Navigation – Plan du site

Lumière et vie (1951-2013)

Étienne Fouilloux

Résumé

Lumière et vie – revue de formation doctrinale chrétienne au départ, d’information et de formation voulant satisfaire aux exigences de la recherche théologique ensuite – a duré plus de soixante ans. Initialement implantée au couvent d’études de Saint-Alban-Leysse, elle est une émanation de la Province de Lyon. Sa ligne éditoriale a évolué au fil des contextes ecclésiaux et profanes. Comme le souligne Jean-Étienne Long dans son dernier numéro, la revue « née après guerre dans une période de grande curiosité intellectuelle s’est déployée dans le souffle de Vatican II et a connu une période militante, avant de se recentrer sur les questions de société et la formation aux fondamentaux de la foi ».

Haut de page

Historique

Notice validée le 12/03/2015 et mise en ligne le 24/05/2015.

Texte intégral

1Née en décembre 1951, Lumière et vie disparaît en décembre 2013, après avoir publié 300 livraisons durant ses six décennies d’existence. L’historien ne peut que regretter sa disparition, tout en soulignant que rares sont, dans la France d’aujourd’hui, les périodiques dotés d’une telle longévité.

2Il peut aussi tenter d’évaluer l’apport de la revue en retraçant le chemin qu’elle a parcouru dans une époque riche en bouleversements, pour l’Église comme pour le monde. Nombre de traits distinctifs de Lumière et vie incitent à penser qu’il fut rectiligne. Création dominicaine, la revue est restée dans l’orbite de l’Ordre tout au long de son existence : à l’exception d’Isabelle Chareire, ses directeurs ont tous été des frères prêcheurs. Malgré des inflexions notables, elle est restée une revue de réflexion théologique, à égale distance de la vulgarisation et de la recherche : articles courts et lisibles, pourvus d’un minimum d’appareil critique.

3Enfin, Lumière et vie est restée fidèle tout au long de son existence à la formule du numéro centré autour d’un thème dont une demi-douzaine d’articles illustrent les facettes. Ainsi a-t-elle rapidement fait figure d’« authentique bibliothèque de théologie chrétienne » (novembre 1953). Chroniques, Positions ou Librairie n’y ont jamais été que des compléments. Lumière et vie ne fut donc pas une revue ouverte aux propositions des auteurs, mais une revue fermée, aux articles commandés en fonction du thème défini.

4De ses débuts à sa fin elle eut donc une ligne éditoriale ferme. Reste à savoir si ce fut toujours la même… Sans sous-estimer les facteurs de permanence énoncés, l’historien parierait plutôt pour le changement après avoir survolé l’ensemble de la collection. Sans sortir d’un cadre de référence fixé une fois pour toutes, Lumière et vie est passée par des phases assez différentes au cours de sa longue existence. Elles se dessinent avec plus ou moins de netteté au croisement de trois paramètres majeurs : le souci de fidélité aux origines ; la personnalité des directeurs successifs ; le contexte ecclésial et profane dans lequel ils ont travaillé.

Une catéchèse supérieure (1951-1957)

5Le liminaire du premier numéro met les points sur les i : Lumière et vie (évangile selon saint Jean, 8, 12), phos zoé pour son logo en croix, sera la « revue de formation doctrinale » qui manque aux adultes qui en sont restés au catéchisme de leur enfance. En abordant « les grands mystères de la foi », elle leur fournira des armes « pour se garder des miasmes subtils et forts » des philosophies ou des mystiques ambiantes.

6Comment ne pas voir dans cette volonté défensive, un écho des préoccupations du magistère romain, un an et demi après l’encyclique Humani generis « sur certaines opinions fausses qui menacent de ruiner les fondements de la doctrine catholique » ? Du « Symbole des apôtres » (février 1952) aux « Réflexions sur le miracle » (juillet 1957) en passant par les principaux articles de la confession de foi et les grands thèmes de la morale chrétienne, ce programme est tenu par une équipe dont l’ossature est celle du corps professoral du couvent d’études de la Province dominicaine de Lyon, à Saint-Alban-Leysse, près de Chambéry, où la revue est domiciliée.

7Il faut attendre sa mort prématurée en 1959, pour apprendre que son fondateur et premier directeur fut un professeur d’exégèse dans la maison, Augustin Grail, qui y consuma les dernières forces d’une santé précaire pour sortir ses six livraisons annuelles.

