Skip to navigation – Site map

GAYRAUD Innocent

GAYRAUD Hugues Hippolyte à l’état civil ; GAYRAUD Marie-Innocent en religion
Martin Dumont

Abstract

Né le 13 août 1856 à Lavit (Tarn-et-Garonne) ; mort le 17 décembre 1911 à Bourg-la-Reine (Seine, Hauts-de-Seine). Dominicain de 1877 à 1893, Innocent Gayraud – devenu l’abbé Gayraud – est une des figures de la démocratie chrétienne. Il a siégé à l’Assemblée nationale de 1897 à 1911.

Top of page

Editor's notes

Notice mise en ligne le 24/03/2017

Full text

• Vestition pour la Province de Toulouse : 28 décembre 1877 à Saint-Maximin
• Profession simple : 28 décembre 1878 à Saint-Maximin
• Profession solennelle : 28 décembre 1881 à Salamanque (Espagne)
• Ordination sacerdotale : information non disponible
• Sortie de l’Ordre : 1893

1Fils de Jean Gayraud, maréchal-ferrant et de Jeanne Chenu, modiste, Hippolyte est l’aîné d’une famille d’artisans du village occitan de Lavit. Sa jeune sœur, Marie Anne, née en 1859 meurt en 1891. Résidant dans sa commune natale où elle s’était mariée, elle y exerçait la profession de couturière, comme sa mère qui décède en 1895 laissant seul son père qui, à quatre-vingt-deux ans, verra s’éteindre son fils. Hippolyte reçoit une première formation cléricale dans le diocèse de Montauban avant de côtoyer au séminaire d’Issy Albert Lagrange et Pierre Battifol. Des années plus tard, le père Lagrange confiait au père Pierre Benoît à l’occasion de la rédaction de ses Souvenirs, qu’il y avait eu entre les trois séminaristes une répartition des tâches dans leurs différents projets de servir l’Église sur les terrains de lutte les plus actuels : à Battifol les études historiques ; à Lagrange, la Bible ; à Gayraud, les problèmes sociaux et politiques (Souvenirs personnels, 1967, préface de Pierre Benoît, p. 12, 279, 281).

Les premières années dans la Province dominicaine de Toulouse

2C’est à l’âge de vingt et un ans que l’abbé Gayraud reçoit l’habit des mains d’Albert Gebhart le 28 décembre 1877 au couvent de Saint-Maximin. Ce dernier cumule un temps les charges de prieur et de maître des novices avant que Vincent de Pascal ne soit institué prieur, en octobre 1878. Le novice reçoit le nom de frère Innocent mais il fera usage, pour signer ses premières publications, de son prénom civil. Le 28 décembre 1878, il fait profession simple à Saint-Maximin. Deux ans plus tard, les décrets gouvernementaux imposant l’expulsion des jésuites et le dépôt d’une demande d’autorisation pour les congrégations ouvrent une période de fortes tensions entre la République et l’Église catholique. Le 6 novembre, la gendarmerie expulse les religieux de Saint-Maximin sous l’autorité du préfet du Var, malgré les protestations d’une partie de la population. Comme d’autres frères, Gayraud aurait fait entendre, mais en vain, une protestation.

3Avec Marie-Joseph Lagrange et Paul Wetterlé, entre autres, il quitte alors la France pour Salamanque, désigné en accord avec le maître de l’Ordre pour devenir le couvent d’études de la province de Toulouse en Espagne. Le couvent San Esteban, sans occupant, est mis à la disposition des dominicains français et placé sous l’autorité d’Étienne-Marie Gallais. Ce dernier reçoit la profession solennelle d’Innocent Gayraud le 28 décembre 1881, en terre d’exil.

4Ordonné prêtre, il se voit confier en 1885 le cours de lieux théologiques. La même année, Hyacinthe Lacomme et Marie-Joseph Lagrange commencent eux aussi à enseigner. Après son retour en France, il devient lecteur en philosophie au couvent de Toulouse de 1886 à 1890, puis, remplaçant dans cette fonction Thomas Coconnier envoyé à Fribourg, il enseigne la philosophie scolastique à l’Institut catholique de Toulouse de 1890 à 1893. En 1889, il fait ses premières armes en publiant « une étude consacrée à l’opposition entre thomisme et molinisme », savoir Thomisme et molinisme. Première partie. Préliminaires historiques et critiques du molinisme. Elle approfondit des travaux plus modestes publiés auparavant sous forme d’articles dans La Science catholique (« Thomisme et molinisme », La Science catholique, II/12, 1888, p. 737-747 ; III/4, 1889, p. 215-231). Le père Théodore de Régnon, de la Compagnie de Jésus, ayant fait paraître Bannésianisme et molinisme, Gayraud relève le gant en publiant Thomisme et molinisme. Première partie. Critique du molinisme. Réplique au RP. Th. de Régnon en 1890, puis, en 1892, Providence et libre arbitre, selon saint Thomas d’Aquin. Thomisme et molinisme. Seconde partie. Exposition du thomisme. « Dans ces premiers ouvrages, indique la notice du Dictionnaire de théologie catholique (col. 1173-1174), le RP. Gayraud est thomiste prédéterministe. Les opinions de l’auteur s’étant modifiées “à la suite d’une étude nouvelle et plus indépendante des textes de saint Thomas d’Aquin”, M. Gayraud publie, dans le sens des néo-thomistes qui admettent la prémotion, mais non la prédétermination physique, Saint Thomas et le prédéterminisme. »

Gayraud et les origines de la Revue thomiste

5Avant le départ de Coconnier pour la Suisse, Gayraud présente avec celui-ci au chapitre provincial un projet de « revue dominicaine et thomiste », projet qui ne devait voir le jour qu’en 1893. En réalité, deux rapports sont commandés par le provincial Gallais, l’un à Gayraud, l’autre à Réginald Garaud (qui s’exécutera quelques mois plus tard). Le 16 juin 1890, il remet donc son « Rapport sur le projet de fondation d’une grande Revue dominicaine et thomiste ». Pour lui, la revue envisagée doit être « une revue de théologie thomiste, dans le sens large que saint Thomas et son école donnent au mot théologie. Il y aurait des articles de théologie proprement dite, de philosophie, d’histoire, de droit canonique, de sciences, de littérature et d’art. On publierait des bulletins ou comptes rendus d’ouvrages théologiques, philosophiques, etc. ». Ce sera non « une œuvre de la province, mais l’affaire personnelle de deux religieux (le P. Coconnier et moi) […] sous les yeux du provincial et du maître général » (Donneaud, 1991, p. 8). Pour les collaborations, on fera appel aux frères des provinces de France et de l’étranger, ainsi qu’à des personnalités extérieures.

