Navigation – Plan du site

Le Havre (couvent)

Couvent du Très Saint-Rosaire
Jean Bourienne

Résumé

L’existence du couvent du Havre est due aux souhaits convergents de l’archevêque de Rouen et de la Province de France. Après l’arrivée des premiers pères en 1868, la construction d’un grand couvent est menée à bien de 1870 à 1877, l’érection canonique étant faite en 1873. Pendant les neuf décennies de leur présence au Havre, les dominicains tiennent une place importante dans la vie religieuse de la ville et bien au-delà (le couvent est le seul de toute la Normandie). Son originalité est la place prise dans l’apostolat auprès du monde de la Marine marchande à partir des années 1930. Mais tout au long de la période, l’existence du couvent est remise en question : hostilité des anticléricaux locaux, expulsion de 1880 puis celle de 1903 suivie d’un long effacement, destructions de la Seconde Guerre mondiale et transfert du couvent à Rouen en 1946, la maison du Havre restant une dépendance avant la décision de la Province de France de la fermer en 1959.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 27/04/2016.

Texte intégral

1868-1880 : la fondation et le premier essor du couvent

1Dominique Souaillard, alors prieur de la Province de France, est l’artisan de la préparation de la fondation d’un couvent au Havre en 1868, année où sont aussi fondés les couvents d’Abbeville, Langres et Lille.

2Le projet initial de l’Ordre était le rétablissement du couvent de Rouen disparu à la Révolution. Mais l’archevêque de Rouen, le cardinal de Bonnechose (1858-1883), oriente les dominicains vers Le Havre où aucun ordre masculin n’est présent, exception faite d’un père picpucien chargé des catholiques germanophones, alors que les jésuites se sont rétablis à Rouen. Mgr de Bonnechose souhaite l’établissement de religieux dans le grand port alors en plein développement et en forte croissance démographique (environ 73 000 habitants en 1866). Ce souhait est aussi celui de certains curés et de laïcs havrais conscients du fait que le clergé paroissial ne peut suffire aux besoins spirituels : ils attendent en particulier des religieux qu’ils s’occupent de la classe ouvrière jugée dangereuse. Des démarches sont entreprises auprès de plusieurs ordres sans résultat. En revanche, les dominicains répondent positivement car la Province de France dispose d’effectifs suffisants.

3Le père Souaillard veut aller vite pour profiter d’un contexte politique national et local encore favorable en 1868. Fort de l’accord de l’archevêque de Rouen, il vient au Havre, rencontre des curés et des notables laïcs. L’un de ceux-ci donne en location une maison située en périphérie immédiate du centre-ville dans le quartier bourgeois de « la côte ». Au rez-de-chaussée, un grand salon est aménagé en chapelle pouvant accueillir une soixantaine de personnes. En novembre 1868 les pères Alvare Blanchard, Paul Lelaidier, Dominique Masson et Augustin Pâris, qui ont été précédés par un frère convers, s’y installent. Ils ont pour mission d’étudier la faisabilité de la création d’un couvent et la recommandation de se montrer discrets en raison de l’existence au Havre d’un courant républicain anticlérical et d’une certaine méfiance du clergé local face aux idées libérales que les dominicains pourraient répandre. Mgr de Bonnechose s’efforce de désamorcer la méfiance en demandant aux pères de mettre ces idées de côté.

4Le 12 juillet 1869, les quatre « pionniers » adressent à Dominique Souaillard un rapport très détaillé et enthousiaste destiné à la congrégation intermédiaire de Flavigny. Le 28 juillet, « les Pères capitulaires considérant les avantages qu’offre cette position et le bien qui peut s’y faire votent au scrutin l’opportunité d’une fondation au Havre et prient le Maître général [Vincent Jandel] de vouloir bien souscrire à cette demande ». Avec l’assentiment de l’archevêque, l’établissement provisoire est érigé en vicariat en octobre 1869 puis en couvent formel avec supérieur le 17 janvier 1870, charge qu’assume le père Souaillard en mai 1871 à la fin de son mandat de prieur provincial. Il lui revient d’assurer la construction et l’aménagement du couvent. Avant même la fin des travaux, le couvent est érigé canoniquement sous le vocable du Très Saint-Rosaire par lettres patentes en date du 20 novembre 1873 signifiées à la communauté en mai 1874 ; Thomas Faucillon en devient alors le premier prieur.

