Skip to navigation – Site map

Salamanque (couvent)

Couvent Saint-Étienne, Vieille Castille (Espagne)
Jean-Marc Delaunay

Abstract

À la suite des expulsions de 1880, le couvent Saint-Étienne (San Esteban) à Salamanque en Espagne accueille les frères du studium de la Province de Toulouse qui ont dû quitter le couvent royal de Saint-Maximin.

Top of page

Editor's notes

Notice mise en ligne : 23/03/2017

Full text

1En 1880, l’un des plus beaux édifices religieux d’Espagne accueille des dominicains français. Construit au XVIe siècle dans une pierre mordorée – qui ne s’effrite pas comme le calcaire en usage en France selon Yves Congar au printemps 1950 – le couvent de San Esteban est l’un des joyaux de Salamanque. Pillé par des troupes françaises en 1809, puis partiellement abandonné à la suite de l’exclaustration de 1835, il était en très mauvais état dans les premières années de la restauration monarchique (1874-1875). Il avait servi successivement de caserne et d’hôpital. Le roi Alphonse XII avait constaté les outrages du temps en 1877 lors d’une inauguration ferroviaire. Un rapport de janvier 1879 parlait de risques d’effondrement. Le 3 juillet 1880, l’ensemble « église-couvent » est déclaré monument national, un mois après sa dévolution officielle par le ministère des Finances (Hacienda) à l’évêché local.

2Martín Clemente y Pulido, prieur provincial d’Espagne, avait sollicité, dès février 1878, des autorités de son pays la réouverture du couvent de Salamanque afin d’y créer un noviciat destiné aux missionnaires envoyés aux Philippines, mais aussi au Tonkin, voire en Chine méridionale, où les dominicains espagnols exercent leur ministère sous la protection du réseau consulaire français. Mais, à la suite des décrets français du 29 mars 1880 contraignant les congrégations religieuses à l’exil, ce sont les frères dominicains du studium de Saint-Maximin qui vont y trouver refuge et y vivre de 1880 à 1887.

Le couvent de Sai...Le couvent de Saint-Étienne de Salamanque

Le couvent de Saint-Étienne de Salamanque

« Un des couvents qui procurèrent le plus de gloire à l’Ordre des frères prêcheurs et qui illustrèrent le plus la Province d’Espagne, fut, sans contredit, celui de Saint-Étienne de Salamanque. » Photographie reproduite dans Les Annales dominicaines, 1905, p. 69.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Fragilisée par les difficultés d’outre-mer (révolte des Philippines) et par la précarité de son relèvement, la province dominicaine d’Espagne était certes redevenue propriétaire du lieu par décret royal en 1879, mais sans grands moyens de restauration. Joseph-Marie Larroca, basque espagnol, 74e maître général de l’Ordre (1879-1891) avait lui-même été forcé à l’exil en France dans les années 1830 où il avait fait fonction de curé à Bayonne. Son aide, celle du provincial d’Espagne et le soutien fraternel et rapide du prieur provincial Hyacinthe-Marie Cormier, sont décisifs pour expliquer le transfert des novices dominicains de la Province de Toulouse. Lorsque le provincial des Philippines, Martínez Vigil, fait une demande d’agrément au ministère de l’Intérieur pour les missions de novices français le 26 juin 1880, l’avis favorable de l’archevêque de Salamanque est acquis dès le 14 juillet. Le gouverneur civil de Salamanque, le 3 avril 1882, et le gouvernement central le 14 avril – sans charges budgétaires – acceptent la requête en même temps qu’elle est délivrée à la communauté de Belmonte.