6Si le rapport est signé par Gayraud seul, Coconnier sert de caution morale. Sans doute Innocent Gayraud avait-il déjà largement exposé son projet au chapitre d’avril 1890, Réginald Garaud indiquant peu après dans son rapport que ce que propose son confrère lui « semble dépasser la portée de [la] province ». Le projet est remis à plus tard, mais Gayraud et Coconnier le gardent cependant à l’esprit, le premier ayant un échange à ce sujet avec Joachim-Joseph Berthier, qui avait un projet de revue pour Fribourg. Toutefois, deux ans et demi plus tard, en janvier 1893, il quitte l’habit dominicain. Des mauvaises langues feront état de conduite malavisée dans le cadre d’un divorce familial, et de quelques poésies légères qu’on lui attribuait. Ses anciens confrères devaient reconnaître quelques années plus tard que son attitude n’avait rien eu d’inconvenante. De fait, son départ s’est sans doute décidé tardivement, causé peut-être par des problèmes humains, mais surtout — et avant tout — par « rien moins qu’une incompatibilité de fond avec l’état d’esprit dominant des religieux de la Province de Toulouse » (Donneaud, Laffay, Montagnes, 2015, p. 156). Dans une lettre adressée au provincial Gallais en 1897, Hyacinthe-Marie Cormier use d’un langage exceptionnellement sévère pour lui en relevant que Gayraud a « un esprit déjà demi-dévoyé et une volonté superbe, présomptueuse, qui relève surtout d’elle-même ». D’autres religieux, comme Louis Mas, témoignent cependant de leur amitié à Gayraud au moment de sa sortie de l’Ordre et l’encouragent dans la mission qu’il entrevoit. Au début du mois de décembre 1892, Gayraud promettait à Coconnier un article sur le Contrat social, pour le premier numéro de la Revue thomiste, tout en lui laissant entendre que la situation était très délicate pour lui. Il devait également se charger des sciences sociales dans la revue, mais le travail qu’il avait commencé à effectuer est livré à La Science catholique, « à laquelle il collaborait déjà avec le P. Coconnier » (Donneaud, 1991, p. 60). Ce dernier comptait également sur Gayraud pour s’occuper du « bulletin philosophique » (dans la Revue thomiste), ce que Gayraud devait accepter, en décembre 1892, précisant : « Il va sans dire que la sociologie appartient au bulletin philosophique. »

7Pour Henry Donneaud, le passage au catholicisme social, chez Gayraud n’est qu’une suite logique de son engagement thomiste : « [L]es positions d’Innocent Gayraud, devenu l’abbé Gayraud, illustrent un type de filiation thomiste, caractérisé par un idéal volontariste d’organisation de la société. Ce thomisme rejoint spontanément le catholicisme social, dans ses composantes tant antilibérales que démocrates. Il lui fournit même des assises appréciées dans la tradition de l’Église ». Il insiste ailleurs : « L’engagement politique et social qu’il a très vite mené aux côtés des “abbés démocrates” témoigne de son souci de prolonger l’action doctrinale dans une direction nouvelle que ses frères de religion ne devaient guère admettre » (Donneaud, Laffay, Montagnes, 2015, respectivement p. 163 et 155). Par ailleurs, si le caractère – entier, et pour le moins peu enclin à la nuance – de Gayraud a pesé très certainement dans le processus de sortie de l’Ordre, il est manifeste qu’il se sent à l’étroit à Toulouse, et que la mission qu’il désire accomplir – la diffusion des idées sociales – ne peut s’accomplir qu’au dehors, avec tous les déchirements que cela entraîne. Comme l’écrit Henry Donneaud : « [P]our lui, les fondements thomistes de Rerum Novarum devaient fournir la base d’une réflexion nouvelle à engager à l’intérieur de la doctrine de l’Église et à prolonger par une action de réforme sociale, en particulier au moyen de la politique » (Donneaud, Laffay, Montagnes, 2015, p. 156).

8Après son départ de la vie religieuse et sa sécularisation, Gayraud, qui a repris définitivement son prénom de baptême, se lance à corps perdu dans les œuvres sociales et l’apostolat auprès des masses. Dès le début des années 1890, il avait participé à des conférences contradictoires à Toulouse et Bordeaux. Il se confronte alors notamment à Jules Guesde et Paul Lafargue, Jaurès assistant à l’une de ces conférences : « Fort curieux de ces débats, il [Jaurès] va, le 16 janvier 1892, assister à Bordeaux à une conférence contradictoire sur le socialisme chrétien et le socialisme scientifique, où Guesde et Lafargue affrontent l’abbé Naudet, lié aux Cercles catholiques ouvriers, et l’abbé Gayraud, professeur à l’Institut catholique de Toulouse » (Madeleine Rébérioux, 1961, p. 1102). Puis il soutient, avec son confrère Henri Guillermin, la Ligue populaire développée à Bordeaux par Gaston David, le beau-frère du président Carnot, bientôt remplacé par Étienne Lamy. Ce dernier écrit à Gaston David : « [P]armi les adhésions d’hier, il y en avait deux très importantes et très explicites : celle du RP. Guillermin, et celle du RP. Gayraud, des dominicains de Toulouse » (AN, fonds Étienne Lamy). Dans le même temps, il avait publié une petite brochure – qu’il reprendra en 1897 dans Questions du jour, politiques, sociales, religieuses, philosophiques et Le Devoir des catholiques au moment présent –, où il se déclare nettement favorable au Ralliement. Devenu « missionnaire apostolique », titre honorifique accordé pour lui permettre un ministère indépendant de toute tâche paroissiale, il s’engage aux côtés de ses confrères abbés démocrates Paul Naudet, Pierre Dabry, Léon Dehon, et bien d’autres encore, « entr[ant] en polémique ouverte avec les défenseurs des écoles conservatrices et libérales, ainsi qu’avec l’Association catholique des patrons du Nord » (Laplanche, 1996, p. 271). Son penchant social lui fait alors emprunter la voie de l’antisémitisme (contrairement à son confrère Vincent Maumus, Gayraud ne fut jamais dreyfusard), publiant en 1896 L’antisémitisme de saint Thomas d’Aquin, s’attirant des commentaires élogieux de La Libre Parole, le journal d’Édouard Drumont : « Nous l’avons [l’abbé Gayraud] soutenu parce qu’il a écrit un beau livre sur l’antisémitisme dont nous avions parlé avec éloges bien avant l’ouverture de la période électorale à Brest. Nous l’avons soutenu en un mot parce qu’il était antisémite, sans nous préoccuper de sa nuance politique […], comme nous soutiendrons demain le royaliste qui, rentrant dans la vraie tradition monarchique, osera dire avec tous et tout haut que le juif est le véritable ennemi », peut-on lire dans le journal, au lendemain de son élection comme député de la 3e circonscription de Brest (André de Boisandré, La Libre Parole, 26 janvier 1897). Aux côtés des abbés démocrates, et grâce à eux, il participe aux congrès de la Démocratie chrétienne, dont le premier se déroule à Lyon à la fin du mois de novembre 1896. Avec une verve qui lui est coutumière, l’abbé Pierre Dabry rend compte de cette participation : « C’est dans une de ces séances que se révéla au public l’abbé Gayraud. […] [I]l avait assez de notoriété pour que les organisateurs du congrès de Lyon lui demandassent non seulement un rapport, mais un morceau d’éloquence pour une des réunions du soir. Ce morceau d’éloquence ne ressembla à rien de ce que l’on avait entendu. Tandis que les autres avaient pris l’auditoire par l’imagination ou par le cœur, il fit ce tour de force de le prendre, de le vaincre et de le subjuguer par la faculté la plus froide de l’homme, par la raison. Il fit une démonstration, il prouva que le socialisme, considéré non pas au point de vue politique, mais au point de vue proprement social, est le contraire et l’ennemi de la démocratie […] » (Pierre Dabry, 1905, p. 421-422). Peu après, son nom est choisi pour succéder à Mgr d’Hulst à la Chambre.

