Skip to navigation – Site map

LACORDAIRE Henri

LACORDAIRE Jean-Baptiste Henri à l’état civil ; LACORDAIRE Henri-Dominique en religion
Anne Philibert

Abstract

Né le 12 mai 1802 à Recey-sur-Ource (Haute-Marne), mort le 21 novembre 1861 à Sorèze (Tarn).
Prédicateur au collège Stanislas à Paris (1834) ; prédicateur de carême à Notre-Dame de Paris (1835-1836) ; chargé de rétablir l’Ordre des frères prêcheurs en France ; prédicateur de l’Avent à Notre-Dame de Paris (1843-1846) ; prédicateur de Carême à Notre-Dame de Paris (1847-1851) ; fondateur et directeur du journal L’Ère Nouvelle (avril 1848-août 1848) ; représentant du peuple à l’Assemblée nationale (4 mai 1848-18 mai 1848) ; provincial de la province de France (1850-1854 puis 1858-1861) ; académicien (1860).

Top of page

Editor's notes

Notice mise en ligne le 02/12/2016

Full text

• Ordination sacerdotale pour le diocèse de Paris : 22 septembre 1827 à Paris
• Vestition : 9 avril 1839 au couvent de la Minerve à Rome (Italie)
• Profession simple : Pie IX institue l’usage de faire profession simple en 1857
• Profession solennelle : 12 avril 1840 au couvent de la Minerve à Rome (Italie)

1Fils de Jean-Baptiste Lacordaire, médecin de campagne, et d’Anne-Marie née Dugied, Henri Lacordaire a un demi-frère issu d’un premier mariage de son père et trois frères. Il est le second de sa fratrie. Son père vient d’une famille d’officiers de santé. Sa mère, orpheline, vient d’un milieu plus relevé, car son père était conseiller au Parlement de Bourgogne.

Maison natale d’H...Maison natale d’Henri Lacordaire

Maison natale d’Henri Lacordaire

Dessin reproduit dans la brochure de sœur Marie-Laetitia Villeneuve, intitulée La famille Lacordaire et Recey-sur-Ource.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Lacordaire passe sa petite enfance en nourrice. En 1806, Jean-Baptiste Lacordaire, gravement malade, décide d’aller mourir chez son frère aîné, dans la maison paternelle de Bussières, en Haute-Marne. Lacordaire quitte brusquement sa nourrice et son frère de lait et part à Bussières, avec le reste de la famille. Son père meurt en août 1806, laissant une femme sur le point d’accoucher et quatre orphelins. Téléphe, le fils posthume, naît une semaine plus tard.

3La veuve de trente ans décide de rentrer à Dijon, où elle a de la famille. Sa situation de fortune est très juste. Elle confie son fils aîné, Théodore, à un prêtre, laisse Henri chez son oncle de Bussières et part s’installer à Dijon, où elle loue un appartement, avec ses deux plus jeunes enfants. Lacordaire passe trois années à la campagne, élevé par une tante pieuse et bonne. À l’âge de sept ans, sa mère le prend à Dijon. Il est élevé de façon spartiate. Sa mère est pieuse mais peu expansive. Il fréquente une petite école tenue par des anciennes carmélites. Il se prépare à la première communion à la paroisse Saint-Bénigne. Vers sa dixième année, en 1812, il entre comme demi-pensionnaire au lycée impérial de Dijon. Les élèves sont au régime de la ration des soldats et des Bulletins de la Grande Armée. Il découvre un univers marqué à la fois par la violence institutionnelle des adultes et la violence naturelle des jeunes livrés à eux-mêmes. Dans ce lieu, la parole de l’aumônier rencontre peu d’échos. Lacordaire perd la foi. Il n’est pas un élève modèle. Il fait quelques tours d’écolier, que son frère Théodore relatera après sa mort à son biographe Théophile Foisset (qui les passera sous silence). Il rencontre un jeune répétiteur, Ferdinand Delahaye, qui exerce sur lui une grande influence, l’initie à la littérature (les tragédies de Racine et de Voltaire, sans doute aussi les œuvres de Chateaubriand) et lui sert de modèle. Lors des mécomptes de Napoléon, Lacordaire découvre les douleurs de la patrie humiliée. Les élèves s’affrontent au sein du lycée impérial, futur collège royal de Dijon. Il est forcément dans le camp bonapartiste, qui devient après la défaite finale de l’Empereur, celui des libéraux. Ferdinand Delahaye est parti, mais Lacordaire se révèle un adolescent brillant dans les études et – déjà – le point de mire de ses condisciples. Vers dix-sept ans, il commence à lire Jean-Jacques Rousseau et, durant ses loisirs, il rédige une tragédie intitulée Timoléon, où il exprime sa haine des tyrans.

Étudiant en droit

4La mère de Lacordaire veut faire fructifier ses talents. Soucieuse de continuité familiale et d’ascension sociale, elle le dirige vers ce qu’il appellera un jour « les glaces du droit ». En 1819, il entre à l’école de droit de Dijon. Il y fait une rencontre capitale en la personne de Théophile Foisset, un paysan parvenu originaire de Beaune, intelligent et fermement catholique. Il fréquente un groupe d’amis, spécialement Victor Ladey et Prosper Lorain, incrédules comme lui. Cependant, Lacordaire croit aux présages, c’est un terme qui revient à plusieurs reprises sous sa plume, même après sa conversion et sa vocation religieuse et il tient compte de certains faits qui lui apparaissent comme des signes. Il est admis en mai 1821 à la Société d’études de Dijon, une société de jeunes gens qui jouent sérieusement à la fois au petit Parlement et à l’Académie française. La gloire est son horizon. Dans l’immédiat, il essaye de penser la société dans laquelle il vit. Au printemps 1822, lors d’une séance, Lacordaire déclare renoncer aux principes du Contrat social de Jean-Jacques Rousseau et accepter la monarchie parlementaire. Il suscite l’enthousiasme de ses camarades. Il commence à avoir des entretiens prolongés avec son ami Foisset sur la religion.

5Après un voyage en Suisse durant l’été 1822, pour raffermir sa santé, Lacordaire monte à Paris pour poursuivre ses études de droit. Il fréquente diverses sociétés destinées aux jeunes gens catholiques. Il a ses premiers contacts avec des jeunes prêtres brillants, spécialement l’onctueux abbé Philippe Gerbet et l’aristocratique abbé Philippe de Salinis, des disciples de l’ultramontain abbé breton Félicité de La Mennais, dont le livre en plusieurs volumes Essai sur l’indifférence en matière de religion suscite des réactions vives chez les catholiques, allant de l’applaudissement unanime pour le premier tome sur la nécessité de croire (1817) aux disputes provoquées par le second sur le critère de la certitude (1820), en attendant les deux derniers tomes relatifs à la démonstration historique des thèses philosophiques mennaisiennes (1823 et 1824). Selon l’auteur, est vrai ce que tous les hommes de tous les temps et sur toute la surface de la terre ont toujours cru. Lacordaire est ébloui par le premier tome de l’Essai sur l’indifférence, mais hésite pendant des années au sujet des doctrines du second tome. Il se met à lire la Bible. Il assiste à des cérémonies religieuses catholiques, n’appréciant ni la pompe ni les prédicateurs assénant aux fidèles que ce siècle n’est pas le leur. Suite à une brouille avec Théophile Foisset, il n’a plus d’échanges avec lui sur ces questions. Un jour, il pleure en lisant l’Évangile de saint Matthieu. Au printemps 1823, l’abbé Philippe Gerbet lui fait rencontrer brièvement l’abbé Félicité de La Mennais de passage à Paris, mais Lacordaire n’est pas séduit par son air de sacristain de village et par sa suffisance d’auteur. La rencontre reste sans suite. Quand Lacordaire revient dans sa famille, pour les vacances de l’été 1823, il est presque revenu à la foi catholique. Il garde le silence sur sa conversion solitaire.

Séminariste

6Ce n’est qu’à partir de l’année 1824 qu’Henri s’en ouvre à sa mère et à sa famille. Sa mère se réjouit de son retour à la religion, mais doit aussi se résigner, lorsqu’il lui confie sa décision de devenir prêtre, à voir s’effondrer les projets qu’elle nourrissait pour lui. Les réactions de son frère aîné et de son demi-frère sont hostiles et marquées par l’incompréhension. Il collabore brièvement au Mémorial catholique, la revue ultramontaine de combat fondée sous les auspices de l’abbé Félicité de La Mennais. Il est présenté à l’archevêque de Paris, Mgr de Quelen. Le prélat décide de lui accorder une demi-bourse pour entrer au séminaire de Saint-Sulpice. Il faut préalablement obtenir une autorisation de l’évêque de Dijon, qui donne son consentement. Lacordaire entre à la maison d’Issy du séminaire de Saint-Sulpice le jour de son vingt-deuxième anniversaire. Dans la compagnie des prêtres de Saint-Sulpice, il découvre un autre monde. Un monde réglé. Un monde où le XVIIe siècle vit toujours, à travers l’héritage de Bossuet. Un monde où sont enseignés sans zèle les quatre articles de la Déclaration de l’Église gallicane de 1682 et – cette fois avec vigueur, contre le système philosophique mennaisien, qui absorbe la raison dans la foi – les principes de l’accord de la raison et de la foi, dans le cadre de la subordination de la raison envers la foi. Entré au séminaire, Lacordaire se réconcilie avec Théophile Foisset. Au séminaire, il tranche sur ses condisciples généralement plus jeunes. Il ose contredire les professeurs pendant les cours. Il ne fait pas mystère de ses opinions libérales. Il s’intéresse aux doctrines exposées dans le livre Du pape du comte Joseph de Maistre. Il a parfois des saillies qui sont mal comprises. Il a du mal à se plier à la méthode d’oraison en vigueur à Saint-Sulpice. Il ne se confie pas entièrement à son confesseur. Les supérieurs du séminaire s’interrogent à son sujet. Des ecclésiastiques extérieurs comme le jeune abbé Félix Dupanloup, croisés à l’occasion, sont également perplexes, voire hostiles. Lacordaire ne prend pas la mesure de l’étonnement qu’il suscite. Il essaye de faire la synthèse entre l’enseignement de Saint-Sulpice et la manière dont ses relations mennaisiennes lui avaient parlé des doctrines de l’Église. Grand lecteur du vicomte Louis de Bonald, qui accorde un rôle essentiel à la parole dans la révélation primitive, il essaye à plusieurs reprises de construire une « idéologie » qui serait un système intermédiaire entre le système mennaisien et le système cartésien. Il constate aussi l’absence d’un livre d’histoire de l’Église digne de ce nom.

7Au début de l’année 1826, Monsieur Antoine Garnier, le supérieur général de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice, fait venir Lacordaire au séminaire de Paris. Le jeune homme a le sentiment de ne pas être perçu comme un séminariste normal, à tort ou à raison, au printemps 1826, lorsque sa réception au sous-diaconat est retardée. Cette situation le plonge dans une vive inquiétude. Craignant que ses supérieurs finissent par le déclarer inhabile au ministère, il change alors de conduite, se referme et ne parle en cours que quand on l’interroge.

8Après un voyage à Rome en 1824, l’abbé Félicité de La Mennais est revenu en France fort de l’amitié du pape intransigeant Léon XII et désireux d’agir. Lacordaire suit la campagne antigallicane menée par Le Mémorial catholique qui conduit à la condamnation en correctionnelle en 1826 de La Mennais. Il regrette la division au sein de l’Église de France. À cause de sa situation au séminaire, il songe à demander à entrer dans la Compagnie de Jésus. L’abbé-duc Louis de Rohan-Chabot, un familier du séminaire, l’encourage dans ce projet. Mais, informé à son tour, Mgr de Quelen s’y oppose. Sous l’impulsion du prélat, Lacordaire reçoit enfin les ordres mineurs et le sous-diaconat en décembre 1826, puis le diaconat le 9 juin 1827. Pendant le reste de cette dernière année de séminaire 1826-1827, il comprend qu’il n’est pas fait pour le ministère paroissial et se demande ce qu’il fera après son ordination.

