Navigation – Plan du site

LATASTE Jean-Joseph

LATASTE Alcide Vital à l’état civil ; LATASTE Marie-Jean-Joseph en religion
Jean-Marie Gueullette

Résumé

Né le 5 septembre 1832 à Cadillac (Gironde), mort le 10 mars 1869 à Frasnes-le-Château (Haute-Saône).
Fondateur de la congrégation des Sœurs dominicaines de Béthanie.

Haut de page

Historique

Notice validée le 03/03/2015 et mise en ligne le 03/05/2015.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 13 novembre 1857 à Flavigny
• Profession simple : 10 mai 1859 à Toulouse
• Profession solennelle : 10 mai 1862 à Saint-Maximin
• Ordination sacerdotale : 8 février 1863 à Marseille
• Béatification : 3 juin 2012 par le pape Benoît XVI

1Septième et dernier enfant de Vital Lataste, propriétaire de quelques vignes et négociant en tissus, et de Jeanne Grassiet, Alcide Lataste naît à Cadillac-sur-Gironde le 5 septembre 1832. Après ses études secondaires, il entre dans la fonction publique, suivant la formation de contrôleur des contributions, ce qui l’amène à séjourner dans différentes villes du sud de la France. Ces années sont pour lui l’occasion de découvrir, au sein des Conférences Saint-Vincent de Paul fondées par le bienheureux Frédéric Ozanam, une vie fraternelle tournée vers les plus pauvres et marquée par la prière commune et l’eucharistie. C’est le 4 août 1852 qu’Alcide Lataste est présenté officiellement à la conférence de Saint-Vincent de Paul de la paroisse Saint-André de Bordeaux, par quatre confrères ; il est accueilli à l’unanimité. Il est depuis six mois contrôleur surnuméraire dans l’administration des contributions directes, et c’est l’un de ses collègues, devenu un ami qui lui a fait connaître les conférences. Durant les six années de sa présence dans cette administration, il ne cessera d’être un membre actif des conférences, dans les diverses villes du midi où il sera nommé : Privas, Pau, Nérac. Dans cette dernière ville, il n’existait pas de conférence avant sa mutation comme contrôleur des contributions directes, le 20 mars 1856. Dès le 7 avril, il fonde une conférence, avec huit laïcs, sous la présidence d’honneur du curé de la paroisse. Un an plus tard, cette conférence comprendra déjà dix-neuf membres, dont plusieurs ouvriers. Cette famille de frères tient une place centrale dans sa vie ; il goûte le bonheur d’y retrouver des hommes de toutes conditions unis par une même foi pratiquée sans pudeur, et un même souci des pauvres.

Du service de l'É...Du service de l'État au service de Dieu

Du service de l'État au service de Dieu

Avant d'entrer dans l'Ordre des frères prêcheurs, Alcide Lataste exerce le métier de contrôleur des contributions directes dans plusieurs villes de France. Il entre au noviciat de Flavigny en 1857 sous le nom de frère Jean-Joseph.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Lors de son passage à Privas, il envisage un moment de se marier avec une jeune fille qu’il y rencontre, Cécile de Saint-Germain, mais son père s’y oppose en le trouvant trop jeune et le fait muter à Pau. Cécile meurt l’année suivante, en novembre 1856. C’est un coup terrible pour Alcide, qui venait de perdre sa sœur aînée, qui était religieuse, et sa nourrice. Ces deuils font revenir au premier plan une vocation sacerdotale restée en sommeil depuis l’adolescence. Ayant connu Henri-Dominique Lacordaire lorsqu’il était au petit séminaire de Bordeaux, c’est vers le restaurateur de la vie dominicaine en France qu’il se tourne quand il commence à penser à la vie religieuse. Un contact épistolaire s’établit entre les deux hommes. À vingt-cinq ans, Alcide Lataste entre au noviciat dominicain de Flavigny et prend l’habit de l’Ordre le 13 novembre 1857. Il y reçoit le nom de frère Jean-Joseph, auquel il adjoindra celui de Marie lors de sa profession solennelle. Il se lie d’amitié avec l’un de ses frères de noviciat, le frère Jean-Baptiste Lévy, destiné à la mission de Mossoul, avec qui il restera en correspondance.

