Navigation – Plan du site

Chalais (couvent)

Notre-Dame de Chalais
Nathalie Viet-Depaule

Résumé

Propriété des frères prêcheurs à partir de 1844 jusqu’aux expulsions de 1880, le couvent de Chalais illustre la restauration de l’Ordre de Saint-Dominique en France. Successivement couvent d’études (1844-1849 et 1851-1859), noviciat de la Congrégation enseignante (1862-1866), puis maison de repos pour les pères de la province de Lyon (1872-1880), il est constitutif de l’histoire de l’Ordre. Redevenu propriété privée en 1881, une partie du couvent est cependant louée aux dominicains de Lyon, comme lieu de villégiature, de 1892 à la Seconde Guerre mondiale. Enfin, en 1961, des moniales dominicaines réhabilitent cet espace en lui conférant à nouveau la fonction de couvent.

Haut de page

Historique

Notice validée et mise en ligne le 22/04/2015.
Iconographie ajoutée le 22/04/2015.

Texte intégral

Vue du couvent de...Vue du couvent de Chalais

Vue du couvent de Chalais

Le couvent de Chalais est situé au-dessus de Voreppe dans le massif de la Grande-Chartreuse.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

1Situé dans le Dauphiné, à 940 mètres d’altitude, au-dessus de Voreppe non loin de Grenoble, Chalais est la première maison qu’Henri-Dominique Lacordaire acquiert en mars 1844 pour en faire un couvent d’études. Autrefois ancienne abbaye de l’Ordre de Chalais, à vocation pastorale et forestière (1101), puis annexe de la Grande-Chartreuse (1303), ce corps de bâtiments avait été vendu sous la Révolution comme bien national et servait de grange à des fermiers. C’est à la suite de conférences de carême données par Lacordaire, que Mgr Philibert de Bruillard, évêque de Grenoble, avait sollicité pour prêcher dans sa cathédrale entre février et avril 1844, que Chalais retrouve sa sacralité.

2Parrainée par de jeunes catholiques, issus de la bourgeoisie libérale – notamment son ami Albert Du Boÿs qu’il avait rencontré lorsqu’ils étaient, ensemble, étudiants en droit –, trouvant dans la parole du prêcheur l’expression d’un catholicisme ouvert aux aspirations de la société post-révolutionnaire, cette fondation a immédiatement valeur de symbole. Elle devient un relais essentiel de la restauration dominicaine. La réhabilitation des lieux est menée dans la plus grande discrétion puisque l’Ordre de Saint-Dominique n’est pas encore légalement autorisé, tout comme l’acte de vente entre François Sappey, avocat à Grenoble, et Henri Lacordaire est signé le 5 avril 1844 à l’insu des autorités religieuses du département.

3Le site et le style roman de son église, propre aux abbayes chalaisiennes, conquièrent immédiatement Henri Lacordaire. Si la toiture de l’église en forme de capuchon et son clocheton couronné d’un globe terrestre, surmonté d’une croix témoigne de l’empreinte laissée par l’ordre des chartreux, le chœur, le transept, les croisillons, la croisée avec sa voûte d’arête, les chapelles latérales et la seule travée font partie de l’ancienne abbatiale, dont la construction est datée de la fin de la première moitié du xiie siècle. La croisée du transept gothique possède une clef de voûte représentant l’agneau mystique et l’oculus percé dans le chevet marque d’une ellipse lumineuse le sol dans l’axe de la nef au solstice d’été.

