Navigation – Plan du site

CARRÉ Ambroise-Marie

CARRÉ Robert, Charles, Jean, Georges, Émile à l’état civil ; CARRÉ Ambroise-Marie en religion
Claire Toupin-Guyot

Résumé

Né le 25 juillet 1908 à Fleury-les-Aubrais (Loiret), mort le 15 janvier 2004 au château de Pontrancart à Ancourt (Seine-Maritime).
Directeur de la Revue des Jeunes, directeur des Éditions du Cerf, aumônier des artistes, prédicateur à Notre-Dame de Paris puis prédicateur général, supérieur de la Maison Saint-Dominique (1957-1973) et auteur d’une quarantaine d’ouvrages.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 19/06/2017

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 22 septembre 1926 à Amiens
• Profession simple : 23 septembre 1927 à Amiens
• Profession solennelle : 23 septembre 1931 au Saulchoir de Kain (Belgique)
• Ordination sacerdotale : 27 juillet 1933 au Saulchoir de Kain (Belgique)

1Robert, Charles, Jean, Georges, Émile Carré est né le 25 juillet 1908 à Fleury-les-Aubrais (dans le Loiret), dans la maison de son oncle. Deuxième enfant d’une fratrie de trois (Geneviève, l’aîné, et Marthe, la cadette), il est le fils de Georges, Charles, Émile, Paul, chirurgien-dentiste de la Faculté de médecine de Paris et de Julie Marguerite dite Jeanne Bandelier. Il reçoit le baptême, le 28 juillet, par l’abbé Jouanneau de la paroisse Saint-André de Fleury-les-Aubrais. La famille, qui est aisée, occupe d’abord un appartement au 17, rue Montaigne à Paris puis s’installe à Neuilly dans un immeuble occupé précédemment par des descendants de Frédéric Ozanam, personnalité que Robert vénère dès son adolescence. Sa mère, aveugle, joue un rôle particulièrement important dans la transmission de la foi. Pur produit de l’enseignement catholique, Robert Carré commence ses études, en 1914, à l’école Saint-Joseph puis devient, en 1919, élève de l’institution Notre-Dame de Sainte-Croix à Neuilly. Il a comme condisciple Patrice de La Tour du Pin et comme professeur de philosophie, le blondélien Paul Archambault dont l’enseignement est pour lui un « choc inoubliable » et avec qui il restera en contact jusqu’à sa mort. Lors de la messe des Anciens de Sainte-Croix, le 26 novembre 1950, dite peu après la mort d’Archambault, c’est Carré qui rend hommage à son « “humanité” que nous aimions en lui et qui est l’humanisme vécu en toutes ses dimensions », tout comme il signe pour le Bulletin paroissial de Saint-Pierre de Neuilly une notice nécrologique vantant son « humanisme authentiquement chrétien ».

Naissance d’une vocation

2À quatorze ans, Robert Carré vit une expérience mystique intense : « Et soudain devant moi un gouffre s’entrouvrit, un ange m’apparut et me dit de le suivre » qui le conduit à souhaiter partir en mission étrangère. Il en rend compte dans deux poèmes laissés inédits, puis, en 1975, dans Chaque jour je commence :

« [Ce souvenir] m’accompagne comme une présence à la fois douce et exaltante. Il m’accompagnera jusqu’à la dernière heure. Un regard suffit à le ranimer, un regard vers cette fenêtre de l’immeuble où, à Neuilly, ma famille habitait. Quel âge avais-je ? Quatorze ans, me semble-t-il. Un soir, dans la petite pièce qui me servait de chambre, je ressentis avec une force incroyable, ne laissant place à aucune hésitation, que j’étais aimé de Dieu et que la vie, [...] là devant moi, était un don merveilleux. Suffoqué de bonheur, je suis tombé à genoux […]. Un commencement absolu (ou ce qui s’en rapproche le plus) : voilà comment se caractérise pour moi, à plus de cinquante ans de distance, le seul événement qui ait jamais mis de l’évidence dans ma foi, l’événement aussi qui m’apporta une joie qu’aucune autre joie n’a pu par la suite surpasser. »

3Durant ces années de formation, il suit plusieurs retraites, lit les écrits de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus. Cette dernière joua un rôle immense dans sa vie. En 1923, il annote les Exercices spirituels d’Ignace de Loyola et résume Tout pour Jésus, ouvrage spirituel de l’oratorien Frederick-William Faber. Trois ans plus tard, en 1926, l’année de l’obtention de son bac, il prend l’habit dominicain, après avoir hésité avec les Missions Étrangères de Paris. Si certains estiment qu’il a été influencé dans cette réorientation par la lecture des œuvres du père Lacordaire (il prononce un panégyrique en son honneur à l’Académie de son collège), d’autres préfèrent privilégier l’influence de son directeur de conscience, l’abbé Petit de Julleville, directeur du collège Notre-Dame de Sainte-Croix jusqu’en 1927. S’il a pu être impressionné par le plus célèbre des prédicateurs dominicains de son temps, le père Marie-Albert Janvier, c’est surtout l’oratorien Pierre Sanson, prédicateur à Notre-Dame de Paris de 1925 à 1927, qui semble avoir été pour lui le modèle de l’orateur chrétien.