Prêtre du diocèse de Paris

9L’affectation d’Henri Lacordaire à un premier ministère prend du temps, malgré la toute puissance de Mgr de Quelen dans son diocèse. Finalement, l’archevêque le nomme aumônier non confesseur (car il n’a pas l’âge canonique) d’un couvent de religieuses de la Visitation, dans un quartier un peu excentré de Paris. Il a ainsi du temps pour se consacrer à ses études. Un peu plus tard, il peut cumuler ses fonctions avec celles d’aumônier en second au collège royal Henri IV. Entre l’automne 1827 et le début de l’année 1830, Lacordaire veut penser les rapports entre l’Église, l’État, la société. Il lit beaucoup de philosophie, de théologie, d’histoire des religions. Bien que sollicité de temps en temps par l’abbé Philippe Gerbet ou par l’abbé mennaisien polonais Nicodème Kamienski, il est très seul. Il éprouve en 1829 un sentiment de lassitude. Il aspire à une autre vie, à d’autres espaces, à une société où l’Église est libre. Il songe aux États-Unis d’Amérique. La fascination exercée par cet ailleurs s’explique par des motifs littéraires (François-René de Chateaubriand), politiques (le général Georges Washington) mais aussi intimes (le désir plus ou moins conscient de marcher sur les traces de son père qui a participé très jeune, dans l’armée du comte de Rochambeau, à la guerre d’Indépendance). Cette même année 1829, l’abbé Félicité de La Mennais signe un nouveau livre retentissant, Les progrès de la Révolution et de la guerre contre l’Église. Tirant les leçons des rapports de force qui ont débouché sur les ordonnances Martignac de 1828, par lesquelles les adversaires des Bourbons se sont servis du gallicanisme pour affaiblir la monarchie, La Mennais annonce une révolution prochaine. Il prend congé de la dynastie des Bourbons, affirmant que les destinées de l’Église n’ont rien à voir avec elle. Il réclame la liberté pour l’Église et reconnaît une valeur sociale à un certain libéralisme, celui qui veut la liberté. Enfin, il fixe un programme ambitieux des devoirs du clergé dans la société actuelle. Lacordaire, qui reconnaît aux mennaisiens le mérite d’être les seuls ecclésiastiques à ne pas se satisfaire de la situation de l’Église de France sous la Restauration, est séduit par ce programme. Il note aussi que l’obstacle politique à son ralliement au groupe des disciples de l’abbé de La Mennais a disparu, puisque le maître évolue à présent vers l’idée de liberté. Mais le système philosophique mennaisien reste une pierre d’achoppement.

Mennaisien

10Lacordaire est alors contacté par un ancien condisciple de séminaire, l’abbé Jules Morel. Ce mennaisien a rencontré à Rome un vieux sulpicien français, Mgr Jean Dubois, évêque de New York, qui est venu sur le continent européen chercher des prêtres pour son diocèse. L’abbé Jules Morel lui a fait miroiter les ressources en hommes dont dispose l’abbé Félicité de La Mennais et des contacts épistolaires ont été noués entre ce dernier et le prélat. L’abbé Morel propose donc à Lacordaire de rejoindre l’évêché de New York. Dans un premier temps, Lacordaire décline l’offre puis, en avril 1830, il se ravise. Mettant sous le boisseau ses réticences à l’égard de la philosophie mennaisienne, il annonce à La Mennais qu’il revient vers lui. En mai 1830, il part lui rendre visite en Bretagne, à la Chênaie. Cette fois-ci, le charme de La Mennais opère. Lacordaire est subjugé par ce tout petit homme qu’il trouve simple et bon et qui chante désormais la liberté. La Mennais lui parle de la Congrégation de Saint-Pierre, fondée en 1828, en regroupant divers établissements gérés par son frère aîné l’abbé Jean-Marie de La Mennais. Elle doit être au XIXe siècle ce que la Compagnie de Jésus a été au XVIe siècle. Lacordaire est séduit par l’ambition du projet. Il est décidé qu’il partira à New York, quand Mgr Dubois aura fini sa tournée européenne. Au préalable, Lacordaire doit obtenir de Mgr de Quelen son excorporation du diocèse. Le prélat, qui ignore les arcanes mennaisiennes de l’entreprise, la lui accorde avec regret. Lacordaire consacre la fin du printemps à rédiger un rapport des aumôniers des collèges royaux de Paris, d’inspiration mennaisienne, où il dénonce la perte de la foi et l’inutilité de la pastorale des aumôniers dans les collèges de l’Université.

11La Révolution de 1830 éclate. L’hostilité au clergé catholique dans une partie de la population est telle que Lacordaire doit mettre des habits laïcs pour circuler dans Paris. Il part ensuite en Bourgogne, dire adieu à sa famille. En août, l’abbé Philippe Gerbet, à Paris, convainc son maître La Mennais de la nécessité de monter dans la capitale fonder un journal, pour dire aux catholiques ce qu’ils doivent faire dans les circonstances nouvelles. L’Avenir, qui se présente comme un journal politique, commence à paraître le 16 octobre 1830. Il dit adieu, sans une parole de regret, aux Bourbons et reconnaît le nouveau roi. Mais l’abbé Félicité de La Mennais, devenu républicain, souhaite que ce roi règne sur le modèle du président des États-Unis d’Amérique. L’Avenir réclame la liberté pour l’Église, la séparation de l’Église et de l’État et la suppression du budget du clergé. Il est également favorable à la liberté de la presse. Après la révolte des territoires polonais sous domination russe, en décembre 1830, L’Avenir salue l’insurrection de la Pologne. Le gouvernement du roi Louis-Philippe étant peu favorable à l’Église, dont les évêques sont attachés aux Bourbons, il prend ou tolère diverses mesures ou des actes (le sac de l’archevêché de Paris en février 1831) qui sont des atteintes à la liberté religieuse. L’Avenir dénonce inlassablement ces faits. Parallèlement, le journal dénonce aussi l’administration de certains évêques, jugée servile envers le régime ou despotique envers des prêtres ultramontains. Tout ceci suscite de nombreuses réactions au sein de l’Église de France, avec un clivage net entre l’épiscopat, hostile au programme de L’Avenir et en même temps content de voir critiquer les actes du pouvoir, et une partie du clergé de second ordre.

12Dès octobre 1830, Mgr Dubois cesse de donner de ses nouvelles, car le programme du journal ne lui convient pas. À cause du silence persistant de Mgr Dubois, Lacordaire est amené à collaborer au journal. Il se fait vite repérer du public par la franchise de son style et par des prises de position singulières qui étonnent, voire scandalisent : il propose de quitter les églises profanées par l’administration qui veut imposer des obsèques religieuses de personnes décédées sans avoir été réconciliées avec l’Église et de construire des chapelles en planches ; il préfère les saint-simoniens (qui disent vouloir créer une nouvelle religion, reconnaissant ainsi le besoin de l’homme d’en avoir une) à Michel Picot, le rédacteur de la revue gallicane L’Ami de la religion ; il écrit que le général Georges Washington a commencé en 1783 la rédemption du catholicisme, etc. Lacordaire devient très vite la cheville ouvrière du journal, car l’abbé Félicité de La Mennais préfère loger au collège de Juilly plutôt qu’à Paris tandis que l’abbé Philippe Gerbet remplace son maître à la Chênaie. Lacordaire est galvanisé par la présence du jeune vicomte Charles de Montalembert, qui a rejoint le groupe en novembre 1830. Le comte et économiste Charles de Coux, l’abbé et historien Francois-René Rohrbacher, le baron Ferdinand d’Eckstein, Dom Prosper Guéranger comptent parmi les autres collaborateurs. Pour relayer l’action du journal, Lacordaire conçoit en décembre 1830 l’Agence générale pour la défense de la liberté religieuse. Il est prévu que cette structure doit avoir à terme des relais dans tout le pays, pour agir localement.

13La nomination des premiers évêques par le nouveau régime donne lieu à une très vive polémique de la part du journal, qui dénonce l’arrière-pensée de créer une Église nationale et donc un risque de schisme. Deux numéros de L’Avenir sont saisis en novembre 1830. Le procès d’Henri Lacordaire et de l’abbé Félicité de La Mennais, en janvier 1831, en cour d’assises débouche sur un acquittement triomphal. Mais la plaidoirie de l’avocat de La Mennais affirmant que son client lui a confié travailler à la « régénération » du catholicisme scandalise les adversaires de l’abbé. Les calomnies, les faux témoignages circulent. La Mennais est accusé d’être un nouveau Martin Luther. En mai 1831, considérant que la liberté de l’enseignement est prévue dans la Charte, désireux de montrer l’exemple, Lacordaire, Charles de Montalembert et Charles de Coux ouvrent sans autorisation mais à grand renfort de publicité une petite école primaire dans Paris. Elle est fermée très vite par la police. En septembre 1831, a lieu devant la Chambre des pairs – Charles de Montalembert étant devenu pair de France courant juin, au décès de son père – le procès dit de l’école libre. Ce procès est l’occasion pour Lacordaire de faire à nouveau la preuve de son talent oratoire. Séduits, les pairs prononcent une condamnation minimale. Malgré cette victoire morale, La Mennais traverse une crise de découragement à cause de l’écrasement de l’insurrection polonaise par les Russes et à cause des défenses de lire L’Avenir prononcées par certains hommes d’Église. L’abbé de La Mennais prend la décision d’annoncer, le 15 novembre 1831 dans le dernier numéro du journal, son départ pour demander au nouveau pape Grégoire XVI (élu en février de la même année) de statuer sur les doctrines de L’Avenir. Il suspend la publication du journal, en attendant que le Saint-Siège se prononce. Une autre déclaration, intitulée « Acte d’Union », propose à tous les catholiques et à tous les hommes, de France et d’ailleurs, de signer un texte en vue d’une union politique pour défendre la liberté. C’est une provocation pour les monarchies continentales (l’Autriche du prince et chancelier Clément de Metternich, la Prusse, la Russie), qui prêtent alors la plus grande attention au voyage à Rome de l’abbé Félicité de La Mennais, accompagné seulement d’Henri Lacordaire et de Montalembert. Le séjour à Rome, en 1832, est une cruelle déception. Grégoire XVI consulte un groupe d’experts qui compte notamment deux adversaires résolus du prêtre breton (le cardinal Luigi Lambruschini, ancien nonce en France, et le jésuite Jean-Louis de Rozaven) et un seul partisan (le général des théatins Gioachino Ventura). Il décide de ne pas recevoir le visiteur. À l’exception du cardinal Bartolomeo Pacca, sensible à la lettre de recommandation donnée par le neveu de l’évêque de Marseille, l’abbé Félix de Mazenod, l’abbé Félicité de La Mennais reçoit un accueil très froid dans les salons romains. Lacordaire se rend vite compte de la gravité de la situation. Mais il ne parvient pas à se faire entendre de La Mennais, qui est induit en erreur par les analyses de ses derniers amis romains, le père Ventura, le dominicain Maurizio Olivieri et le cardinal Lodovico Micara, et dont la colère contre le Tsar est nourrie par les récits des Polonais exilés à Rome. Lacordaire rédige un long mémoire justificatif destiné au Saint-Siège. Vers le 15 février 1832, le cardinal Bartolomeo Pacca fait savoir à l’abbé Félicité de La Mennais que le mémoire sera examiné et, qu’en attendant que le Saint-Siège se prononce, il doit rentrer dans son pays. La Mennais décide pourtant de rester en Italie, malgré les efforts contraires d’Henri Lacordaire. Le pape ayant fini par accorder une audience purement formelle, en présence de tiers, Lacordaire y assiste avant de quitter Rome pour la France en mars 1832.

14Du printemps 1832 au mois d’août 1832, Lacordaire perçoit une divergence croissante avec l’abbé Félicité de La Mennais, qui songe à reprendre L’Avenir malgré son engagement initial d’attendre que le pape statue sur sa demande relative aux doctrines du journal. Son retour à Paris est exploité par les adversaires de La Mennais, mais il essaye de garder le silence. Il vit une période d’anxiété. Après avoir été informé que de La Mennais, scandalisé par le bref de Grégoire XVI prêchant la soumission au Tsar aux évêques de Pologne, a quitté Rome, en juin, avec l’intention de reprendre son journal, Lacordaire choisit de s’exiler en Allemagne, pays où on peut vivre à bon marché, afin de n’être pas compromis par la poursuite de L’Avenir. L’idée de se trouver séparé pour une longue durée de Charles de Montalembert sans l’avoir revu lui étant insupportable, il décide de se rendre à Munich où celui-ci et l’abbé Félicité de La Mennais font halte sur leur route de retour vers la France. Montalembert force Lacordaire à revoir La Mennais. L’entrevue entre les deux hommes est grave. Ils finissent par se mettre d’accord sur un compromis : Lacordaire renonce à faire sécession et l’abbé renonce à reprendre son journal, se contentant du projet de fonder une revue religieuse. Peu après, à la fin du mois d’août 1832, à Munich, La Mennais se voit notifier la copie de l’encyclique Mirari vos par laquelle le pape Grégoire XVI condamne diverses erreurs, ainsi qu’une lettre du cardinal Bartolomeo Pacca. Ni le nom de l’abbé ni le nom de son journal ne sont nommés dans l’encyclique, mais La Mennais se résigne à signer un texte faisant référence au document pontifical, par lequel il annonce qu’il met un terme au journal L’Avenir.