4Les premières personnes avisées de cet achat sont le frère Hyacinthe Besson et Madame Swetchine auxquelles Henri-Dominique Lacordaire écrit le 21 mars 1844. Il raconte dans la lettre qu’il fait parvenir au maître des novices : « Je viens d’acheter à trois lieues de Grenoble, du consentement de Mgr l’évêque de cette ville, l’ancienne chartreuse de Chalais, avec des bois, des prairies et des terres, le tout pour 50 000 francs, payables en trente ans. La chartreuse est en bon état, avec une église, et peut loger quarante religieux. Je l’achète toute meublée, avec les instruments aratoires et le bétail. Ce sera notre maison d’études, et comme le succès dépend de la promptitude de l’exécution, vous allez faire partir immédiatement le P. Martin et nos trois étudiants, qui seront rejoints plus tard à Chalais par Fr. Hernsheim et le P. Jandel. Je ne laisserai à Nancy que le P. H[iss], le Fr. A[ntonin Danzas] et moi-même. Le P. Jandel sera le prieur de Chalais et même temps notre professeur. Vous resterez provisoirement à Bosco, à la tête de notre noviciat. » À Sophie Swetchine, il ajoute : « En sorte que nous serons divisés en trois camps : la maison professe de Nancy, la maison d’études de Chalais et le noviciat de Bosco. Nous n’avons rien à craindre à Grenoble d’aucune partie de la population, et nous y trouverons beaucoup de secours pour acquitter le prix de la chartreuse que j’ai d’ailleurs trente ans pour payer. C’est un immense avantage. » Et, il est vrai, comme Henri-Dominique Lacordaire en fera part le 17 mai 1844 à l’abbé Chéruel, que ni l’opinion publique ni le ministre des cultes, qui a seulement émis une protestation, ne nuiront à l’établissement du couvent.

1844-1849 : Lacordaire fonde à Chalais un couvent d’études pour la Province de France

5Selon la décision de Lacordaire, les premiers frères arrivent très rapidement de Bosco et s’installent à Chalais (le 4 avril 1844) sous l’autorité du maître des études, Augustin Martin, en attendant que Vincent Jandel en soit le prieur. Lorsque ce dernier arrive le 2 mai de Nancy, la petite communauté comprend « cinq pères et trois serviteurs ». Le lever de nuit y est respecté avec la récitation des matines à trois heures du matin. Vincent Jandel enseigne la théologie morale, Augustin Martin la grâce. Le frère Louis Aussant, désigné comme économe, a mission de restaurer les lieux ayant été architecte avant de prendre l’habit des frères prêcheurs. Il continuera à s’en occuper quand, succédant à Vincent Jandel, il sera, à son tour, prieur (1846-1849).

6Le 17 mai 1845, Henri Lacordaire écrit à Hyacinthe Besson : « Dieu vient de combler la mesure de ses grâces à notre égard et de mettre la dernière main à l’œuvre de notre rétablissement en France, commencée il y a six ans. Le maître général, en m’envoyant un diplôme de maître en théologie, après avoir pris la dispense du Saint-Père, m’a autorisé à ouvrir en France un noviciat, soit à Chalais, à Nancy, ou partout ailleurs. C’est Chalais que j’ai choisi, et je vous ai destiné pour être notre premier maître des novices. Vous partirez donc avec le P. Gracia, immédiatement après qu’il aura prononcé ses vœux, et vous vous rendrez tous deux à Chalais pour y rester, lui pour passer son examen de confession, auquel je l’engage à se préparer. Ses vœux devant avoir lieu le 10 juillet prochain, vous seriez rendu à Chalais pour le 15 environ. » Après l’arrivée à Chalais de Hyacinthe Besson, le couvent est institué canoniquement en noviciat, le 4 août 1845, jour de la fête de saint Dominique, avec les premières prises d’habit, celles de Dominique Souaillard, d’Antoine Roaldès et d’Antoine Masson de Saint-Mard.

7Rapidement, Chalais devient, notamment grâce aux milieux de la magistrature et du barreau et des nouvelles classes moyennes de la bourgeoisie industrielle et commerçante de Grenoble, un lieu de rayonnement apostolique. La direction spirituelle comme les prédications attirent une population propice au rétablissement de l’Ordre. « D’après tout ce qui m’a été rapporté, je vois que l’esprit de Dieu et de notre saint ordre règne à Chalais, et c’est pour nous une bien grande consolation, » écrit Henri Lacordaire à Vincent Jandel, le 12 septembre 1845.