Les premières années dans l’Ordre : entre les pères grecs et la prédication

4Il fait son entrée au noviciat, le 26 septembre 1926, à Amiens en recevant le prénom religieux d’Ambroise-Marie. Puis, il est étudiant au Saulchoir de Kain en Belgique à partir de l’année suivante. Sous la houlette du maître des novices, le père Réginald Berger, il se forme auprès des pères Chenu, Menasce et Sertillanges et a pour condisciples Paul Philippe et Marcel-Denys Forestier dont il restera toujours proche. Pendant ces années d’études, il se dit principalement marqué par la rencontre au Saulchoir en 1928 d’Antoine Martel, jeune intellectuel slavisant, grand ami d’Henri-Jean Omez et équipier de Robert Garric. Il décide de faire sienne une parole du jeune universitaire : « Si nous étions vraiment chrétiens, nous serions contagieux. »

Étudiant au Saulc...Étudiant au Saulchoir de Kain

Étudiant au Saulchoir de Kain

Tout jeune dominicain, Ambroise Carré est photographié entre 1928 et 1930 selon une posture convenue représentant la figure du parfait religieux ne pouvant être distrait de sa lecture que par un motif supérieur.

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Il tombe malade et ne put alors suivre le cursus habituel des études dominicaines. Cette fragilité physique l’accompagnera jusqu’à la fin de sa vie. Il est rattaché au séminaire Saint-Basile à Lille qui a été créé quelques années plus tôt pour former un clergé oriental en Occident et qui, sous l’autorité du père Henri-Jean Omez depuis 1927, s’est vu destiné au lancement d’un centre d’études russes.

Au séminaire Sain...Au séminaire Saint-Basile à Lille

Au séminaire Saint-Basile à Lille

Ambroise Carré au séminaire Saint-Basile en 1930 entouré à gauche, des pères Christophe Dumont et Henri-Jean Omez, à droite, du père Antoine Hubatzek.

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

6C’est à Saint-Basile où il est envoyé pour raisons de santé, et sur la recommandation de ses supérieurs (tout particulièrement celle de Marie-Dominique Chenu), que le jeune dominicain s’engage dans la lecture des Pères grecs pour accomplir un travail comparatif et synthétique. La compréhension approfondie de saint Irénée, de saint Jean Damascène ou encore de saint Maxime le Confesseur lui permet de développer une réflexion sur « l’influence de la théologie orientale sur l’occident ». Ses fiches de travail sont adressées très régulièrement à ses anciens professeurs (Chenu ou Féret) et son travail d’érudition est remarqué par le père Omez qui l’encourage dans cette voie toute intellectuelle. Mais alors qu’il se dirige vers la préparation d’une thèse consacrée à saint Irénée dont le titre est déjà choisi (« Image et ressemblance de Dieu ») au sein du centre Istina, il décide de changer de voie après avoir entendu au cours d’un office au Saulchoir de Kain que « j’étais fait pour prêcher » : « L’appel de la Parole fut d’une telle intensité que je ressentis dans cette stalle du chœur de Saulchoir un véritable et insaisissable bouleversement. » Cette décision surprend certains frères qui lui reprochent de « lâcher » le séminaire Saint-Basile alors que le centre se trouve en grandes difficultés depuis la démission forcée, en juin 1932, du père Omez de ses fonctions de directeur. Est-ce Omez qui a persuadé Carré d’abandonner ce travail intellectuel ? Il est difficile de le dire, néanmoins, alors que la rupture Omez-Dumont est consommée lorsque ce dernier décide de continuer l’activité d’Istina, les relations entre le supérieur déchu et le jeune dominicain à l’inverse restent durables et affectueuses.

Au service du « grand virage qu’accomplit la chrétienté »

7Le 27 juillet 1933, il est ordonné prêtre par le cardinal Jean Verdier, archevêque de Paris. D’abord envoyé à Juvisy, où se trouve la Revue des Jeunes, il est rattaché au bout d’un an à la communauté religieuse de La Tour-Maubourg de la Province de France. Il est embauché par le père Aimon-Marie Roguet à partir de 1935, pour des émissions radiophoniques hebdomadaires à Radio-Normandie et Radio-Paris, causeries qu’il rassemble pour les publier l’année suivante (Regards sur Jésus) et qui marquent le début de sa mission de prédication. Il est appelé par son ancien condisciple et ami le père Marcel-Denys Forestier, directeur de la Revue des Jeunes, pour le seconder. Il est aussi présent à l’hebdomadaire Sept et rédige des articles pour le Bulletin de l’Institut catholique de Paris. Son apostolat est également dirigé vers les étudiants, tout particulièrement comme aumônier du Groupe de Droit à Paris. C’est dans ce contexte qu’il multiplie les conférences au Quartier latin et participe au renouveau du pèlerinage étudiant de Chartres. En 1938, il devient rédacteur en chef de la Revue des Jeunes. C’est en ces mêmes années qu’il part faire des prédications en Europe. Invité par le père Omez qui est aumônier de la colonie française, il donne des conférences en Allemagne (il prononce ainsi l’homélie de Noël à la chapelle française à Berlin en 1937) et découvre les réalités du nazisme. À son retour il publie un petit opuscule de 56 pages intitulé Un Dieu qui parle. Du Dieu d’Israël au Dieu des chrétiens issu de causeries prononcées sur Radio-Paris en mars 1939. Multipliant en France les prédications auprès de milieux très divers (étudiants comme industriels), il rassemble celles consacrées au sacrement du mariage en un recueil publié en 1938 sous le titre Compagnons d’éternité : la spiritualité conjugale qui inaugure la collection « Chrétienté » des Éditions du Cerf. L’ouvrage reprend l’expression choisie par Mireille Dupouey, une jeune veuve devenue tertiaire dominicaine, qui définissait ainsi le lien qui l’unissait à son mari décédé sur les champs de bataille. Il obtient un certain succès et sera régulièrement réédité. C’est d’ailleurs en ces mêmes années qu’il entame, avec le père Aimon-Marie Roguet et l’abbé Henri Caffarel, une réflexion sur le renouvellement de la spiritualité conjugale pour élaborer les prémices d’une théologie du couple qui prendra toute sa place après la Seconde Guerre mondiale. Infatigable, mais pourtant de santé très fragile, il signe ses premières préfaces comme celle qui présente Paternité de Gabriel de Montfort, en 1939, consacrée au rôle du père de famille dans la société. À la veille de la guerre, il séjourne à l’École biblique de Jérusalem. Son talent d’orateur et de médiateur au service du « grand virage qu’accomplit la chrétienté » (message du père Chenu adressé au père Carré en 1937) est donc confirmé bien avant la guerre.