Augustin Grail, e...Augustin Grail, exégète de la Province de Lyon et fondateur de la revue Lumière et vie

Augustin Grail, exégète de la Province de Lyon et fondateur de la revue Lumière et vie

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8Initiative personnelle ou projet collectif ? L’examen de la revue ne permet pas de trancher. À titre d’hypothèse, on peut avancer que Lumière et vie fournit opportunément à la Province dominicaine de Lyon, ou du moins à son couvent d’études, la visibilité qui lui faisait défaut entre la Province de France, c’est-à-dire de Paris, riche des publications du Cerf et la Province de Toulouse, qui venait de s’illustrer dans la défense du thomisme contre les jésuites de Fourvière. La revue naissante puise largement dans le vivier dominicain, tout en trouvant des appuis solides dans le vivier catholique lyonnais.

9Le cap doctrinal est maintenu, bien que ses lecteurs reprochent rapidement à Lumière et vie « de ne point prendre parti dans les débats contemporains » (novembre 1953). Il faut dire qu’en pleine crise des prêtres-ouvriers et du progressisme chrétien, qui secoue la Province de Lyon (censure puis défection des pères Desroches et Montuclard), l’actualité n’en manque pas. Il faut aller jusqu’au bout d’une recension (favorable) de Jalons pour une théologie du laïcat pour lire, sous la plume d’une autorité de la Province de Lyon, Humbert Bouëssé, que le père Congar « a besoin, pour accomplir la tâche qu’il a entreprise, de ce concours de confiance et d’attention amicales sans lesquelles la vie intellectuelle devient difficile et perd sa joie, sinon sa sérénité » : en novembre 1954, quand paraissent ces lignes, le théologien du Saulchoir est en procès au Saint-Office.

Le studium de Sai...Le studium de Saint-Alban-Leysse, siège de la revue Lumière et vie jusqu’en 1957

Le studium de Saint-Alban-Leysse, siège de la revue Lumière et vie jusqu’en 1957

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

10La plupart des numéros convoquent biblistes, historiens, philosophes et théologiens pour exposer un aspect du dogme ou de la morale. Peu à peu apparaissent néanmoins des préoccupations exogènes : « Chrétiens séparés devant l’œcuménisme », qui ne leur donne pas la parole (janvier 1955), « Réflexions sur le travail » (mars 1955), « L’Islam »… sans musulmans (janvier 1956), voire une enquête sur le communisme français, presque entièrement sous-traitée aux spécialistes jésuites (juillet 1956).

11Les retards croissants de publication, du fait de la maladie du père Grail et de l’intérim confié à René Luquet et Yves Trémel, entraînent le passage de six livraisons annuelles à cinq en novembre 1956, date à laquelle figure pour la première fois la signature de Christian Duquoc, auteur le plus prolixe de l’histoire de la revue.

Le souffle conciliaire (1957-1969)

12À l’automne 1957, le couvent d’études quitte Saint-Alban-Leysse pour le bâtiment conçu par Le Corbusier à Éveux, près de l’Arbresle, sous le patronage de Sainte-Marie de la Tourette. Lumière et vie ne le suit pas bien que son nouveau directeur en titre, Jean-Yves Jolif, soit professeur de philosophie au studium. La revue s’installe à Lyon, au couvent Saint-Abraham, place Gailleton, où est en poste son codirecteur René Beaupère, fondateur avec François Biot, en 1953, du Centre œcuménique Saint-Irénée. « Publiée cinq fois par an sous la direction d’un groupe de dominicains de la Province de Lyon », elle se dote d’un comité de rédaction où sont représentées les diverses communautés dominicaines de l’agglomération lyonnaise.

13Sans modification majeure de maquette, si ce n’est une légère réduction du format et une sensible augmentation du nombre des pages, elle connaît sous la houlette du père Beaupère, seul directeur à partir de 1962, un net changement d’orientation bien qu’elle nie tout « renoncement au but qu’elle s’est assignée » initialement. Certes des livraisons sur « L’espérance » (mars 1959), sur « Le sacrement de pénitence » (décembre 1964) ou sur « Satan » (août 1966) prolongent sa veine didactique qui vaut aussi pour des sujets « profanes » comme l’argent, les malades ou la ville. Lumière et vie entend néanmoins « serrer de plus près la réalité contemporaine ».