Tableau peint par...Tableau peint par Cabat en 1846

Tableau peint par Cabat en 1846

À la demande de Madame Schwetchine, Louis Cabat, tertiaire dominicain, peint le couvent de Chalais en 1846. Ce tableau est aujourd’hui au couvent de Rangueil à Toulouse avec l’inscription gravée sur son cadre : « Donné par le RP Lacordaire en 1858 ». Le couvent Saint-Jacques à Paris possède une copie du tableau.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8Les artistes, qui entourent Lacordaire, membres pour la plupart de la confrérie de Saint-Jean l’Évangéliste, participent aussi à la restauration du couvent. Hyacinthe Besson, bien qu’il se soit engagé aux lendemains de ses vœux « par esprit de renoncement » à abandonner palette et pinceaux, contribue, jusqu’à son départ pour Nancy en décembre 1846, à la rénovation du couvent en se remettant, à la demande de Lacordaire, à peindre. Il décore la chapelle, représente la Vierge Marie abritant sous son manteau l’Ordre des dominicains au-dessus du porche de l’église, peint le « baiser de saint Dominique et de saint François » ainsi que « le couronnement de la Vierge », et réalise des images de piété afin de faire de Chalais un lieu « de pèlerinage dont on rapporte un doux souvenir ». Antonin Danzas, qui lui succédera comme maître des novices en 1846, utilisera, lui aussi, son talent de peintre à la réfection de la chapelle. Le paysagiste, Louis Cabat, tertiaire de l’Ordre de Saint-Dominique, qui partage alors la vie de Chalais en s’interrogeant sur son éventuelle prise d’habit, peint, à la demande de Madame Swetchine, un tableau du couvent montrant le cadre grandiose de son site (ce tableau est aujourd’hui au couvent Saint-Thomas d’Aquin de Toulouse). Quant à Louis Janmot, il peint dans le cadre chalaisien le portrait de Lacordaire, daté de 1847, qui est conservé à la bibliothèque du Saulchoir, au couvent Saint-Jacques à Paris.

9Jusqu’à la fin du priorat de Louis Aussant en 1849, le couvent voit le nombre des novices et des étudiants augmenter. Henri Lacordaire, dans une lettre adressée à la comtesse de La Tour du Pin, le 15 mai 1846, écrit : « Chalais compte déjà treize religieux et six serviteurs. Plusieurs de nos novices promettent beaucoup, et la communauté tout entière est animée d’un esprit de paix, d’obéissance, d’humilité et de fraternité. » S’il est difficile – en l’état des sources – d’indiquer exactement les effectifs de la communauté et leur évolution, il est possible, par contre, de préciser que la vie conventuelle est rythmée par l’observance régulière. Lorsque Lacordaire s’adresse, le 16 mai, à Vincent Jandel, prieur alors de Nancy, il lui donne le compte rendu suivant : « Les pères du conseil ont été unanimement d’avis qu’il fallait changer l’heure de matines et la délibération s’étant ouverte sur l’heure convenable, ils ont été unanimement d’avis d’en fixer la récitation à trois heures un quart du matin, le premier lever étant à trois heures précises. Ce premier changement entraînait celui des vêpres et de complies, lesquels ont été unanimement encore fixées à sept heures du soir avec la méditation à la suite, le souper à sept heures ¾, et le coucher à neuf heures précises. En cette manière, les frères auront un espace de cinq heures dans l’après-midi, de deux heures à sept heures pour se livrer à leurs travaux respectifs, et le ministère apostolique ne peut évidemment en souffrir, puisque la journée des jésuites se termine à sept heures du soir. En outre, la journée sera plus courte vers le soir, et les frères auront six heures consécutives de sommeil pour se refaire de leurs fatigues de la journée, sans compter le sommeil facultatif de quatre à six heures du matin. » Augustin Martin, unique professeur depuis le départ de Jandel, est secondé, quand Lacordaire est nommé vicaire du maître général des frères prêcheurs en 1847, par deux lecteurs Bernard Roussot et Barthélémy Gérardot.

Frères convers à ...Frères convers à Chalais

Frères convers à Chalais

Frères convers peints par Louis Cabat en 1846 (détails).

Archives dominicaines de la Province de France et de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

10En 1848, lorsque le noviciat est érigé à Flavigny, Chalais n’est plus qu’un seul couvent d’études. Antonin Danzas organise le déménagement des novices et devient prieur du nouveau couvent.