5Le 21 janvier 1870, la Société des Prêcheurs acquérait pour 100 000 francs (20 000 francs comptant, le solde payable à la venderesse en huit annuités avec 5 % d’intérêt) une vaste propriété (6 050 m2) située à proximité de l’établissement provisoire entre les rues Saint-Martin et des Gobelins et comportant un pavillon, des dépendances et des grands jardins. Déclinant l’invitation de l’archevêque à s’établir dans le quartier bruyant et populaire de la gare, les dominicains avaient, en effet, tenu à rester dans le même quartier offrant l’avantage d’être très proche du centre mais calme, aéré, agrémenté de nombreux jardins ; s’y ajoutait le fait de vivre là « au milieu de la population qui a de la fortune pour nous donner et du temps pour fréquenter notre église ».

La chapelle du co...La chapelle du couvent du Très Saint-Rosaire au Havre

La chapelle du couvent du Très Saint-Rosaire au Havre

Carte postale imprimée après les expulsions de 1903 lorsque le couvent devient un pensionnat, l’Institution Saint-Michel.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

6La construction du couvent, confiée à l’architecte havrais Toutain qui travaille suivant des plans de l’agence Delefortrie d’Amiens, commence aussitôt. La communauté emménage d’abord dans le pavillon puis occupe la partie habitable du couvent dès la fin de l’année 1871 ; l’église est achevée en 1876 et les bâtiments conventuels en 1877. Ceux-ci comportent deux corps de bâtiments parallèles, l’un à l’ouest, l’autre à l’est, reliés par la galerie nord du cloître couverte d’une terrasse. L’église ferme le quadrilatère au sud. Les matériaux utilisés sont essentiellement de provenance locale, brique pour les bâtiments conventuels, brique et silex taillé disposés en assises alternées pour les murs de l’église, la pierre étant réservée aux parties sculptées. Comme c’est courant à l’époque, l’architecte fait le choix du style néo-roman pour l’extérieur de l’église et les arcades du cloître et du néo-gothique avec fausse voûte sur croisées d’ogives en plâtre pour l’intérieur de l’église.

Chœur de la chapelleChœur de la chapelle

Chœur de la chapelle

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7La fondation du couvent faillit être empêchée par l’hostilité des républicains qui tiennent le conseil municipal et dont l’identité est fortement marquée par l’anticléricalisme lié à l’appartenance de nombre d’entre eux aux loges maçonniques. En 1870 puis en 1872, ils tentent d’obtenir des autorités administratives et judiciaires le départ des dominicains en se fondant sur la législation révolutionnaire. S’ils n’y parviennent pas, leur hostilité ne désarme pas, contraignant les pères à observer une certaine discrétion. Les dominicains peuvent compter sur le soutien des notables catholiques conservateurs, pour le moins réticents face au régime républicain. De ce fait, le couvent est pendant plusieurs décennies un des enjeux du combat politique auquel se livrent les deux camps.

Cloître du couventCloître du couvent

Cloître du couvent

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8Dans les années 1870, le couvent compte une dizaine de pères plus deux ou trois frères convers. Certains pères ont particulièrement marqué le début de l’existence de la maison du Havre, à la fois en raison de leur longue présence et de la place qu’ils y ont tenue comme Dominique Souaillard et Dominique Delorme. Le premier, au Havre de 1871 à son décès en 1889, est non seulement le constructeur du couvent mais aussi la cheville ouvrière de son enracinement dans le paysage catholique de la ville, tissant des liens étroits avec les notables catholiques. Le second, présent de 1874 à son décès en 1907, exception faite des années 1884 à 1887, marque profondément plusieurs générations de jeunes Havrais. En revanche, le célèbre père Martin Didon ne fait qu’un bref passage (1875).