14C’est particulièrement visible dans le domaine culturel auquel la revue accorde une attention qui n’aura guère de suite : une discothèque adaptée au thème choisi s’ajoute à la Librairie, recentrée elle aussi, sous la plume des dominicains enseignants d’Oullins Henri Laxague et François Sanson. Quant au cinéma pour lequel se passionne le père Beaupère, il fait l’objet d’une livraison entière avec le concours du jésuite Henri Amet ou du jeune critique Christian Zimmer (octobre 1961).

15Mais là n’est pas le plus important. Lumière et vie prend fait et cause pour l’aggiornamento voulu par Jean XXIII dans les deux secteurs de l’ecclésiologie et de l’œcuménisme qui sont aussi les deux aspects complémentaires de la vocation du père Beaupère. Trois livraisons, puisées aux meilleures sources non catholiques, fait le point sur le protestantisme (décembre 1958), « Les Églises d’Orient » (octobre-décembre 1961) ou « La communion anglicane » (août-octobre 1963). Et la revue témoigne des activités du Centre Saint-Irénée, les pèlerinages œcuméniques en Terre Sainte notamment, à partir de 1961.

16Deux numéros sont d’ailleurs consacrés à Israël (mai 1958 et mars-avril 1969), le second suscitant l’une des rares polémiques dont la revue fasse état, au lendemain de la guerre des six jours : François Delpech et Fadiey Lovsky reprochent au père Cren son « manque d’équité dès qu’il s’agit des juifs et du judaïsme », voire son « antisémitisme théologique » (août 1969).

17Lumière et vie accueille à bras ouverts un concile réformateur qui comble ses attentes : trois livraisons majeures sont consacrées en 1959, 1962 et 1965 à l’événement dont François Biot, qui y assiste comme journaliste et comme expert privé, fournit une chronique incisive. Cette osmose avec une Église en état de concile assoit la réputation de Lumière et vie qui accueille tous les grands noms de la théologie conciliaire.

18Son retrait par rapport à l’actualité n’est plus de mise : la revue y colle de plus en plus, aux avant-postes du tournant imprimé à l’Église par Vatican II. Aussi est-elle particulièrement sensible aux prodromes de la crise de la fin des années 1960. Elle consacre un numéro prémonitoire au silence de Dieu (février 1964) et un autre aux théologies de la mort de Dieu (octobre 1968), avant que des personnalités aussi différentes que Louis Althusser, Marie-Dominique Chenu et Jean-Marie Domenach ne livrent leur diagnostic sur le marasme ecclésial, désormais patent (juin 1969).

Le temps de la contestation (1970-1978)

19René Beaupère n’est pas victime de la crise, mais un risque de dispersion entre tâches œcuméniques, activités culturelles et direction de la revue le conduit à chercher un successeur. Avec Christian Duquoc, il convainc Alain Durand, alors membre d’Économie et Humanisme, à Écully, de le remplacer. Ce passage de témoin marque une deuxième inflexion majeure pour Lumière et vie. Après en avoir sondé les lecteurs, la nouvelle direction propose un changement substantiel de forme et de fond.

20Le premier numéro de 1971 inaugure une nouvelle maquette au format presque carré avec en couverture un large bandeau qui change chaque année ; la conjonction « et » du titre disparaît au profit de l’esperluette (&), comme le logo cruciforme en lettres grecques.

21Tout en restant dirigée par un dominicain de la Province de Lyon, la revue se donne des structures collégiales. Réuni deux fois l’an, un comité d’élaboration nombreux et représentatif de l’aile marchante du catholicisme lyonnais la pourvoit en idées à exploiter parmi lesquelles le comité de rédaction puise une programmation : il comprend, outre un groupe de frères prêcheurs, un prêtre séculier, un pasteur protestant et plusieurs laïcs.

22Sur le fond, Lumière et vie troisième manière entend fournir un « éclairage plus approfondi des questions réelles de l’homme d’aujourd’hui », avec un recours aux sciences humaines, « encore incertaines sans doute, mais déjà indispensables », et selon une méthode inductive bien éloignée du surplomb doctrinal des origines (mai 1970).