15À Paris, toute l’équipe du journal (à l’exclusion de Charles de Montalembert absent) signe collectivement une déclaration similaire. Par fidélité, Lacordaire accompagne ensuite La Mennais à la Chênaie, où une vie communautaire consacrée à l’étude doit reprendre. L’humeur de l’abbé se dégrade. En décembre 1832, suite à un incident, Lacordaire quitte la Chênaie sans prendre congé. Il ne sait pas ce qu’il va devenir. Mgr de Quelen lui pardonne et lui redonne sa place d’aumônier au couvent de la Visitation. À cette date, Lacordaire se promet de se taire pendant dix ans, pour laisser passer l’orage. Il reprend ses travaux. Il se met à lire des vies de saints, ce qui constitue un tournant très important dans sa vie. Il est possible que dans la mouvance de ces lectures des vies de saints, et peut-être aussi pour expier les excès de la crise mennaisienne (pour lui et, c’est une simple hypothèse, également, au nom de la réversibilité des grâces, pour l’abbé Félicité de La Mennais dont il pressent la séparation prochaine), il commence cette année-là à pratiquer des actes pénitentiels. La datation exacte du début de ces pratiques reste un point obscur, mais il est certain qu’au début de l’année 1836 au plus tard elles font partie de sa vie.

16Lacordaire ne renonce pas à son idéal de liberté pour l’Église et pour les hommes. Il a acquis depuis son voyage à Rome le sens très romain de la durée. Pour ce motif, en 1833, ses relations avec Charles de Montalembert, auteur d’une préface véhémente au Livre des pèlerins polonais du poète Adam Mickiewicz, sont difficiles. Cette année-là, il rencontre Madame Sophie Swetchine, qui le conseille, et se lie avec un jeune saint-simonien désargenté, Paul Chéruel, attiré par la religion catholique, ainsi qu’avec le jeune étudiant Frédéric Ozanam.

Prédicateur

17Au printemps 1834, Lacordaire prend la parole plus tôt que prévu, en raison d’une initiative de son ancien maître, qui, désormais, signe son dernier ouvrage « Lamennais ». Persécuté par son évêque, Mgr de Lesquen, traqué par d’anciens adversaires qui continuent à tabler sur son « schisme », mis en demeure de signer des déclarations de soumission à l’encyclique, l’abbé Félicité de La Mennais a renoncé à dire la messe et a fini par quitter son diocèse à l’automne 1833 pour Paris. Malgré la cordialité de Mgr de Quelen à son égard, il refuse d’écrire une nouvelle lettre au pape que lui réclame le prélat et veut briser là. Il fait paraître le 30 avril 1834 Les paroles d’un croyant, méditation lyrique sur l’oppression des peuples par les rois avec l’assentiment d’un vieillard dans lequel certains reconnaissent le pape. Ce livre, provoque une vive émotion en Europe. Lacordaire décide alors de rompre publiquement avec son ancien maître. Il signe un article, écrit dans un style modéré, dans lequel il fait le bilan de l’école mennaisienne et annonce qu’elle n’existe plus. Dans la foulée, il publie une brochure intitulée sobrement Considérations sur le système philosophique de M. de La Mennais, qui dénonce cette philosophie comme inutile et dangereuse, conduisant à une sorte de protestantisme. La démarche de Lacordaire est saluée par les adversaires de toujours de la philosophie mennaisienne, jésuites et sulpiciens, mais elle lui attire des critiques de la part de gens qui, tel le baron Ferdinand d’Eckstein, estiment qu’il bat sa nourrice.

18Pendant l’été 1834, Lacordaire voit le bien-fondé de sa démarche confirmé par le Saint-Siège dans la mesure où, par une seconde encyclique du 7 juillet 1834, Singulari Nos, Grégoire XVI condamne le livre de Félicité Lamennais. Il condamne aussi sans nommer son auteur un système philosophique « récemment inventé » et contenant des « doctrines vaines, futiles, incertaines ». Il critique enfin la préface aux Pèlerins polonais. La hantise de Lacordaire est d’obtenir de Charles de Montalembert – qu’il a déjà convaincu de partir en Allemagne – une déclaration de soumission aux deux encycliques, avant qu’un éventuel développement de la crise emporte le disciple avec le maître. En décembre 1834, il a la joie d’apprendre que ses prières ont été exaucées. Dans l’intervalle, l’abbé Louis-Charles Buquet lui a demandé de prononcer des conférences destinées aux jeunes gens du collège Stanislas à Paris. Ces conférences drainent rapidement un large public extérieur au point que la chapelle ne peut contenir cette foule. Les adversaires d’Henri Lacordaire dans l’entourage de Mgr de Quelen s’émeuvent de ce succès et manœuvrent pour obtenir l’arrêt des conférences.

19Paradoxalement, quelque temps plus tard, Mgr de Quelen charge Lacordaire d’inaugurer une chaire d’exposition doctrinale destinée aux jeunes gens des écoles. Pendant le carême 1835, Lacordaire assure sept prédications à Notre-Dame de Paris sur l’Église (leur nombre sera réduit à six dans l’édition imprimée), en présence de son archevêque, devant un immense auditoire. Malgré les attentes de ses adversaires gallicans et antimennaisiens, il ne trébuche pas. Il a alors l’impression d’avoir trouvé sa voie. Il connaît aussi une petite aisance car il devient précepteur, à son domicile, de deux fils de notables. En février 1836, sa mère, revenue vivre avec lui, meurt. Ce décès est libérateur. Lacordaire fait le bilan de sa situation dans le diocèse de Paris. Son archevêque lui assure du pain, rien de plus. Il n’a pas de position assurée dans le diocèse. Il sait que Mgr de Quelen, en raison de leurs divergences politiques et doctrinales ne lui garantit pas un rempart sûr contre ses adversaires. Les prédications de carême en 1836 sont un succès mais Lacordaire sent également que ses ennemis sont furieux de son succès. En avril 1836, il règle ses affaires familiales à Paris et à Dijon et part à Rome, désireux d’y vivre dans la retraite pendant deux ou trois ans, loin de ses adversaires et comptant à terme sur la protection du pape.

Une vocation religieuse dominicaine

20Pendant le reste de l’année 1836, Lacordaire, après avoir fait les visites de courtoisie en usage, se consacre à l’étude. Il a de nombreux contacts avec les jésuites, spécialement avec Jean-Louis de Rozaven. Charles de Montalembert, qui vient de se marier et de cesser ses rapport avec Félicité Lamennais, y séjourne à l’automne. Les deux hommes veulent réagir au récit de son voyage romain de 1832, publié sous le titre d’Affaires de Rome, par lequel Félicité Lamennais prend congé du catholicisme comme d’une réalité spirituelle morte. Lacordaire entreprend la rédaction d’une lettre censée être adressée à ses auditeurs de Notre-Dame et destinée à défendre le Saint-Siège. Informé de ses intentions, Mgr de Quelen biaise. Le prélat craint sans le dire des prises de position ultramontaines. En janvier 1837, Lacordaire se voit notifier le refus du prélat de laisser publier son manuscrit tel quel. Affecté par cette décision, il décide à son tour de rester en Italie et de consacrer ses futures années à écrire un grand livre de théologie. Il est inquiet car, à l’hôtel, il vit au-dessus de ses moyens. Les revenus de son petit capital ne suffisent pas à payer sa dépense. L’ambassadeur de France lui propose un logement à Saint-Louis-des-Français. En mars 1837, l’abbé Prosper Guéranger, désormais ami de Sophie Swetchine et de Charles de Montalembert, vient à Rome. Il veut demander, pour la seconde fois, l’approbation canonique de sa communauté établie depuis 1833 à Solesmes, en vue de rétablir les Bénédictins en France. Lacordaire admire en lui un homme où la foi domine toute chose. Il pense comme lui que l’Église de France a besoin d’un clergé régulier. Il suit avec intérêt ses démarches, leurs succès. En mai, Lacordaire éprouve un grand sentiment d’abandon. Sous la conduite de son confesseur, le jésuite Philippe de Villefort, un grand spirituel, il fait une retraite à Saint-Eusèbe au cours de laquelle il ressent l’appel d’une vocation religieuse. Lors de discussions avec Guéranger, Lacordaire salue l’idée de restaurer en France l’Ordre des frères prêcheurs. Guéranger lui prête un exemplaire des constitutions dominicaines et, après une lecture rapide, Lacordaire lui dit qu’il ne voit rien dans cette règle qui ne fasse de difficulté dans son esprit. Il se réjouit de voir sacrer son nouvel ami abbé de Solesmes le 26 juillet 1837. Durant ces semaines, la réflexion d’Henri Lacordaire sur ce qu’il va faire a progressé. Il comprend qu’il ne désire pas faire des prédications à Rome, où l’auditoire, trop cosmopolite, ne pourrait le suivre. Il a été contacté de divers évêchés de France pour venir prêcher et il comprend que son projet d’écrire était un choix par défaut. Sa vocation, c’est la parole. Il accepte donc de venir prêcher à Metz, à la cathédrale, se disant qu’en province il va échapper aux inconvénients de Paris. Dom Prosper Guéranger lui propose aussi de l’accueillir à Solesmes.

Lithographie de R. des Robert, fin 1837 lorsque Lacordaire prêche à Nancy, reproduite dans L’Année dominicaine de 1910, p. 37.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

21En septembre 1837, Lacordaire et Guéranger quittent Rome pour la France. Les deux hommes, en chemin, ont plusieurs sujets de désaccord, notamment sur le recours à la force au Moyen-Âge pour réduire les hérétiques. Lacordaire arrive à Metz en novembre 1837. Dès son arrivée, il est contacté par l’abbé Paul Bautain, philosophe du diocèse de Strasbourg, persécuté et menacé d’interdit par son évêque. Lacordaire n’hésite pas à rendre visite, entre deux conférences, à l’abbé et lui conseille d’aller à Rome pour soumettre ses écrits au Saint-Siège. Au début, les prédications de Metz rencontrent un public quasi-unanime. Les protestants, les républicains même y assistent. Le vieil évêque, Mgr Besson, et son clergé sont favorables. La situation se dégrade un peu après la publication, en janvier 1838, de la Lettre sur le Saint-Siège, décidée par Lacordaire sans prévenir Mgr de Quelen, pour réagir au coup de force du roi de Prusse contre l’archevêque de Cologne. Cet ouvrage contient un passage très dur contre les républicains français, dans lesquels il voit des fils de 1793. En réaction, les républicains de Metz n’assistent plus aux conférences. Les protestants de la ville sont également heurtés par une prédication relative au protestantisme. Des rumeurs hostiles, des tracts commencent à circuler.

Miniature ovale, lavis d’encre de chine sur papier, signée Madame Deliens, novembre 1839 reproduite dans L’Année dominicaine de 1910, p. 35.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

22Après la fin de ses conférences de Metz, Lacordaire part à Paris. Il commence à s’ouvrir à des proches de son projet dominicain, mais rencontre surtout de l’incompréhension. Il semble aux yeux de nombreux catholiques que la Compagnie de Jésus suffise à tout. L’Ordre des frères prêcheurs est mal connu, associé dans l’esprit de beaucoup de gens cultivés à l’Inquisition. L’abbé Philippe Gerbet, vicaire général de Meaux, dit à Lacordaire que son évêque est prêt à accueillir des dominicains dans son diocèse. Lacordaire part passer plusieurs semaines à Solesmes. Il y fait une retraite d’élection sous la direction de Guéranger, qui sera toujours convaincu que c’est à Solesmes et sous sa direction que s’est jouée la vocation dominicaine du futur refondateur de l’Ordre des dominicains en France. Après Solesmes, Lacordaire rentre à Paris. À cause des bruits qui circulent, Mgr Gallard, évêque de Meaux, ayant parlé, il apprend que Mgr de Quelen est au courant. Il lui rend visite et, malgré ses réticences, le prélat se demande si Lacordaire ne va pas réaliser le rêve qu’il avait fait dans la nuit du 3 au 4 août 1820, dans lequel des hommes vêtus de blanc touchaient des monstres sortis de la Seine en furie et les transformaient en agneaux. La famille de Vauvineux promet de lui donner une aide de 3 000 francs par an. Lacordaire part pour Rome, où il arrive le 15 août 1838. Il voit le cardinal Luigi Lambruschini, secrétaire d’État, et reçoit du Maître général de l’Ordre, Angelo Ancarani, l’autorisation de postuler dans l’Ordre, et un diplôme l’autorisant à travailler en France à la refondation de l’Ordre.