Les engagements d’une résistance d’origine spirituelle

Refaire une Franc...Refaire une France chrétienne

Refaire une France chrétienne

Rencontre des aumôniers des Chantiers de jeunesse en compagnie d’Ambroise-Marie Carré, les 10 et 11 février 1942 à Lourdes, à l’occasion de la fête de Notre-Dame.

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8Replié à Pau au début du conflit, le père Carré, alors directeur de la Revue des Jeunes, relance la production intellectuelle malgré les fortes contraintes inhérentes à la situation militaire. Hospitalisé dans cette ville durant l’année 1940, il reçoit des soins des sœurs dominicaines qui le feront aussi échapper à une visite de la Gestapo. Au printemps 1941, il est sollicité par Pierre Dunoyer de Segonzac pour rallier Uriage (lettre du 21 avril 1941). Il entre en résistance en juin 1942 en produisant des faux papiers et organise, avec sa sœur Geneviève, un réseau pour sauver des juifs et des patriotes avec l’appui du pasteur de Pau. C’est d’ailleurs à cette occasion qu’il fait la rencontre du pasteur Boegner qui l’encourage dans ses actions clandestines. Il rend visite aux internés du fort du Portalet dans les Pyrénées où le régime de Vichy emprisonne des personnalités politiques et noue tout particulièrement des relations privilégiées avec Paul Reynaud (« Pureté de son regard, de son teint, de sa robe », écrit Paul Reynaud dans ses Carnets de captivité) devenu à ce moment-là le parrain de son neveu, Paul-Dominique, futur dominicain, et rencontre régulièrement Georges Mandel. Il continue de prononcer des conférences dont celles données aux mouvements d’Action catholique en 1943 à Lille et qui seront reprises et éditées, en 1944, sous le titre La France aux yeux d’un chrétien. Il sert en qualité d’agent P1 dans le réseau Démocratie des Forces françaises combattantes jusqu’au 30 septembre 1944. Pour les faits accomplis pendant la guerre, le père Carré reçoit le 3 juillet 1947 la croix de Chevalier de la Légion d’honneur et se voit remettre – sans avoir jamais pris les armes puisque plusieurs conseils de révision l’avaient écarté du service militaire – la croix de Guerre avec palme des mains de son ami Edmond Michelet – ils s’étaient connus avant la guerre dans les réseaux des Amis de Temps Présent – pour action d’éclat. Cette expérience de guerre sera essentielle dans sa vie de prêtre : il noue des amitiés durables et retrouve régulièrement ses compagnons de résistance dans le Cercle des 22 qui rassemble (jusque dans les années 2000) plusieurs personnalités comme Roland Dumas, Pierre Messmer ou encore Stéphane Hessel dans les bâtiments des Éditions du Cerf, à la Maison Saint-Dominique du boulevard La Tour-Maubourg.

L’apostolat des artistes et des intellectuels

9Après la guerre, membre de la Maison Saint-Dominique, il reprend ses différentes activités éditoriales et conférencières mais son apostolat s’élargit : s’il est toujours directeur de la Revue des Jeunes, il multiplie les cours comme ceux consacrés en 1949 aux « Crises de la foi » ou encore « Peut-on croire sans amour ? », au Cercle catholique du Conseil d’État dont il est l’aumônier depuis 1946, au couvent Saint-Jacques ou encore au Centre catholique des intellectuels français. Sa plume est mise à contribution pour de nombreuses préfaces comme au temps de l’avant-guerre. En 1946, il introduit ainsi l’ouvrage du photographe Pierre Jahan sur Lourdes. Il se rend en juin et juillet 1947 dans la zone française d’occupation en Autriche pour y faire une série de conférences, expérience qu’il prolongera les deux années suivantes sur le continent nord-américain et en Europe centrale. Mais cette année 1947 constitue un tournant fondamental dans la vie du dominicain puisqu’il est nommé durant l’automne, par l’Assemblée des cardinaux et archevêques, aumônier de l’Union catholique du théâtre et de la musique (UCTM). En accompagnant spirituellement le monde artistique, il entre dans un temps plus médiatique. Son apostolat de la parole (« c’est une voix » dira de lui l’Académicien Maurice Druon) trouve une résonnance désormais bien particulière, car il met ses talents d’orateur et de pédagogue au service d’un milieu souvent méprisé.

Aumônier des arti...Aumônier des artistes

Aumônier des artistes

Ambroise Carré avec Jean-Louis Barrault.