Brest, d’une élection l’autre

9Ce n’est pas le lieu ici de traiter longuement de la succession de Maurice d’Hulst, député de la 3e circonscription du Finistère, mort en novembre 1896. Un temps pressenti, Mgr de Cabrières, évêque de Montpellier dont les sentiments monarchistes sont connus, hésite avant de renoncer devant les risques de division catholique dans la contrée. Plusieurs hypothèses sont avancées – le père Félix Charmetant, Étienne Lamy, d’autres encore –, tandis que le comité monarchiste choisit un candidat local, le comte de Blois, maire de Coat-Méal, catholique fervent défenseur des droits de l’Église mais resté orléaniste après l’encyclique Au milieu des sollicitudes (1892). Mais le Léon étant terre de démocratie cléricale les curés grands électeurs optent pour Hippolyte Gayraud, candidat extérieur à la Bretagne, certes, mais ecclésiastique, en dehors duquel nulla salus et pour qui désormais la puissante machine cléricale est mise en branle – comme elle avait pu, certes, déjà avoir été activée lors des précédentes échéances électorales, mais jamais dans le cadre d’une guerre fratricide. En cette terre léonarde, la situation est radicalement nouvelle : jusqu’alors, « l’union des catholiques était de tradition, avant toute considération d’ordre politique. C’est donc une première historique » (Pascal, 1987, p. 170). De fait, lorsque la candidature Gayraud est annoncée, puis soutenue par le clergé léonard – en tête duquel les curés de Ploudalmézeau et Lannilis –, prêtres et séminaristes usent de leur influence sur la population, vilipendant le concurrent de Gayraud. Toutefois, le comte de Blois refuse d’attaquer trop fortement son adversaire, même si « [sa] déception […] est à son comble, lui qui s’est toujours conduit en chrétien ferme et respectueux, [et] ne peut supporter l’esprit dominateur des prêtres sur les populations rurales » (Ibid.). Le 24 janvier 1897, au terme d’une campagne féroce, où le clergé agite la menace de suspension des sacrements en cas de vote blésois, Gayraud est élu, « victoire de la démocratie cléricale sur les châtelains conservateurs » (Pascal, 1983, p. 365). À Rome et en France, son succès est cause de réjouissance : « C’est comme champion des enseignements et des directions du Saint-Père que le père G[ayraud] a été loué ici [à Rome] par le père Eschbach, du séminaire français, par M. Dehon, par M. Harmel, qui ne se possédait pas de joie à la nouvelle de l’élection » écrit, depuis Rome où il est procureur général de l’Ordre, Hyacinthe-Marie Cormier à Étienne-Marie Gallais, le 18 février 1897 (Donneaud, Laffay, Montagnes, 2015, p. 158). Toutefois, peu de temps après, les réclamations pour ingérence cléricale affluent à l’Assemblée ; le 6 juillet, la commission d’invalidation qui avait été mise sur pied demande l’annulation, approuvée par 348 voix contre 76. La campagne est donc relancée, avec à nouveau ses violences verbales. Gayraud, lui, piqué au vif et s’étant pris au jeu, alors qu’il avait déclaré quelques temps auparavant avoir accepté une candidature par obligation, proclame, peu avant le 29 août : « Plus encore qu’au 24 janvier, la France et l’Église regardent la 3e circonscription de Brest et sont dans l’attente de son vote. Leur espoir ne sera pas trompé » (Ibid., p. 173). Au soir du 29 août, Gayraud l’emporte sur le comte de Blois, avec un écart de voix plus important que lors du 24 janvier, les autres concurrents ne s’étant, cette fois, pas présentés.

10L’élection de 1897 entraîne de vives réactions dans la Province de Toulouse. Le provincial Gallais, soutenu à Rome par le procureur Cormier, dénonce, le jour même de l’élection, dans une lettre envoyée à l’évêque de Quimper et rendue publique par celui-ci, « cette prétendue mission providentielle dont il est question dans la lettre du candidat de Brest ». Il entend dédouaner sa province de toute responsabilité dans un projet politique qu’il n’approuve pas : « Je souffre de le voir jeter au public sans vergogne aucune le nom de nos plus saints religieux, leur faire dire des choses auxquelles ils n’ont jamais pensé et les traiter comme de vulgaires politiciens en se livrant avec eux au jeu des petits papiers », écrit-il le 5 février 1897. La polémique conduite par Gallais vise d’abord à reformer l’unité des dominicains de la province de Toulouse autour de lui. Cette intervention a cependant aussi pour effet d’agiter la presse et l’opinion catholique jusqu’au scandale. Des lettres de prêtres ou de fidèles adressées aux supérieurs de la province de Toulouse leur reprochent leur animosité contre leur ancien confrère et le bénéfice que sauront en tirer les anticléricaux d’une part, les royalistes opposés aux directives pontificales d’autre part. La campagne est telle que le maître de l’Ordre, Andreas Frühwirth, s’en inquiète et intervient pour recommander le silence au provincial.

L’abbé Gayraud en...L’abbé Gayraud enrôlé dans la défense des écoles congréganistes (1902)

L’abbé Gayraud enrôlé dans la défense des écoles congréganistes (1902)