Frère Henri-Dominique Lacordaire, dominicain

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

23Cette autorisation acquise, il rentre à Paris au début du mois de novembre 1838. Il publie un Mémoire pour le rétablissement en France de l’Ordre des frères prêcheurs, destiné à combattre les idées reçues sur saint Dominique comme fondateur de l’Inquisition et à faire connaître son projet. Il le fait expédier, début mars 1839, à ses frais aux notabilités civiles et religieuses du pays. Il recrute deux candidats à la vie dominicaine, un jeune homme, fils d’un riche boucher, ancien buchézien, Pierre Réquédat et l’abbé Vincent Boutaud. Par contre, il ne cherche pas à entrer en contact avec des anciens religieux de l’Ordre. Les trois hommes arrivent à Rome le 25 mars et prennent l’habit le 9 avril 1839. Ils font leur année de noviciat au couvent de La Quercia (où l’observance des règles dominicaines est mitigée) dans la province de Rome. En juillet 1839, Lacordaire rédige les statuts de la Confrérie Saint-Jean l’Évangéliste, créée simultanément à Rome et à Paris. Elle a pour but « la sanctification de l’art et des artistes par la foi catholique, et la propagation de la foi catholique par l’art et les artistes ». Plusieurs jeunes catholiques, comme Antonin Danzas, s’y agrègent avant d’entrer dans l’Ordre dominicain. Pendant son noviciat, Lacordaire compose une Vie de saint Dominique destinée à toucher les cœurs et les esprits. Le 25 janvier 1840, Lacordaire écrit au Maître de l’Ordre qu’il préfère rester en Italie pendant trois ans pour étudier la doctrine de saint Thomas d’Aquin, au lieu de revenir en France. Le père Angelo Ancarani lui donne l’autorisation, mais l’abbé Vincent Boutaud le quitte ne supportant pas l’idée de demeurer aussi longtemps en Italie. Le 13 avril 1840, Lacordaire et Pierre Réquedat partent loger au couvent de Sainte-Sabine à Rome. Un petit groupe de jeunes gens, des Français recrutés en Italie, les rejoignent : Hyacinthe Besson, Louis-Alexandre Piel, Pierre Hernsheim, Vincent Jandel. Un Polonais, Tourowski ou Tourouski, se joint à eux. Le 2 septembre 1840, Pierre Réquédat meurt. En novembre, le Polonais part, mais Louis Aussant arrive. À cette date, Lacordaire accepte de prendre la pose en habit dominicain dans le cloître de Sainte-Sabine pour le jeune peintre Théodore Chassériau, en songeant que ce tableau sera un moyen de populariser son Ordre.

Portrait peint par Théodore Chassériau dans le cloître de Sainte-Sabine à Rome. Selon Michel Albaric, Chassériau écrit de Rome à son frère Frédéric, le 9 novembre 1840 : « J’ai vu souvent l’abbé Lacordaire… je lui avais demandé de faire son portrait… Hier j’ai reçu une lettre de lui, où il accepte avec plaisir. C’est un homme qui, j’en suis certain, n’a pas fini de faire parler de lui. C’est un des esprits les plus profonds qui puisse y avoir en ce monde. J’avais besoin, de faire un beau portrait pour le Salon [de 1841]. Me voilà content… » Le tableau est au musée du Louvre depuis 1906.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

24En décembre 1840, Lacordaire revient en France pour recruter de nouveaux candidats. Il brave l’interdiction prise sous la Révolution et conservée depuis de circuler en habit religieux et arrive à Paris sans encombre. Mgr de Quelen, mort en 1839, est remplacé par Mgr Affre, gallican, mais représentatif d’une nouvelle génération épiscopale. Pour éviter des difficultés avec les évêques, Lacordaire préfère choisir ses candidats parmi des laïcs, plutôt que parmi des séminaristes à l’imagination ardente lassés de la vie de séminaire ou parmi des prêtres en délicatesse avec leurs évêques. Il prêche pour la première fois en habit dominicain à Notre-Dame-des-Victoires le 31 janvier 1841. Le 14 février 1841, à Notre-Dame, il prêche sur la vocation religieuse de la nation française et défend l’idée que la France demeure la fille aînée de l’Église. Mgr Donnet, archevêque de Bordeaux, l’invite à venir prêcher et s’installer avec ses dominicains dans son diocèse après Pâques 1842.

En chaire à Notre...En chaire à Notre-Dame de Paris

En chaire à Notre-Dame de Paris

Gravure reproduite dans Paris romantique d’avril-juin 1835, p. 107.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

25En mars 1841, Lacordaire et ses nouveaux compagnons, Thomas Bourard, Raymond Rey-Lafontaine, Jourdain Bonhomme, Augustin David, le Polonais Mikulski, quittent Paris pour l’Italie. Ils arrivent à Rome en avril 1841. L’Ordre a permis aux Français de s’installer au vieux couvent de Saint-Clément. Le 29 avril 1841, la Congrégation de la Discipline régulière rejette la requête déposée par Lacordaire tendant à ce que Saint-Clément soit érigé en noviciat français pour un motif canonique (défaut de communauté ou de province de France). Les nouveaux compagnons de Lacordaire font une retraite pour se préparer à leur prise d’habit, avant leur noviciat dans un couvent de la province romaine. Le 4 mai 1841, Antonin Danzas rejoint le petit groupe. La Congrégation de la Discipline régulière fait savoir aux Français, le 5 mai 1841, qu’ils doivent se diviser en deux groupes, chaque groupe devant faire son noviciat dans un couvent différent. Il est interdit à Lacordaire de diriger ses compatriotes. À ces nouvelles, Mikulski décide de partir. Les autres persistent. Un petit groupe de quatre hommes avec le père Jandel part pour le couvent de La Quercia. Un autre groupe de six part pour le couvent de Bosco, dans la province dominicaine de Piémont, où l’observance est plus entière que dans celle de Rome. Lacordaire, resté au couvent de La Minerve à Rome, apprend progressivement que le cardinal Luigi Lambruschini lui est hostile (depuis sa prédication de Pâques 1840 à Saint-Louis-des-Français), que le chancelier Clément de Metternich a fait des démarches contre lui auprès de Grégoire XVI, que certains jésuites ont une attitude équivoque à son égard.

26En France, le climat se tend. Lacordaire décide de maintenir son voyage à Bordeaux pour prêcher. Il a besoin d’argent, devant assurer les frais de ses compatriotes dans les couvents italiens. Il quitte Rome le 9 septembre 1841. Le frère Thomas Bourard, malade, rentre en France. Le 24 septembre 1841, Lacordaire, enchanté, retrouve une partie de ses compagnons à Bosco. Il se sépare du frère Augustin David, qui doit rentrer dans le monde pour payer ses dettes. Le frère Louis-Alexandre Piel est très malade. Le 2 octobre 1841, deux nouveaux candidats, Albert Praquin et Ceslas Chevé, prennent l’habit. Lacordaire part pour la France le 15 octobre 1841. Il conçoit une « Œuvre dominicaine », sorte d’association charitable pour soutenir son projet. Lors de son passage à Paris, la question du port de son habit religieux préoccupe l’archevêque de Paris, le nonce et le roi. Arrivé à Bordeaux, le 24 novembre 1841, Lacordaire trouve un compromis avec Mgr Donnet : il circule en habit partout, en chaire il le couvre d’un simple rochet. La station de Bordeaux, à laquelle assistent aussi des protestants, dure du 28 novembre 1841 au 28 mars 1842. C’est un succès. Mais, Mgr Donnet se montre pusillanime quand il s’agit de laisser les dominicains s’installer dans son évêché. Dans l’intervalle, en février 1842, Lacordaire reçoit un mémoire des dominicains français de La Quercia, lesquels, autour de Vincent Jandel, réclament une observance intégrale des constitutions. Lacordaire ne s’y oppose pas, il transmet le mémoire aux frères restés à Bosco qui l’approuvent et le communique ensuite au Maître général de l’Ordre. Il lui demande aussi la réunion de tous les dominicains français dans un seul lieu. Après Bordeaux, Lacordaire rentre à Paris. Un discours prononcé à Tours, sur sa route, faisant l’éloge des vertus familiales de Louis-Philippe et critiquant les mœurs de Louis XV, réveille les passions carlistes.

27Il arrive à Bosco le 22 mai 1842. Les dominicains français de La Quercia sont autorisés à venir à Bosco. À la fin du mois de mai 1842, Lacordaire compte sept profès français et trois novices, parmi lesquels trois prêtres. Il compte organiser sa vie entre Bosco et la France. Des nouveaux candidats arrivent comme l’abbé Thomas Hiss qui prend l’habit à Bosco le 19 juin 1842.

Nancy : fondation du premier couvent français (1843)

28Ayant des engagements envers Mgr Menjaud, évêque de Nancy, le 12 novembre 1842, Lacordaire quitte Bosco pour Nancy assurer une nouvelle station de prédications, qui dure du 27 novembre 1842 au 30 avril 1843. Le prélat et son clergé lui font un excellent accueil. Le succès est évident. Mgr Menjaud est prêt à cautionner l’installation discrète de dominicains dans son diocèse. Le père de Vincent Jandel propose de mettre à sa disposition une grande propriété campagnarde à cette fin. Finalement, un de ses convertis, Augustin Thiéry de Saint-Beaussant achète une maison à Nancy et Lacordaire opte pour une solution urbaine et y emménage début juin 1843. Il reçoit de nombreux dons, dont une immense bibliothèque ecclésiastique rachetée sous la Révolution. Il est rejoint, en juillet 1843, par Vincent Jandel. Les deux hommes commencent à vivre selon la règle dominicaine. Dans l’intervalle, en mai 1843, Lacordaire accepte la proposition de Mgr Affre de faire des conférences pendant cinq hivers à Notre-Dame de Paris. L’année 1843 voit, en France, la reprise de la vieille querelle au sujet des jésuites, avec comme fer de lance les cours de Jules Michelet et d’Édgar Quinet au Collège de France. Des auteurs catholiques attaquent l’Université. À Nancy, en juillet 1843, Lacordaire est accusé à tort d’avoir dénoncé l’Université lors d’une cérémonie à la chapelle du collège royal de Nancy. Il se défend avec le soutien sans faille de l’évêque. Le 20 septembre 1843, il part pour Bosco. Là, il revoit avec Hyacinthe Besson, responsable des novices, le règlement à observer et revient à Nancy le 20 octobre. Il assigne à Nancy le frère Antonin Danzas, avec qui il va partager pendant dix ans une confiance absolue.

En chaire à Nancy...En chaire à Nancy en 1843

En chaire à Nancy en 1843

Gravure reproduite dans Lacordaire en Lorraine 1843-1943 avec un texte du dominicain Augustin Souillard, intitulé « Station de Nancy (27 novembre 1842-30 avril 1843) », brochure éditée à Nancy en 1943.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

29À Paris, les esprits sont tendus. Louis-Philippe menace l’archevêque de la colère du peuple si le dominicain remonte en chaire à l’Avent 1843. Mgr Affre tient bon, mais tente d’obtenir d’Henri-Dominique Lacordaire, y compris par la voie hiérarchique (une lettre au Maître général à Rome), de renoncer à prêcher en habit. Lacordaire tient bon lui aussi, invoquant les canons qui prévoient l’excommunication pour le religieux qui renonce à ses vêtements en l’absence de danger de mort. Finalement, un compromis est trouvé et Lacordaire, qui avait été nommé chanoine honoraire en 1835, monte en chaire le 3 décembre 1843. Il porte son habit recouvert du rochet et de la mozette de chanoine. Le suspense est grand. Il s’empare vite de son auditoire, composé de gens fort divers. Il prononce une conférence très diplomatique en l’honneur des doctrines élevées en général, avant de louer la doctrine catholique. Après la conférence, des ecclésiastiques se plaignent de sa faiblesse et Lacordaire ne la retiendra pas, par la suite, dans l’édition de son œuvre. Mais l’essentiel est ailleurs : l’auditoire a respecté le prédicateur, il est vivant et la cathédrale est debout. Grâce à ce succès qui dément tous les pronostics, dès la seconde conférence, Lacordaire renonce à sa mozette de chanoine. Il décide de corriger les comptes rendus de ses conférences de Notre-Dame qui paraissent dans L’Univers, journal ultramontain dans lequel le converti Louis Veuillot joue un rôle actif. Il installe aussi le tiers-ordre de saint Dominique pour les hommes. Le 21 janvier 1844, il prononce sa dernière conférence de l’hiver 1843-1844 à Notre-Dame. Le climat est à la détente, puisque, face aux attaques de députés contre les congrégations religieuses non autorisées, Nicolas Martin du Nord, le ministre des Cultes, déclare qu’elles ne peuvent inspirer de la défiance et qu’elles ne seront pas poursuivies.

Fondation de Chalais

30Le 29 janvier 1844, Lacordaire part à Grenoble. Bien accueilli par Mgr Philibert de Bruillard, il fait ses conférences jusqu’au 28 avril 1844 dans un excellent climat. Il a l’idée de faire une édition de ses conférences de Notre-Dame de Paris, et cherche à se procurer les comptes rendus parus dans les journaux en 1835 et en 1836. En mars 1844, lors d’une excursion avec Albert du Boÿs, il découvre l’ancienne chartreuse de Chalais. Séduit, il en fait l’acquisition, en empruntant. Lacordaire décide alors de faire venir discrètement de Bosco les dominicains français qui s’y trouvent, à l’exception de Hyacinthe Besson et de jeunes frères. Le 2 avril, il procède à l’installation de quatre pères venus de Bosco Aussant, Bonhomme, Praquin, Martin. Vincent Jandel est nommé prieur de Chalais. Le 20 mai 1844, Lacordaire quitte Grenoble. En route pour Nancy, il prêche à Dijon, puis à Langres à l’invitation de Mgr Parisis. C’est l’occasion d’une réconciliation publique avec ce prélat, ancien antimennaisien. Il arrive à Nancy le 11 juin 1844.