23Un tel projet entraîne, pour les sujets de société comme pour les sujets d’Église, une radicalisation de la revue, sur fond de contestation sociale et de « crise catholique » (Denis Pelletier), dont elle devient un bon révélateur. « La sexualité en procès » (mai 1970), « Masculin et féminin » (février 1972), « L’avortement » (octobre 1972), « Le plaisir » (octobre 1973) : Lumière et vie intervient de façon audacieuse, avec l’outil psychanalytique, dans plusieurs débats nés de la libération des mœurs. De même, ses livraisons sur « Le travail en procès » (octobre 1975), « Médecine et société » (avril 1976) ou « En toute justice » (décembre 1977) font écho à la contestation des institutions dans la foulée du printemps 1968.

24L’institution Église n’y échappe pas. Dans ce domaine, le trait le plus saillant est l’irruption de l’analyse politique, bien dans le ton d’une décennie où tout est décrété politique. « Chrétien marxiste », numéro double sans doute le plus célèbre de la revue (août 1974) est emblématique d’un tel choix, mais il est encadré par une série d’autres de même tonalité : « Options politiques de l’Église » (décembre 1971) qui critique les « ambiguïtés du pluralisme », la supposée « Montée du fascisme », en Amérique latine du moins (mars 1975), les « Démocraties chrétiennes » dont on oppose la pratique conservatrice à la doctrine progressiste (mai 1977).

25Lumière et vie ne se contente pas de prêcher la bonne parole : pour la seule fois de son histoire, elle intervient directement dans l’arène. Au nom du comité d’élaboration qu’il préside, l’universitaire Guy Goureaux, fondateur du Cercle Jean XXIII de Nantes, condamne le coup d’État militaire de septembre 1973 au Chili et déplore que l’Église n’en fasse pas autant. Le 8 novembre suivant, la revue organise à Lyon une soirée sur le sujet qui réunit 600 personnes et qui tourne court du fait d’affrontements dans la salle.

26Bien que marquant un sensible virage à gauche, cette évolution est moins unilatérale qu’il n’y paraît à première vue. Dans le numéro « Chrétien marxiste » par exemple, Jean-Marie Domenach signale que l’histoire n’est pas l’absolu des chrétiens, contrairement à ce que semblent penser d’autres contributeurs ; et dans un courrier postérieur, il souligne le danger de « substituer un dogmatisme à un autre ».

27Si le modèle d’Église que prône alors la revue oscille entre « Les communautés de base » (décembre 1970), « Le prophétisme (décembre 1973) et « La théologie de la Libération » ou « Les théologies populaires » (décembre 1974 et décembre 1978), un numéro est consacré à la naissance du mouvement charismatique (décembre 1975), qui ne saurait toutefois faire oublier « les visages innombrables des pauvres ». Tout en publiant des auteurs acquis aux thèses révolutionnaires, Lumière et vie s’en tient à un réformisme dont la vigueur fait toutefois d’elle un des organes de la contestation catholique en France.

28Ce nouveau visage renvoie, en interne, à la crise de l’Ordre dont elle dépend. Le studium de l’Arbresle, fermé en 1971, est l’une des victimes de la crise. Affectée par de nombreux départs, la Province de Lyon peine à assurer la succession d’Alain Durand. Celle-ci échoit fin 1977 à un religieux brésilien en cours d’études à Paris, Magno-José Vilela, qui ne reste pas dominicain… Un an plus tard, il faut déjà lui trouver un successeur : la « crise catholique » dont elle est un bon témoin n’est pas sans effet de retour sur la revue.

Un recentrage (1979-2005) ?

29Autant les trois phases précédentes de Lumière et vie correspondant aux mandats de ses trois premiers directeurs, mais surtout aux trois moments par lesquels passe l’Église dans le troisième quart du XXe siècle (glaciation sous Pie XII, aggiornamento conciliaire, retombée de la « crise catholique »), sont bien typées, autant l’identité de la longue plage contemporaine de la restauration promue par Jean-Paul II est malaisée à définir.

30Quatre personnalités bien différentes se succèdent à la tête de la revue : le théologien moraliste de la Province de Lyon Michel Demaison (1979-1988), secrétaire de rédaction jusqu’en 1993, et le sociologue de la Province de Paris Antoine Lion (1988-1992), font partie d’une génération marquée par la contestation, dans laquelle le second s’est illustré au sein des « chrétiens marxistes ». La barre revient ensuite à leur aîné le théologien Christian Duquoc, au temps de sa retraite académique (1992-2001) : il réduit la voilure à quatre numéros par an en 1999, supprime le comité d’élaboration et célèbre le cinquantenaire en 2001, avant de céder la place à sa disciple de la Catho Isabelle Chareire, secrétaire de rédaction depuis 1993, mais laïque et femme, ce qui est une innovation majeure (2002-2005).