Jeune frère prêcheurJeune frère prêcheur

Jeune frère prêcheur

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Ses premières années dominicaines sont marquées par la maladie, qui le tient un peu à l’écart des autres frères et de leurs activités. Il termine son noviciat à Toulouse, pour raisons de santé, puis rejoint le studentat installé à Chalais. Il participe au transfert du studentat à Saint-Maximin sous la conduite du père Lacordaire, le 2 juillet 1859. C’est dans ce couvent, le 20 mai 1860, qu’il fait une expérience spirituelle majeure, à l’occasion du transfert des reliques de sainte Marie-Madeleine. « Baisant cette tête autrefois avilie, aujourd’hui sacrée, je me disais : il est donc vrai que les plus grands pécheurs, les plus grandes pécheresses ont en eux ce qui fait les plus grands saints ; qui sait s’ils ne le deviendront pas un jour… » Chaque été, durant ses années de formation dominicaine, il fait une cure thermale à Barèges, dans les Pyrénées, ce qui lui donne l’occasion de faire en 1863 une halte à Lourdes, « un lieu bien pieux, bien solitaire… », où il rencontre Bernadette Soubirous, la future sainte. À l’issue de ses études, il est ordonné prêtre le 8 février 1863, et assigné au couvent de Bordeaux où il commence un ministère de prédication classique.

4Durant cette première année de ministère, le père Lataste est chargé d’un certain nombre de prédications à Bordeaux et dans la région : octave du Rosaire et de Saint-Dominique au couvent, mois de Marie, fêtes patronales, adoration perpétuelle, retraites de première communion. Il s’adonne à ce travail avec sérieux, rédigeant tous ses sermons avec soin. Il est également amené à participer à la grande activité des prédicateurs de cette époque, les stations d’avent et de carême. C’est l’occasion d’expérimenter le travail apostolique en communauté, car les frères sont envoyés à plusieurs dans les grosses missions. Il prêche ainsi à Cézac (Gironde) une mission pour l’avent de 1863. La mission suivante lui réserve une surprise désagréable : il est envoyé prêcher le carême à Cannes à la paroisse Notre-Dame. Mais au moment où il se présente, ayant préparé sa prédication, il découvre que le curé, en l’absence de réponse claire des dominicains, a fait venir un autre prédicateur. Bernard Chocarne, prieur de Marseille, responsable de cette erreur, emploie le jeune prédicateur au couvent et à diverses retraites pascales dans la région de Marseille. L’ensemble représente un gros travail pour un religieux qui sort tout juste de longues années d’études et de maladie, lesquelles l’avaient maintenu dans le silence et le recueillement.

5En septembre 1864, il est envoyé prêcher une retraite aux détenues de la prison de Cadillac, sa ville natale. Malgré tout ce qu’il a pu entendre dans sa jeunesse sur ces femmes condamnées aux travaux forcés et sur leurs crimes, il s’adresse à elles dès le premier jour en leur disant : « Mes chères sœurs » et en insistant sur ce lien de fraternité en Christ qui l’unit à son auditoire. Le prédicateur est surpris de constater que de nombreuses détenues mènent une vie de prière et souhaitent se donner à Dieu. Priant avec elles devant le Saint-Sacrement, il conçoit, ou plutôt il reçoit, selon ses propres termes, l’idée d’ouvrir pour elles les portes de la vie religieuse contemplative dominicaine. Très rapidement, il tente de mettre ce projet radicalement nouveau en œuvre, mais se trouve confronté à des réticences de la part de l’archevêque de Bordeaux. Quelle est l’originalité de cette fondation ? Le père Lataste constate que plusieurs de ses pénitentes manifestent un désir de se donner à Dieu lorsque leur temps de détention sera arrivé à son terme. Sa conception de la miséricorde, de la radicalité du pardon de Dieu lui rend difficile l’acceptation de la seule réponse que l’Église propose alors à une telle attente : les refuges. Issus des fondations à Nancy par Élisabeth de Ranfraing et à Caen par saint Jean Eude, les refuges étaient des maisons d’accueil où une communauté religieuse abritait des « femmes repenties » pour leur faire mener une vie de pénitence et de travail destinée à les faire revenir à la vertu. Une distinction très nette était pratiquée entre les religieuses et les pensionnaires, et les constitutions prévoyaient clairement qu’une ancienne pensionnaire ne pouvait jamais être acceptée comme sœur. Le père Lataste ne remet pas en cause le bien-fondé de telles institutions ni leur efficacité. Il mesure seulement ce que peut avoir de cruel l’intégration dans une vie de pénitence de femmes qui sortent de dix ou de vingt ans de travaux forcés et qui viennent de recouvrer la liberté. Il mesure d’autre part l’incohérence qu’il peut y avoir à imposer la pénitence à des femmes à qui l’on a déjà imposé de longues années d’expiation en prison et qui ont de plus reçu le pardon de Dieu. Comment des femmes qui ont été régénérées dans le sacrement de pénitence et qui sont ainsi redevenues dignes de leur état d’enfant de Dieu au point de pouvoir communier, pourraient-elles être tenues à l’écart de la société, à l’écart de l’Église, dans un statut différent des autres religieuses ? Il faut donc leur ouvrir les portes de la vie religieuse tout en les mêlant à des femmes au passé irréprochable afin de ne pas constituer une communauté d’anciennes détenues que l’on pourrait encore montrer du doigt. C’est l’unité de statut entre des femmes ayant des origines si différentes qui fait l’originalité de Béthanie, mais c’est aussi cela qui dès l’origine suscite des difficultés importantes, y compris au sein de l’Ordre.