31Là, une nouvelle lettre de Hyacinthe Besson relative au lever de nuit pousse Lacordaire à s’inquiéter des conséquences du vœu particulier fait par Vincent Jandel le jour de sa profession religieuse, le 15 mai 1842 – vœu repris ensuite par les frères Louis Aussant, Raymond Rey-Lafontaine et Hyacinthe Besson. À cause de ce vœu particulier de ne jamais coopérer à aucune modification arbitraire des règles dominicaines, Lacordaire interroge le dominicain belge Vincent Lamarche, assistant du Maître général, sur la valeur de certains vœux faits par les religieux. En septembre 1844, il reçoit la réponse de Vincent Lamarche : dans ce cas concret, Vincenzo Ajello, nouveau Maître général de l’Ordre, est hostile à la pratique des vœux faits par les religieux profès sans le consentement de leurs supérieurs car ils causent mille embarras. Il annule donc tous les vœux faits par les dominicains français après leur profession. Cette décision ne suffit pas à mettre un terme aux tensions, car Vincent Jandel et ses proches vont considérer que, avant cette décision, Lacordaire a pris un engagement à leur encontre concernant l’observance de la règle.

32Au printemps et pendant l’été 1844, Lacordaire se réjouit du climat nouveau qui existe au sein de l’Église de France. Charles de Montalembert met son statut de pair de France au service de la cause catholique. Il essaye de fédérer les énergies au sein d’un comité catholique. La cause la plus fédératrice est la réclamation de la liberté de l’enseignement, prévue par la Charte. Charles de Montalembert a l’appui du nonce Mgr Fornari, mais dans sa majorité l’épiscopat n’est pas prêt à partager avec les laïcs ou à leur laisser l’initiative.

33En juillet 1844, suite à la mort de l’ancien évêque de Nancy, Mgr de Forbin-Janson, prélat lié aux Bourbons chassé de son diocèse en juillet 1830, Lacordaire relève le défi – à la demande de son successeur – de préparer son éloge. Il se demande s’il ne sera pas lapidé. Madame Swetchine l’encourage, car elle est persuadée qu’en raison de ce qu’il incarne lui seul peut faire l’éloge d’un homme compté pour certains au nombre des « vaincus de l’Histoire ». Il lit son éloge à la cathédrale de Nancy le 28 août 1844 sans éluder aucune difficulté, invitant son public à se mettre à la place des familles patriciennes devant l’événement que représente 1789. Le 7 novembre 1844, Lacordaire quitte Nancy pour Paris. Le 1er décembre 1844, il commence ses conférences à Notre-Dame et se félicite de voir que les attaques dont il est l’objet depuis vingt ans ont cessé. En décembre 1844, il se réjouit aussi du succès de la vente du premier volume de ses conférences. La moitié des 3 000 exemplaires est vendue en un mois.

34Charles de Montalembert, qui s’intéresse à la presse catholique, investit dans le journal L’Univers. Il est irrité par l’indépendance de son rédacteur en chef Louis Veuillot. À la fin de l’année 1844, profitant de l’irritation de Mgr Affre et d’actionnaires laïcs envers ce journal, il forme de concert avec l’abbé Félix Dupanloup un comité de cinq membres dans lequel il fait entrer Lacordaire. Son projet est de prendre officieusement, au mois de janvier 1845, le contrôle de la rédaction du journal. Louis Veuillot et le frère bénédictin Melchior Dulac réussissent à se soustraire à cette menace en exploitant les sentiments négatifs de l’archevêque de Paris envers l’abbé Félix Dupanloup. Lacordaire, pris par les conférences de Notre-Dame de l’hiver 1844-1845, se désintéresse de cette affaire quand il comprend qu’elle est vouée à l’échec. Il est aussi en décalage avec Charles de Montalembert au sujet du sort de la Compagnie de Jésus, en France où son expulsion est réclamée, et en Europe, particulièrement en Suisse où les cantons catholiques ont formé le Sonderbund.

Tentative d’implantation à Paris

35Après la fin des conférences de Notre-Dame le 19 janvier 1845, Lacordaire part prêcher à la primatiale de Lyon. Pour éviter tout malentendu, il a pris soin de bien faire confirmer par le cardinal-archevêque de Bonald que sa prédication est attendue. Tandis qu’à Paris la session parlementaire se passe dans un climat agité, à cause notamment des débats sur le sort de la Compagnie de Jésus, Lacordaire fait l’unanimité à Lyon. Il achève sa station le 30 mars 1845 et prend la route de Chalais. Ses amis le pressent de rentrer à Paris à cause des menaces pesant sur les jésuites. Lacordaire ne veut pas décommander ses engagements ni renoncer à son voyage à Ars, début mai 1845, pour rencontrer le curé d’Ars, Jean-Marie Vianney. Par une lettre du 27 avril 1845, le Maître général de l’Ordre lui accorde la permission d’ouvrir un noviciat. Lacordaire arrive à Paris le 14 mai 1845. Ses amis lui louent une petite maison dans la capitale. Il s’y installe avec Antonin Danzas. La mère de Hyacinthe Besson et son ami Étienne Cartier, tertiaire dominicain et homme de lettres, y logent aussi mais dans des appartements séparés.

36Lacordaire est consulté par divers couvents de dominicaines (tertiaires ou du Grand Ordre), qui aspirent à une identité et à une régularité plus fortes. Avec la comtesse Flora de Mesnard, il commence à fonder le tiers-ordre des dames.

Fondation du premier noviciat à Chalais (1845)

37Le noviciat de Chalais est fondé le 4 août 1845. Le 5 octobre, Lacordaire quitte Paris pour Nancy. Il revient à Paris dès le 22 octobre, préoccupé par des questions financières et juridiques. Il commence les conférences de Notre-Dame le 30 novembre 1845.

38L’année 1846 commence pour Lacordaire avec le choc de la nouvelle de la fuite du couvent de Nancy de Henri-Matthias Gracia. Finalement, il apprend que ce père est entré à la Trappe d’Aiguebelle, ce qui régularise sa situation. Mais, Lacordaire en conclut qu’il faut s’attacher de façon toujours plus exigeante à suivre les règles dominicaines, spécialement à la maison de Nancy qui est une maison professe, exposée par suite à un plus grand risque de dispersion. Il assigne alors Vincent Jandel comme prieur à Nancy. Face au mécontentement de Mgr de Bruillard, il informe l’évêque de Grenoble qu’il fait désormais de Chalais sa résidence ordinaire. Il renonce à la maison de Paris, se bornant à partir de cette date à louer un pied-à-terre chez les carmélites de la rue de Vaugirard. Il part ensuite prêcher à Strasbourg, avec une certaine réticence, ne sachant pas trop ce qu’il va devenir en terre germanique. Il prêche du 1er mars au 26 avril 1846. Il découvre que les protestants alsaciens venus d’Allemagne de tendance piétiste, et des juifs viennent l’écouter au milieu des fidèles. Il trouve que l’Alsace est la plus religieuse des régions dans lesquelles il a annoncé la parole de Dieu. Après Strasbourg, il se rend à Chalais.

39Il y arrive le 9 mai 1846. De nouvelles délibérations ont lieu sur les heures de certains offices et, pour essayer de se mettre en conformité avec les règles dominicaines qui permettent en définitive un lever de nuit entre minuit et la troisième heure de la nuit, un accord est trouvé sur un sommeil fractionné en deux parties (de 21 heures à 3 heures du matin et une plage de 4 heures du matin à 6 heures du matin consacrée soit à un second sommeil soit à la prière ou au travail personnel). Par une lettre du 1er juin 1846, Vincent Lamarche informe Lacordaire de l’autorisation du Maître général d’ériger la maison de Nancy en couvent des profès. Et de son refus de faire droit à sa demande de nommer un autre dominicain pour le remplacer à la tête de l’Ordre en France. Il lui annonce aussi la nouvelle du décès de Grégoire XVI. Lacordaire se réjouit de l’élection rapide du cardinal Giovanni Maria Mastaï face au cardinal Luigi Lambruschini, candidat de l’Autriche. Les premiers actes de Pie IX lui inspirent de nombreuses réflexions sur l’évolution possible de son pontificat. Faute de s’être inscrit sur les listes électorales à sa nouvelle adresse, il ne peut voter lors des élections à la Chambre des députés, qui sont les dernières élections censitaires de l’histoire de France. Il est heureux de voir que le parti catholique réussit à peser sur les élections. Il renonce aussi à venir prêcher au jubilé de Liège mais promet son concours à l’évêque de Liège pour le Carême de 1847. Le 17 septembre 1846, il quitte Chalais pour Nancy puis gagne Paris fin octobre 1846. En novembre 1856, il conclut un contrat pour l’édition de ses Conférences de Notre-Dame de l’hiver 1846-1847. Il les commence le 29 novembre 1846, le sujet est Jésus-Christ, et les achève le 17 janvier 1847. De façon encore latente, une scission se dessine entre Lacordaire et certains de ses amis favorables au Sonderbund, à présent écrasé, et inquiets face aux intentions réformatrices du pape.

40Après ses conférences de Paris, le 15 février 1847, Lacordaire part à Liège, une ville marquée par la révolution industrielle. Il s’intéresse à la situation politique et trouve que certains griefs des libéraux belges contre les catholiques belges sont fondés. Sa prédication est un succès. Il quitte Liège le 20 avril 1847. Après Liège, Lacordaire doit décaler son emploi du temps, car l’évêque de Nancy lui demande de préparer l’éloge d’un célèbre Nancéien, le général-comte Antoine Drouot, un fidèle de Napoléon, qui vient de mourir. Il le prépare à la campagne, près de Paris, monte à Nancy et, le 25 mai 1847, lit l’éloge du général Antoine Drouot à la cathédrale de Nancy. Il étonne les militaires présents, souvent peu religieux, par son parti-pris de ne pas outrer les vertus religieuses du brave. Le 15 juin 1847, il quitte Nancy pour Chalais. Il réussit à rattraper son retard pour la préparation des conférences de Notre-Dame de l’hiver 1846-1847. Pendant l’été, Lacordaire débat avec les religieux les plus anciens du couvent de Chalais sur la question de savoir s’il faut faire venir un dominicain italien comme lecteur de théologie en France. À la demande des pères, il se résout avec peine à faire un sixième voyage à Rome. Il quitte Chalais le 14 septembre 1847. Il découvre à Rome un peuple qui soutient le pape dans ses projets de réforme, tandis que certains hommes d’Église gémissent de la situation. Après un bref séjour, et une audience de Pie IX, Lacordaire quitte Rome vers le 9 octobre 1847. Il revient, enthousiaste, à Chalais le 21 octobre. Dans ses lettres à ses amis, il dénonce la conduite des jésuites qu’il accuse de faire obstacle aux intentions réformatrice du pape. Le 1er novembre, il part à Toulon faire des prédications, ce qui lui permet de revoir la baronne de Prailly, la sœur d’un de ses jeunes pensionnaires de 1835, à la vie spirituelle intense.

L’Ère Nouvelle

41Au début de l’année 1848, Lacordaire clôt ses conférences de Toulon et fait un bref passage à Marseille où son éloquence lui vaut un triomphe. Il gagne ensuite Paris, pour prononcer à la cathédrale un discours en l’honneur du patriote irlandais Daniel O’Connell. Il y exalte la liberté. Ensuite, il fait ses conférences de carême. Survient la Révolution de 1848. Lacordaire – qui fait la comparaison avec ce qui s’était passé en Juillet 1830 – trouve miraculeuse la conduite du peuple de Paris, son respect pour la religion et ses ministres, et sa tenue. Il n’était pas « républicain de la veille », mais juge méritée la chute d’un régime voltairien, méprisant pour le peuple, corrompu. Dès les lendemains du 24 février (chute de la royauté), Lacordaire songe à fonder un journal. Il n’est pas possible de trancher la question de savoir s’il y pense le premier ou s’il a été sollicité par l’abbé Henri Maret et par Frédéric Ozanam, deux républicains convaincus – à la différence de lui – que ce régime politique est le meilleur. En tout état de cause, Lacordaire manifeste à Charles de Montalembert, jugé trop compromis à la fois avec le régime déchu et avec les jésuites, qu’il ne veut pas l’associer à son projet. Il n’a pas le temps de consulter ses religieux sur son choix. La très grande majorité de l’épiscopat et le nonce reconnaissent le nouveau régime, qui est une République, en attendant selon la proclamation du gouvernement provisoire composé par un collectif sous le leadership du poète Alphonse de Lamartine, que les députés issus des élections à organiser ratifient ce statut. Lacordaire et ses amis fondent un journal, L’Ère Nouvelle, qui est catholique, républicain, sans hostilité à l’université mais favorable à la liberté d’enseignement, défenseur du principe des nationalités et soutien indéfectible du pape. Cette orientation nettement à gauche pour des catholiques suscite, dans un climat de manifestations populaires dans Paris (pour le droit au travail, pour la Pologne) et de crainte de révolution sociale, une vive hostilité chez ses coreligionnaires conservateurs contre Lacordaire, le directeur en titre de la publication.

