Navigation – Plan du site

BROSSETTE Gilles

BROSSETTE Jean à l’état civil ; BROSSETTE Gilles (de Santarem) en religion
Isabelle Parizet

Résumé

Né le 22 janvier 1836 à Lyon (Rhône), mort le 23 juillet 1892 à Bourg-en-Bresse (Ain).
Frère convers ; verrier au couvent du Saint-Nom de Jésus à Lyon.

Haut de page

Historique

Notice validée le 18/02/2015 et mise en ligne le 21/04/2015.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de Lyon : 12 novembre 1863 à Lyon
• Profession simple : 8 décembre 1867 à Lyon
• Profession solennelle : 1870

1Jean Brossette est né à Lyon, 42, rue des Farges : son père Jean-Claude Brossette, âgé de trente-deux ans, né le 5 messidor an XIII (24 juin 1805) à Theizé (Rhône), est fabricant d’étoffes de soie, et sa mère, Antoinette Ponsard, âgée de trente ans, est la fille d’un menuisier, Louis Ponsard. Charles Grandjean, marchand de nouveautés, et Jean Bernard Brun, emballeur, signent l’acte de naissance aux côtés du père de l’enfant.

2Jean Brossette manifeste très tôt un goût prononcé pour la peinture et la musique : présenté à l’École des Beaux-Arts de Lyon le 3 janvier 1853, il y est admis quelques jours plus tard, le 22. Primé au concours de Figures le 6 mars 1854, et à celui de Fleurs le 5 septembre 1855, son nom disparaît des registres à la fin 1855, il semble donc avoir quitté l’École vers cette date. Puis, il se forme à la peinture sur vitraux dans l’atelier du maître verrier Émile Benoît Marie Pagnon et prend des leçons de piano et d’orgue qui lui permettent de remplir les fonctions d’organiste à l’église Saint-Just, sa paroisse.

3Très pieux, il s’engage dans la fraternité du tiers-ordre de Saint-François à Lyon. Puis, il se tourne vers l’Ordre des frères prêcheurs qui viennent de s’implanter dans la ville et prend l’habit de Saint-Dominique dans la Province de Lyon comme tertiaire le 12 novembre 1863 sous le nom de frère Aegidius ou Gilles de Santarem. Admis comme convers, il fait profession simple le 8 décembre 1867.

http://fr.geneawiki.com/​index.php/​69123_-_%C3%89glise_Saint-Nom-de-J%C3%A9sus

4Sa formation artistique le désigne naturellement pour seconder Antonin Danzas, chargé des travaux de l’église du couvent du Saint-Nom de Jésus : « Le père Danzas trouva auprès de lui un auxiliaire précieux pour la confection des vitraux : le frère Aegidius, (dans le siècle Jean Brossette), dessinait parfaitement. Il avait eu un prix à l’École des Beaux-Arts. On doit dire à la louange de cet humble et bon frère qu’il tenait aussi bien le pinceau que le crayon, qu’il savait toucher de l’orgue, toutes choses qu’il fit avec cœur jusqu’à sa dernière maladie. » Dès le début de sa vie conventuelle, il travaille avec les frères Arbogaste Heinis, Eugène Baudin et Joachim Durif aux dessins et à la fabrication des vitraux de l’église du Saint-Nom qui est en cours de construction. On peut voir aujourd’hui dans la troisième travée côté nord, les médaillons qu’il a réalisés placés sous la figure des frères. Celui situé sous saint Thomas a été exécuté à Grigny lors de son apprentissage chez le maître verrier Jean-Baptiste Barrelon où il « a fait ses armes ». Côté sud dans la chapelle du Rosaire, il a partagé son travail avec le frère Joachim Durif.