6Après l’événement que constituent la rencontre des détenues et la naissance du projet de fondation de Béthanie, le serviteur de Dieu reprend une activité de prédication de manière soutenue, ce qui lui laisse peu de loisirs pour faire avancer son projet. Une station d’avent à Villefranche est suivie, au début de 1865, d’une mission à Puy-Fort-Aiguille, du 15 janvier au 2 février. Le père Lataste assure en février deux prédications sur l’adoration du Saint-Sacrement, dont une à la paroisse de Cadillac, puis il part pour assurer la prédication du carême à Notre-Dame de Cannes, cette paroisse où il s’était présenté en vain l’année précédente. Peu de temps après, il part de nouveau en mission : il prêche durant tout le mois de mai à Challans en Vendée. Il en profite pour visiter, au grand séminaire de La Rochelle d’anciens condisciples du collège de Pons. Enfin, la fin du mois de juin le trouve de nouveau en prédication, pour une retraite de fin d’année aux élèves du collège de Bazas. Cette énumération rapide des activités apostoliques du père Lataste donne une idée de la surcharge de travail à laquelle il est soumis puisque dans toutes ces missions une grande partie de son temps est prise par les confessions. Il ne change rien au sérieux qu’il apporte au travail de rédaction de ses sermons ; en revanche, sa correspondance se simplifie. Il a prêché quatre-vingt-sept sermons en sept mois, devant des auditoires divers, ruraux et urbains, adultes et enfants.

7Le 4 juillet 1865, Vincent Jandel prend la décision de restaurer la Province de Toulouse. Les frères originaires de cette région ayant été laissés libres de choisir de rester dans la Province de France ou d’être assignés dans la nouvelle province, Jean-Joseph Lataste, par fidélité à Lacordaire et aux pères qui l’avaient formé fait, le premier, le choix de rester dans la Province de France. Cette décision ne change pas immédiatement son mode de vie puisque, pour équilibrer les forces entre les provinces, il avait été décidé que le couvent de Bordeaux resterait temporairement rattaché à la Province de France. Durant le mois de juillet, il est élu socius du prieur de Bordeaux pour le chapitre provincial qui doit se réunir à Flavigny. Il apporte au chapitre un document important, qu’il vient de rédiger, son Rapport sur les observances. Dans le débat sur l’observance qui agite les frères à l’occasion de la naissance de la Province de Toulouse, mais qui a commencé du vivant de Lacordaire, Jean-Joseph Lataste adopte une position très équilibrée.

8À la suite du chapitre, il est nommé père-maître des frères étudiants, au couvent de Flavigny. Avant de prendre cette charge, il revient cependant pour une nouvelle retraite à Cadillac en septembre 1865 ; il y retrouve les détenues qui sont restées fidèles aux orientations spirituelles qu’il leur avait données : offrir leur vie quotidienne en prison à l’image des moniales. En conclusion de cette retraite, il prêche avec enthousiasme : « Ici, j’ai vu des merveilles ! » en faisant le parallèle avec la même expression employée par Catherine de Sienne au sortir de l’extase. Ce n’est pas dans l’extase, mais en prison qu’il a vu des merveilles, en entendant les confessions des détenues, en priant avec elles.