11Si Gayraud est réélu en mars 1898 sans concurrent, la situation est plus compliquée pour lui en 1902, l’évêque de Quimper, François-Virgile Dubillard, souhaitant se débarrasser d’une personnalité qu’il juge encombrante et n’ayant que faire de son autorité. Une candidature locale est suscitée, en la personne de l’abbé Yves Stéphan, curé-doyen de Saint-Renan. L’initiative de Mgr Dubillard est fort peu appréciée, tant par une partie du clergé local, acquise à Gayraud, que par ce dernier. La politique étant bien souvent affaire de basse cuisine, la situation délicate du chef de file des ralliés Jacques Piou, qui vient de fonder l’Action libérale et en qui la papauté place de nouveau une partie de ses espoirs, suscite quelques frémissements en direction des terres bretonnes. À la suite d’une suggestion du cardinal secrétaire d’État, Mariano Rampolla, pour qui, selon les archives de la Secrétairerie d’État du 11 février 1902, « il semble souhaitable que l’Abbé Gayraud fasse le sacrifice de sa satisfaction personnelle, en retirant sa candidature du collège électoral de Brest, qui est le seul où celle de Piou puisse être accueillie favorablement », le nonce Benedetto Lorenzelli examine l’hypothèse selon laquelle le cardinal archevêque de Paris, François Richard, nommerait Gayraud professeur à l’Institut catholique, laissant ainsi la voie libre à Jacques Piou, l’abbé Stéphan se retirant. Le plan élaboré échoue cependant. D’une part, parce que « le cardinal Richard ne veut pas nommer Gayraud professeur » (ASV, lettre de Lorenzelli à Rampolla, 29 janvier 1902). Et, d’autre part, parce que les opérations se déroulant avec une discrétion et une délicatesse toutes relatives, Gayraud, qui un temps avait semblé accepter de retirer sa candidature, goûte fort peu la tournure prise par les événements et, avec le caractère qui est le sien, réagit, revenant sur son retrait, et intime au nonce l’ordre de tout arrêter, sans quoi la situation pourrait devenir explosive. Il se considère prêtre, certes, mais il est représentant de la nation : « Ma condition, dans le cas présent, est celle d’un citoyen français élu député, par des citoyens français », écrit-il à Lorenzelli le 6 mai 1902 (ASV). Le nonce, lui, ne sort-il pas de son rôle en cherchant à l’évincer ? Gayraud le laisse entendre dans le même courrier : « Mais l’agent diplomatique du Saint-Siège qui s’ingère dans une question de politique intérieure électorale, se souvient-il bien de sa condition ? Je n’ai jamais reculé devant des menaces, au contraire. Aussi n’est-ce pas là le bon moyen de me dissuader de parler. Il est de mon droit et de mon devoir d’empêcher le renouvellement de pareils faits. Je choisirai, à mon gré, et le temps et le lieu » (ASV). Dès lors, afin de ne pas attirer plus avant l’attention des journaux et du ministère sur la pré-campagne électorale, le nonce et l’évêque de Quimper abandonnent la partie, laissant Yves Stéphan à son sort. Lorenzelli ne peut toutefois cacher son amertume, rebaptisant l’ancien dominicain, dans une lettre à Rampolla du 2 avril 1902, « Hypocrite Gayraud » (ASV). Ainsi, Gayraud est réélu, avec plus de 60 % des voix, le 27 avril 1902. Il apparaît désormais comme une personnalité encombrante mais puissamment enracinée localement, et ses adversaires doivent rendre les armes, tout au moins adopter une attitude d’hostilité larvée, sans qu’il ait à s’en inquiéter, étant réélu jusqu’à sa mort. « La suite de la carrière du député de Brest est sans histoire. Républicains ou royalistes intransigeants vont se réfugier dans l’abstention (32 % et 34,8 %) ou manifester leur hostilité en portant sur leur bulletin le nom de leur choix. Le 6 mai 1906 et le 24 avril 1910, Gayraud n’a pas de concurrent sérieux, il l’emporte avec 90,5 % des votants et 87 % » (Pascal, 1987, p. 175).

Gayraud, Loisy, Blondel ou l’engagement antimoderniste

12Peu après la réélection mouvementée de 1902, Gayraud s’engage dans la controverse doctrinale, en pourfendant Alfred Loisy et son ouvrage L’Évangile et l’Église : « Le 31 décembre 1902 (le numéro du journal est nominalement du 1er janvier 1903) commença dans L’Univers la campagne de l’abbé Gayraud, député du Finistère, contre L’Évangile et l’Église » se souvient Alfred Loisy dans ses Mémoires (Loisy, 1931, II, p. 177). « Le tumultueux abbé Gayraud est fidèle au poste », écrit à son sujet François Rodé (1965, p. 101). D’entrée de jeu, le ton est donné, même si Loisy considère que l’article, « sans valeur scientifique […] n’[a] rien de violent ni d’injurieux dans la forme » (1931, p. 178). Plus sévère avait été Maurice Blondel, qui écrit sitôt à l’abbé Wehrlé : « [A]ussi ai-je souffert, autant que vous, quand j’ai ouvert L’Univers du 1er janvier, là où, ex cathedra, sans réplique possible, devant un public mal préparé, avec une suffisance que rend plus dégoûtant je ne sais quoi d’à-demi retenu et de mielleux qui s’y mêle, l’Hercule de foire a commencé ses exercices de Béotien » (lettre du 6 janvier 1903 in Marlé, 1960, p. 55). Le texte est lu notamment par Mgr Mignot, l’archevêque d’Albi, qui cherche alors à entraîner Gayraud sur une voie plus modérée, sans grand succès. Les articles que Gayraud publie ensuite dans L’Univers (1er janvier, 3, 4, 9, 10 janvier 1903) sont dès lors considérés avec plus de sévérité par le prélat : « Il veut se mettre en relief et se donner un brevet de théologie et d’orthodoxie », écrit-il à Loisy. L’évêque se montre tout aussi critique dans une lettre qu’il envoie le 3 janvier 1903 au baron von Hügel : « L’abbé Gayraud, qui devrait se contenter de faire de bonnes lois à la Chambre, est hanté du désir et du besoin de faire de la théologie. C’est un scolastique pur sang qui croit que toutes les questions sont résolues par S. Thomas. Il ignore, ou feint d’ignorer, que l’on fait de l’histoire avec des documents et non avec des théories préconçues » (citations extraites de Sardella, 2004, respectivement p. 183 et p. 380). En réalité, Loisy estime que les articles de Gayraud lui ont été inspirés par d’autres. Il n’ose écrire explicitement que Pierre Battifol est à la manœuvre depuis le début, mais c’est bien celui-ci qui se trouve placé en arrière-fond tout au long des pages que Loisy consacre à cette controverse. Il voit dans les attaques de Gayraud un moyen de se faire connaître : « [O]n avait dû lui signaler mon livre comme un excellent thème à réfutation sensationnelle, et il était parti pour le bon combat avec ses munitions théologiques et un plan d’attaque dont j’ai toujours pensé qu’on lui avait fourni le dispositif » (Loisy, 1931, p. 184). Il reste cependant partagé quant à Gayraud. Il souhaite être juste, soulignant que « si le ton de Gayraud s’est fait de plus en plus véhément à mesure qu’il avançait dans ses articles, il ne s’est jamais permis à mon égard de personnalités injurieuses ; il avait l’esprit naturellement et théologiquement brutal, mais ce ne devait pas être un mauvais homme » (Ibid., p. 189). Mais il peut difficilement ne pas relever la faiblesse des raisonnements gayraultiens : « Au lieu de traiter mes adversaires par le silence, si je les avais pris par le ridicule, eux et leurs thèses […], la partie aurait pu mal finir pour eux et pour leur cause. Un Gayraud était une bonne pièce à disséquer devant la galerie. » Ailleurs, il se montre féroce contre lui : « Autant que j’en puisse juger, ce personnage était loin d’être un grand esprit ou seulement un grand théologien. […] Gayraud avait une certaine faconde, beaucoup de confiance en lui-même, et il pensait avoir de la théologie. Le fait est qu’il ne savait rien d’autre. […] [I]l n’entendait rien à la critique historique, et il se mit à ferrailler éperdument, au nom des dogmes et de la théologie, contre mes opinions de critique et d’historien. Il fut, semble-t-il, assez mortifié de ce que je ne lui répondais pas. » (Ibid., p. 178).