5Lorsque la Commune de Lyon expulse en 1870 les dominicains de leur couvent, Gilles Brossette, après quelques mois d’errance, se réfugie avec la plupart de ses frères en Suisse, à Géronde, près de Sierre dans le Valais, où la communauté se reconstitue en formant un couvent. Il en est soulagé comme il l’écrit le 24 février 1871 :

Me voici de retour au couvent après trois mois et demi d’absence. O mon Dieu ! que de souffrances, que d’ennuis ; et le dirais-je que de larmes versées pendant cette absence ! “O Jérusalem, si jamais je t’oublie, que ma langue s’attache à mon palais !” – Oh oui, que de fois ma pensée s’est reportée dans le saint asile où mes frères jouissaient, dans la paix et le calme des douceurs de la vie religieuses ! “Qu’il est bon, qu’il est doux pour des frères d’habiter ensemble dans la maison du Seigneur !” – Mais enfin, m’y voici de retour, revêtu de nouveau du saint habit de notre BP saint Dominique. Mon Dieu, faites-moi la grâce de mourir revêtu de ces saintes livrées et entourées de mes frères bien-aimés.

6En novembre 1872, il réintègre le couvent à Lyon dont il constate le « triste aspect de dévastation et de destruction à l’atelier des vitraux. Monceaux de papiers déchirés, de débris de toutes sortes, etc. L’aile du couvent habitée jadis par les pères est abandonnée. Les carreaux sont enlevés, les vitres brisées, etc. Par opposition, grande joie d’être de nouveau au milieu de mes frères, de retrouver l’observance monastique, les exercices religieux, le chant des offices, le silence et le recueillement. » Gilles Brossette, tout en se consacrant à la restauration du couvent et en reprenant sa place à l’atelier des vitraux, est employé aux bureaux de La Couronne de Marie, la revue du Rosaire, et assure les charges d’organiste et d’infirmier jusqu’en juillet 1880 où il tombe malade.

7Souffrant de graves séquelles (altération de sa mémoire), Gilles Brossette passe sa convalescence chez des amis, ce qui lui évite d’être expulsé une nouvelle fois du couvent. Suffisamment remis, il reprend ses occupations au Saint-Nom de Jésus jusqu’à ce qu’une congestion cérébrale le terrasse. Placé à l’asile de La Teppe, près de Tain (Drôme), son état s’aggrave et le conduit à l’asile Saint-Georges de Bourg-en-Bresse où il meurt « laissant après lui la mémoire bénie d’un parfait obéissant ».

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de Lyon : fonds B1317, p. 8 ; B1140/9. — Archives départementales du Rhône : état civil Lyon, 2E126, 1806, acte 1155 (naissance) ; ibidem, 2E321, 1836, 248 (naissance). — Archives départementales de l’Ain : Bourg en Bresse, D101, 1892, acte 371 (décès). — Archives municipales de Lyon, registre EBA 1839-1868, 2210/W/13. — Joachim Berthier, Le RP Danzas de l’ordre des frères prêcheurs. Ses œuvres artistiques, Saint-Étienne, Impr. Théolier, 1897, note 5, p. 23. — « Le frère Egidius Brossette », La Couronne de Marie, 9, septembre 1892, p. 258-266 ; ibidem, 12, décembre 1892, p. 353-356. — Bernard Hodel, « D’expulsion en expulsion. Les dominicains de la Province d’Occitanie en Valais », Vallesia, 52, 1997, p. 35-67. — Isabelle Parizet, « L’atelier de vitraux du couvent du Saint-Nom de Jésus à Lyon. Relecture prosopographique des archives du couvent », Un passé recomposé, textes réunis par Jean-Marie Gueullette, Chrétiens et Sociétés, 25, 2015, p. 49-72.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits http://fr.geneawiki.com/​index.php/​69123_-_%C3%89glise_Saint-Nom-de-J%C3%A9sus
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/795/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Isabelle Parizet, « BROSSETTE Gilles », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, B, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 24 août 2017. URL : http://dominicains.revues.org/795

Haut de page

Auteur

Isabelle Parizet

Notices du même auteur

  • BAUDIN Eugène Alvarez [Texte intégral]
    BAUDIN Eugène Hippolyte à l’état civil ; BAUDIN Eugène Alvarez en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B
  • DURIF Joachim [Texte intégral]
    DURIF Pierre Auguste à l’état civil ; DURIF Joachim en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • HEINIS Arbogaste [Texte intégral]
    HEINIS Albert à l’état civil ; HEINIS Arbogaste en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, H
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • Revues.org