9Le père Lataste doit assumer une double charge dans son nouveau couvent de Flavigny : il est maître des novices profès et en même temps sous-prieur. Cela l’amène à être très présent au couvent, pour assurer une permanence durant les absences de son prieur. C’est un changement de rythme complet par rapport aux courses apostoliques de l’année précédente. Tout en assumant ces charges institutionnelles, il s’engage plus directement dans la réalisation des idées qui avaient germé en lui. Il publie en mars 1866 une brochure, Les réhabilitées, qu’il envoie en particulier aux députés et à de nombreux journalistes pour tenter de faire évoluer l’opinion publique à l’égard des femmes sortant de prison et pour annoncer la fondation de la maison de Béthanie. À ses yeux, la récidive chez les détenues est due non pas à un « mauvais fond » ou à quelque gêne du crime, mais au fait que personne ne leur fait confiance. La fondation de la maison de Béthanie y est présentée comme un signe destiné à faire évoluer les mentalités sur ce point.

10Avec l’aide d’une sœur dominicaine de la Présentation de Tours, mère Henri-Dominique, qui s’est très vite engagée à ses côtés dans ce projet utopique, Jean-Joseph Lataste peut fonder la maison de Béthanie le 14 août 1866, à Frasnes-le-Château, dans le diocèse de Besançon. Cette nouvelle communauté connaît très vite de grandes difficultés en particulier à cause des réactions de rejet et de méfiance qu’elle suscite au sein même de la vie religieuse. Elle devra probablement sa survie à deux soutiens institutionnels majeurs, celui du cardinal Matthieu, archevêque de Besançon, qui, s’il refuse d’être le supérieur de Béthanie, ne refuse jamais son soutien explicite et celui Vincent Jandel, maître de l’Ordre, qui va jusqu’à rendre à la nouvelle fondation, le 3 août 1868, lors d’une visite canonique de la province.

Brochure décrivant l'œuvre de Jean-Joseph Lataste : en fondant de la congrégation des sœurs de Béthanie, il a ouvert aux femmes ayant passées des années en prison pour expier leur peine la possibilité de se consacrer à Dieu.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

11Dès l’origine, la fondation de Béthanie connaît de puissants détracteurs parmi les frères et les sœurs de l’Ordre. C’est pourquoi, lorsqu’en octobre 1866, le père Lataste doit demander au conseil provincial l’autorisation de poursuivre son œuvre, les réactions ne sont pas unanimement favorables. Il lui est conseillé de placer la communauté sous la responsabilité de l’archevêque de Besançon et non de l’Ordre, de donner aux sœurs un autre habit que celui de l’Ordre, et d’éviter qu’elles ne s’appellent dominicaines afin de ne pas susciter de confusion avec les religieuses du tiers-ordre régulier. La réaction du père Lataste est sans ambiguïté, il est prêt à obéir à toute décision qui lui serait imposée, mais il refuse de changer le projet de la fondation, comme il le confie à mère Henri-Dominique : « Il faut fermer la porte de Béthanie ou laisser l’Œuvre telle qu’elle est. Je suis chargé de faire cette Œuvre et pas une autre. » Ces réticences se développant au sein de l’Ordre, parmi les frères comme parmi les sœurs enseignantes, le chapitre provincial de 1867 décide d’accorder « deux ans au père Lataste sur sa demande pour s’occuper de son œuvre de Béthanie, dans les limites qu’il a posées lui-même ; mais à la condition expresse qu’au bout de deux ans il quittera la direction de l’œuvre et la laissera marcher par elle-même. » Dominique Souaillard, nouveau provincial, veille à l’application de cette décision avec une rigueur assez brutale, rappelant constamment au père Lataste l’échéance de ces deux ans, à laquelle la maladie met un terme imprévu.