Salle du chapitreSalle du chapitre

Salle du chapitre

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

9Outre les prédications qu’ils assurent dans bien des villes de France, les dominicains du Havre déploient un important apostolat dans la ville et ses environs, mais aussi dans tout le diocèse de Rouen, voire à l’échelle de la Normandie où l’Ordre n’avait pas d’autre couvent : prédications, confessions, animation de retraites, accompagnement spirituel de congrégations féminines, des fraternités de tertiaires. Des confréries de dévotion sont érigées dans l’église conventuelle, en particulier le Rosaire ; à partir du Havre, Damien Saintourens propage l’association du Rosaire perpétuel dans toute la Normandie. Une importante œuvre pour la jeunesse havraise doit son existence aux dominicains : le patronage Saint-Thomas d’Aquin. L’initiative en revient au père Souaillard que son souci de l’éducation des garçons des milieux populaires conduit en 1874 à réunir quelques laïcs issus de l’élite catholique pour fonder l’œuvre. Dans un premier temps, le patronage est abrité dans le pavillon avant d’avoir, plus loin du couvent, ses propres locaux où réside l’aumônier qui est, pendant plus de cinquante ans un père dominicain. Dominique Delorme assure cette fonction pendant sa longue présence au Havre.

Une célèbre insti...Une célèbre institution catholique au Havre : le patronage Saint-Thomas d’Aquin

Une célèbre institution catholique au Havre : le patronage Saint-Thomas d’Aquin

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

10La première décennie de l’histoire du couvent n’est pas exempte de tensions. En plus des tracasseries provoquées par les anticléricaux, les dominicains ont à faire face à une certaine jalousie des curés des paroisses qui, en 1873, se plaignent auprès de Mgr de Bonnechose du fait « que les TRP Dominicains qu’[il] a établis au Havre leur causent des difficultés dans l’exercice de leur charge pastorale, et nuisent, par certains exercices religieux, au bien des âmes et des paroisses confiées à leurs soins ». L’archevêque doit intervenir pour réglementer certaines activités des pères. La sérénité de la communauté est aussi affectée par les soucis financiers. L’acquisition de la propriété et la construction du couvent représentent une lourde charge. Certes, le couvent peut compter sur la générosité des catholiques qui se manifeste par des dons, prêts, souscription d’obligations. Dominique Souaillard sait solliciter les riches familles havraises. Mais en 1878, le couvent a des dettes s’élevant à 137 000 francs et, dans une lettre au prieur provincial, le père Delorme note alors que les questions financières engendrent des tensions au sein du couvent. Sur la suggestion du père Souaillard, la Société des Prêcheurs contracte en 1879 auprès du Crédit foncier un emprunt de 100 000 francs sur soixante ans, garanti par une hypothèque sur le couvent, afin d’unifier la dette et en étaler l’apurement.

1880-1920 : des temps difficiles

11Lors de la première poussée d’anticléricalisme de la IIIe République, les dominicains sont chassés du couvent le 4 novembre 1880. L’expulsion se déroule de manière ritualisée : démission de hauts fonctionnaires refusant de participer à l’application du décret, recours aux forces de l’ordre, portail de l’église défoncé et évacuation des fidèles en prière, apposition de scellés sur les portes de l’église, cellules des religieux crochetées, protestation du prieur, Mannès Thiriet. Dans les rues voisines du couvent, des manifestants expriment bruyamment leur soutien ou leur hostilité aux religieux. La presse locale exploite l’événement à des fins politiques. L’expulsion ne signifie pas la fin de la présence dominicaine au Havre mais les pères sont dispersés. Les pères Souaillard et Thiriet sont autorisés à demeurer dans le couvent comme gardiens avec un frère convers, alors que d’autres religieux occupent des logements fournis par des familles amies. Mais les pères sont privés de l’usage de l’église. Ils sont aussi l’objet d’une étroite surveillance de la police, des autorités administratives et des élus municipaux pour empêcher une reconstitution de la communauté et la reprise du culte dans l’église. Après l’échec d’une tentative en ce sens en 1884, les dominicains réintègrent discrètement le couvent en 1888 mais ne peuvent reprendre définitivement le culte dans l’église qu’en 1895, en ayant fait ouvrir des portes clandestines. Alerté, le préfet de la Seine-Inférieure fait savoir qu’il ferme les yeux car les scellés sont toujours en place. Le pouvoir fait donc preuve de tolérance, au grand mécontentement des anticléricaux havrais qui dénoncent toujours la présence jugée illégale des dominicains.