1849-1851 : Chalais réduit au rang de simple couvent

11Quand Mgr Sibour, devenu archevêque de Paris en juillet 1848, offre en 1849 à Henri Lacordaire une partie de l’ancien couvent des Carmes, rue de Vaugirard, pour installer un couvent dominicain dans la capitale qu’il place sous le patronage de Thomas d’Aquin, Chalais change de fonction. De couvent d’études, il devient un simple couvent confié à un frère et à un convers. En effet, Lacordaire voyant dans « la possession de la capitale » une consécration solennelle de l’Ordre des prêcheurs, fait venir aux Carmes les frères et pères de Chalais les uns destinés au couvent d’études, les autres à la prédication. « Chalais ne sera point vendu », écrit-il le 10 août 1849 à Madame Swetchine, « nous y laisserons un de nos familiers, espèce d’ermite qui y avait une cellule depuis plusieurs années, et qui aimant par-dessus tout la solitude et les champs, administrera cette propriété avec un de nos frères convers que nous lui laisserons. Nous avons calculé que le revenu couvrirait les frais de toute nature, y compris une rente de 1 800 francs qui est due pour ce qui reste à acquitter sur le prix d’acquisition. Nous n’aurons d’autre bénéfice à cet arrangement que de conserver un bien qui nous est cher, et où nous pourrons revenir un jour, ne fût-ce que comme maison de retraite pour des infirmes, des malades ou des convalescents. »

12Or, dès janvier 1851, Henri Lacordaire écrit à Louis Aussant, que « les études ne peuvent pas rester dans leur entier à Paris ». « Nous laisserons à Paris les philosophes et les prêtres novices étudiants. Notre noviciat de vingt et une cellules nous suffira à cet effet d’autant mieux que les philosophes n’y passeront qu’une année, les prêtres deux, et encore quelques-uns pourront recevoir ça et là, selon les besoins, des dispenses. Au 15 août prochain, les étudiants seront transférés à Chalais et comme il ne s’y trouve, dans les deux noviciats réunis, que dix-huit cellules, nous ferons bâtir dix cellules en 1852 sur le corps de logis central, ainsi qu’il était précédemment prévu. » Il semble que l’accroissement des effectifs soit la raison du retour à Chalais. Lacordaire signale, le 4 février 1851, à Augustin David, qu’il y a eu neuf professions en 1850 et douze en 1851 : « cette augmentation ne nous permet plus de conserver à Paris l’ensemble de nos études. Nous en reporterons une partie à Chalais dès la fin de l’année scolaire, après l’Assomption. »

13Selon Ambroise Gardeil qui, en 1910, retrace « soixante-dix ans d’études et d’exodes » pour L’année dominicaine, le milieu des Carmes n’a pas été favorable aux études. […] « La cohabitation de deux communautés, l’une séculière, l’autre religieuse rendait impossible la stricte observation des lois de l’Ordre, le silence et la perfection des habitudes claustrales, spécialement indispensables à un couvent de noviciat. Ce fut la vraie cause de l’insuccès de cet essai : elle n’est pas à chercher ailleurs. Au bout de deux ans, du 25 au 27 août [1851], le retour à Chalais s’effectua. On laissa à Paris les pères de ministère et les étudiants déjà prêtres avec le père Bourard et un autre lecteur comme professeurs. »

1851-1859 : Chalais à nouveau couvent d’études de la Province de France

14Henri Lacordaire passe un mois à Chalais, mi-août, mi-septembre 1851 pour rétablir une communauté grâce aux travaux menés par Augustin de Saint Beaussant. Il écrit à Madame Swetchine, le 16 septembre, lorsqu’il revient à Paris, que « Chalais est agrandi, les arbres plantés par nous poussent à merveille, et nous y avons onze religieux de chœur qui y ont ramené les louanges de Dieu. Deux étudiants belges vont les rejoindre, ainsi qu’un Irlandais, tout cela venu à la suite du P. Jandel, qui est en route pour Rome. » Bernard Roussot devient prieur de Chalais le 7 octobre 1851, Louis-Marie Pierson sous-prieur, tandis qu’Augustin Martin est toujours maître des novices étudiants. Le couvent voit alors (mars 1872) l’érection d’une confrérie du Rosaire, suivie le mois suivant de celle du Cordon de Saint-Thomas. En mai 1853, Henri Lacordaire décide « de supprimer les études à Paris, où nos jeunes gens étaient dans une situation trop peu favorable pour la paix et la santé ». Tout le couvent d’études sera transféré à Chalais avec les pères Vincent Ligiez et Albert Mathieu qui donneront « cours d’études matérielles et de philosophie ».