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

10Son ministère auprès des artistes est très divers : il prononce des prédications et organise des retraites, il développe les pèlerinages (Rome, 1950 ; Ars, 1951, 1953 ; Assise, 1953…) et participe à de nombreuses réceptions mondaines pour construire une caisse financière d’assistance aux comédiens en difficultés. Il rédige également de nombreux articles consacrés au statut et au métier de comédien (rassemblés en un ouvrage célèbre, publié en 1956, sous le titre L’Église s’est-elle réconciliée avec le théâtre ?) qui rend compte de l’importance des artistes dans la société. Il aide certains acteurs à cheminer vers la foi comme Robert Marcy.

Avec Ingrid Bergm...Avec Ingrid Bergman en 1957

Avec Ingrid Bergman en 1957

Le fonds Ambroise Carré comprend de nombreuses photos le représentant en compagnie de divers artistes, voire de « stars ». Cette source iconographique ne doit pas amener à surestimer les rencontres mondaines d’un soir au détriment de son rôle de directeur spirituel limité à un nombre restreint de comédiens chrétiens.

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

11Sa proximité avec le monde du spectacle le conduit à batailler régulièrement devant ce qu’il nommera dans le journal La Croix une « hiérarchie pointilleuse » : l’obtention en septembre 1950 d’une audience de quatre-vingt-trois artistes auprès du pape Pie XII couronne ainsi des mois de négociation et aboutit à un renouvellement sensible du dialogue qui avait connu ses prémices avec le père Martin-Stanislas Gillet. Cette mission particulière ne l’éloigne pas de l’effervescence apostolique que connaît le catholicisme français en ces années 1940-1950. Il suit plusieurs groupes naissants qui caractérisent ce dynamisme. Il devient ainsi conseiller auprès du Mouvement Sève, un mouvement de spiritualité destinée à la bourgeoisie, créé par Marguerite Hoppenot (rencontrée en 1939) et surtout auprès d’Armand Marquiset, le fondateur des petits frères des Pauvres en 1946 : «Vous avez été pour beaucoup dans leur naissance, soyez toujours dans leur vie. » Cette proximité originelle ne s’éteindra jamais. Le père Carré participe par des allocutions diverses au développement du mouvement tout en prêchant régulièrement des retraites aux membres de la communauté. Lorsque le mouvement connaîtra des difficultés en 1958, il se portera garant de la situation matérielle et spirituelle des petits Frères (lettre du 3 juin 1958). Les années 1940-1950 sont aussi marquées par la prolongation de ses réflexions sur la doctrine du mariage chrétien. Il participe à des sessions des Équipes Notre-Dame, fondées par l’abbé Caffarel, et en devient le conseiller théologique. Il publie ainsi en 1949, dans la revue L’Anneau d’or, un compte rendu très critique de L’Art d’aimer de Paul Chanson. Au nom de la « tempérance », le père Carré se prononce en la défaveur d’une sexualité conjugale distincte de la procréation. Cette défiance à l’égard de la chair se retrouve d’ailleurs dans la défense qu’apporte le dominicain à la spiritualité du veuvage. Cette position ne variera guère puisqu’au cours de conférences sur la sexualité organisées pour les Groupes Plé à La Tour-Maubourg, le prédicateur continuera de privilégier « un entraînement à la chasteté positive » (22 janvier 1962). Par-delà ces enjeux de spiritualité conjugale, c’est toute une réflexion que le religieux mène, avec d’autres, autour de la place des femmes dans les mouvements spirituels et apostoliques sans réussir toujours à leur trouver une place renouvelée.

Le prédicateur de Notre-Dame

12Les années 1950 sont aussi marquées par des difficultés, tout particulièrement lors de l’affaire des prêtres-ouvriers. Sollicité par le père Kopf pour se prononcer sur l’importance du sacerdoce en milieu ouvrier, le dominicain sillonne la France et donne dix-neuf conférences. Reprises sous la forme d’un article intitulé « Pourquoi les prêtres-ouvriers ? » dans La Vie intellectuelle en novembre 1953, le texte bénéficie d’une correction minutieuse de Marie-Dominique Chenu qui partage avec lui la difficulté d’écrire une « théologie de la lutte des classes » (« très bon votre texte », lettre du père Chenu, 12 octobre 1953). Si l’article s’efforce de faire valoir la part de vérité existant dans chaque camp, il défend surtout l’approche apostolique menée par ces nouvelles figures sacerdotales. Mais dès la destitution des trois provinciaux des provinces dominicaines françaises, en février 1954, le dominicain doit cesser toute intervention publique ou écrite sur le sujet (lettre à François Leprieur, 13 février 1986). Son ouvrage rédigé sur le sujet ne reçoit pas l’imprimatur (lettre du vicaire général Potevin, 29 septembre 1953). Le père Carré subit désormais une méfiance ecclésiale qui est renforcée par sa proximité avec le milieu artistique mal appréciée jusque dans la hiérarchie. Cette suspicion est levée à la fin de l’année 1957 lorsqu’il est appelé à occuper des responsabilités conventuelles dans sa communauté comme supérieur de la Maison Saint-Dominique et qu’il est nommé nouveau prédicateur de Notre-Dame par le cardinal Feltin pour remplacer le père jésuite Michel Riquet.

PrédicateurPrédicateur

Prédicateur

Prédicateur recherché, Ambroise Carré s’adresse aux publics les plus divers dans les lieux de culte comme dans des salles plus « déchristianisées ».