Le couvent d’exil...Le couvent d’exil à Salamanque

Le couvent d’exil à Salamanque

Photographie reproduite dans L’Année dominicaine d’avril 1881, p. 145.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4Une trentaine de novices expulsés du couvent de Saint-Maximin arrivent le 4 novembre 1880 à Salamanque. Quelques religieux espagnols se joignent à eux. On doit aux souvenirs de Marie-Joseph Lagrange, alors étudiant, de connaître la manière dont ils ont été évacués et les détails de leur voyage pour gagner l’Espagne : « Quand les gendarmes, conduits par le sous-préfet de Brignoles, eurent brisé la porte et pénétré dans une salle du noviciat où nous attendions en silence, seul le frère Innocent Gayraud fit entendre une protestation. Nous attendions cependant pour sortir que les braves exécuteurs de ces basses œuvres nous eussent mis la main sur l’épaule. Ils le firent bien doucement […] Des voitures nous conduisirent à Trets, où l’on prenait le train pour Marseille. Partis le soir même, nous ne nous arrêtâmes qu’à Lourdes, où nous chantâmes la messe de la Toussaint dans la basilique de la Vierge Immaculée. […] Le premier contact avec l’Espagne dans les jours brumeux de novembre ne fut pas sans mélancolie. Le splendide couvent de San Esteban, abandonné depuis longtemps, n’était guère en état de nous recevoir. C’était plus que de la pauvreté, le dénuement. Mais la joie surabondait. »

Les novices du co...Les novices du couvent d’études à Salamanque avec leurs professeurs et leurs frères convers

Les novices du couvent d’études à Salamanque avec leurs professeurs et leurs frères convers

Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Cependant, la vie conventuelle s’organise rapidement autour du prieur Étienne Gallais. Hyacinthe-Marie Cormier arrive à Salamanque le 25 novembre 1880 afin de superviser l’installation de ses « chers novices ». Il donne l’habit à Étienne Blanc et Léon Darié le 8 décembre 1880 et à Ange Jeannin et Alphonse Daste le lendemain. De nombreux aménagements sont facilités par l’aide de subsides venus du nord des Pyrénées grâce au soutien du Comité du denier des expulsés doté d’un budget d’environ 600 000 francs – avec le comte de Beaurepaire – que doublait le Comité de jurisconsultes animé par le député catholique de l’Orne, le baron de Mackau, comme l’indique un registre comptable. Hyacinthe-Marie Cormier revient en 1881 pour donner l’habit à cinq nouveaux frères : Rosaire Beaux, Albert Gaillon, Henri Sézanne, Thomas Vernier et Constant Gaich. Réginald Colchen, prieur provincial à partir de mai 1882, suit l’exemple de Hyacinthe-Marie Cormier en remettant l’habit le 20 septembre à Maurice Crozes, le 30 septembre à Bernard Reynaud, le 4 octobre à Xavier Coston et le 30 octobre à Christophe Boutigna. À la fin de 1882, un Portugais, Bertrand Pires et un Espagnol, Grégoire Manjon, reçoivent l’habit des mains du prieur Étienne Gallais. Le nombre de vocations de Français diminue en 1883 (quatre vestitions) et 1884 (trois vestitions), ce qui s’explique – vraisemblablement – par l’éloignement du centre de formation des religieux de la Province de Toulouse. Le développement de la mission dominicaine au Brésil depuis 1881 constitue un appel en faveur de vocations portugaises, notamment pour des frères convers, mais aussi de vocations espagnoles. Le père Cormier avait déclaré combien la vie matérielle ne pouvait être meilleure mais que le séjour dans le pays de saint Dominique ne pouvait dissimuler la nostalgie du pays abandonné.

Vestitions à Salamanque : répartition par nationalité et par année (tableau établi par Augustin Laffay)

1880

1881

1882

1883

1884

1885

1886

1887

Français

4

10

8

4

3

0

0

0

Espagnols

1

3

2

2

1

0

Portugais

1

1

0

3

0

1

6L’effectif, selon le catalogue provincial, s’élevait à 53 individus en 1885 (apogée) puis à 45 en 1886 et 26 en 1887. En tout, plus d’une centaine de frères ont appartenu à la communauté de Saint-Maximin transférée à Salamanque.