15Le 31 mai 1853, Lacordaire informe Vincent Jandel, qu’ayant jugé nécessaire de supprimer les études à Paris, « les vingt-cinq cellules d’étudiants seront occupées ». « Nous sommes à peu près pourvus pour 1853-1854, mais avec la certitude qu’au-delà de ce terme, nous serons acculés à l’impuissance si Chalais n’est pas agrandi ou si une fondation n’a pas lieu à la campagne. » Il ne sera plus question ensuite de nouveaux aménagements au couvent d’études sous le provincialat d’Antonin Danzas (15 septembre 1854) et le priorat de Vincent Ligiez (octobre 1854). Si, en 1855, de nombreux frères continuent à réitérer, notamment à la veille de la fête de saint Dominique, leur filial attachement à Henri-Dominique Lacordaire, la communauté de Chalais est marquée par la fondation du couvent du Saint-Nom de Jésus à Lyon, de stricte observance et le projet d’une province qui regrouperait les couvents de Chalais, de Lyon et de Toulouse (Saint-Romain). La lettre circulaire du maître de l’Ordre datée du 18 février 1857, critiquant la vie religieuse des couvents en France, achève, selon Ceslas Loyson, de désorganiser le couvent « y soufflant son esprit, le mépris des anciens et le désir de la nouveauté, appelant à Lyon qui lui plaît ». Pendant quelques mois, le fonctionnement de la vie dominicaine est discuté, voire contesté, du moins jusqu’au 28 août 1857, date à laquelle le maître général et le provincial décident, finalement, de placer les pères et les religieux de Chalais sous la juridiction de Bernard Roussot et de laisser le couvent à la Province de France.

16Il faut attendre le second provincialat de Lacordaire (6 septembre 1858) pour que Chalais bénéficie à nouveau de sa présence. « Mon intention – ni celle de la province – n’est pas d’abandonner Chalais », écrit-il à Albert du Boÿs, le 30 septembre, après une visite éclair au couvent. « Quoi qu’il arrive, nous y laisserons toujours une partie de nos études, soit la philosophie, soit l’une de nos deux théologies. Mais à mesure que le nombre de nos étudiants augmente, Chalais devient étroit, et il faut l’agrandir ou chercher ailleurs une demeure plus vaste pour une partie de nos études : là est la question. Je voudrais agrandir. On oppose la cherté de la construction et aussi les inconvénients d’un lieu où la neige dure environ cinq mois. En divisant les études, les novices n’auraient plus que deux ou trois ans à Chalais, au lieu de six, ce qui est bien différent. »

17Ambroise Potton, maître des novices profès étudiants, institué par Antonin Danzas en 1855, est reconduit dans ses fonctions en novembre 1858 tout en devenant prieur. Son priorat sera éphémère, car Henri Lacordaire ayant acquis l’ancien couvent de Saint-Maximin le 5 avril 1859, décide d’y établir le noviciat dès le début du mois de juillet. « Chalais demeurera un couvent de retraite et conserve son prieur actuel, le RP Potton, avec quelques religieux (Antonin Doussot et Paul Pardieu) », écrit-il le 3 juillet à l’évêque de Grenoble, Mgr Ginoulhiac. Henri Lacordaire explique à Vincent Jandel les raisons de la rapidité de sa décision : « Le motif de cette détermination a été une déclaration que m’a faite le RP Potton de vouloir quitter la Province. […] Je lui ai dit que jamais je ne donnerais mon consentement à ces transferts qui, dans l’état actuel des choses, seraient une occasion perpétuelle de trouble, de haine et désorganisation. » En d’autres termes et au prétexte de son exiguïté, Chalais devait surtout être soustrait à l’influence de son prieur dont le souhait profond était d’aller renforcer l’équipe des religieux regroupés à Lyon autour d’Antonin Danzas.

18Le 12 octobre 1859, Henri Lacordaire informe l’évêque de Grenoble qu’il n’a pas l’intention d’abandonner Chalais, « mais d’y établir plus tard un noviciat simple et une maison de retraite ». Il y envoie Jourdain Chevalier, « religieux instruit et pieux qui en sera le vicaire ». Il sera le dernier frère prêcheur, aidé de deux frères convers, à demeurer à Chalais.

