Navigation – Plan du site

Cahiers du Cercle thomiste

Dominique Avon et Nathalie Viet-Depaule

Résumé

Les Cahiers du Cercle thomiste, revue dirigée par les dominicains du Caire de 1934 à 1952 (sauf 1942 à 1947), ont eu pour objectif l’étude des questions contemporaines. Ils ont tenté d’apporter réflexion et compréhension des problèmes religieux, intellectuels, institutionnels et culturels de l’Égypte à l’aune de la philosophie et de la théologie chrétiennes.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne : 24/03/2017

Texte intégral

1À la suite de l’essor du Cercle thomiste fondé le 16 février 1933 au Foyer des étudiants de l’Abbassiah au Caire et dirigé par des dominicains, ses membres décident en octobre 1933 de publier, avec une périodicité trimestrielle, les Cahiers du Cercle thomiste. Destinés à assurer un soutien et une direction intellectuelle dans l’étude du temps présent, ces Cahiers seront fabriqués à l’école professionnelle des frères lassaliens à Alexandrie puis, à partir de 1938, à l’imprimerie Noury du Caire. Marie-Joseph Lagrange accorde son nihil obstat dans une lettre qu’il adresse le 20 décembre 1933 au directeur du Cercle thomiste, Marie-Dominique Boulanger : « Vous marchez pour une petite revue : À Dieu Vat ! Mais je pense qu’elle ne sera pas exclusivement thomiste : il y a tant de choses à dire pour soutenir la foi. »

Le foyer des étud...Le foyer des étudiants

Le foyer des étudiants

Situé dans l’enceinte du couvent des dominicains du Caire, ce foyer des étudiants abrita à partir de 1933 un cercle thomiste qui fonda les Cahiers du Cercle thomiste.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

Une revue « catholique d’Égypte »

2Le premier numéro paraît en janvier 1934 avec la conférence inaugurale du Marie-Joseph Lagrange, directeur de l’école biblique et archéologique de Jérusalem. Très vite, selon Benoît Lavaud dans Les amitiés catholiques françaises du 15 juin 1935, « on a dû augmenter la périodicité pour satisfaire à de nombreuses demandes ». Lorsque les premiers Cahiers ont paru, Raymond Louis, au nom du maître de l’Ordre, Martin-Stanislas Gillet, envoie ses félicitations à Marie-Dominique Boulanger : « […] je ne crois pas qu’il y ait beaucoup de cercles d’étudiants, où l’on traite au cours de l’année un pareil ensemble de questions et avec autant de maîtrise. Il n’y a qu’à marcher hardiment dans cette voie. » S’il fallait rapprocher les Cahiers d’une autre revue dominicaine de l’époque, ce serait la Revue des jeunes  : la facture est la même mais complétée par des articles propres à la situation égyptienne ou orientale.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Avant la Deuxième Guerre mondiale, alors que la Maison du Caire est une maison filiale du couvent Saint-Étienne à Jérusalem, le nombre des articles des membres de l’École biblique et archéologique française est réduit et illustre l’orientation non érudite que les rédacteurs donnent aux Cahiers. Ainsi, à titre d’exemple, Marie-Joseph Lagrange publie « L’apothéose des souverains et la divinité du Christ » (mai-juin 1935) ; Pierre Benoît « Les papyrus et la Bible » (mai-juin 1937) ; Raphaël Savignac « Les origines de l’Alphabet » en novembre-décembre 1938 ; Bernard Couroyer, professeur d’égyptologie, « La réforme religieuse d’Aménophis IV » (juillet 1935) ainsi que « L’hymne à Aton d’Aménophis IV » et plus tard (avril-juin 1939) « La comédie humaine vue par les artistes égyptiens » ; Louis Dumeste « La prière dans Jérémie » (janvier-février 1938), « Le message du prophète Isaïe : l’énergie vitale de la foi » (janvier-mars 1939) et « L’évolution religieuse de Jacques Rivière et d’Alain Fournier » (avril-juin et juillet-décembre 1940) ; Félix-Marie Abel « De Gaza à Péluze » (octobre-décembre 1939).