Le « représentant du peuple » (1848)

Élu à l’Assemblée nationale pour les Bouches-du-Rhône en 1848, Henri Lacordaire est représenté en habit dominicain avec, à la main, le journal L’Ère nouvelle qu’il vient de fonder (lithographie d’après un portrait au crayon).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

42Sans faire personnellement acte de candidature, Lacordaire est élu représentant du peuple pour les Bouches-du-Rhône aux élections législatives organisées en avril. D’autres membres du clergé sont élus également. Le jour de l’ouverture de la session parlementaire, le 4 mai 1848, en habit dominicain, il reçoit une ovation du public devant l’Assemblée. La majorité élue est conservatrice, mais accepte la République. Lacordaire heurte les esprits en choisissant une place à la seconde travée de gauche. Il n’hésite pas non plus à soutenir l’idée de la nécessité de conserver le républicain avancé Alexandre Ledru-Rollin au sein du gouvernement provisoire. L’invasion de l’Assemblée le 15 mai 1848, dans des circonstances mal élucidées, par une foule de manifestants vociférants, parmi lesquels se trouve le socialiste révolutionnaire Auguste Blanqui, fait augurer à Lacordaire que la République est perdue. Considérant qu’il ne veut pas s’identifier au parti des républicains de la veille ni rejoindre la majorité de l’Assemblée qui regrette la monarchie, car l’intérêt de la liberté de l’Église s’oppose au retour du système gallican des Bourbons et des Orléans, il décide de démissionner dans la foulée de ses fonctions et prévoit de quitter L’Ère Nouvelle dans un délai proche.

43L’insurrection des ouvriers des ateliers nationaux, relayée par les quartiers populaires de Paris, en juin 1848 est réprimée violemment par le général Eugène Cavaignac, républicain à poigne, qui s’est vu confier par l’Assemblée, en raison des circonstances exceptionnelles, une sorte de dictature légale. Mgr Affre, émissaire de paix, est tué. Lacordaire voit dans cette sainte mort une promesse de bénédiction pour l’Église de France et pour le pays. Il revient à Chalais en juillet 1848, désireux de trouver la paix. La situation financière de L’Ère Nouvelle l’oblige à rejoindre Paris pendant l’été. Le journal est vendu et l’abbé Henri Maret, devenu directeur, lui imprime une orientation à gauche encore plus marquée, à la fureur du reste de la presse catholique. Lacordaire cesse toute collaboration, mais l’opinion publique croit qu’il continue à jouer un rôle au sein du journal. À l’automne 1848, Lacordaire a un échange de correspondance vif avec Charles de Montalembert, désormais très proche d’Adolphe Thiers, et membre du groupe conservateur que les plaisants appellent les « Burgraves ».

L’acquisition du couvent de Flavigny et le transfert du noviciat (1848-1849)

44Les amis dijonnais d’Henri Lacordaire, dont son cousin Pierre-Hugues Dugied, le réclament à Dijon. Ils veulent l’aider financièrement à reprendre le grand couvent de Flavigny, situé dans le diocèse. L’évêque de Dijon, Mgr Rivet, souhaite toujours qu’il vienne faire dans sa ville les prédications prévues. Lacordaire arrive à Dijon le 27 novembre 1848. Malgré l’existence d’un fort parti anticlérical à Dijon, il est accueilli en enfant du pays, en digne fils du grand Bossuet. Il est séduit par Flavigny. L’affaire est conclue. Dès le mois de décembre 1848, le noviciat est transféré de Chalais à Flavigny. Lacordaire fait de Flavigny son lieu de résidence ordinaire. Il est aussi contacté par le nouvel archevêque de Paris, Mgr Sibour, un ancien mennaisien, nommé par le général Eugène Cavaignac, qui le réclame à Paris pour les conférences de carême de 1849. Le 10 décembre 1848, le prince Louis Napoléon Bonaparte, héritier d’une dynastie ayant régné sur la France et ancien proscrit à ce titre, est élu à une majorité écrasante Président de la République contre le général Eugène Cavaignac. Lacordaire a voté pour le général. Un ami de Lacordaire, le vicomte Alfred de Falloux, légitimiste catholique, accepte d’entrer dans le gouvernement en qualité de ministre de l’Instruction publique et des Cultes. Le 15 janvier 1849, Lacordaire achète à des conditions très avantageuses le couvent de Flavigny. Le prix bas (17 000 francs) est payable au bout de vingt ans sans intérêts. Avec un troisième couvent, il peut, selon les constitutions de l’Ordre, demander l’érection de la province dominicaine de France. Il envoie une supplique à cette fin au début de l’année 1849. La République romaine est proclamée le 2 février 1849. À cause de la crise économique, Lacordaire est inquiet de la situation financière des dominicains français, les amis des dominicains sont moins généreux. Lacordaire arrive à Paris le 15 février 1849. Les débats parlementaires portent sur la révolution romaine et la question d’une intervention militaire. Le 25 février 1849, Lacordaire commence ses conférences de carême. Il noue des liens étroits avec Mgr Sibour. L’archevêque a une grande volonté d’agir dans son diocèse et comme métropolitain. Lacordaire décide de renoncer à ses stations de province et de limiter ses discours de charité. Il s’efforce de convaincre Théophile Foisset de faire une édition de Blaise Pascal, destinée à faire valoir que ce penseur n’était pas sceptique mais catholique. Le 28 avril 1849, Lacordaire rentre à Flavigny. L’insurrection républicaine du 13 juin 1849 échoue. Les troupes françaises entrent à Rome le 2 juillet 1849. Lacordaire donne une fête pour l’inauguration de la chapelle de Flavigny le 11 juillet 1849.

Installation du couvent d’études à Paris, rue de Vaugirard

45Pendant l’été 1849, Mgr Sibour offre à Lacordaire de fonder un couvent à Paris, dans une partie de la Maison des Carmes (marquée par le souvenir des massacres de septembre 1792), rue de Vaugirard, et d’assurer divers services de pastorale au profit notamment d’enfants pauvres et de soldats. Lacordaire y transfère le noviciat des études. À la fin de l’année 1849, il inaugure à la chapelle des Carmes un nouveau genre de prédication, très simple, fondé sur des commentaires des Évangiles. Il n’hésite pas à parler favorablement des pauvres alors que depuis les Journées de Juin, les passages bibliques en l’honneur des ces derniers sont devenus insupportables à certains auditeurs.

46En 1849, Alfred de Falloux se met à préparer la loi sur l’enseignement secondaire, qui autorise la création de collèges libres sans supprimer le monopole de la collation des grades par l’Université, qui divise le camp catholique et qui est votée en mars 1850. En 1850, Lacordaire reprend ses prédications de carême à Notre-Dame et sent une vive hostilité de certains catholiques à son encontre.

Création de la Province de France (1850)

47Durant l’été, Pie IX – rétabli dans ses États en 1849 par les troupes françaises et désormais hostile à l’idée d’une réforme de leur mode de gouvernance – appelle à Rome Vincent Jandel. Il veut réformer l’Ordre des frères prêcheurs, dont certaines provinces – spécialement en Italie – font une application trop mitigée de leurs observances. Pour permettre cette réforme, il entend nommer directement le supérieur, faisant une exception au principe de son élection. L’affaire traîne en longueur car le pape ne veut pas, toutefois, que sa décision à venir soit interprétée – comme le fait bien à tort le journal catholique libéral lorrain L’Espérance de Nancy – comme un signe de la volonté inchangée de Pie IX de faire des réformes. À Rome, Vincent Jandel, effrayé par les rumeurs courant sur le compte de Lacordaire, le supplie de venir se justifier auprès du Saint-Siège. Il part pour Rome. Dans le doute, n’ayant pas été directement mis en demeure de renoncer à telle ou telle doctrine par l’autorité ecclésiastique, il écrit une protestation de soumission, qui porte notamment sur la souveraineté du pape sur les États pontificaux. L’audience pontificale se passe bien. Le 14 septembre 1850, le Conseil généralice de l’Ordre institue canoniquement la Province de France dont Lacordaire est nommé provincial. Le travail de refondation est achevé. La province de France est considérée, par certains, comme un modèle pour la réforme de l’Ordre. Un Français est à la tête de l’Ordre. Lacordaire peut être heureux. Sans doute vers la fin de l’année 1850, il fait la connaissance du jeune Henri Perreyve dont il fera son légataire.

Face au coup d’État de 1851

48Au début de l’année 1851, Vincent Jandel refroidit l’enthousiasme des dominicains français du couvent de Paris en leur adressant une lettre critique sur la Province de France et en prônant comme modèle la Province des Philippines, qui va au-delà de l’observance et dont les religieux se préparent au martyre. Lors du carême de 1851, Lacordaire se réjouit de voir que ses conférences ne suscitent plus de critiques et de rumeurs comme l’année précédente. Mais, le 6 avril 1851, il combat l’opinion théologique répandue du petit nombre des élus et fait valoir, dans son argumentation, que la majorité des pauvres – en raison de leurs mortifications ici-bas qui les configurent à la Passion du Christ – est très vraisemblablement sauvée. Cette conférence, qui heurte aussi la sensibilité janséniste mal éradiquée en France et les préjugés de classe, suscite une violente polémique et inquiète Vincent Jandel.

49En août 1851, le Président de la République, qui ne peut se représenter aux termes de la Constitution votée en novembre 1848 et qui a échoué à la faire réformer, décide de rester au pouvoir en sortant de la légalité. Le coup d’État du 2 décembre 1851 est un succès. Les libertés publiques sont supprimées. Lacordaire n’est pas surpris par la marche des événements – un coup de force venant des républicains avancés ayant aussi été redouté par l’opinion depuis 1849 – mais juge que le recours à la force est une blessure morale pour une nation, dont les effets délétères se feront sentir à long terme. Par référendum, Louis Napoléon Bonaparte fait approuver massivement le coup d’État et l’instauration d’un nouveau régime, la République décennale, avec un pouvoir législatif réduit à un rôle purement technique. Lacordaire prononce le 22 janvier 1852 un sermon de charité à Notre-Dame de Paris qui est interprété comme une critique du nouvel ordre des choses. Il juge impossible, dans les conditions où se trouve le pays, de reprendre ses conférences de Notre-Dame. Tout ce qu’il dira, ses silences mêmes, sera surinterprété. Il décide de partir en Belgique le 23 janvier 1852. Il dit à Mgr Sibour que Vincent Jandel lui confie la mission de visiter les provinces du Nord. Le départ d’Henri Lacordaire est commenté dans les salons, interprété comme le signe d’une mesure prise par le pouvoir ou d’une disgrâce de l’archevêque de Paris. Mgr Sibour fait publier dans la presse une mise au point qui informe que Vincent Jandel a confié une mission de visiteur à Lacordaire. À Rome, Vincent Jandel reçoit avec beaucoup de surprise une lettre écrite de Gand, par laquelle Lacordaire lui demande de lui confier une mission de faire la visite des couvents de Belgique, de Hollande, d’Angleterre et d’Irlande. Il est sidéré quand il a connaissance de la démarche de l’archevêque de Paris. Il consent cependant à régulariser la situation de Lacordaire.

Le lever de nuit : première dissension

50Dans l’intervalle, pendant son séjour à Gand, Lacordaire approfondit la question du lever de nuit. Il est désireux, suite à des conversations à ce sujet surtout avec des religieux de Chalais, de mieux aménager du temps pour une oraison individuelle dans l’organisation de la journée des dominicains, afin de renforcer la vie spirituelle. Le 4 février 1852, il prend une ordination solennelle sur ces deux points. Il l’adresse à Vincent Jandel et aux couvents de France. Informé, Jandel envoie immédiatement un contre-ordre aux couvents. Cette situation provoque un grave trouble dans la Province de France. Un clivage apparaît entre les couvents voire en leur sein. La majorité des membres du conseil du couvent de Paris, et son prieur Antonin Danzas, dénonce soit le fond de l’ordination soit le vice de forme, les conseils des couvents n’ayant pas été consultés. Cette crise donne lieu à des échanges de lettres pleines de griefs entre Lacordaire et son ancien disciple Vincent Jandel. Finalement, Lacordaire renonce à contester la situation. Après la Belgique, il poursuit sa mission de visiteur en Hollande et en Angleterre. Il a hâte de revenir en France, mais, désireux d’éviter un certain nombre de personnes, il considère qu’il doit s’abstenir de séjourner à Paris. Il y fait quand même halte une nuit et, le lendemain, rencontrant fortuitement dans le train pour la Bourgogne Charles de Montalembert, désabusé du nouveau régime, se réconcilie avec lui après une brouille de quatre ans.