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

13Cette nouvelle fonction (renforcée à partir du 10 juin 1963 lorsqu’il est nommé prédicateur général au sein de son ordre religieux) l’oblige, dès 1959, à se chercher un successeur à l’UCTM, car cette tâche de prédication lui prend beaucoup d’énergie : « Ma vie est si difficile que je n’ose pas vous dire oui […]. Je devrai me mettre dès le mois de juin à la préparation du carême suivant » (lettre du 10 mars 1959). Pour sa première conférence, il se fait conseiller par Mgr Pierre Veuillot, membre de la Secrétairerie d’État, toujours prêt à traduire en un langage audible à Rome les formulations des catholiques français. Il ne manque d’ailleurs jamais d’adresser les sujets et les textes de ses conférences aux plus hautes autorités romaines. Les conférences données à Notre-Dame lui donnent l’occasion de défendre quelques thèmes qui trouveront une reconnaissance toute conciliaire et un écho remarquable auprès du public : « Vrai visage du prêtre » (1959) ou encore « Le sacerdoce des laïcs » (1960). D’autres suivent : « Prêtres et laïcs : apôtre de Jésus-Christ » (1961) » ou « L’Homme des Béatitudes » (1962). Toutes se nourrissent des travaux théologiques menés par des dominicains comme les pères Congar ou Chenu mais aussi de références aux Pères grecs.

« Le prêtre, homm...« Le prêtre, homme de la parole »

« Le prêtre, homme de la parole »

Disque souvenir des conférences de carême 1959 données par Ambroise Carré à Notre-Dame de Paris : « Un seul prêtre Jésus-Christ » ; « L’homme du sacrifice » ; « De la parole au sacrement » ; « Ministre du Christ et de l’Église » ; « Tout à tous. Comment ? Jusqu’où ? » ; « Ce qui demeure et ce qui évolue ». L’audience de ces conférences de carême est encore accrue par leur édition sur des supports différents (livres, disques, radio-diffusion).

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

14Le prédicateur, soucieux de trouver des termes simples et accessibles, s’inspire d’Henri-Dominique Lacordaire (il présente en 1960, alors que les dominicains français s’apprêtent à commémorer le centenaire de sa mort, un choix de textes rédigés par le restaurateur de l’ordre de saint Dominique en France sous le titre Jésus-Christ) mais il accorde également une grande place à la « méthode » Sertillanges qui, selon lui, innove « dès le début du siècle en parlant en chaire un langage d’homme dépouillé des termes surannés, s’insérant au plus vif des préoccupations du temps, rejoignant le vœu du père Lacordaire : converser avec l’auditoire “transformé en un seul être aimé” » (Le Figaro, 13 novembre 1963).

Supérieur du couvent des dominicains des Éditions du Cerf

15Avec Vatican II, comme le jésuite François Varillon avec qui il partage un même style empreint de simplicité, ce qui fait d’eux d’excellents médiateurs, il se charge d’aplanir la route à la réforme conciliaire en en facilitant la réception. En 1964, il est appelé par Paul VI à prêcher les exercices spirituels au Vatican, ce qui lui vaut d’être le premier Français à occuper cette charge (Croire avec 20 personnages de l’Évangile, Les Éditions du Cerf, 2004). Sa fonction de prédicateur de Notre-Dame de Paris s’achève en 1966, néanmoins ce ministère de la parole reste la charge essentielle du père Carré durant les deux décennies suivantes. Cette même année 1966, il a la joie de voir son neveu, l’un des fils de Marthe, Paul-Dominique Marcovits entrer dans l’ordre des frères prêcheurs. Il multiplie les conférences en province et à l’étranger, sollicité par de nombreuses organisations laïques (comme l’Alliance française – il a pris la suite du père Augustin Maydieu au conseil d’administration de cet organisme en novembre 1955 – ou les Amitiés françaises) ou confessionnelles et prononce de nombreuses oraisons funèbres qu’il fait rassembler dans Reçois-les dans ta lumière. Paroles pour des amis (Les Éditions du Cerf, 2000). Il prend la charge des homélies dominicales sur France Culture (octobre 1966) où il succède au père Albert-Marie Avril et décide, sur l’expérience des conférences du carême, d’en rendre disponible la lecture en faisant créer aux Éditions du Cerf un service hebdomadaire de diffusion. Il garde ce service jusqu’à la nomination du père Bernard Bro en 1975.

Avec François Mau...Avec François Mauriac

Avec François Mauriac

Ambroise Carré participe comme conférencier aux rencontres du Centre catholique des intellectuels français dont il est une des figures ecclésiastiques.