7La vie se partage entre études et dévotions à travers la région : Alba de Tormes, Ávila et bien d’autres lieux voient ainsi passer les frères en autant de pèlerinages. Le déplacement du studium entraîne une réorganisation des cours et la nomination de professeurs parmi les lecteurs assignés sur place. Un programme d’études est finalement adopté lors d’un modératoire du collège, tenu les 19 et 22 juillet 1882. Il fixe à chaque frère un cheminement personnel dans un ensemble de sept à huit matières. Le corps enseignant est constitué des pères Étienne Gallais (écriture sainte), Hyacinthe Paban-Segond (théologie morale), Gil Vilanova (théologie dogmatique), Thomas Lassalle (philosophie), Lazare Mélizan (mathématiques), Maximin Sicard (histoire ecclésiastique), Hilarion Tapie (rhétorique) qui est à partir de novembre 1882 maître des novices, Dominique Nicollet (théologie matérielle). Selon la chronique du couvent durant l’année 1882, les examens de fin d’année sont présidés par Henri Guillermin, professeur de théologie à Toulouse, délégué du père provincial qui rappelle les dispositions à apporter à l’étude : au nombre de trois : docilité, énergie de la volonté, sérénité de l’âme. Au fur et à mesure de leur achèvement de leurs études, des jeunes religieux qui apparaissent prometteurs sont chargés de certains cours : en 1885, Hyacinthe Lacomme enseigne le droit canonique, Marie-Joseph Lagrange l’histoire de l’Église et Innocent Gayraud les lieux théologiques.

8Le couvent d’études vit grâce aux recettes constituées par les messes, les dons pour les expulsés, les ventes d’images, les prédications de carêmes, les récoltes des jardins, l’élevage de lapins, etc. Quant aux dépenses, elles consistent en voyages – en France surtout – en luzerne, huile, bois et charbon de chauffage, sans omettre divers comptes financiers, de nourriture, de blanchissage, de tabac, de rhum, de chartreuse et de travaux de réhabilitation.

9L’intégration de la communauté française dans le cadre local-régional fait l’objet de propos élogieux de la part des deux évêques de Salamanque qui se succèdent durant la présence des frères français dont l’activité est non seulement à usage interne, mais aussi à destination des chrétiens des environs. Une Académie de Saint-Thomas est fondée en mars 1882 par le père Gil Vilanova. Des ordinations se multiplient dont celle du père Lagrange le 22 décembre 1883 à Zamora, en présence de sa mère. En septembre 1885, six autres frères sont encore ordonnés par l’évêque. De nombreux novices abandonnent le cursus des études, d’autres se sécularisent comme Paul Wetterlé, Étienne Blanc, Rosaire Beaux, Henri Sézanne, Réginald Jarlin, Jérôme Bousquet, Constant Gaich ou Ange Jeannin.

10Enfin, certains pères meurent en terre espagnole : Vincent de Mello le 1er novembre 1881, Raphaël-Marie Goulesque le 26 janvier 1882, Antonin Arospide le 24 septembre 1884 et Michel Testagorda, convers, le 1er juillet 1882.

État du couvent de Saint-Maximin transféré à Salamanque de 1880 à 1887 (tableau établi par Augustin Laffay)

1880

1881

1882

1885

1886

1887

1889

Total communauté

48

70

60

53

45

26

25

Prêtres/profès solennels

(sauf étudiants noviciat)

13

18

16

20

22

14

12

Noviciat/profès solennels

dont prêtres

4

2

3

3

1

7

2

5

2

2

1

0

Noviciat/profès simples

dont prêtres

10

3

18

7

22

7

9

2

5

1

1

0

Novices clercs

12

12

10

2

0

0

6

Convers/profès solennels

6

4

5

3

3

2

2

Convers/Profès simples

0

3

1

3

3

2

1

Novices convers

0

0

2

0

0

0

2

Tertiaires

2

3

1

5

7

6

1

Familiers

1

1

1

1

1

0

1

Postulants clercs

0

4

0

0

0

0

0

Postulants convers

0

3

2

3

1

0

0

Professeurs et ou lecteurs in actu

5

6

5

9

8

3

0

Titulaires du lectorat

0

0

0

8

8

4

2

Total étudiants (colleg., stud.)