13Toutefois, Loisy semble avoir été douloureusement marqué par la campagne de Gayraud contre son livre, et plus particulièrement après sa condamnation. Dans ses Mémoires, il revient sur cette question, bien après avoir considéré comme réglé ce cas, allant jusqu’à imaginer que Gayraud a été en relations étroites avec la nonciature : « D’après ce que nous savons de la date où fut décidée à Paris la condamnation de L’Évangile et l’Église, il apparaît que la violente campagne de presse inaugurée par Gayraud n’a pas déterminé cette condamnation. On serait plutôt tenté de penser qu’elle en aura été l’accompagnement voulu, ou si l’on préfère, la symphonie préliminaire et préparatoire, ménagée aussi par quelqu’un des organisateurs de l’affaire. Les relations de Gayraud avec la nonciature pourraient orienter les soupçons de ce côté, mais Gayraud a pu trouver ailleurs encouragement et assistance. Ce n’est pas le nonce qui lui a fait prendre en compassion les “travaux nécessaires et légitimes” que mon “criticisme” pouvait “rendre suspects”. » Loisy fait ici allusion à une phrase de Gayraud dans le cinquième article qu’il publie dans LUnivers le 10 janvier 1903 : « Je crains que le criticisme n’ait pour effet de rendre suspects des travaux nécessaires et légitimes. »

14Gayraud manipulé ? Émile Poulat, quant à lui, estime que, « impétueux théologien scolastique », Gayraud « était tout disposé à intervenir », soulignant que celui-ci s’était déjà montré alarmiste dans La crise de la foi, ses causes, ses remèdes : « Même parmi les prêtres, la foi dans l’autorité divine de la Bible est ébranlée ; chez plusieurs, elle est chancelante. Le doute semé par la critique pousse et s’affirme tout bas ; la négation est toute prête et menace d’éclater. Le mal est plus profond et plus étendu qu’on ne se l’imagine. Il a franchi l’enceinte des écoles et débordé du cercle des savants, il s’est répandu dans le public, il est connu du peuple même » (cité par Émile Poulat, 1962, p. 127).

15La première offensive terminée, Gayraud reprend les hostilités contre Loisy, après la parution d’Autour d’un petit livre (1903), en une série d’articles publiés dans L’Univers les 24 octobre, 16 et 30 novembre, 2 et 16 décembre. L’un d’entre eux suscite une critique, par l’abbé Bricout, dans la Revue du clergé français, le 1er décembre 1903. Piqué au vif, Gayraud devait demander l’insertion d’une réponse, « L’interprétation du loisysme », qui parut dans cette revue le 15 décembre 1903 : « La riposte de l’abbé Gayraud [à Bricout] montre qu’il n’avait pas été ébranlé : n’est-il pas fâcheux que Loisy vous laisse le soin de vous porter garant de ses sentiments ? […] Pourquoi vous oblige-t-il, en pareille matière, à employer ces expressions : il semble, il ne semble pas, et à le consulter sur ce point pour savoir si votre interprétation de sa pensée est exacte ? Des formules prêtant au doute ou à l’équivoque sur la divinité du Christ, c’est, vous l’avouerez, très fâcheux » (Poulat, 1962, p. 196).

16L’article du 24 octobre attire plus particulièrement l’attention de Loisy, l’estimant « très perfide », car Gayraud s’appuie sur une lettre reçue de Lagrange : « Le relativisme est l’erreur fondamentale de Loisy, qui lui permet seule de rester dans l’Église sans être d’accord avec elle sur des points essentiels, comme cela paraît désormais évident ; et c’est ce qui constitue sa bonne foi. » De son côté, Loisy note ce propos de bon sens : « Il n’est pas indifférent de rencontrer Lagrange en correspondance avec Gayraud. » D’autant plus que le 25 octobre, il estime, dans son journal, que « Battifol a dû collaborer plus ou moins directement à l’article de Gayraud », ce qui suscite chez lui une vive irritation.

17Dans le même temps, Gayraud prononce une série de conférences à la paroisse parisienne de Saint-Eugène, afin de s’opposer aux publications loisystes, s’attirant en retour un commentaire aigre-doux de son ennemi : « Je ne sais si ces conférences étaient bien adaptées aux besoins de la paroisse, mais Gayraud y consacra tout son Avent. » Pour sa part, Émile Poulat estime que les articles parus dans LUnivers nourrissent les conférences d’Avent : « L’opposition suscitée par Autour d’un petit livre fut immédiate et presque unanime. Elle s’ouvrit sur l’intervention de L’Univers et de La Vérité française […]. Dès le 24 octobre 1903 [ils] étaient repartis à l’attaque contre Loisy. Le 1er inséra six articles de l’abbé Gayraud […]. De toute évidence, l’abbé Gayraud avait pris la peine de lire plus attentivement l’auteur qu’il critiquait à nouveau, mais la ligne de sa critique demeurait la même. Et le même homme s’y retrouvant, qui tantôt affichait la bienveillance de ses dispositions et tantôt se laissait emporter par son tempérament de tribun. Ses articles n’en connurent pas moins un succès considérable : ils furent souvent reproduits, cités, commentés dans des périodiques de province et traduits dans le monde entier. De plus, ils lui fournirent la matière de l’Avent qu’il prêcha à la paroisse parisienne de Saint-Eugène “pour réfuter les doctrines erronées” [La Croix, 1er décembre 1903] de Loisy. » (Poulat, 1962, p. 190-191)

18Au terme de cette présentation de la polémique Gayraud-Loisy, il est difficile de ne pas souscrire aux propos de ce dernier, très réalistes, quant à la naissance et au développement de la crise moderniste, qui aurait pu ne pas être, tout au moins ne pas devenir ce qu’elle fut, et qui restent d’une actualité confondante, même si Loisy se donne quelque part le beau rôle (la polémique aurait-elle existé s’il n’y avait les écrits ?) : « Me sera-t-il permis de dire, en ce début de la grande querelle moderniste, que le scandale tant reproché à mes écrits n’est pas venu par moi, mais par ceux qui ont entrepris de me réfuter avec fracas, et souvent à grands renforts d’injures et d’insinuations calomnieuses. Ils m’ont fait une réclame inouïe avec leur tapage et leurs vociférations. Par leurs déductions outrancières, ils ont attiré l’attention sur la débâcle de la vieille théologie ; ils ont été les premiers à crier bien haut qu’on niait maintenant la divinité de Jésus-Christ et l’autorité de l’Église. Ils ont fait connaître l’existence de mes livres à des gens qui n’en auraient jamais lu deux lignes ; ils ont introduit dans tous les presbytères, avec leurs propres gloses, les citations qu’ils faisaient de moi, et leurs gloses étaient plus inquiétantes que mes citations. Ils ont créé l’agitation grâce à laquelle le mouvement qu’on appelle modernisme a fait son chemin. S’ils avaient pris le ton d’une controverse honnête, discutant ailleurs que dans les journaux quotidiens les problèmes qui ne se posaient encore que pour les croyants les plus instruits, la crise moderniste aurait été moins violente, moins dangereuse pour l’Église elle-même, et peut-être ne se serait-elle pas produite » (Loisy, 1931, p. 189-190).