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

16Si cette charge de prédication est bien connue, celle de responsable de la communauté l’est moins. Pourtant le père Carré a joué pendant des années, au sein de la Maison Saint-Dominique, un rôle important alors qu’il n’occupe aucune responsabilité aux Éditions du Cerf logées dans le même immeuble et dont le père Pierre Boisselot est directeur. Supérieur nommé par le provincial Joseph Kopf depuis le 5 novembre 1957, puis nommé prieur à partir du 27 août 1967 lorsqu’elle est érigée en couvent du fait du nombre croissant de ses membres, il ne cesse de travailler à la réorganisation spirituelle de la maison dominicaine qui, depuis les années 1950, connaît un détachement de la forme de vie contemplative et conventuelle traditionnelle qui n’est pas seulement due aux prenantes activités éditoriales de ses membres. Le père Carré, inquiet des évolutions, invite à l’ascèse (14 janvier 1958) et à la contrainte des corps (février 1961). Il s’alarme de constater l’oubli de nombreux temps de prières et de découvrir « un goût du confort physique » et de la sécurité morale « qui prive une communauté d’un de ses critères d’authenticité » (14 février 1958). Si sa responsabilité le conduit parfois à faire des rappels à l’ordre stricts des règles de l’observance (19 septembre 1958), il le fait souvent sous forme d’autorité bienveillante : « Il ne s’agit pas d’un supérieur avec argument d’autorité mais d’un frère qui voudrait que nous vivions mieux ensemble le Seigneur » (1er février 1961). Soucieux, bien avant le concile, de repenser la présence dominicaine dans la société moderne, il est affecté par « l’extraordinaire manque d’attention aux autres », l’absence d’importance accordée à l’eucharistie (septembre 1970) et la multiplication des clivages entre religieux. Il joue néanmoins un rôle important dans la redéfinition des obligations de sa communauté spirituelle par un appel régulier au « nécessaire recentrement sur la vie contemplative » sans manifester publiquement (à la différence d’autres frères de sa génération) pessimisme ou aigreur devant les évolutions communautaires. Il regarde avec un souci de bienveillance les événements de mai 1968 et lorsque l’Église catholique est confrontée au départ de nombreux prêtres, il appelle à la plus grande miséricorde et au respect, relevant les nombreux manques de discernement dans les vocations (1969). L’analyse et l’attitude du père Carré sont donc certes caractéristiques du clivage générationnel qui distingue les frères formés au Saulchoir de Kain des plus jeunes formés à Paris mais, dans sa fonction de responsable, le père Carré choisit une « méthode » : il écoute, reprend, reformule sans montrer trop d’inquiétude ou de désarroi. C’est cette même méthode qu’il met en œuvre auprès des croyants et des incroyants, dans un apostolat de prédication comme de correspondance, de confession comme d’écoute par la prière et l’ascèse. Toute sa vie, il lit et relit les mystiques qui ont connu la nuit obscure : sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus ou sainte Élisabeth de la Trinité en particulier. Certains de ses articles sont consacrés d’ailleurs à mettre en perspective cette épreuve du doute pour ceux qui n’ont « pas la jouissance de la foi », car c’est « une joie qu’aucune autre joie n’a pu par la suite surpasser ». Il quitte sa charge conventuelle en 1973.

Le successeur de Lacordaire à l’Académie française

AcadémicienAcadémicien

Académicien

Auteur de nombreux ouvrages, Ambroise Carré est élu à l’Académie française en 1975. Il va y siéger pendant presque trente ans. Comme Lacordaire, un siècle avant lui, il n’a pas cru pouvoir refuser une si belle opportunité de faire de l’habit dominicain l’objet de toutes les attentions.

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

17En juin 1975, Ambroise-Marie Carré est élu à l’Académie française au trente-septième fauteuil pour succéder au jésuite Jean Daniélou, décédé le 20 mai 1974. Il est le premier dominicain à siéger dans cette assemblée depuis Lacordaire. Proche de certains auteurs catholiques comme Julien Green, qui sera son parrain à l’Institut, ou encore de Patrice de la Tour Du Pin, qui fut son condisciple à Sainte-Croix, son élection lui permet de cheminer avec des auteurs plus ou moins éloignés de la foi (il est ainsi très proche d’Eugène Ionesco et entretient des relations avec Henry de Montherlant). Peut-on dire qu’il se résolve à cette élection ? C’est en tous les cas ce qu’il affirme au journal La Croix en 1993 (« j’estimais qu’un religieux ne pouvait pas se présenter »). Mais ayant reçu l’avis favorable du prieur provincial, le père Nicolas Rettenbach, il accomplit les nécessaires visites formelles aux Académiciens. Son élection suscite néanmoins le mécontentement de certains de ses frères qui dénoncent dans une lettre collective (du 3 juin 1975) un comportement en contradiction avec le nouveau projet des dominicains dans une Église de l’humilité et de l’enfouissement. Il y répond en soutenant la pertinence apostolique de la présence d’un clerc dans une assemblée où l’on compte un grand nombre d’agnostiques. Par-delà la polémique interne à l’Ordre qui d’ailleurs se tarit assez vite, se voit ici poser l’enjeu de l’apostolat de la parole. Certains ont cru voir dans cette nouvelle fonction, comme dans les discours de circonstances auxquels il acceptait de se prêter (réceptions, deuils, conférences dans des espaces profanes), un goût pour les mondanités alors que le prédicateur y voyait des moments privilégiés d’évangélisation. C’est peut-être dans l’expérience de Deauville, lancée en 1954 sur une idée du chanoine Germain, curé de la paroisse normande, et poursuivie pendant plus de vingt ans, jusqu’en 1977, que se dévoile la nature même du ministère du père Carré. Dans ce rassemblement annuel, où se côtoyaient incroyants et croyants, artistes et mondains, le prédicateur commentait dans l’enceinte du casino des textes consacrés à des sujets religieux. Au cœur de ces rencontres, le père Carré défendait la conviction de la nécessaire prise en compte du monde tel qu’il est pour y annoncer l’Évangile. Il concrétisait ainsi l’une des intuitions les plus chères d’un de ses professeurs du Saulchoir, le père Chenu.