Les débuts de la Congrégation enseignante

51En 1852, sont aussi posés les prémices du tiers-ordre enseignant. Sollicité par les prêtres directeurs et propriétaires de l’établissement secondaire d’Oullins, Lacordaire mesure mal le risque financier élevé que représente l’achat du collège. Il l’achète en son nom de religieux du Grand Ordre, alors que le collège est destiné au tiers-ordre enseignant. L’abbé Jean-Louis Crépel, vicaire de l’église Saint-Sernin de Toulouse (où sont les reliques de saint Thomas d’Aquin depuis la Révolution française) l’invite à venir prêcher à l’occasion de la translation des reliques du saint en juillet 1852. Le dominicain en profite pour faire un pèlerinage sur les lieux associés au souvenir de saint Dominique. L’Empire est proclamé le 2 décembre 1852. Lacordaire est très déçu par la conduite – qu’il juge adulatrice – de nombreux évêques, à commencer par les anciens mennaisiens tel Mgr Philippe de Salinis, archevêque d’Amiens.

52L’année 1853 commence avec l’affaire du discours de Saint-Roch. Mgr Sibour l’ayant prié de faire absolument un sermon de charité, pour que l’opinion ne les croit pas brouillés, en février 1853, Lacordaire prononce à Saint-Roch, à Paris, un sermon dans lequel il condamne le recours à la force, puis part à Flavigny. Il ne fait pas publier son discours qui a un vif écho. Cette intervention donne lieu à une polémique qui prend une dimension européenne quand la presse belge publie un prétendu extrait d’une lettre apocryphe du dominicain et un extrait d’une version exagérée d’un passage de son discours. Avec un certain retard, il finit par démentir dans la presse les propos qui lui sont attribués. Pendant l’année 1853, Lacordaire observe la « guerre » qui agite l’Église de France. Le camp catholique s’est divisé en 1848. La tribune a été fermée, la presse est contrôlée, la presse religieuse tient un rôle plus important. Le journal de Louis Veuillot, L’Univers, se fait le relai de campagnes dirigées contre l’enseignement des auteurs classiques de l’Antiquité dans les collèges, contre le gallicanisme, contre le naturalisme, contre le libéralisme. Il rencontre l’opposition de Mgr Sibour et de Mgr Dupanloup, évêque d’Orléans depuis 1849, qui essayent de le faire taire, mais L’Univers a des appuis fermes à Rome et dans une grande partie de l’épiscopat. Lacordaire est très hostile à l’esprit de ce journal, mais refuse de polémiquer directement. Il prend aussi ses distances avec Mgr Sibour auquel il reproche un gallicanisme religieux et une trop grande connivence avec le pouvoir en place. En 1853, Lacordaire estime qu’il est préférable de transférer hors de Paris le noviciat. Il est aussi soucieux de l’augmentation du nombre de postulants et de novices. Il se dit que les capacités du couvent d’études à Chalais seront bientôt insuffisantes. Le 1er mars, il transforme Paris en maison professe et assigne les étudiants à Chalais. Il entend parler de l’ancien couvent de Saint-Maximin en Provence. Lacordaire se rend en juillet 1853 à Mattaincourt, dans les Vosges, pour prononcer, lors d’une grande solennité le panégyrique du Bienheureux Vincent Fourier, un prêtre lorrain du XVIIe siècle qui défendit son duché de l’appétit du cardinal de Richelieu. Cette solennité est aussi en rapport avec la fondation d’une congrégation du Tiers-Ordre enseignant de femmes dont le siège est à Nancy et dépassant les frontières diocésaines, que Marcolin Hue nommé à cette fin par Lacordaire mène à bien, en ménageant la susceptibilité des évêques (supérieurs de fait des religieuses depuis le Concordat) de l’Est de la France, partie prenante à cette affaire.

53Le 4 août 1853 est inaugurée la nouvelle chapelle du couvent de Flavigny, dont Lacordaire a voulu dresser les plans. Il n’y a plus d’argent en caisse pour de nouvelles dépenses d’investissement. Le 15 août 1853, à Oullins, les tertiaires enseignants prononcent leurs vœux ; deux jours plus tard, ils prennent possession du Tiers-Ordre. Un compromis est trouvé sur une période de transition avec un conseil d’administration mixte comprenant les trois abbés, les quatre premiers tertiaires enseignants parmi lesquels François Cédoz, prieur du tiers-ordre. L’ensemble étant sous le contrôle de Lacordaire, vicaire général de Vincent Jandel pour le tiers-ordre enseignant.

Fondation du couvent de Toulouse (1853)

54En août 1853, grâce à la persévérance de l’abbé Jean-Louis Crépel, Lacordaire accepte l’idée d’une fondation à Toulouse. Un voyage lui permet de choisir un hôtel particulier susceptible d’être aménagé en couvent. Jandel donne son agrément. En septembre 1853, Lacordaire arrive à Toulouse. Il achète un hôtel particulier, sis 14, rue Vélane, en paye un sixième au comptant et prévoit que la première des cinq échéances sera acquittée en novembre 1855. Puis, il quitte Toulouse pour faire sa tournée provinciale des couvents de France (à Paris, le 6 octobre 1853, il réprimande le prieur, Louis Aussant) et de Belgique. Il rentre à Flavigny le 18 octobre 1853. Le 30 octobre 1853, Lacordaire prend possession du couvent de Toulouse. Il s’abstient d’avoir aucun contact avec le préfet et les autres hauts fonctionnaires, mais apprécie l’archevêque Mgr Mioland. Il décide de refaire des conférences.

55À Oullins la conduite de l’abbé Pierre Chaîne, qui omet de rendre les comptes du collège pour l’année scolaire 1852-1853, inquiète beaucoup Lacordaire. Il doit ordonner à François Cédoz de prendre la direction du collège. Lacordaire doit aussi gérer divers cas de dominicains posant des problèmes comme le père Pierre Frévol ou le frère Raymond Ferrette. Il plaide aussi auprès de Vincent Jandel la cause des frères étudiants, qui ont souvent des problèmes de santé. Il n’y a presque plus d’argent en caisse fin 1853.

56Au début de l’année 1854, Lacordaire commence à prêcher la deuxième partie de ses conférences. Il a achevé la partie dogmatique à Notre-Dame de Paris, il veut traiter désormais de la partie morale. Le sujet choisi est la vie. Le public des conférences, souvent royaliste, aimant les lettres, lui sait gré de sa distance envers le régime. Les préventions à son égard se dissipent très vite. Lacordaire prêche une méditation sur la fin de la théologie et sur la paix aux vêpres de la fête de saint Thomas d’Aquin le 7 mars 1854.

Sorèze

57Il est contacté pour reprendre l’ancienne école de Sorèze, très prestigieuse avant la Révolution française, que les notables pères de famille catholiques ne veulent pas voir tomber dans des mains protestantes. Après des hésitations, considérant le caractère très avantageux des offres (qui prévoient la distribution aux dominicains d’un certain nombre d’actions de l’école), il plaide en avril 1854 la cause de ce nouvel engagement auprès de Jandel, qui accepte. Il réfléchit aussi à la manière de sortir de l’imbroglio juridique du collège d’Oullins, en vue de pouvoir à terme le céder légalement au tiers-ordre. En mai 1854, à Paris, il conclut deux contrats d’édition, dont les gains du plus important servent à couvrir les dettes des couvents du Grand Ordre.

58En 1854, Lacordaire pense au futur premier conseil provincial de la province de France restaurée qui doit avoir lieu au mois de septembre. Il n’est pas rééligible. Il est préoccupé par le fait que, en raison du caractère récent de la refondation, très peu de religieux rassemblent les conditions pour être électeurs, que le nombre de religieux éligibles est encore plus restreint, et que, pratiquement, Louis Aussant étant jugé inapte au gouvernement, il est quasiment acquis qu’Antonin Danzas va être élu. Malgré une demande présentée à cette fin en mai 1854, Vincent Jandel refuse de remédier à ce problème, en permettant aux électeurs de devenir éligibles. Le 2 juillet 1854, Lacordaire prononce à Toulouse un grand « Discours sur la loi de l’histoire ». Pendant l’été 1854, la rupture morale avec les anciens directeurs d’Oullins est consommée. Le 8 août 1854, Lacordaire prend possession de l’école de Sorèze et prépare la rentrée scolaire et les premières réformes. Le 15 septembre 1854, au conseil provincial de Flavigny, Antonin Danzas est élu. Lacordaire, désormais simple religieux du Grand Ordre, se borne à exercer les fonctions de vicaire général de Jandel pour le tiers-ordre enseignant et cumule, en outre, ces fonctions avec celles de directeur de l’école de Sorèze. Le 20 septembre 1854, Lacordaire établit à Sorèze le noviciat de tiers-ordre enseignant. La rentrée de l’école a lieu en octobre 1854.

59Pendant l’année scolaire 1854-1855, Lacordaire se consacre essentiellement à améliorer le climat moral et le niveau de l’école de Sorèze, et à la formation des novices du tiers-ordre enseignant. Il fait de nombreuses réformes pédagogiques, diminuant la durée des vacances, augmentant le nombre de fêtes et de cérémonies de récompenses. Il accorde une grande importance au choix des aumôniers et à l’accompagnement spirituel des élèves. Lacordaire est tenu à l’écart par le nouveau provincial des orientations que ce dernier veut donner à la province de France. En 1855, Lacordaire est tenté par le silence. Il décline les invitations à reprendre les conférences de Toulouse ou à parler ailleurs. L’année scolaire s’achève le 7 août 1855 par une fête de distribution des prix, au cours de laquelle l’invité d’honneur, Mgr de La Bouillerie, évêque de Carcassonne et ancien auditeur des conférences de Stanislas, et Lacordaire font assaut d’éloquence, devant un public ébloui. La rentrée scolaire a lieu le 18 octobre 1855. Le 25 octobre paraît le premier numéro de la nouvelle formule de la revue Le Correspondant. Charles de Montalembert et un petit groupe comptant avec le comte Alfred de Falloux, Théophile Foisset, le prince Albert de Broglie ont pris cette initiative. Lacordaire décide d’y collaborer. Son article, dans Le Correspondant du 25 novembre 1855, en l’honneur de Frédéric Ozanam (décédé prématurément en 1853) fait l’éloge d’un laïc ayant un cœur de prêtre et analyse les ambiguïtés du parti catholique de la décennie 1840, suscitant la réaction de Louis Veuillot. À la fin de l’année 1855, Lacordaire rachète, au nom d’une donatrice, le terrain de Prouilhe sur lequel saint Dominique avait fondé son premier monastère.

60En 1856, Lacordaire fait le choix d’être absent de Paris. Il se concentre sur l’école de Sorèze avec le sentiment qu’il est en train de gagner son pari de la transformer. Il assure aussi la tutelle du collège d’Oullins. En mars 1856, il commence à faire paraître sa première conférence de Toulouse. Alerté par les menaces pesant contre le philosophe Victor Cousin, attaqué en 1855 par Mgr Pie, il se met à lire toute son œuvre philosophique, la trouve spiritualiste et « presque » chrétienne et l’assure de son estime et de son soutien. En juin 1856, il sollicite une aide financière de la comtesse Flora de Mesnard pour résorber le déficit du noviciat du tiers-ordre enseignant.

61À la fin du Congrès de Paris réglant la paix après la guerre de Crimée, le plénipotentiaire anglais a critiqué la papauté. Suite à un article de Charles de Montalembert défendant la papauté, en août 1856 Lacordaire exprime son désaccord, et opère une distinction entre la souveraineté du pape et la gouvernance des États pontificaux. Il reconnaît la première, mais dit préférer Pie VII à Fontainebleau que Pie IX tel qu’il est à Rome. Il continue de suivre les polémiques contre L’Univers, spécialement celle provoquée par une brochure anonyme d’un proche de Mgr Félix Dupanloup. Après la rentrée scolaire à Sorèze, il commence à préparer activement une grande fête en l’honneur du centième anniversaire de l’école, depuis les travaux d’agrandissement et le priorat de Dom de Fougeras en 1757, qui doit avoir lieu en 1857. À la demande du cardinal-archevêque de Bourges, Mgr Dupont, il accepte que les dominicains du tiers-ordre enseignant, malgré leur petit nombre, prennent possession du petit séminaire du diocèse pour en faire le collège Saint-Célestin.