31Non sans un nouveau raté : le journaliste de la Province de Paris Jean-Pierre Manigne déclare rapidement forfait (2001-2002). Que de distance en apparence entre un Antoine Lion, sensible à tous les vents de la culture ambiante (numéro sur l’art en 1991), et un dogmaticien rigoureux comme Christian Duquoc, collaborateur assidu de la revue jusqu’à sa mort en 2008.

32Et pourtant, cette fin de siècle n’est pas dépourvue d’une unité conforme au vœu des lecteurs, sondés en 1994 par une enquête qui montre que l’air du temps a sensiblement modifié leurs attentes (janvier 1995). Certes, ils restent friands d’éclairages éthiques sur les nouvelles questions de société. C’est d’ailleurs sur ce terrain que la continuité est la plus forte avec la période antérieure : véritable tête chercheuse, Lumière et vie multiplie les éclairages pionniers sur « La condition homosexuelle » (mai 1980), « Biologie et éthique » (juin 1985), « La différence des sexes » (novembre 1989), « Le sida et les chrétiens » (juillet 1990), « Écologie et création » (septembre 1993) ou « L’euthanasie » (1998).

33En revanche, le moindre intérêt des lecteurs pour les approches politiques entraîne leur quasi-disparition, sauf pour la défense d’un principe (« Le racisme une hérésie », mars 1987) ou pour le constat d’un changement majeur d’ambiance (« Aujourd’hui l’individualisme », novembre 1987). Sur les questions religieuses, Lumière et vie revient pour un temps à ses anciennes amours : l’œcuménisme notamment avec une chronique éphémère de René Beaupère et des numéros sur « Martin Luther » (juin 1983) ; et elle élargit son spectre aux « Bouddhismes en Occident » (août 1989).

34Sur les débats ecclésiaux, elle maintient son réformisme ; mais constatant tôt que le climat n’y est plus au « beau fixe pour la liberté de recherche de parole » (Antoine Lion, mars 1989), elle combat pied à pied la restauration en marche : Positions polémiques inaugurées par Christian Duquoc, sur la destitution de Mgr Gaillot par exemple (janvier 1995), et livraisons critiques sur « Le catéchisme de l’Église catholique » (février 1994) ou sur le refus d’ordonner des femmes (septembre 1995).

35Mais cette critique appelle elle-même la critique : Isabelle Chareire doit justifier une recension sévère du livre de Jacques Duquesne sur Marie jugé iconoclaste en 2004. Et un premier bilan du pontificat « inclassable » de Jean-Paul II (mars 2003) apparaît trop équilibré au nostalgique de la dynamique conciliaire qu’est le théologien lyonnais Henri Denis (Position, septembre 2003).

36Cette veine critique s’accompagne désormais d’un certain retour aux origines avec des numéros de formation plébiscités par les lecteurs. Rien n’est plus significatif à cet égard que la multiplication des livraisons sur des personnages ou des livres de la Bible, qui recourent largement aux exégètes protestants : pas moins d’une vingtaine entre « Présence de l’Ancien Testament » avec une contribution d’Emmanuel Lévinas (octobre 1979), et Abraham (juin 2005). Dès novembre-décembre 1979, la revue s’emploie d’ailleurs à « Redire la foi » et elle consacre des numéros à « La dimension spirituelle » (mars 1986), à « La contemplation » (juin 1992) ou à « Connaître Dieu » (mars 2005). Lumière et vie n’a perdu de son mordant ni sur les questions de société ni sur les questions d’Église, malgré des signes d’apaisement au début du XXIe siècle. Elle a cependant délaissé l’analyse politique pour revenir aux fondamentaux de la foi chrétienne avec les outils de l’exégèse et de la théologie.