1862-1880 : Chalais loué à la Congrégation enseignante

19Après la mort d’Henri-Dominique Lacordaire (1861), Chalais est loué le 15 janvier 1862 aux pères du tiers-ordre enseignant pour servir de noviciat. Ils s’y installent aussitôt avec François Cédoz pour prieur et maître des novices qui assumera ses fonctions pendant deux ans, puis sera remplacé en 1864 par Albert Houlès. En 1866, quand le noviciat est transféré à Coublevie, Chalais devient, pendant quelques années un lieu inoccupé, « désert », selon un chroniqueur de La couronne de Marie.

20En 1872, le couvent est cédé par la Province de Toulouse à la Province de Lyon qui décide de l’utiliser comme maison de repos. Accueillant des religieux fatigués ou en convalescence, qui y séjournent surtout l’été, il perd son identité dominicaine avec les expulsions de 1880.

1881-1956 : Après les expulsions, l’abandon progressif de Chalais

Cour du couvent d...Cour du couvent de Chalais

Cour du couvent de Chalais

Chalais accueille des groupes de visiteurs entre les deux guerres et après la guerre.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

21Racheté le 22 novembre 1881 par Victor Nicolet, industriel grenoblois, et Jean-François Thorrand, Chalais fait l’objet d’un contrat de location en 1892 entre les propriétaires et la Province de Lyon : les dominicains disposeront d’un bâtiment (huit chambres meublées), de l’église et la sacristie ainsi que du cloître. Aussitôt le contrat signé, l’occupation des lieux est régie par un règlement, établi le 31 mai 1892 :

La maison de Chalais est destinée aux religieux malades ou affaiblis qui auraient besoin de changer d’air en été pour une durée minime de deux semaines. Les religieux en villégiature à Chalais seront soumis à l’autorité d’un vicaire nommé par le prieur de Lyon. Le vicaire tient un compte exact des dépenses, reçoit et expédie le courrier, lui seul peut disposer des frères convers. On lui demande la permission de sortir et la bénédiction toutes les fois qu’on veut franchir les limites de la propriété […]
L’ordre de la journée sera le suivant : lever à 5h ; 5h ¼ prime ; messe de communauté servie par le frère et il ne sert que celle-là, après la messe de communauté, les messes particulières et temps libre jusqu’à midi ; à midi dîner (nota : tous les religieux présents à Chalais sont mis par le fait même au régime du gras. Il n’y aura donc qu’un seul réfectoire, mais le silence sera rigoureusement observé pendant les repas. Au commencement et à la fin on lira quelques versets d’Écriture sainte et un nombre du Livre de l’Imitation) ; de midi ½ à 6 h ¼ temps libre ; 6 h ¼ complies, Rosaire et ¼ d’heure de méditation ; 7 h souper ; 7 h ½-8 h récréation commune ; 8 h-9 h temps libre ; 9 h coucher.

22Combien de temps Chalais fonctionne-t-il comme villégiature d’été pour les dominicains de la Province de Lyon ? Il est difficile de répondre, en l’état des sources, bien qu’il soit notoire que la famille Nicolet-Courbier ait toujours entretenu des liens amicaux avec eux. Il semble que Chalais les ait accueillis jusqu’en 1939, puis qu’un maquis s’y soit installé en 1943, en lien avec la Résistance très organisée à Voreppe.

Depuis 1956 : Présence d’une communauté de moniales dominicaines à Chalais

23Après un abandon total, Chalais est, en 1956, à nouveau destiné à redevenir un couvent dominicain. Mais, cette fois, c’est une religieuse dominicaine qui, avec l’accord des propriétaires, essaie de mettre en œuvre une restauration qui ne pourra aboutir faute de moyens financiers. Toutefois une route ayant été construite en 1958, les dominicaines d’Oullins, désireuses de quitter la banlieue lyonnaise, rachètent le couvent en 1961 comme la prieure, mère Agnès de Jésus, en informe le provincial de Lyon :