12Voulant éviter que la responsabilité de la fondation ne vienne perturber celle du studentat, le provincial assigne Jean-Joseph Lataste en octobre 1866 à Dijon. Celui-ci reprend les prédications d’avent et de carême qui avaient été interrompues par sa charge de père-maître et de sous-prieur qui lui imposait la stabilité au couvent. Il prépare un avent pour Challans mais est finalement envoyé prêcher à Genevrey (Haute-Saône), du 9 au 25 décembre 1866. Malgré les fatigues de la mission, avec les confessions et la prédication qui l’occupent toute la journée, il trouve le temps d’écrire les lettres nécessaires à la vie de Béthanie le soir. Après une retraite prêchée à Béthanie de grandes prédications l’occupent durant le printemps de 1867 : le carême à Grenoble et le mois de Marie à Dijon. Après le mois de Marie, l’été est plus calme, marqué par des prédications isolées à Beaune, à Dijon, à Langres et à Frasnes. L’année apostolique se termine par la prédication de l’avent à Saint-Dézert (Saône-et-Loire), en compagnie d’Albert Zingerlé.

13Durant ces deux années, le père Lataste se dévoue sans compter au service de ses « chères sœurs », tout en poursuivant parallèlement une activité de prédication, rapidement mise à mal par la tuberculose pulmonaire qui l’atteint à partir du carême 1868, prêché à la cathédrale de Nîmes. Ce travail apostolique intense s’enracine pourtant chez lui dans un goût prononcé pour la vie régulière au couvent, et pour la vie fraternelle. L’amitié tient une place importante dans sa vie religieuse. Plusieurs de ses frères sont pour lui un soutien dans les difficultés personnelles et apostoliques qu’il a rencontrées. Les pères Jean-Baptiste Lévy, Dominique Boulanger, Louis Mas, Aimon Nespoulous ont joué, à différentes périodes de sa vie religieuse, un rôle important. Durant sa dernière maladie, leur fidélité est un réconfort, en particulier la visite à Frasnes du père Mas, du 10 au 12 janvier 1869. À la fin du mois de janvier, le père Lataste réclame la visite du père Boulanger ; celui-ci ne peut se rendre à Frasnes, retenu par une prédication ; les deux amis ne se sont jamais revus.

14Le jour de Noël 1868, il célèbre pour la dernière fois la messe, pour la communauté des sœurs, et il a la joie de donner l’habit de l’Ordre à la première détenue accueillie à Béthanie, Angélique Jourdain. Elle avait entendu sa prédication à Cadillac, et devient ce jour-là Petite sœur Noël ; elle persévérera dans l’Ordre jusqu’à sa mort. C’est à la maison de Béthanie de Frasnes-le-Château (Haute-Saône) que Jean-Joseph Lataste meurt le 10 mars 1869, entouré par les sœurs de Béthanie, par le frère Dominique Roland, un frère étudiant qui l’avait eu comme père-maître et dont la sœur était entrée à Béthanie. Le couvent de Flavigny où le père Lataste avait été père-maître des novices profès, envoie une délégation de frères pour les obsèques ; l’un d’eux, le frère Henri Altmayer, a fait un compte rendu de la cérémonie dans L’Année dominicaine ; la longueur inhabituelle de ce texte montre sans doute l’effet qu’a eu la mort édifiante de ce jeune apôtre dans la province. La mort du père Lataste suscite également une grande émotion dans le village de Frasnes-le-Château. Les habitants viennent vénérer sa dépouille mortelle, lui faisant toucher des objets de piété. La messe de funérailles, célébrée par Antonin Éveillé-Lagrange, aumônier de Béthanie le 12 mars en présence de nombreux prêtres des environs, rassemble une foule considérable. Depuis le jour de son inhumation jusqu’à aujourd’hui, la présence permanente de courrier et de messages déposés sur sa tombe atteste de sa réputation de sainteté et du pouvoir d’intercession que lui reconnaissent des chrétiens.

Couvent de Montfe...Couvent de Montferrand-le-Château

Couvent de Montferrand-le-Château

Le corps de Jean-Joseph Lataste repose dans une chapelle spécialement aménagée dans le couvent des sœurs de Béthanie, situé à Montferrant dans le Doubs.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

15Son corps a été exhumé l’année suivante, lors du transfert du couvent des sœurs de Béthanie à Montferrand-le-Château (Doubs), où il repose, depuis sa béatification, dans une chapelle spécialement aménagée.