4Les rédacteurs cairotes, eux, s’attachent à reprendre des débats ou des conférences du Cercle thomiste : questions liturgiques et doctrinales auxquelles s’ajoutent des interrogations sur l’art chrétien. Les principales contributions sont de Marie-Dominique Boulanger : « Diabolisme », « Clotaire Nicole », « Spiritisme », « Magie », « Personne et société », « La jeunesse chrétienne devant l’incroyance et l’athéisme de certains pays modernes », « L’Église et le racisme », « L’Église et la guerre », « Le patriarche Athanase d’Alexandrie », « Origène », « La vie intellectuelle chez les anciens moines d’Égypte », « Conception de l’aumône », « L’ordre de saint Dominique », « Le pouvoir spirituel et le mariage », « L’assassinat politique devant la morale chrétienne ». D’autres dominicains rédigent épisodiquement des articles, tels : Vincent Hermel « Lacordaire et l’inquiétude religieuse » (janvier 1936) ; Pierre-Marie Schaff  La conversion d’Ernest Psichari » (mars-avril 1937) ; Bertrand Carrière  Le problème de l’évolution morale de l’humanité » (janvier-février 1938) ; Benoît Lavaud, à la demande du Cercle, « La vocation de Thérèse Neumann » (septembre-octobre 1925), « Antireligion communiste » (juillet-août 1936), « Hygiène sexuelle et morale sexuelle » (septembre-octobre 1936), « Ascèse profane et ascèse chrétienne » (mars-avril 1936), Éphrem Lauzière « La grâce, aurore de la vie éternelle » (mai-juin, juillet-août et septembre-octobre 1938) ;  L’évolution du travail dans la civilisation chrétienne » (janvier-février et mars-avril 1938), « Le fait, le dogme et la théologie de l’incarnation » (avril-juin et juillet-décembre 1941) ; Vincent de Paul Perret  La conception thomiste de l’âme unie au corps et de l’âme désincarnée » (mars-avril 1938), « Saint Vincent de Paul et l’intelligence du pauvre » (juillet-août 1938), « L’Immaculée conception » (novembre-décembre 1938) et « Comment meurt une civilisation ou le procès de Socrate » (octobre-décembre 1939).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5D’autres contributeurs, Égyptiens ou non, laïcs ou non, signent également des articles dans les Cahiers qui soit valorisent l’action civilisatrice de la France, soit abordent des questions proprement égyptiennes ou cherchent à montrer la fécondité du thomisme ainsi que la nécessité des connaissances historiques et philosophiques : Serge Zohrab – un Égyptien qui entrera dans l’Ordre de prêcheurs en octobre 1938 – publie « Autour de la Saint-Barthélémy » (mai-juin 1936) et « Un siècle de l’histoire de l’Église : du schisme d’Occident au concile de Florence » (mai-juin 1938) ; Gabriel Zénié, Égyptien, « La presse, facteur d’incroyance » (septembre-octobre 1934) ; Maurice Yaccarini « Racisme » (mai-juin 1938), Jean Jacob Bey, Égyptien, « La conscience chrétienne en face du problème juif » (avril-juin 1939), « Maître Thomas d’Aquin » (mai-juin et juillet-août 1936) ; Ragheb Bey Ghaly, Égyptien, « Où en est la question du statut personnel des non-musulmans en Égypte ? » (janvier 1934), « La liberté d’enseignement » (septembre-octobre 1934), « Autour du traité anglo-égyptien » (janvier-février 1937), Joseph Dubois des Missions africaines de Lyon, « Saint Thomas d’Aquin » (avril 1934) ; Martial Bergeron « La mission intellectuelle d’Albert le Grand » (janvier 1935) ; Robert Chlala « Les fondements de la morale de Saint-Thomas d’Aquin » (avril-décembre 1940) ; Joseph Rabbat « La politique thomiste » (octobre 1934) ou Henri Guillemin « Humanisme intégral » (avril-mars 1937) ; Azir Bey Mirza « Les mootazélites ou le premier courant de rationalisme dans l’histoire de la pensée religieuse arabe » (mai-juin 1935) ; Claude Xavier « Aperçu historique sur la philosophie musulmane » (septembre-octobre 1935) ; Youssef Karam, philosophe proche de Jacques Maritain, rédacteur de nombreux articles dont « Descartes » (mai-juin 1937), « Platonisme et christianisme » (janvier-février 1938), « Le problème du mal » (mars-avril 2938), « L’inquiétude humaine de la pensée grecque » (octobre-décembre 1939), etc.