J’ai, à la fois l’honneur et la joie de vous annoncer la nouvelle, désormais officielle “de par les autorisations de Rome” de la restauration de Chalais entreprise par le monastère des moniales d’Oullins. C’est à nous en effet que le Seigneur semble confier la reprise de ce haut lieu de prière, de vie spirituelle intense et de beauté. Les besoins personnels et vitaux du monastère lui-même l’ont amené à regarder de près l’offre de la famille propriétaire de Chalais nous donnant 18 hectares et les bâtiments subsistants. Ceux qui nous conseillent et nous aident, pensent que cette audacieuse reprise est cependant sage et raisonnable ; nous mêmes pensons ainsi, le transfert du monastère s’avérant de plus en plus urgent et nécessaire afin de nous soustraire aux immeubles immenses surplombant notre clôture. […]

24En 1963, les moniales s’installent et, alors qu’elles entendaient initialement observer une stricte clôture, doivent s’adapter aux lieux, et au climat. Elles ouvrent une l’hôtellerie qui fonctionne régulièrement depuis 1965 et accueillera – notamment – des frères étudiants dominicains pour des sessions d’étude. En 1966, les dominicaines de Chinon les rejoignent apportant avec elles leur industrie de biscuiterie (anciens biscuits de Touraine).

25Au début des années 1970, l’ancienne abbaye est restaurée selon des principes d’architecture chalaisienne et, depuis l’arrêté du 29 novembre 1974, l’église et l’aile sud figurent à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques. Une restauration globale sous la direction des Monuments historiques a été conduite en 2003.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Archives dominicaines de la Province de Toulouse et fonds de la Congrégation enseignante. — Archives dominicaines de la Province de Lyon. — Bernard Chocarne, Le RP Henri-Dominique Lacordaire, sa vie intime et religieuse, Paris, Poussiègle frères, 1879, t. 2. — Ambroise Gardeil, « Soixante-dix ans d’études et d’exodes », L’Année dominicaine, 1910, p. 59-85. — Henri-Dominique Noble, « Notre-Dame de Chalais », L’Année dominicaine, 1926, p. 402-418, 477-494. — Louis Bassette, Le père Lacordaire à Grenoble et à Chalais (1844-1860), Grenoble, Impr. Eymond, 1961. — Ut sint unum, 15 juin 1961, p. 40-41 ; 15 mai 1971, p. 123-125. — Ut diligatis, mai 1971, p. 39-43 ; octobre 1972, p. 28. — Jacques Gadille, « Lacordaire en Dauphiné : la fondation de Chalais », dans Guy Bedouelle (dir.), Lacordaire, son pays, ses amis et la liberté des ordres religieux en France, Paris, Les Éditions du Cerf, 1991, p. 149-156. — Bruno Horaist et Michel Albaric, Un peintre dominicain. Jean-Baptiste Besson (1816-1861), Paris, Éditions aux Arts, 1999. — Chalais de 1101 à aujourd’hui. 9 siècles de vie monastique à Voreppe, COREPHA/monastère de Chalais/AVIPAR, 2001. — Henri-Dominique Lacordaire, Correspondance, Répertoire établi par Guy Bedouelle et Christoph-Aloïs Martin, Fribourg/Paris, Éditions universitaires/Les Éditions du Cerf, t. 1, 1816-1839, 2001 et t. 2, 1840-1846, 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Vue du couvent de Chalais
Légende Le couvent de Chalais est situé au-dessus de Voreppe dans le massif de la Grande-Chartreuse.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1510/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Tableau peint par Cabat en 1846
Légende À la demande de Madame Schwetchine, Louis Cabat, tertiaire dominicain, peint le couvent de Chalais en 1846. Ce tableau est aujourd’hui au couvent de Rangueil à Toulouse avec l’inscription gravée sur son cadre : « Donné par le RP Lacordaire en 1858 ». Le couvent Saint-Jacques à Paris possède une copie du tableau.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1510/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Frères convers à Chalais
Légende Frères convers peints par Louis Cabat en 1846 (détails).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France et de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1510/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Cour du couvent de Chalais
Légende Chalais accueille des groupes de visiteurs entre les deux guerres et après la guerre.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1510/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nathalie Viet-Depaule, « Chalais (couvent) », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices géographiques, mis en ligne le 22 juillet 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://dominicains.revues.org/1510

Haut de page

Auteur

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • Revues.org