19Gayraud entre ensuite en discussion – polémique – avec Maurice Blondel. En fait, il y a chez l’ancien dominicain une propension aux oppositions claires et distinctes, sans nuances : « Cette puissance de conviction se solde par une radicale impuissance à entrer dans la pensée d’autrui dès que celle-ci renonce au moule scolastique. La façon dont l’abbé Gayraud argumente contre Blondel ne révèle pas davantage de perspicacité que de souplesse d’esprit […] » (Poulat, 1962, p. 570). De fait, Gayraud avait déjà polémiqué quelques années auparavant (1896-1897) contre Blondel, dans LUnivers et dans les Annales de philosophie chrétienne (il rééditera ses textes en 1901 dans La crise de la foi), en réponse à la Lettre sur les exigences de la pensée contemporaine en matière d’apologétique et sur la méthode de la philosophie dans l’étude du problème religieux, que Blondel publie dans les Annales de philosophie chrétienne. Gayraud accusait alors le philosophe d’être kantien, puis néo-kantien, voire hégélien : « M. Blondel se plaint qu’on le qualifie de kantien ou de néo-kantien. Pourquoi pas, puisque sa philosophie procède sans nul doute de la théorie kantienne, encore qu’elle cherche à la dépasser ? Mon ami Bazaillas, élève chéri de Lachelier, prétend que M. Blondel est plutôt hégélien. Je le veux, si M. Bl. préfère ce qualificatif au premier. Ce point est de peu d’importance… » (Gayraud à l’abbé Denis, 3 novembre 1896, cité dans Correspondance Blondel-Valensin, I, 1957, p. 60). Gayraud avait par ailleurs écrit à l’abbé Denis, le 27 septembre de cette année, qu’il avait « un projet de réfutation de la Critique de Kant » et renouvellera dans La crise de la foi ses critiques contre Blondel, à l’intelligence « imbue de kantisme » (Ibid.). Il s’unissait en cela au dominicain de la Province de France Marie-Benoît Schwalm autour de la question du miracle et de son rôle apologétique : « Pour le P. Schwalm et l’abbé Gayraud, représentant la mentalité théologique la plus largement répandue, le miracle n’est qu’un prodige sensible que la science peut constater. Il est, de ce fait, l’argument péremptoire en faveur de la Révélation et seule une mauvaise volonté évidente peut récuser son autorité. À cette conception s’oppose celle de Blondel, qui, partant du point de vue subjectif, insiste principalement sur le rôle des dispositions morales dans la perception du miracle comme preuve de la Révélation. Mais son insistance va si loin que, parfois, il semble méconnaître la valeur en soi, la portée objective du fait miraculeux » (Rodé, 1965, p. 88).

20En 1901, Gayraud entame une correspondance avec le chanoine Mallet, et par là même, avec Maurice Blondel, autour de la question de l’apologétique. Blondel devait observer à propos de cette correspondance, dans une lettre qu’il adresse à l’abbé Bremond le 24 novembre 1901 : « Il pleut partout de l’abbé Gayraud, et le pauvre abbé Mallet en particulier commence à être submergé. Je reçois encore à l’instant un nouveau factum truculent, rutilant. On voit et on entend le coup de poing […] sur la tribune […]. Comme jadis nous aurions été grillés par cet homme, si sûr de lui » (Marlé, 1960, p. 156). En retour, Gayraud s’attire ce mot piquant de Mallet, dans la Revue du clergé français du 15 décembre 1902, qui constate les variations et contradictions de son opposant dans la fureur du combat contre les néo-apologistes : « Sa pensée qui d’abord paraît solide comme le granit de Brest, coule entre les doigts comme le sable de Palavas » (Rodé, 1965, p. 87).

L’abbé Gayraud à ...L’abbé Gayraud à Saint-Méen en 1902 : l’alliance d’un prêtre et de son peuple

L’abbé Gayraud à Saint-Méen en 1902 : l’alliance d’un prêtre et de son peuple

En première page de La Croix, 19 août 1902.

21Blondel devait régulièrement traiter du cas Gayraud. Ainsi, dans une lettre à l’abbé Wehrlé, le 6 janvier 1903, où Blondel plaide en faveur de sa méthode d’immanence : « Lorsque M. Gayraud déclare que notre foi est une question de fait historique, il entend que l’on constate le surnaturel comme on voit briller le soleil, et c’est monstrueux ; il est de ceux qui “partent secrètement de la foi, sous couleur d’y aboutir par une prétendue démonstration”. […] Et c’est en ce sens profond qu’il faut interpréter les affirmations des Conciles, des Papes, de Léon XIII : la Bible ne peut être impunément et légitimement traitée par les seules méthodes de l’exégèse commune ; elle ne peut devenir l’objet d’une Science séparée, s’installant sur son terrain propre, sur un terrain fermé à la pénétration totale du Magistère inspiré. Car si le problème du surnaturel n’est pas immanent, et dès le début, à toute l’étude que vous faites des Livres Saints, vous ne sauriez aboutir qu’à un abîme insondable. La méthode d’immanence a donc ce double rôle. D’une part, elle nous prémunit contre la barbarie de cet esprit pseudo-théologique qui prétend percevoir empiriquement le divin, qui déduit les preuves du surnaturel biblique d’une façon toute extrinsèque, au point de nous imposer toute la lettre sans discernement et d’exclure toute critique interne. D’autre part, elle nous met en garde contre le séparatisme ruineux de l’exégèse systématiquement adogmatique, et contre l’effritement universel des données et de l’idée même de la Révélation » (Marlé, 1960, p. 57-58).

22Blondel ne se contente pas de ces propos privés et attaque également Gayraud dans La Quinzaine (« Histoire et Dogme », 16 janvier 1904), où le philosophe réprouve tout à la fois l’historicisme de Loisy et l’extrinsécisme notamment gayraultien : « [P]ar l’extrinsécisme, Blondel vise surtout l’abbé Gayraud et l’apologétique courante. On part d’un fait, dans lequel on considère exclusivement un caractère accidentel, extrinsèque : ce par quoi un phénomène apparaît miraculeux ou surnaturel. Peu importe le fait en lui-même, son contenu originel, sa relation réelle avec le milieu où il est apparu, sa place dans la trame historique. […] D’où il résulte que le fait historique n’est plus qu’un véhicule dont l’intérêt se restreint à l’usage apologétique qu’on peut en faire. Ainsi, qu’il s’agisse de tel ou tel miracle, l’argumentation reste la même, du moment que c’est un miracle » (Rodé, 1965, p. 118-119). Gayraud riposte dans la Revue du clergé français, en avril et mai 1904, estimant que le philosophe se trompe et lui attribue des positions qu’il n’a pas. Le 15 mai notamment, « Bricout accueille dans sa revue un article de l’abbé Gayraud, tout entier dirigé contre Blondel. C’est une défense en règle de l’apologétique dite traditionnelle, que Gayraud déclare attaquée par Blondel sous le nom d’extrinsécisme. » En fait, il y a une grande incompréhension de la part de Gayraud, qui mène ses entreprises apologétiques à l’impasse. Par ailleurs, les amabilités s’accumulent à l’encontre de Gayraud, mais celui-ci, qui les devine, n’en a cure, accentuant le sentiment que chaque camp est frappé de surdité : « général de la maréchaussée théologico-scolastique » (Wehrlé à Blondel), « Hercule de foire » (Blondel), « outrecuidant ergoteur » (Mourret), « [s]colastique étroit » (Loisy), « aventurier » (Laberthonnière).