Le rajeunissement interrompu (2006-2013)

37En 2006, après un bref intermède assuré par Michel Demaison (2005), Lumière et vie tourne une page décisive de son histoire : elle passe aux mains de religieux des anciennes Provinces de Paris et de Lyon qui n’ont vécu ni le concile ni le gros de la crise postérieure (table ronde « Adieu Vatican II ? », juin 2010). Son directeur Hervé Jégou n’en est pas la cheville ouvrière, tâche qui revient au « rédacteur », Jean-Étienne Long.

38En 2007 paraît une nouvelle formule qui rompt en partie avec le passé. Si le format est conservé, la maquette austère, épurée en 1991 (esperluette redessinée, dont la branche supérieure couple le « V » de Vie désormais majuscule), est abandonnée au profit de couvertures polychromes illustrant le thème du numéro : puisées le plus souvent dans l’iconographie chrétienne, elles peuvent aussi se montrer inventives, comme la couverture double du numéro sur « Le vêtement » (décembre 2011). Des illustrations internes et des encadrés aèrent le contenu.

39Si chaque numéro demeure centré sur un thème assorti de Positions et d’une Librairie, la principale innovation de fond est le long entretien inaugural avec un théologien catholique ou protestant, voire orthodoxe (Placide Deseille, juin 2013). En sept ans, soit vingt-huit livraisons, la revue a ainsi fourni un panorama suggestif de la théologie chrétienne sans privilégier aucun courant.

40Des Regards croisés contribuent en outre à « une proximité plus grande avec les questions des contemporains » en procurant des points de vue contrastés sur des points chauds comme la construction d’un mur en Palestine (juin 2007) ou la laïcité (mars 2008) ou la loi Taubira (mars et juin 2013).

41Jamais la revue n’a été plus séduisante qu’après cet important lifting. Et pourtant la nouvelle formule n’a pas trouvé son public. La faute au contenu ? Rien ne permet de l’affirmer, car il présente le même cocktail de questions de société (« La terre en héritage », juin 2011), de thèmes bibliques (de Noé à Timothée), d’approfondissement spirituel (« La méditation », septembre 2010) et de questions d’Église (« L’identité catholique », décembre 2010). Lumière et vie se paie même le luxe d’un retour apaisé en politique (« L’engagement », mars 2007 et « Robert Schuman », juin 2012). Si la sérénité domine, le ton peut demeurer incisif comme dans la Position de Jean-Étienne Long « Du triangle rose au mariage gay » qui suggère… en 2007, « l’institution d’une union civile propre aux homosexuels ».

42La revue dont la publication s’achève paraît à bien des égards plus attractive que ses formules antérieures. Plus qu’à ses lacunes, sa disparition est due à la contraction du lectorat chrétien, surtout dans sa portion la plus ouverte. Au temps de sa splendeur, Lumière et vie aurait compté jusqu’à 3 000 abonnés. En 1989, elle n’en avait plus que 1 900, sans que l’hémorragie soit enrayée : un peu plus de 1 000 en 2003, et moins de 600 en 2012, ce qui plonge ses comptes dans le rouge.

43Que le lectorat d’origine ait disparu, rien que de plus normal. Ce qui l’est moins, c’est l’absence de renouvellement : manifestement l’approche critique de la revue ne séduit plus un vivier catholique appauvri et guetté par la tentation identitaire. À sa manière, la fin de Lumière et vie signale le déplacement du centre de gravité du catholicisme français du pôle critique vers le pôle confessant. Son déclin fait ressortir, par contraste, la bonne santé de la revue catholique internationale Communio dont les numéros, bâtis eux aussi autour d’un thème unique, ont adopté d’emblée, en France comme ailleurs, la ligne confessante promue par Jean-Paul II.

44Le site www.lumiere-et-vie.fr met « à la disposition de tous et gratuitement les archives des 300 numéros de la revue » (Jean-Étienne Long, octobre-décembre 2013, p. 93) dont cet article initialement publié dans le numéro d’adieu.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/829/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Augustin Grail, exégète de la Province de Lyon et fondateur de la revue Lumière et vie
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/829/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Le studium de Saint-Alban-Leysse, siège de la revue Lumière et vie jusqu’en 1957
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/829/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 948k
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/829/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Étienne Fouilloux, « Lumière et vie (1951-2013) », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices thématiques, Médias, mis en ligne le 14 mars 2015, consulté le 24 mai 2017. URL : http://dominicains.revues.org/829

Haut de page

Auteur

Étienne Fouilloux

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • Revues.org