Navigation – Plan du site

Vitoria (maison)

Maison de la Congrégation enseignante, Province d’Álava (Espagne)
Jean-Marc Delaunay

Résumé

À la suite des expulsions de 1880, la Congrégation enseignante loue une maison à Vitoria (actuel Pays basque espagnol) en Espagne qu’une petite communautés de frères occupe jusqu’en 1882.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 21/10/2016.

Texte intégral

1[Image non convertie]

Archives de la Province de Toulouse, fonds Congrégation enseignante/ Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Dans le contexte d’anticléricalisme de la fin des années 1870, la Congrégation du tiers-ordre enseignant décide, à titre préventif, de s’installer hors de l’hexagone. Deux frères, Antoine Calvet et Dominique Baudrand – le fondateur de l’école Saint-Elme d’Arcachon – sont envoyés en éclaireurs pour annoncer aux autorités leur implantation en Espagne. Très bien accueillis par les autorités politiques et religieuses locales, grâce à l’aide d’un influent Espagnol, M. Fuentes, dont le fils avait été scolarisé à Arcueil et d’Antonio Cánovas del Castillo, « mentor de la restauration monarchique », qui obtient l’accord du ministère de la Justice pour un petit couvent, ils choisissent l’agréable petite ville de Vitoria, capitale de la province d’Alava au sud de Bilbao, en dehors des zones frontières. Ils louent une maison « à dix minutes de la ville, dans une situation charmante, entre la Floride et le Prado, les deux promenades de Vitoria. […] Cette maison a de grandes pièces, mais seulement sept ou huit chambres ; un jardin est attenant. Avec quelques cloisons, il est possible de faire un assez grand nombre de cellules. » Ils décident de faire des travaux intérieurs, notamment pour aménager une chapelle, s’étant engagés à ne se consacrer qu’à leur ministère et avoir obtenu la permission de porter l’habit à l’extérieur de leur maison.

Plan de la chapelle

3[Image non convertie]

Archives de la Province de Toulouse, fonds Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4En octobre 1880, les pères Antoine Calvet, qui va faire office de supérieur, et Augustin-Joseph Morel prennent possession de la maison. Ils sont rejoints, mi-novembre, par les frères Gonzalve Gaulon, Augustin de Guibert, Augustin-Joseph Maurel et Albert Bock et, six mois plus tard, par le père Sébastien Baumin. Dès l’arrivée des « exilés », la petite communauté mène la même vie régulière qu’au noviciat du tiers-ordre enseignant à Coublevie. Après avoir fêté l’inauguration de sa chapelle le 25 décembre 1880 au milieu d’une population bienveillante qui vénère saint Dominique, elle cherche un équilibre qui, malgré des rappels de la règle, s’avère rapidement difficile à trouver. Sensibles à l’exil alors que le tiers-ordre enseignant ne semble pas être touché par les expulsions et que les collèges tenus par la Congrégation n’ont pas été fermés, déconcertés par une vie qui ne répond pas à leur vocation d’enseignants, gênés par l’obstacle de la langue, des frères demandent à revenir en France. Afin de pouvoir maintenir la maison de Vitoria, le conseil du tiers-ordre décide en mai 1881 de fonder un noviciat, voire d’ouvrir un collège. Mais rien n’aboutit. Les frères Albert Bock, Gonzalve Gaulon et Augustin-Joseph Maurel rentrent en France pendant l’été 1881, les deux premiers sont assignés à Sorèze, le troisième à Arcueil.

La Congrégation enseignante quitte Vitoria

5[Image non convertie]

Lettre de M. Blondeau, propriétaire de la maison à Vitoria, datée du 17 mars 1883, qui annonce les conditions de résiliation du bail.

Archives de la Province de Toulouse, fonds Congrégation enseignante/ Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

6Durant un an, la maison ne compte plus que trois frères. Bien qu’ils dispensent des cours particuliers à quelques élèves et continuent à ouvrir leur chapelle où affluent des fidèles attachés à l’Ordre de Saint-Dominique, ils sont obligés de quitter Vitoria et de regagner la France : Augustin de Guibert est assigné à Oullins, Sébastien Baumin à Sorèze et Antoine Calvet à Coublevie comme prieur et maître des novices.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de Toulouse. — Jean-Marc Delaunay, « Des réfugiés en Espagne : les religieux français et les décrets du 29 mars l880 », Mélanges de la Casa de Velázquez, Madrid, 1981 (t. XVII), p. 293. — Archivo Histórico Nacional (AHN)-Madrid, ministère de l’Intérieur (Gobernación), section Ordre public, Associations religieuses, Religieux étrangers, liasse 5 A, dossier 3, télégramme chiffré n° 341 du gouverneur civil d’Álava (15 novembre 1880) qui signale arrivée de deux religieux français du tiers-ordre enseignant annonçant la venue d’autres frères. – AMGJ-Madrid, carton 3756, dossier 12465. — L’Année dominicaine, novembre 1880, p. 515 ; avril 1881, p. 72-74.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Marc Delaunay, « Vitoria (maison) », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices géographiques, mis en ligne le 21 octobre 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://dominicains.revues.org/2292

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Delaunay

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • Revues.org