Gayraud à la Chambre

23Élu en 1897 dans les conditions décrites plus haut, Gayraud devait se montrer extrêmement actif. On le vit notamment soutenir le gouvernement Méline en mars 1898, approuver la réduction du service à deux ans, défendre l’ordre du jour Lefas, le 13 novembre 1906, demandant au gouvernement l’application de la loi de séparation avec tolérance. Il vote contre l’ensemble du projet de loi sur les associations, contre le ministère Waldeck-Rousseau, contre le gouvernement Combes, contre le rappel de l’ambassadeur de France (à la suite de la protestation de Pie X contre la visite de Loubet au Quirinal), contre la suppression de l’enseignement des congrégations, contre les Inventaires, contre la loi de séparation des Églises et de l’État.

« Désormais homme...« Désormais homme politique, l’abbé Gayraud fait comme tous ses collègues l’objet de caricatures. » 

« Désormais homme politique, l’abbé Gayraud fait comme tous ses collègues l’objet de caricatures. » 

Source : www.abbe-hippolyte-gayraud.fr

24L’homme est incontestablement un orateur et ses interventions sont toutes remarquées. Il défend inlassablement la liberté de l’enseignement et la nécessité d’un enseignement confessionnel (non-neutre). Son tempérament sanguin l’amène à pourfendre en pleine Assemblée, le 16 novembre 1899, la franc-maçonnerie, estimant qu’elle « est une association de sectaires (exclamations à gauche et l’extrême-gauche), [qu’] elle poursuit par tous les moyens l’abolition de toutes les libertés dont se servent les catholiques, [qu’] elle prétend s’identifier à l’État, à la République elle-même, et imposer à tous les citoyens son irréligion et son athéisme, [qu’] elle est enfin par ses menées et par son intolérance jacobine, un péril pour la paix intérieure et pour l’influence extérieure de notre pays » (Pascal, 1987, p. 200). L’année suivante, le 8 novembre, il plaide en faveur de l’Église quant à ses relations avec la République.

L’Union des catho...L’Union des catholiques pour la défense de « l’école libre »

L’Union des catholiques pour la défense de « l’école libre »

25Mais c’est surtout dans la question brûlante du Concordat puis de la Séparation que le vigoureux tribun se fait plus particulièrement connaître. L’homme n’est cependant pas un monolithe, se montrant capable d’évolution, même si celle-ci se trouve déjà présente dans ses premières interventions. Ainsi, en décembre 1899, intervenant à la Chambre, il estime que l’application du Concordat devient toujours plus restrictive et que sa suppression pourrait être envisageable, mais il se prononce en faveur de son maintien, car son éventuelle disparition lui fait « redoute[r] une servitude plus étroite et une oppression plus intolérable » (Ibid., p. 183). La situation pour l’Église de France s’alourdit toujours davantage, et Gayraud fait montre d’une activité intense, rédigeant notamment un contre-projet lors de l’examen de la loi sur les associations, et affirmant nettement, chaque fois que l’occasion lui en est donnée, le républicanisme des catholiques français et du Saint-Siège. Après le rappel de l’ambassadeur de France près le Saint-Siège, à la suite de la déclaration de Pie X, il perçoit bien où mène le chemin emprunté par le gouvernement Combes. L’année 1905 est pour lui exaltante et épuisante tout à la fois. Il jette toutes ses forces dans la bataille : « Du 10 février au 3 juillet 1905, Gayraud montera seize fois à la tribune […] Le député de Brest, avec quelques autres, mais avec la compétence qu’il tient de son état ecclésiastique, plaide sans faiblir la cause de l’Église et de ses ministres, il veut, autant que possible, atténuer les conséquences du vote qui va sanctionner l’interminable débat [et] multiplie les amendements mais la même majorité anticléricale de 310 à 330 voix fait bloc, à chaque scrutin, contre ses propositions. » (Ibid., p. 202). Si le 10 février, il se montre favorable à la Séparation, la situation évoluant dans un sens toujours plus pénible, il se veut fidèle au Siège apostolique et demande, le 21 mars, à ce que « la dénonciation du Concordat, l’abrogation de la loi du 18 germinal an X et la séparation de l’Église et de l’État soient faites à l’amiable » (Ibid., p. 184).

L’abbé Gayraud : ...L’abbé Gayraud : une figure médiatique du début du siècle

L’abbé Gayraud : une figure médiatique du début du siècle

Ses interventions publiques comme député et comme prêtre font de lui une figure familière de la presse. La Croix, 19 décembre 1911.

26Il se déclare, dans un premier temps, en faveur des associations cultuelles. Il devait proclamer à la Chambre, en 1906, qu’il a « été de ceux qui ont le plus ardemment travaillé à ce que le régime légal des associations cultuelles fût toléré par le Saint-Siège », propos qui reçoit l’approbation de Jean Jaurès (Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Chambre des députés : compte rendu in-extenso, séance du 13 novembre 1906, p. 2518). Mais il se soumet lorsque Pie X se prononce contre elles dans l’encyclique Gravissimo.

Une souscription ...Une souscription soutenue par l’archevêque de Paris

Une souscription soutenue par l’archevêque de Paris

La Croix, 28 février 1912.

27Diminué par la maladie, il ne paraît plus guère à l’Assemblée après sa réélection en 1910. Henri Brisson, alors président de la Chambre des députés, devait lui rendre hommage à sa mort, survenue à son domicile de la rue de la Fontaine Grelot de Bourg-la-Reine le 17 décembre 1911, soulignant que « M. l’abbé Gayraud avait des convictions ardentes, et il mettait la même ardeur à les servir et à les exprimer ; la foi qui l’animait avait tout le feu de la passion ; elle avait besoin de l’action, je dirais presque de la lutte » (Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Chambre des députés : compte rendu in-extenso, séance du 18 décembre 1911, p. 4057).

Top of page

Bibliography

ADPT. — AGOP. — Archives nationales (AN, fonds Étienne Lamy). — ASV (Archivio Segreto Vaticano).

Notices biographiques :

Revue du clergé français, 69, 1912, p. 5 (Joseph Bricout). — Catholicisme, IV, c. 1794 (Jean Morienval). — Dictionnaire de théologie catholique, VI, c. 1173-1174 (Albert Michel). — Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, XX, c. 150 (Roger Aubert). — Michel Lagrée (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. La Bretagne, Paris, Beauchesne, 1990, p. 157-158 (Marie-Thérèse Cloître). — François Laplanche (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. Les Sciences religieuses, Paris, Beauchesne, 1996, p. 271 (François Laplanche).