Portail de l’égli...Portail de l’église couventuelle détérioré au moment des expulsions de 1880

Portail de l’église couventuelle détérioré au moment des expulsions de 1880

À la suite des décrets signés par Charles de Freycinet, président du Conseil, et Jules Ferry, ministre de l’Instruction publique, les forces de l’ordre défoncent, le 4 novembre 1880, le portail de l’église conventuelle pour expulser les religieux de leur couvent. Cette photographie devenue une carte postale permet de faire connaître et d’attester auprès d’un public acquis à la cause des dominicains la violence qui leur a été faite.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

12En tout cas, cette situation n’empêche pas les dominicains de poursuivre leur activité jusqu’en 1903. Même pendant les années de dispersion, une certaine vie régulière s’est maintenue, un conseil mensuel se tenant dans une des résidences. Une grande figure de l’Ordre rejoint alors la communauté du Havre : le célèbre prédicateur de Notre-Dame de Paris, Jacques Monsabré assigné en 1882 va y demeurer jusqu’à son décès en 1907. Pendant son priorat (1882-1888), le pavillon libéré par le cercle catholique d’ouvriers – qui a succédé au patronage Saint-Thomas d’Aquin – est loué en 1884 à l’archevêché avec un bail de dix-huit ans pour servir de résidence aux archevêques lors de leurs venues au Havre.

13En 1903, survient la seconde expulsion, bien plus lourde de conséquence que la première. Le 10 avril – un vendredi saint – le commissaire central de police se présente au couvent pour signifier le rejet de la demande d’autorisation de la congrégation et le délai de quinze jours imparti aux religieux pour quitter les lieux. L’expulsion des religieux – outre les dominicains, sont concernés les picpuciens et les franciscains récemment arrivés – engendre un nouveau paroxysme de la vieille hostilité entre les catholiques, même ralliés à la République et les milieux anticléricaux : Le Havre est le théâtre de manifestations, en particulier le 23 avril où des violences sont commises par des extrémistes de chaque camp. Le 25 avril, c’est un couvent vide – dès 1902, par prudence, du mobilier, les livres de la bibliothèque, les cloches de l’église ont été mis à l’abri en lieu sûr – que trouve le commissaire central ; les derniers pères sont partis la veille non sans que Marie-Dominique Noble, prieur, publie une vigoureuse protestation contre l’injustice qui est faite aux congrégations.

14Sur les douze pères, la plupart quittent Le Havre, parfois pour des destinations lointaines. Ceux qui restent, désignés par les annuaires et la presse comme « abbés », poursuivent une activité pastorale, aidant le clergé paroissial. Très vite, la propriété est mise en vente par le liquidateur. La Société des Prêcheurs, déclarée illégale ne peut l’acquérir. Le Crédit foncier, créancier en raison du crédit accordé en 1879, en devient propriétaire en 1904 et, l’année suivante, donne en location le couvent à un ami des dominicains qui y loge momentanément le père Jean Watteau. Le Crédit foncier met à son tour la propriété en vente en 1907. Le souci de l’Ordre est de la préserver pour un futur retour des religieux. Plusieurs projets sont élaborés ; finalement, deux sociétés civiles immobilières montées par un prêtre havrais avec des laïcs actionnaires et souscripteurs – sociétés immobilières de la rue Saint-Martin et de la rue des Gobelins – s’en portent acquéreurs pour 105 000 francs le 27 décembre 1907. Le maître général de l’Ordre, Hyacinthe-Marie Cormier, et l’archevêque de Rouen, Mgr Fuzet, donnent leur approbation. Les bâtiments conventuels, l’église et le grand jardin sont loués à un pensionnat libre (Institution Saint-Michel) ; le pavillon est occupé par quatre à cinq religieux. Canoniquement, le couvent n’est pas dissous et garde un prieur (Dominique Roland de 1904 à 1917).