18En 1975, il fait paraître ses mémoires sous le titre Chaque jour je commence qui témoigne de quarante ans de vie sacerdotale dans une Église ébranlée par la crise catholique. Ce retour sur lui-même se prolonge dans les années suivantes avec la publication de son journal. Le premier volume paraît en 1988 (Je n’aimerai jamais assez. Journal 1970-1987), les autres s’échelonnent sur plusieurs années (Des heures de grand sens. Journal 1988-1990 ; Vient le temps de chanter. Journal 1991-1993 ; Tout m’est buisson ardent. Journal 1994-1997) et trouvent un écho considérable dans la société civile. S’il participe encore à quelques émissions radiophoniques, c’est principalement pour témoigner de sa foi et de son itinéraire. Il meurt le 15 janvier 2004 à Ancourt, au château de Pontrancart que possèdent les Bemberg, des amis proches, trois ans après avoir quitté le couvent de La Tour Maubourg. Il reçoit des obsèques solennelles à Notre-Dame de Paris et repose au cimetière du Montparnasse dans le caveau des dominicains. Le 29 avril 2013, la place du père Ambroise-Marie-Carré est inaugurée par le maire de Paris, Bertrand Delanoë, en face du couvent de l’Annonciation.

19Sans avoir fait œuvre de savant ou de penseur, le père Carré a rédigé plus de quarante livres au service de la foi. Avec d’autres, il a participé à la déconstruction des interprétations dominantes qui prévalaient avant l’ouverture des portes du concile. Homme de dialogue, homme du juste milieu, il a joué un rôle essentiel de passeur par la transmission de certains thèmes comme la place du laïcat dans l’Église ou la spiritualité conjugale. Il a mené, par son sens de l’écoute et par son rayonnement personnel, un apostolat de direction spirituelle aussi important chez les croyants que chez les non-croyants allant même jusqu’à développer un véritable ministère des incroyants. Pour ses soixante-dix ans d’ordination sacerdotale, il choisit ces paroles de saint Paul qui le caractérisent et qui ont été reprises à son enterrement à Notre-Dame : « Dieu nous a réconciliés avec lui par le Christ et il nous a donné le ministère de la réconciliation. Car, c’est bien Dieu qui, dans le Christ, réconciliait le monde avec lui : il n’a pas tenu compte des fautes, et il a déposé en nous la parole de la réconciliation (2 Corinthiens 5, 18-19).

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — François Gaquère, Le théâtre devant la conscience chrétienne, Paris, Beauchesne, 1965. — François Leprieur, Quand Rome condamne, Paris, Plon/Éditions du Cerf, 1989. — Oscar-L. Cole Arnal, Prêtres en bleu de chauffe. Histoire des prêtres-ouvriers (1943-1954), Paris, Les Éditions ouvrières, 1992. — Ambroise-Marie Carré, Chaque jour je commence, Paris, Les Éditions du Cerf, 1993. — Martine Sevegrand, Les enfants du Bon Dieu, Paris, Albin Michel, 1995. — Étienne Fouilloux, La collection « Sources chrétiennes ». Éditer les Pères de l’Église au XXe siècle, Paris, Les Éditions du Cerf, 1995. — Paul Reynaud, Carnets de captivité, Paris, Fayard, 1997. — Agnès Walch, La spiritualité conjugale dans le catholicisme français, XVIe-XXe siècle, Paris, Les Éditions du Cerf, 2002. — Hélène Carrère d’Encausse et varii auctores, Hommage au père Ambroise Carré, Paris, Éditions de l’Institut, 2004. — Henry Phillips, Le théâtre catholique en France au XXe siècle, Paris, Honoré Champion, 2007. — Gabrielle Chevassus, Le père Carré, Luzech, Les Amis du Crespiat, 2007. — Philippe Verdin, Le père Carré, une parole de feu, Paris, Les Éditions du Cerf, 2015. — Yann Raison du Cleuziou, De la contemplation à la contestation. La politisation des Dominicains de la Province de France, Paris, Belin, 2016.

Sources orales :

RP Carré, Le prêtre, homme de la parole. Extraits de la Conférence du 3e dimanche de Carême : 1er mars 1959, [33 t.], Paris, Jéricho, s.d. [1959]. — RP Carré, Dialogue des croyants et des incroyants, [33 t.], Paris, Dunod, 1963. — Éloge du père Carré le 15 décembre 2005 par René Girard, de l’Académie française (canal Académie) : http://www.canalacademie.com/ida183-Eloge-du-pere-A-M-Carre-par-Rene-Girard-de-l-Academie-francaise.html. — Radioscopie : Jacques Chancel reçoit le père Carré, 1er décembre 1975 : http://www.ina.fr/audio/PHD95074364.

Haut de page

Œuvre

Ouvrages choisis :

