Navigation – Plan du site

COUDRIER Cyprien

COUDRIER Jean Baptiste à l’état civil ; COUDRIER Cyprien en religion
Nathalie Viet-Depaule

Résumé

Né le 26 mai 1846 au Vieil-Baugé, devenu Baugé-en-Anjou depuis 2013 (Maine-et-Loire), mort le 23 juillet 1873 au couvent de Chalais, commune de Voreppe (Isère).
Religieux dominicain.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le

Texte intégral

• Vestition pour la Province de Lyon : 5 octobre 1867 à Lyon
• Profession simple : 5 octobre 1868 à Lyon
• Ordination sacerdotale : 3 juin 1871 à Avignon
• Profession solennelle : 10 octobre 1871 à Carpentras

1Issu d’une famille de cultivateurs – fils de Jean Coudrier et neveu de Louis Méré et Joseph Coudrier, ses oncles maternel et paternel – implantés au Vieil-Baugé, ancienne commune du Baugeois, Jean-Baptiste Coudrier décide d’entrer chez les frères prêcheurs lorsqu’il est au grand séminaire d’Angers. Rejetant une carrière ecclésiastique dans son diocèse, il vient frapper à la porte du Saint-Nom de Jésus, couvent de la Province de Lyon qui, à cause du peu de novices qui se présentaient, l’accueille « comme un envoyé de la Reine du ciel ». C’est dans la capitale des Gaules qu’il revêt l’habit de saint Dominique le 5 octobre 1867 et prend le nom de frère Cyprien. À l’issue de sa profession, il est envoyé au couvent d’études de Carpentras, sous la houlette du père-maître, Ambroise Potton, pour suivre les cycles de philosophie puis de théologie au cours desquels il est ordonné prêtre dans la chapelle du séminaire.

2Assigné au couvent de Lyon le 11 août 1872, Cyprien Coudrier commence un ministère de prédication avec succès, notamment à Marnand et à Fontaines-sur-Saône où il prêche des missions. Entre les différents sermons qu’il donne et ses fonctions de secrétaire de l’association du Rosaire, il découvre les écrits d’Albert-le-Grand qui le séduisent et qu’il entreprend d’étudier. Se sentant fatigué, il vient passer quelques jours au couvent de Chalais pour se reposer. Là, s’estimant capable de faire une longue marche, il décide avec Pierre Gelin de se rendre à la Grande Chartreuse. Mais, sur le chemin du retour, épuisé par la course et après avoir prié son compagnon de le devancer, il est victime – soudainement – d’une hémorragie fatale. La couronne de Marie rapporte que, découvert le lendemain matin, il baignait dans « un ruisseau de sang qu’il avait vomi le long de son corps depuis la bouche jusqu’au-dessus de sa ceinture. Son rosaire tout plein de sang fut enlevé par le père Trophime qui le lava et l’envoya en souvenir à la pauvre mère du défunt. »

3Cyprien Coudrier est inhumé près de l’église de Chalais, à côté de la tombe de Louis Aussant, l’un des premiers compagnons d’Henri-Dominique Lacordaire.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de Lyon. — La Couronne de Marie, août et septembre 1873, p. 256, 265-269.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nathalie Viet-Depaule, « COUDRIER Cyprien », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, C, mis en ligne le 13 octobre 2016, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://dominicains.revues.org/2268

Haut de page

Auteur

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • Revues.org