1920-1940 : la renaissance du couvent

15Le nouveau contexte politique induit par la Première Guerre mondiale permet d’envisager le retour des ordres religieux. En 1920, les dominicains peuvent disposer de nouveau de leur église et, après le départ du pensionnat – obtenu non sans difficulté –, ils réintègrent le couvent en 1924. La renaissance du couvent se traduit par une reprise de l’intense activité apostolique des pères au Havre et dans toute la Normandie. Si l’abandon de l’aumônerie du patronage Saint-Thomas d’Aquin en 1928 suite à de profondes divergences avec les responsables laïcs est une douloureuse blessure, des champs nouveaux d’activité s’ouvrent aux dominicains avec l’accompagnement des scouts et guides, de mouvements d’Action catholique de jeunes et d’adultes.

Inauguration du m...Inauguration du monument aux morts

Inauguration du monument aux morts

Ancien combattant de la Première Guerre mondiale, titulaire de la Croix de guerre, Marie-Dominique Delor, prieur du couvent du Havre de 1929 à 1932, inaugure le monument aux morts, en présence des jeunes du patronage de Saint-Thomas d’Aquin.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

16Le Havre joue un rôle majeur dans le développement de l’Action catholique auprès des milieux de la Marine marchande dans les années 1930 en particulier grâce au père Michel (en religion Matthieu) Begouën-Demeaux, issu d’une vieille famille havraise du négoce, assigné au couvent en 1931 et rejoint en 1939 par Marie-Joseph de Laubier. Le père Begouën-Demeaux prend en charge la Jeunesse maritime chrétienne recrutant parmi les élèves de l’École d’hydrographie ; il impulse la création d’un groupement d’Action catholique des officiers de la Marine marchande (Groupement maritime de la Croix de Saint-André) qui gagne d’autres ports de commerce. Enfin, pour décharger le studium du Saulchoir de Kain, le couvent du Havre accueille des étudiants de 3e et 4e années de théologie entre 1927 et 1936. C’est alors que l’effectif des religieux est à son maximum (par exemple quatorze pères assignés au couvent et dix-sept étudiants, plus six frères convers en 1934).

1940-1959 : l’épreuve de la guerre et le sort de la maison du Havre en question

La chapelle conve...La chapelle conventuelle après le bombardement du 14 juin 1944

La chapelle conventuelle après le bombardement du 14 juin 1944

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

17Après une dispersion pendant l’exode de juin 1940, la communauté se reconstitue partiellement et une vie conventuelle plus ou moins normale reprend. Mais le couvent est endommagé plusieurs fois, en particulier le 14 juillet 1941 (chute d’un avion britannique dans le jardin, entraînant l’incendie d’une partie des bâtiments), puis le 14 juin 1944 (église sévèrement touchée et inutilisable) et le 5 septembre (destruction du pavillon de la rue des Gobelins). Dès lors la question du maintien du couvent du Havre est posée : faut-il le transférer à Rouen où une partie de la communauté vit dans l’ancien monastère de la Visitation, l’autre partie restant dans ce qui est encore habitable au Havre ? Au terme d’une longue réflexion, le siège du couvent est transféré à Rouen : l’érection canonique est actée le 3 décembre 1946 sous le vocable de La Sainte-Famille ; en même temps, le frère Jourdain Bonduelle, qui a été élu prieur du Havre le 12 juillet 1945, devient prieur du nouveau couvent. Une équipe restreinte est maintenue au Havre. La maison filiale retrouve son autonomie comme domus formata le 19 décembre 1953.