6Pendant la guerre, la Maison du Caire affiche son engagement auprès de la France libre. Marie-Dominique Boulanger dénonce dans les Cahiers du Cercle thomiste l’attitude du maître de l’Ordre, Martin-Stanislas Gillet, reçu par Pétain puis par Laval avec qui il évoque le thème du « front spirituel » de la France dans un article intitulé « L’assassinat politique devant la morale chrétienne » (janvier-avril 1942). C’est l’un des derniers articles. Les Cahiers, la « seule revue catholique d’Égypte s’adressant à l’élite intellectuelle », cessent de paraître au motif de la pénurie de papier. En 1945, Georges Anawati, dans son diaire, s’interroge sur l’opportunité de leur poursuite. Le père Boulanger maintient la ligne adoptée lorsqu’il a pris la direction de la fondation dominicaine du Caire, privilégiant la formation d’une minorité francophone, en partie détachée des orientations de la majeure partie de la population égyptienne. La relance est faite en mars 1947 sur les presses de Costa Tsoumas et Cie, puis de la Maison Attalah après l’été 1948, avec l’engagement de livrer en moyenne six numéros par an, ce qui s’avérera impossible en raison de difficultés matérielles. Son tirage à 500 exemplaires n’est pas rentable et la revue ne va subsister que grâce à la générosité de donateurs, en Égypte, mais aussi en Europe et en Amérique où elle est diffusée.

Les Cahiers après la guerre

7Dans l’éditorial du premier numéro de la revue en mars 1947, revue qui prend alors uniquement pour titre Cahiers, Marie-Dominique Boulanger situe les numéros à venir dans la continuité du programme défini à l’origine : l’étude des questions contemporaines à la lumière des principes enseignés par l’Église catholique « dont la doctrine officielle se réclame principalement du grand Docteur S. Thomas d’Aquin ». Il ajoute : « Nous nous efforcerons d’apporter aux problèmes religieux, intellectuels, institutionnels et culturels qui préoccupent actuellement l’opinion, surtout en Égypte, des solutions inspirées d’un grand souci de compréhension et dominées par les grandes thèses de la philosophie et de la théologie chrétiennes. » Mais les articles ne vont plus être seulement la reprise des conférences du Cercle. Les rédacteurs qui ont promis leur collaboration et dont les noms figurent dans ce premier numéro traduisent une ouverture. Outre les dominicains du Caire et de l’École biblique, figurent le franciscain Chauleur, les jésuites de Bonneville et Ayout, les professeurs de français Massignon, Arnaldez et Guyon, enfin les professeurs égyptiens Aziz Bey Mirza, Youssef Karam et Maurice Yaccarini. Sous la direction de Marie-Dominique Boulanger, le véritable maître d’œuvre des Cahiers est sans conteste Georges Anawati à cause de sa « chronique des livres arabes ».

8La formation thomiste reste au cœur des préoccupations de la revue. Georges Anawati publie dans le premier numéro « Aristotélisme et thomisme au Moyen Âge » (mars 1947), Serge de Beaurecueil « Révolte métaphysique et morale chrétienne » (mars, été et octobre 1947) « Saint Thomas d’Aquin et la pédagogie » (janvier 1949), Marie-Joseph Nicolas « Plaidoyer pour saint Thomas » (mars 1950), Benoît Lavaud « La joie chrétienne » (septembre 1951) et Roger Arnaldez, arabisant, professeur au lycée d’Héliopolis et à l’Université Ibrahim du Caire, auteur de plusieurs articles « La délicatesse de conscience comme unique fondement de la vie morale » (octobre 1947), « Réflexions sur la doctrine thomiste de la vertu » (décembre 1948), « Stoïcisme et christianisme » (décembre 1949), « Ecclésiologie du dogme de l’Assomption » (avril 1951), « Néoplatonisme et thomisme » (avril 1952) et « Christianisme et philosophie de l’histoire » (septembre 1952).