Regards sur Jésus : causeries religieuses prononcées à Radio-Paris, Paris, Édition de la Revue des Jeunes, 1936. — Compagnons d’éternité, Paris, Les Éditions du Cerf, 1938 (réédition : 1951 ; nouvelle édition dans la collection poche « Foi Vivante » : 1967). — Un Dieu qui parle. Du Dieu d’Israël au Dieu des chrétiens, Paris, Bloud et Gay, 1939. — Chemin de croix pour les veuves, Paris, Édition de la Revue des Jeunes, 1939. — Théologie et spiritualité conjugale, Paris, Union apostolique, 1946. — Justice humaine, justice divine, Paris, Desclée de Brouwer, 1954. — Sainteté, Miroir de Dieu, Paris, Les Éditions du Cerf, 1955. — Baptisés dans le Christ, Paris, Les Éditions du Cerf, 1955. — L’Église s’est-elle réconciliée avec le théâtre ?, Paris, Les Éditions du Cerf, 1956. — Compagnons d’éternité : le sacrement de mariage, Paris, Les Éditions du Cerf, 1957. — L’homme des Béatitudes (Conférences de Notre-Dame de Paris), Paris, Spes/Éditions du Cerf, 1962. — Le Pater dans nos vies, Paris, Spes/Éditions du Cerf, 1964. — La conversion quotidienne, Paris, Les Éditions du Cerf, 1968. — Mère du Christ, Mère des hommes, Paris, Les Éditions du Cerf, 1970. — Pour vous qui est Jésus-Christ ?, Paris, Les Éditions du Cerf, 1971. — « Car vous n’avez qu’un Père », Paris, Les Éditions du Cerf, 1981. — Ces maîtres que Dieu m’a donnés, Paris, Les Éditions du Cerf, 1982. — Baptisés dans le Christ, six prédications de Carême à des étudiants remaniées pour exprimer les nouveaux rituels du baptême, Paris, Les Éditions du Cerf, 1986. — Journal : Je n’aimerai jamais assez (1970-1987), Paris, Les Éditions du Cerf, 1988. — Journal : Des heures de grand sens (1988-1990), Paris, Les Éditions du Cerf, 1991. — Chaque jour je commence, Paris, Les Éditions du Cerf, 1993. — Journal : Vient le temps de chanter (1991-1993), Paris, Les Éditions du Cerf, 1994. — Journal : « Tout m’est buisson ardent » (1993-1997), Paris, Les Éditions du Cerf, 1997.  — Reçois-les dans ta lumière. Paroles pour des amis, Paris, Les Éditions du Cerf, 2000. — Croire avec vingt personnages de l’Évangile, Paris, Les Éditions du Cerf, 2004. — Le sacerdoce de l'éternelle AllianceDouze conférences prononcées à Notre-Dame de Paris en 1964-1965, Paris, Les Éditions du Cerf, 2009.

Articles :

Bulletin de l’Institut catholique de Paris, Revue des Jeunes, Sept, La Vie spirituelle, L’Anneau d’or…

Préfaces :

Suzanne Fouché, Le chemin de croix du Cyrénéen, Paris, Spes, 1937. — Gabriel de Montfort, Paternité, Paris, Les Œuvres françaises, 1939. — Pierre Jahan, Lourdes, Paris, Les Éditions du Cerf, 1946. — Paul Misraki et Jacqueline Chassang, La maison de mon père : échanges de lettres à la recherche de la foi, Paris, Édition de La Revue des Jeunes, 1948. — Antonin-Marcel Henry, Morale et vie conjugale, Paris, Les Éditions du Cerf, 1957. — Henri Huvelin, Le Regard du Christ, Paris, Fayard/Éditions du Cerf, 1960. — Henri-Dominique Lacordaire, Jésus-Christ, Paris, Les Éditions du Cerf, 1960. — Armand Jean Du Plessis, cardinal de Richelieu, Écrits spirituels, Paris, Les Éditions du Cerf, 2002.

Postface :

France Pastorelli, Servitude et grandeur de la maladie, Paris, Les Éditions du Cerf, 1967.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Étudiant au Saulchoir de Kain
Légende Tout jeune dominicain, Ambroise Carré est photographié entre 1928 et 1930 selon une posture convenue représentant la figure du parfait religieux ne pouvant être distrait de sa lecture que par un motif supérieur.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1755/img-1.png
Fichier image/png, 640k
Titre Au séminaire Saint-Basile à Lille
Légende Ambroise Carré au séminaire Saint-Basile en 1930 entouré à gauche, des pères Christophe Dumont et Henri-Jean Omez, à droite, du père Antoine Hubatzek.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1755/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Refaire une France chrétienne
Légende Rencontre des aumôniers des Chantiers de jeunesse en compagnie d’Ambroise-Marie Carré, les 10 et 11 février 1942 à Lourdes, à l’occasion de la fête de Notre-Dame.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1755/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Aumônier des artistes
Légende Ambroise Carré avec Jean-Louis Barrault.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1755/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Avec Ingrid Bergman en 1957
Légende Le fonds Ambroise Carré comprend de nombreuses photos le représentant en compagnie de divers artistes, voire de « stars ». Cette source iconographique ne doit pas amener à surestimer les rencontres mondaines d’un soir au détriment de son rôle de directeur spirituel limité à un nombre restreint de comédiens chrétiens.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1755/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Prédicateur
Légende Prédicateur recherché, Ambroise Carré s’adresse aux publics les plus divers dans les lieux de culte comme dans des salles plus « déchristianisées ».
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1755/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre « Le prêtre, homme de la parole »
Légende Disque souvenir des conférences de carême 1959 données par Ambroise Carré à Notre-Dame de Paris : « Un seul prêtre Jésus-Christ » ; « L’homme du sacrifice » ; « De la parole au sacrement » ; « Ministre du Christ et de l’Église » ; « Tout à tous. Comment ? Jusqu’où ? » ; « Ce qui demeure et ce qui évolue ». L’audience de ces conférences de carême est encore accrue par leur édition sur des supports différents (livres, disques, radio-diffusion).
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1755/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Avec François Mauriac
Légende Ambroise Carré participe comme conférencier aux rencontres du Centre catholique des intellectuels français dont il est une des figures ecclésiastiques.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1755/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Académicien
Légende Auteur de nombreux ouvrages, Ambroise Carré est élu à l’Académie française en 1975. Il va y siéger pendant presque trente ans. Comme Lacordaire, un siècle avant lui, il n’a pas cru pouvoir refuser une si belle opportunité de faire de l’habit dominicain l’objet de toutes les attentions.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1755/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Claire Toupin-Guyot, « CARRÉ Ambroise-Marie », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, C, mis en ligne le 19 juin 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://dominicains.revues.org/1755

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • Revues.org