Couvent endommagé...Couvent endommagé par la guerre

Couvent endommagé par la guerre

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

18Puisque des dominicains restent au Havre, il faut réparer les bâtiments et l’église conventuels. Les travaux de restauration/reconstruction de l’église sont menés de 1948 à 1952 sur les plans de l’architecte André Le Donné, disciple d’Auguste Perret et son collaborateur pour la reconstruction de la ville. Le Havrais Gastaldi assure le suivi de l’opération. L’architecte adopte un parti pris radical. Il inverse la disposition de l’édifice : l’entrée aménagée dans le pignon oriental est accessible par la cour ouverte sur la rue des Gobelins. L’extérieur comme l’intérieur sont traités avec une grande sobriété : on ne rétablit pas de tours sur l’ancienne façade devenue chevet et les murs sont débarrassés de leurs enduits, laissant apparaître les matériaux de construction, brique et silex. La nef est couverte d’une voûte surbaissée en béton dans laquelle sont incrustées pour l’acoustique un grand nombre de petites poteries renversées. Un vitrail dû au père Marie-Alain Couturier est installé dans la partie haute du mur de chevet. Le gros œuvre est terminé en décembre 1952 et la messe de minuit de Noël est célébrée dans l’église provisoirement ouverte. Le pavillon, détruit en 1944, n’est pas reconstruit. À sa place est édifié un petit bâtiment de porterie et l’architecte Le Donné réalise une grande salle de conférence.

19La petite équipe du Havre (cinq à neuf pères aux sensibilités parfois fort différentes) assure des conférences spirituelles, des aumôneries, du service en paroisses, mais aussi l’accompagnement d’équipes de mouvements nouveaux comme Économie et Humanisme et Vie nouvelle. L’engagement auprès du monde maritime se poursuit très activement car il est une des raisons majeures de la décision de maintenir au Havre une présence dominicaine. Dans une lettre au père jésuite Jean-Marie Butel en date du 5 décembre 1945, certes avant le transfert du couvent à Rouen, le prieur provincial a en effet écrit : « Je favoriserai toute initiative apostolique qui donnera à cette maison havraise [la possibilité] de remplir le rôle que sa position géographique semble suggérer. » Les dominicains sont un appui pour la Mission de la Mer dont l’installation de la première équipe au Havre est favorisée par le père Michel Begouën-Demeaux. Lui et le père de Laubier encadrent au Havre les mouvements d’Action catholique des officiers et élèves officiers de la Marine marchande tout en exerçant des responsabilités dans ces mouvements à l’échelle nationale. Le père Jean-Pierre Voreux, assigné au couvent, travaille comme ouvrier sur des navires pour être au plus près des équipages.

1950 : église con...1950 : église conventuelle en reconstruction

1950 : église conventuelle en reconstruction

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

20Néanmoins, au sein de la communauté comme au niveau de la Province de France, la question de l’avenir de la maison du Havre est posée. Toute une réflexion est menée sur les points suivants : possibilité de mener une vraie vie communautaire vu la dispersion induite par les multiples tâches, faiblesse numérique de l’équipe dans des locaux trop vastes (des étudiants y louent des chambres), réelle nécessité d’une présence dominicaine pour répondre à la mission de l’Église au Havre alors que le couvent de Rouen est tout proche. Il revient au chapitre provincial de 1959 de trancher. Malgré la demande pressante de Mgr Martin, archevêque de Rouen, de maintenir les pères, voire d’accroître leur nombre, et le vibrant plaidoyer du père Begouën-Demeaux, dernier supérieur de la maison, pour que se poursuive l’entreprise d’insertion missionnaire dans les milieux déchristianisés, monde maritime et monde ouvrier, le chapitre provincial de juillet 1959 décide la fermeture de la domus formata du Havre. Le 12 septembre, un dernier conseil se tient avant la dispersion des religieux. Dispersion progressive, car d’abord trois puis deux pères sont encore présents en 1960 dans ce qui n’est plus qu’une maison filiale de Rouen avant leur transfert dans cette ville en 1961.

Reconstruction du...Reconstruction du Havre vue du couvent en 1950

Reconstruction du Havre vue du couvent en 1950

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

21Il reste aux sociétés immobilières de la rue Saint-Martin et de la rue des Gobelins, propriétaires, à vendre leurs biens. Dès 1960, l’Office public de HLM de la ville du Havre manifeste son intérêt pour les bâtiments conventuels, la salle de conférence et la porterie afin d’y installer ses bureaux. L’acquisition est conclue en octobre 1961. Les travaux de transformation laissent subsister la disposition générale de l’ancien couvent mais les galeries du cloître disparaissent. L’OPHLM, devenu Alcéane en 2005, quitte, en 2015, les locaux qui feront l’objet d’un projet immobilier. Le jardin est également acheté par l’OPHLM en 1962 pour la construction d’un immeuble d’habitation. Quant à l’église conventuelle, elle est vendue en décembre 1964 à un promoteur qui la transforme en logements.