Études :

Pierre Dabry, Les catholiques républicains. Histoire & Souvenirs, 1890-1903, Paris, Chevalier et Rivière, 1905, p. 421-422. — RP. Édouard Lecanuet, La vie de l’Église sous Léon XIII, Paris, Félix Alcan, 1930. — Alfred Loisy, Mémoires pour servir à l’histoire religieuse de notre temps, t. II, Paris, Émile Nourry éditeur, 1931. — Correspondance Blondel-Valensin, Paris, Aubier, t. I, 1957, p. 166-168. — René Marlé, Au cœur de la crise moderniste. Le dossier inédit d’une controverse, Paris, Aubier, 1960. — Madeleine Rébérioux, « Socialisme et Religion : un inédit de Jaurès (1891) », Annales. Histoire, Sciences sociales, t. 16, 1961, p. 1102. — Émile Poulat, Histoire, dogme et critique dans la crise moderniste, Tournai, Casterman, 1962. — François Rodé, Le miracle dans la controverse moderniste, Paris, Beauchesne, 1965. — Maurice Montuclard, Conscience religieuse et démocratie. La deuxième démocratie chrétienne en France, 1891-1902, Paris, Le Seuil, 1965. — Le père Lagrange au service de la Bible. Souvenirs personnels, préface de Pierre Benoît, Paris, Les Éditions du Cerf, 1967. — Jean-Marie Mayeur, Un prêtre démocrate. L’abbé Lemire, 1853-1928, Paris, Casterman, 1968. — Jean Pascal, Les députés bretons de 1789 à 1983, Paris, PUF, 1983. — Jean Pascal, Les ecclésiastiques parlementaires français (1848-1977), Pontoise, Edijac, 1987. — Henry Donneaud, La fondation de la Revue thomiste, 1893, Mémoire de DEA sous la direction de Marc Agostino, Université Bordeaux-III, 1991. — Louis-Pierre Sardella, Mgr Eudoxe-Irénée Mignot (1842-1918). Un évêque français au temps du modernisme, Paris, Les Éditions du Cerf, 2004. — Martin Dumont, Le Saint-Siège et l’organisation politique des catholiques français aux lendemains du Ralliement. 1890-1902, Paris, Honoré Champion, 2012. — Silvio Hermann de Franceschi (dir.), Théologie et érudition de la crise moderniste à Vatican II. Autour du Dictionnaire de théologie catholique, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2014. — Henry Donneaud, Augustin Laffay, Bernard Montagnes, La Province dominicaine de Toulouse (IXe-XXe siècles). Une histoire intellectuelle et spirituelle, Paris, Karthala, 2015. — Marie-Thérèse Cloître, Les catholiques et la République. Finistère, 1870-1914, Brest, Centre de recherches bretonne et celtique, 2017.

Ressources en ligne :

 http://www.abbe-hippolyte-gayraud.fr/ . — Sur le site du diocèse de Quimper, on peut consulter le rapport d’enquête sur l’élection de M. Gayraud en 1897 par le député Fernand Rabier : https://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/.../a78f0c15d30cd499acee2e10475a8fb8.pdf

Top of page

Appendix

Œuvre choisie :

Ouvrages :

Thomisme et molinisme. Première partie. Critique du molinisme. Réplique au R. P. Th. de Régnon, Toulouse, Privat, 1890 ; Providence et libre arbitre selon saint Thomas d’Aquin. Thomisme et molinisme. Seconde partie. Exposition du thomisme, Toulouse, Privat, 1892 ; Le devoir des catholiques français au moment présent, Toulouse, Privat, 1892 ; Saint Thomas et le prédéterminisme, Paris, P. Lethielleux, 1895 ; L’antisémitisme de saint Thomas d’Aquin, Paris, E. Dentu, 1896 ; Questions du jour, politiques, sociales, religieuses, philosophiques, Paris, Bloud et Barral, 1897 (disponible sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k166165j?rk=21459;2) ; Les démocrates chrétiens, doctrine et programme, Paris, V. Lecoffre, 1899 ; La République et la paix religieuse, Paris, Perrin, 1900 ; La crise de la foi, ses causes et ses remèdes, Paris, Bloud, 1901 ; Un catholique peut-il être socialiste ?, Paris, Bloud, 1904 (disponible sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k5485839b) ; La Loi de séparation et le pape Pie X, 1906 ; La foi devant la raison, réponse à deux « évadés », Paris, Bloud, 1906.

Articles :

Hippolyte Gayraud a publié de nombreux articles, notamment dans les Annales de philosophie chrétienne, La Quinzaine, la Revue de philosophie, la Revue du clergé français, La Science catholique, revue des questions religieuses, L’Univers.

Entre autres articles : « Bulletin de sociologie », La Science catholique, VII, 1893, p. 370-379 et 1131-1143. — « Une nouvelle apologétique chrétienne », Annales de philosophie chrétienne, décembre 1896, p. 257-273. — « Une nouvelle apologétique chrétienne », Annales de philosophie chrétienne, janvier 1897, p. 400-408. — « L’apologétique nouvelle », Revue du clergé français, 1er octobre 1900, p. 225-240. — « Réponse à l’abbé Mano », Revue du clergé français, 1er janvier 1901. — « L’interprétation du loisysme », Revue du clergé français, 15 décembre 1903, p. 195-199.

Top of page

List of illustrations

Title L’abbé Gayraud enrôlé dans la défense des écoles congréganistes (1902)
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/2413/img-1.jpg
File image/jpeg, 4.7M
Title L’abbé Gayraud à Saint-Méen en 1902 : l’alliance d’un prêtre et de son peuple
Caption En première page de La Croix, 19 août 1902.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/2413/img-2.jpg
File image/jpeg, 2.7M
Title « Désormais homme politique, l’abbé Gayraud fait comme tous ses collègues l’objet de caricatures. » 
Caption Source : www.abbe-hippolyte-gayraud.fr
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/2413/img-3.jpg
File image/jpeg, 124k
Title L’Union des catholiques pour la défense de « l’école libre »
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/2413/img-4.jpg
File image/jpeg, 384k
Title L’abbé Gayraud : une figure médiatique du début du siècle
Caption Ses interventions publiques comme député et comme prêtre font de lui une figure familière de la presse. La Croix, 19 décembre 1911.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/2413/img-5.jpg
File image/jpeg, 2.3M
Title Une souscription soutenue par l’archevêque de Paris
Caption La Croix, 28 février 1912.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/2413/img-6.jpg
File image/jpeg, 95k
Top of page

References

Electronic reference

Martin Dumont, « GAYRAUD Innocent », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [Online], Notices biographiques, G, Online since 24 March 2017, connection on 25 September 2017. URL : http://dominicains.revues.org/2413

Top of page

About the author

Martin Dumont

Top of page

Copyright

© CEMS / IMM-EHESS

Top of page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • Revues.org