Belmonte début février 1881 – on trouve des noms célèbres ou bien connus tels Ambroise Gardeil, Marie-Albert Janvier, Vincent Scheil, Pierre Mandonnet, Antonin-Dalmace Sertillanges, Humbert-Marc Juveneton, Paul Lelaidier, Augustin Martin à côté de frères qui ne font qu’un passage dans l’Ordre. Le sous-prieur sur toute la période, François Estéva, est manifestement la cheville ouvrière de cette communauté. La direction du groupe n’a pas toujours été aisée. Des difficultés d’élection sont attestées au début 1885. On choisit alors le père Bernard Chocarne mais ses occupations à Paris l’empêchent de pourvoir au poste de prieur d’une communauté vouée alors à la disparition. L’installation à Corbara met un terme définitif aux établissements castillan et tyrolien. En novembre 1885, un inventaire est dressé à l’intention de l’administrateur espagnol du château, Rogelio Pozo. Et les derniers frères partent.

9Déclaré monument artistico-historique par un décret de la République espagnole du 3 juin 1931, propriété d’une branche héritière des Montijo soutenue par les autorités locales et provinciales, le château de Belmonte se visite depuis 2010, à la suite d’une sérieuse remise en état. Le souvenir des dominicains français n’est apparemment pas perdu.

Liste des frères prêcheurs assignés à Belmonte

10Mannès Babonneau ; Jacques Bellemare ; Ambroise de Boissieu ; François Brochard ; Marie-Augustin Cavé  ; Aimon Chariau  ; Vincent Charland ; Marie-Augustin Charmoy ; Bertrand Collet ; Dominique Constant ; Paul Cormerais ; Thomas Couët  ; Jean-Dominique Crépin ; Paul Cuilliez  ; Henri-Dominique Delau ; Ceslas Dier  ; Paul Duchaussoy  ; Martin Dumas ; François Estéva ; Thomas Fabre ; Marie-Joseph Faldermann, convers ; Albert Fissot  ; Jean Francoli, tertiaire ; Louis Gabriel  ; Albert Gaffre  ; Ambroise Gardeil ; Étienne Gauvreau  ; Thomas Gauvreau ; François de Gayffier ; Réginald Gillant ; Raymond Grolleau ; Henri Hage  ; Joseph Hébert  ; Marie-Louis Hébert ; Victoriano Higueras, tertiaire [Espagnol] ; Bonaventure Humblot ; Jourdain Hurtaud  ; Victor Jacquin, tertiaire ; Marie-Albert Janvier ; Hyacinthe Jéanne  ; Marc-Humbert Juveneton ; Georges Klugeshertz, tertiaire ; Albert Lafosse ; Bartolomé Le Crosnier  ; Paul Lelaidier ; Dominique Lucas, tertiaire ; Pierre Mandonnet ; Mannès Marchand  ; Antonin Maricourt  ; Augustin Martin ; Antoine Ménard, convers ; Vincent Miché  ; Réginald Mirou, convers ; Réginald Monpeurt  ; Antonin Morel, convers ; Antonin Mortier  ; Pie Mothon ; Marc Mougeolle  ; Joseph Nuss ; Francisco Obrador, tertiaire [Espagnol] ; Antonin Plessis  ; André Pouliot ; Jean Raux, convers ou tertiaire ; Paul Roger ; Bernard Sauval  ; Vincent Scheil ; Henri Schott  ; Benoît Schwalm ; Antonin-Dalmace Sertillanges ; Louis-Joseph Terrien ; Gonzalve Thiriot.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France [notamment les souvenirs d’Ambroise Gardeil « L’exode d’un couvent » et « Trente-deux ans de vie au couvent d’études de la Province de France 1879-1911 »]. — Archives du ministère espagnol de la Justice, Madrid, carton 3756, dossier 12447. — Jean-Marc Delaunay, « Des réfugiés en Espagne : les religieux français et les décrets du 29 mars l880 », Mélanges de la Casa de Velázquez, Madrid, 1981, t. XVII), p. 291-319. — L’Année dominicaine, janvier 1881, p. 24-29 ; février 1881, p. 66-69 ; mars 1881, p. 114-121 ; avril 1881, p. 222 ; juin 1881, p. 275-277 ; septembre 1881, p. 418-419 ; octobre 1881, p. 457-460 ; décembre 1881, p. 534-539 ; janvier 1882, p. 30-31 ; mai 1882, p. 217-218 ; septembre 1882, p. 412-418 ; décembre 1882, p. 553-555 ; janvier 1883, p. 32-34 ; mars 1883, p. 131-132 ; mai 1883, p. 217-218 ; septembre 1883, p. 418-422 ; mai 1884, p. 225-228. — Jean Autin, Eugénie de Montijo ou l’empire d’une femme (Paris, Fayard, 1990) est le seul biographe à indiquer des séjours de l’ex-souveraine en Espagne en 1877, 1879 et 1881.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Un château en Espagne
Légende Peinture du dominicain et futur médiéviste Pierre Mandonnet faite au cours de son noviciat.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1670/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Titre Le couvent d’exil au château de Belmonte
Légende Non signé, ce dessin a été longtemps conservé par les sœurs dominicaines des monastère de Clairefontaine puis de Dax qui l’ont remis au frère archiviste, Michel Albaric.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1670/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Marc Delaunay, « Belmonte (couvent) », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices géographiques, mis en ligne le 25 juin 2016, consulté le 23 avril 2017. URL : http://dominicains.revues.org/1670

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Delaunay

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • Revues.org