22Il subsiste au cimetière Sainte-Marie du Havre une tombe dans laquelle sont inhumés neuf dominicains dont les pères Souaillard, Delorme et Monsabré.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Archives diocésaines de Rouen. — Archives diocésaines du Havre. — Archives municipales du Havre. — Archives départementales de La Seine-Maritime. — Presse locale du Havre.

Bibliographie sélective :

Pierre Ardaillou, Les Républicains du Havre au XIXe siècle (1815-1889), Publications des Universités de Rouen et du Havre, 1999. — François-Nicolas Besson (Mgr), Vie du cardinal de Bonnechose, archevêque de Rouen, 2 vol., Paris, Retaux-Bray, 1887. — Jean Bourienne, « La place des Dominicains au Havre (1868-1959) », Cahier Havrais de Recherche Historique, 66, 2008, p. 175-201. — « Les Dominicains du Havre, des religieux confrontés à l’anticléricalisme (1868-1903) » dans L’Église en Normandie du Concordat à la Séparation (1802-1905), Éric Barré (dir.), actes du colloque tenu à Saint-Lô du 24 au 26 novembre 2005, Saint-Lô, Société d’archéologie et d’histoire de la Manche, 2011, p. 29-44. — Nadine-Josette Chaline, Des catholiques normands sous la Troisième République. Crises-Combats-Renouveaux, Roanne/Le Coteau, Éditions Horvath, 1985. — Alain Le Doaré, La naissance des prêtres marins (1938-1955). Juxtaposition progressive de modèles missionnaires de l’Église catholique dans le monde maritime en France au XXe siècle, Presses universitaires du Septentrion, 2001. — Le père Delorme et son œuvre. Le patronage Saint-Thomas d’Aquin, Le Havre, impr. Micaux, 1907. — Christian Sorrel, La République contre les congrégations religieuses. Histoire d’une passion française (1899-1904) Paris, Les Éditions du Cerf, 2003.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La chapelle du couvent du Très Saint-Rosaire au Havre
Légende Carte postale imprimée après les expulsions de 1903 lorsque le couvent devient un pensionnat, l’Institution Saint-Michel.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1641/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Chœur de la chapelle
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1641/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Cloître du couvent
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1641/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Salle du chapitre
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1641/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Une célèbre institution catholique au Havre : le patronage Saint-Thomas d’Aquin
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1641/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Portail de l’église couventuelle détérioré au moment des expulsions de 1880
Légende À la suite des décrets signés par Charles de Freycinet, président du Conseil, et Jules Ferry, ministre de l’Instruction publique, les forces de l’ordre défoncent, le 4 novembre 1880, le portail de l’église conventuelle pour expulser les religieux de leur couvent. Cette photographie devenue une carte postale permet de faire connaître et d’attester auprès d’un public acquis à la cause des dominicains la violence qui leur a été faite.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1641/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Inauguration du monument aux morts
Légende Ancien combattant de la Première Guerre mondiale, titulaire de la Croix de guerre, Marie-Dominique Delor, prieur du couvent du Havre de 1929 à 1932, inaugure le monument aux morts, en présence des jeunes du patronage de Saint-Thomas d’Aquin.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1641/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre La chapelle conventuelle après le bombardement du 14 juin 1944
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1641/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Couvent endommagé par la guerre
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1641/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre 1950 : église conventuelle en reconstruction
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1641/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Reconstruction du Havre vue du couvent en 1950
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1641/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean Bourienne, « Le Havre (couvent) », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices géographiques, mis en ligne le 27 avril 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://dominicains.revues.org/1641

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
Chargement des illustrations

Chargement des illustrations

  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • Revues.org