9Les Cahiers expriment également les infléchissements du Cercle thomiste. Sa section arabe, ouverte en 1939 par Youssef Karam, témoignant d’un christianisme arabe qui s’affirme, est ainsi l’occasion d’articles de Georges Anawati : « La science arabe » (été 1947), « Le christianisme en Arabie avant l’islam » (novembre-décembre 1948), « Le problème de la littérature arabe chrétienne avant l’islam » (janvier 1949) ou de recensions qui invitent à adopter un nouvel état d’esprit vis-à-vis de l’islam (janvier 1948 et mars 1950) dont sa chronique des livres arabes rend régulièrement compte. Gaston Zananiri, attentif, de son côté, aux signes contemporains de réveil et d’ouverture sur le christianisme arabe, souligne les richesses de la civilisation musulmane dans son article « L’Égypte et l’humanisme. De la civilisation musulmane à la solidarité islamo-chrétienne » (décembre 1950). Le déclin de l’Église latine en Égypte conduit les membres du Cercle thomiste à se situer dans la perspective œcuméniste tendant vers l’unionisme comme l’a rappelé Marie-Dominique Boulanger dans le premier numéro de la nouvelle série : « Pour ce qui regarde la situation particulière des catholiques orientaux, nous nous intéresserons tout particulièrement aux Églises séparées et nous nous efforcerons de multiplier les travaux d’approche en mettant au point, très impartialement, les divergences qui nous séparent, mais surtout en insistant sur ce qui peut nous rapprocher et nous unir. » Youssef Karam signe un article « Théologie musulmane et théologie chrétienne » (décembre 1949) ; Jean-Pierre Trossen, prêtre du Sacré-Cœur, « Les chrétiens en Égypte au XVIIe siècle » (mars 1950) ; Naguib Baladi, professeur à l’université Farouk Ier, à propos de la semaine de l’union des Églises, écrit « L’Église, les Églises et le temps » (décembre 1950).

10La révolution conduite par les Officiers libres, l’abolition de la monarchie et la prise de pouvoir par Gamal Abdel Nasser créent, en deux années (1952-1954), un cadre politique radicalement nouveau en Égypte. Les responsables du régime prennent des décisions qui conduisent à de rapides transformations sociales et culturelles. L’arabisation des élites devient une priorité. La Maison dominicaine du Caire change de statut au cours de la même période : dépendante du maître de l’Ordre depuis sa fondation elle devient, en novembre 1952, maison filiale de la Province de France. Au début du mois de mars 1953, le père Albert-Marie Avril, provincial, effectue une première visite canonique au terme de laquelle il établit l’Institut dominicain d’études orientales (IDÉO). Le père Georges Chehata Anawati est nommé directeur et l’IDÉO a pour premiers membres les pères Albert-Marie Jomier, Serge de Beaurecueil et Dominique Boilot. Le père Boulanger est vicaire de la Maison, mais il perd toute initiative en matière d’orientation du travail commun. L’article premier des statuts entérine implicitement la suppression des Cahiers du Cercle thomiste et son remplacement par un nouvel organe Mélanges de l’Institut dominicain d’études orientales du Caire (MIDÉO) : « L’Institut dominicain d’études orientales […] se propose pour objet l’étude scientifique des civilisations orientales, de l’antiquité à nos jours, notamment sous leur aspect philosophique et religieux. Il publie un bulletin au moins annuel. »

Haut de page

Sources

Sources : Cahiers du Cercle thomiste (1934-1952). — Dominique Avon, Les Frères prêcheurs en Orient. Les dominicains du Caire (années 1910-années 1960), Paris, Les Éditions du Cerf, 2005. — L’Année dominicaine, septembre 1935, p. 287.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le foyer des étudiants
Légende Situé dans l’enceinte du couvent des dominicains du Caire, ce foyer des étudiants abrita à partir de 1933 un cercle thomiste qui fonda les Cahiers du Cercle thomiste.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/2368/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/2368/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/2368/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/2368/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Dominique Avon et Nathalie Viet-Depaule, « Cahiers du Cercle thomiste », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices thématiques, Médias, mis en ligne le 24 mars 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://dominicains.revues.org/2368

Haut de page

Auteurs

Dominique Avon

Notices du même auteur

  • BOULANGER Marie-Dominique [Texte intégral]
    BOULANGER Léon Henri à l'état civil ; BOULANGER Marie-Dominique en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B
  • BOILOT Dominique [Texte intégral]
    BOILOT Jacques Édouard Alfred Constant à l’état civil ; BOILOT Dominique en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • Revues.org