16

25

23

16

11

5

0

Prêtres étudiants hors noviciat

2

4

1

0

4

2

0

11Une décision du conseil provincial tenu à Toulouse en 1886 provoque le retour des frères en deux groupes, le premier quitte les rives du Tormes en août 1886, le second en 1887. Le couvent de Salamanque redevient exclusivement espagnol. En 1892, le chapitre de Palencia décide d’y transférer les études de théologie. Cinq ans après, il est érigé en studium général de la Province d’Espagne et « redevient ce qu’il avait toujours été le principal couvent de la Province d’Espagne. »

Top of page

Bibliography

Archives dominicaines de la Province de Toulouse. — Archives générales de l’Ordre des prêcheurs. — L’Année dominicaine, avril 1881, p. 145. — Boletín Eclesiástico de los Obispados de Salamanca y Ciudad Rodrigo, 8, 14 avril 1883 et 23, 15 décembre 1885. — Annales dominicaines, 1905, p. 119-124. — Étienne-Marie Gallais, op, Le P. Gil Vilanova, Toulouse, Privat, 1906. — Notes sur ma vie 1855-1888 (écrites de 1930 à 1936), reprises par Pierre Benoît, Le père Lagrange au service de la Bible, Paris, Les Éditions du Cerf, 1967, p. 282-288. — Tristan Mirbel, Le père H. M. Cormier, Paris, Les Éditions du Cerf, 1938, p. 106-107. — Ramón Hernández, op, « San Esteban ante la restauración de su estudio general en 1897 », Ciencia Tomista, 101, 1974, p. 27-28. — José Luis Espinel, op, San Esteban de Salamanca. Historia y Guia siglos XIII-XX, Salamanque, Editorial San Esteban, 1980. — Jean-Marc Delaunay, « Des réfugiés en Espagne : les religieux français et les décrets du 29 mars l880 », Mélanges de la Casa de Velázquez, Madrid, 1981, t. XVII, p. 292-319 ; Méfiance cordiale. Les relations franco-espagnoles de la fin du XIXe siècle à la Première Guerre mondiale, vol. 2, Les relations coloniales, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 31-33 ; « Des réfugiés en Espagne : les religieux français et les décrets du 29 mars l880 », Mélanges de la Casa de Velázquez, Madrid, 1981, t. XVII, p. 302, 314 et 316. — Lázaro Sastre Varas, op, Couvent de Saint-Étienne. Art et histoire des dominicains, León, Edilesa (trad. fr.), 2001.

Top of page

List of illustrations

Title Le couvent de Saint-Étienne de Salamanque
Caption « Un des couvents qui procurèrent le plus de gloire à l’Ordre des frères prêcheurs et qui illustrèrent le plus la Province d’Espagne, fut, sans contredit, celui de Saint-Étienne de Salamanque. » Photographie reproduite dans Les Annales dominicaines, 1905, p. 69.
Credits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/2379/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.5M
Title Le couvent d’exil à Salamanque
Caption Photographie reproduite dans L’Année dominicaine d’avril 1881, p. 145.
Credits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/2379/img-2.png
File image/png, 1.2M
Title Les novices du couvent d’études à Salamanque avec leurs professeurs et leurs frères convers
Credits Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/2379/img-3.jpg
File image/jpeg, 2.7M
Top of page

References

Electronic reference

Jean-Marc Delaunay, « Salamanque (couvent) », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [Online], Notices géographiques, Online since 23 March 2017, connection on 26 September 2017. URL : http://dominicains.revues.org/2379

Top of page

About the author

Jean-Marc Delaunay

By this author

Top of page

Copyright

© CEMS / IMM-EHESS

Top of page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • Revues.org