Le procès de béatification

Pièces pour instruire le procès de béatification de Jean-Joseph Lataste.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

16Commencé à Besançon en 1937, le procès de béatification du père Lataste s’est terminé en 2012. La Positio super virtutibus et fama sanctitatis a été déposée en 1996. L’héroïcité des vertus a été reconnue par le pape le 1er juin 2007. En juin 2011, le pape a autorisé la reconnaissance d’une guérison miraculeuse survenue en 1942 en Belgique, au diocèse de Namur, et attribuée à l’intercession du père Lataste. Sa béatification par le pape Benoît XVI a été célébrée le 3 juin 2012 à Besançon. La célébration liturgique du bienheureux Jean-Joseph est fixée au 5 septembre, jour de sa naissance.

17Ce procès de béatification a donné lieu au rassemblement d’une documentation considérable, conservée aux Archives généralices de la congrégation des dominicaines de Béthanie à Montferrand-le-château.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — L’ensemble des textes autographes connus (433 lettres, 465 sermons, des notes personnelles et des documents institutionnels relatifs à Béthanie) est conservé aux Archives dominicaines de la Province de France. Une version dactylographiée est consultable à la Bibliothèque du Saulchoir. — Une description détaillée des sources et de la bibliographie se trouve dans la Positio super virtutibus et fama sanctitatis, p. 547-563. Cette positio est consultable à la Bibliothèque du Saulchoir et sa partie historique peut être consultée et téléchargé en format pdf sur le site http://biblio.domuni.org/libres/lataste. — Jean-Marie Gueulette, « Ces femmes qui étaient mes sœurs… Vie du père Lataste, apôtre des prisons, Paris, Les Éditions du Cerf, 2012. — Jean-Marie Gueulette, « L’apostolat est l’essence du frère prêcheur. Le rapport du P. Lataste sur les observances pour le chapitre provincial de 1865 », Mémoire dominicaine, 13, 1998, p. 85-102. — Dominique Roland, « Rapport sur les derniers moments du P. Lataste », dans Jean-Marie Gueulette, Ces femmes qui étaient mes sœurs… Vie du père Lataste, apôtre des prisons, Paris, Les Éditions du Cerf, 2008, p. 291-317. — Robert et Claude Evers, Le père Lataste, apôtre des prisons, Porrentruy, La Bonne Presse, 1944, réimprimé sous le titre Le bienheureux Marie Jean Joseph Lataste, Paris, Les Éditions du Cerf, 2012 (anthologie d’extraits de textes du P. Lataste, malheureusement sans références).

Haut de page

Œuvre

Œuvres publiées du vivant du père Lataste

Récit évangélique, Le Rosaire perpétuel, I, Paris, Poussielgue, 1866. — La Bienheureuse Imelda Lambertini, Paris, Poussielgue, 1866 (cinq éditions de 1866 à 1875). — Les Réhabilitées, Paris, Poussielgue, 1866. — Les Réhabilitées, quelques détails sur la Maison de Béthanie, Tours, Imp. J. Bousery, s.d. — Compte rendu à nos bienfaiteurs 1866, Dijon, imp. Peutet-Pommery, 1866, rééd. 1867 et 1868.

Édition critique récente

Prêcheur de la miséricorde, textes choisis et présentés par Jean-Marie Gueulette, op, Paris, Les Éditions du Cerf, 1992. Il s’agit de la première édition critique des sermons du père Lataste en prison et des textes par lesquels il a cherché à alerter l’opinion publique française. Annotations, introductions, iconographie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Du service de l'État au service de Dieu
Légende Avant d'entrer dans l'Ordre des frères prêcheurs, Alcide Lataste exerce le métier de contrôleur des contributions directes dans plusieurs villes de France. Il entre au noviciat de Flavigny en 1857 sous le nom de frère Jean-Joseph.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/885/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Jeune frère prêcheur
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/885/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Légende Brochure décrivant l'œuvre de Jean-Joseph Lataste : en fondant de la congrégation des sœurs de Béthanie, il a ouvert aux femmes ayant passées des années en prison pour expier leur peine la possibilité de se consacrer à Dieu.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/885/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Couvent de Montferrand-le-Château
Légende Le corps de Jean-Joseph Lataste repose dans une chapelle spécialement aménagée dans le couvent des sœurs de Béthanie, situé à Montferrant dans le Doubs.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/885/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Légende Pièces pour instruire le procès de béatification de Jean-Joseph Lataste.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/885/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Marie Gueullette, « LATASTE Jean-Joseph », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, L, mis en ligne le 03 mai 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://dominicains.revues.org/885

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • Revues.org