62Jandel, nommé Maître général de l’Ordre en décembre 1855, décide de spécialiser quelques couvents dans une pratique plus intégrale des constitutions. Dans la province de France le couvent de Lyon est fondé dans cet esprit, voire dans un esprit plus contraignant encore que l’observance. Alerté par des dominicains, Lacordaire, en janvier 1857, se veut rassurant. De nombreux religieux du Grand Ordre – beaucoup, comme Bernard Chocarne, son futur biographe, y sont entrés à cause de son charisme – déplorent son absence et l’évolution de la province. Le 18 février 1857, Lacordaire est implicitement visé par la circulaire du même jour de Jandel, qui critique la Province de France et l’abus d’activité des religieux. Lacordaire s’oppose dans ses lettres à la transformation de l’Ordre en ordre purement monastique. Il regrette que ses premiers compagnons soient des hommes étrangers à la vie apostolique et pense que l’observance qu’il défend avec les prieurs des couvents de Paris, de Nancy, de Flavigny et de Bordeaux triomphera. Dans son fors intérieur, il éprouve un sentiment de tristesse au spectacle de trop de trahisons et compte sur ses amis restés fidèles comme l’abbé Henri Perreyve. Il éprouve de la consolation dans la compagnie des enfants et des jeunes de Sorèze. La fête du centenaire de l’école célébrée en août 1857 représente un budget de 10 000 francs, financé par ses droits d’auteur. Elle draine beaucoup de monde. Fin août 1857, Lacordaire monte à Paris voir Sophie Swetchine mourante. Il lui rend un hommage appuyé dans Le Correspondant. À la fin de l’année, peu satisfait de la majorité des livres de dévotion, il a le projet d’écrire des Lettres spirituelles à des jeunes gens. En janvier 1858, Lacordaire renvoie de l’école de Sorèze plusieurs élèves à l’origine d’un désordre. Désireux d’écrire, il crée un poste de sous-directeur, qu’il confie au jeune père du tiers-ordre enseignant Charles-Vincent Mourey. Il se met à rédiger ses Lettres à un jeune homme sur la vie chrétienne. Un des anciens directeurs d’Oullins, l’abbé Jean-Baptiste Bourgeat, demande à se réconcilier avec lui avant de mourir. À la demande de Charles de Montalembert, il écrit une notice très sobre sur le jésuite Gustave de Ravignan, son successeur à Notre-Dame de Paris en 1837. Cette sobriété heurte les personnes qui trouvent exagérés les éloges prodigués à la mémoire de Frédéric Ozanam. Des rumeurs continuent à courir sur son compte. Le 28 mai 1858, à Bourges, il prononce une allocution sur le mérite personnel, accompagnée de considérations sur l’évolution de la société civile, qui suscite des polémiques. À la suite d’une démarche collective de certains dominicains auprès de Pie IX en juillet 1858, le pape nomme un visiteur apostolique en la personne de Hyacinthe Besson. Au chapitre de Flavigny, en septembre 1858, Lacordaire est postulé provincial. Il voit la grâce divine à l’œuvre dans la présence de Hyacinthe Besson. Pie IX reçoit le visiteur apostolique qui lui fait un rapport à la suite duquel le pontife décide de séparer le couvent de Lyon – qu’il place sous la juridiction du maître de l’Ordre – de la province de France.

Second provincialat

63L’élection d’Henri Lacordaire comme provincial est confirmée. Pour lui, la crise est finie. Hyacinthe Besson a joué un rôle de médiation essentiel. À partir de son élection comme provincial, Lacordaire renonce à écrire, faute de loisir. Il a le projet de fonder un couvent à Dijon (en vendant celui de Flavigny) et à Saint-Maximin.

64Au début de l’année 1859, Lacordaire fait une tournée provinciale, à l’exception du petit séminaire de Bourges et du couvent de Nancy. Un terrain est acheté à Bordeaux en vue d’y transférer le couvent fondé en 1855 sous le provincialat d’Antonin Danzas. À Dijon, il achète un ancien couvent. Après une halte à Grenoble à la fin du mois de janvier 1859, il est accusé à tort d’avoir participé à un banquet de républicains.

L’achat de Saint-Maximin (1859)

65Avec l’argent de la comtesse Flora de Mesnard et de sa fille, Lacordaire fait l’acquisition de l’ancien couvent royal de Saint-Maximin. Il rédige un livre de dévotion sur sainte Marie-Madeleine, selon la tradition une sainte venue de Palestine en Provence, en vue de se procurer des ressources pour la fondation du couvent. À l’occasion de la guerre entre le Royaume de Piémont, l’Autriche et la France, des propos tenus par Lacordaire dans des lettres sont colportés, rapportés, exploités. Le penseur et homme politique Alexis de Tocqueville venant de décéder, Lacordaire passe à Paris en juin 1859, car ses amis veulent préparer son entrée à l’Académie française. En juillet 1859, il se rend à Chalais. Il a un différend avec le prieur, Ambroise Potton, qui veut quitter la province de France et passer au couvent de Lyon. Pour éviter que ce religieux influence les novices, Lacordaire décide de transférer immédiatement le noviciat à Saint-Maximin. Le 12 août 1859, il adresse une mise au point à Vincent Jandel sur la question de la possibilité de passer de la province de France au couvent de Lyon, qui ruinerait la province. Il déclare aussi qu’il ne sacrifiera jamais sa conscience au parti de L’Univers, très présent dans l’entourage du pape. Il précise que son sort personnel lui est indifférent, mais que sa retraite entraînerait la ruine de l’Ordre dominicain en France et la désolation des hommes qui y sont entrés à cause de lui. Après avoir demandé dans chaque couvent qui veut quitter la province, il est content d’annoncer en septembre 1859 au père Jandel que seuls deux dominicains font acte de candidature. Un nouvel incident survient quand Lacordaire est informé que le couvent de Lyon veut fonder une maison à Marseille, à proximité de Saint-Maximin. En novembre 1859, Lacordaire presse Vincent Jandel de trancher ce litige. Par une ordonnance du 24 novembre 1859, le maître de l’Ordre tranche en faveur de la province de France.

66Avec la brochure de La Guéronnière, inspirée par Napoléon III, Le Pape et le Congrès, parue le 22 décembre 1859, invitant Pie IX à renoncer à ses États à l’exception de Rome, qui provoque un tollé chez les catholiques, la situation de Lacordaire, à cause des extraits de lettres de lui sur ces questions publiés à son insu, devient délicate. Il est quand même élu à l’Académie française pendant l’hiver 1860. Il publie un essai de circonstance, De la Liberté de l’Italie et de l’Église, prudent mais où il ne renie rien. En avril 1860, il réunit le conseil de la Province de France pour essayer de régler les nombreux problèmes financiers de la province. Durant le printemps, il tombe malade. À la fin du mois de mai 1860, en voyage pour les cérémonies de sainte Marie-Madeleine à Saint-Maximin, son état s’aggrave et il doit rebrousser chemin. Le déficit du petit-séminaire de Bourges n’étant pas pris en charge par le diocèse, Lacordaire décide de désengager le tiers-ordre enseignant. Il prépare son discours de réception à l’Académie française ; à la mi-juillet 1860, il a fini toutes ses lectures, et il commence à écrire. Il participe, au début du mois de septembre 1860, au chapitre provincial semestriel à Flavigny, puis se rend à la réunion du tiers-ordre enseignant à Oullins. Le 28 septembre 1860, en raison de son état de santé, Lacordaire nomme Bernard Chocarne vicaire provincial de l’Ordre. Pendant l’automne, il envoie son discours de réception à François Guizot.

L’inauguration de...L’inauguration de sa statue De Lacordaire à Sorèze

L’inauguration de sa statue De Lacordaire à Sorèze

La statue d’Henri Lacordaire, « la main gauche appuyée sur l’épaule d’un jeune élève revêtu du costume de l’École, qui lève son regard vers le maître pour recueillir ses leçons », est l’œuvre d’un artiste lyonnais, M. Giraudet. Sculptée dans le marbre, son inauguration a lieu le 23 juillet 1888 au milieu d’une foule d’anciens élèves que le peintre Duolé a voulu immortaliser.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

67En janvier 1861, Lacordaire monte à Paris, affaibli par la maladie, pour son discours de réception. Lors de ce discours, le 24 janvier 1861, en présence de l’Impératrice et d’un auditoire prestigieux, il parle de la liberté chez l’auteur de La démocratie en Amérique. Il ne fait aucune allusion à la situation des États pontificaux. François Guizot lui répond. Quelques jours plus tard, il est reçu par Napoléon III.

Sur son lit de mortSur son lit de mort

Sur son lit de mort

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

68Sollicité à ce sujet par Vincent Jandel, il s’oppose au projet du Maître général de créer une seconde province française. A Pâques, sa maladie s’aggrave. Au printemps 1861, il fait un long séjour à Becquigny, pour se reposer, chez la comtesse de Vauvineux. Il rentre à Sorèze fin juin, pour être présent à la première communion des enfants. En juillet 1861, il part en cure à Rennes-les-Bains. Il est convaincu que le césarisme ne durera pas en France car ce qui repose sur un homme n’est rien. Charles de Montalembert lui rend visite en septembre 1861 et découvre son état moribond. Il le prie de dicter ses souvenirs sur le rétablissement en France de l’Ordre des frères prêcheurs, ce que Lacordaire fait avec une grande lucidité à compter du 31 septembre 1861. Il les interrompt peu avant le moment où il doit aborder la question des problèmes de la province de France. Il meurt le 22 novembre 1861. Il a demandé depuis longtemps à l’abbé Henri Perreyve d’hériter de ses papiers personnels. Dès son décès, ses papiers donnent lieu à des discussions, des amis comme Charles de Montalembert voulant récupérer leurs lettres. À la mort d’Henri Lacordaire, la province de France compte une centaine de religieux.

Top of page

Bibliography

Archives de la Province de France.

Bibliographies

Gabriel Ledos, Morceaux choisis et bibliographie de Lacordaire, Paris, Librairie des Saints-Pères, 1913. — Bernard Bonvin, « Connaître Lacordaire. Notes sur sa bibliographie », Documents pour servir à l’histoire de l’ordre de Saint-Dominique en France, 10, 1975, p. 41-44.

Principales notices de dictionnaire

Pierre Baron, « Lacordaire », Catholicisme, t. 6, Paris, 1967, 1568-1572. — Bernard Bonvin, André Duval, « Lacordaire », Dictionnaire de spiritualité, t. 9, Paris, 1976, p. 44.

Correspondance

Henri-Dominique Lacordaire, Correspondance, t. I (1816-1839) et t. II (1840-1846), répertoire établi par Guy Bedouelle et Christoph-Alois Martin, Éditions universitaires Fribourg, Suisse & Éditions du Cerf, Paris.

Prosper Lorain, Le R.P. Lacordaire, Paris, Sagnier et Bray, 1847. — Père Mourey, Dernière maladie et mort du R.P. Lacordaire, Toulouse, Privat, 1861. — Charles de Montalembert, Un moine au XIXe siècle, le père Lacordaire, Paris, Charles Douniol éditeur, 1862. — Père Bernard Chocarne, Le R.P. H.-D. Lacordaire, De L’Ordre des frères prêcheurs. Sa vie intime et religieuse, Paris, Librairie Poussielgue Frères, 1865. — Théophile Foisset, Vie du R.P. Lacordaire, deux tomes, Paris, Lecoffre, 1870. — Henri-Dominique Noble, La vocation dominicaine du P. Lacordaire, Paris, Lethielleux, 1914. — Henri-Dominique Noble, « Au pays d’enfance et de jeunesse du père Lacordaire », Année dominicaine, 1924. — Pierre Baron, La jeunesse de Lacordaire, Paris, Les Éditions du Cerf, 1961. — André Duval, « Le rapport du père Lacordaire au chapitre de la province de France (septembre 1854) », Archivum Fratrum Praedicatorum, vol. XXXI, 1961, p. 326-364. — André Duval, « Lacordaire et Buchez », Revue des sciences philosophiques et théologiques, juillet 1961, p. 422-455. — André Duval, « Les premiers entretiens du père Lacordaire et de l’abbé Jandel sur la restauration dominicaine en France (31 octobre 1839) », Archivum Fratrum Praedicatorum, vol. XXXVI, 1966, p. 493-542. — Montalembert, Catholicisme et liberté. Correspondance inédite avec le père Lacordaire, Mgr de Mérode et A. Falloux (1852-1870), Paris, Les Éditions du Cerf, 1970. — Ambroise-Marie Carré, Lacordaire et la liberté, Paris, Firmin-Didot, 1978. — Nicole Broquaire, Lacordaire à Rome (1831-1841), Rome, Instituto universitario pareggiato di Magistero Maria, 1981. — José Cabanis, Lacordaire et quelques autres. Politique et religion, Paris, Gallimard, 1982. — André Duval, « Lacordaire. Lettres à un jeune homme », La Vie spirituelle, novembre-décembre 1985, p. 580-601. — André Duval, « Lacordaire et Mgr de Quelen, 1836-1838 », Archivum fratrum praedicatorum, t. LVI, 1986, p. 381-428 ; t. LVII, 1987, p. 291-340. — André Duval, « Comment Lacordaire présente l'Ordre à son pays », La Vie spirituelle, janvier-février 1985, p. 80-103. — Bernard Bonvin, Lacordaire-Jandel. La restauration de l’Ordre dominicain en France après la Révolution. Suivi de l’édition originale et annotée du Mémoire Jandel, Paris, Éditions du Cerf, 1989. — « Lacordaire, Rome et l’Europe. Actes de la journée d’études (Rome, couvent de Sainte-Sabine, 14 mars 1989), Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, tome 101, 1, 1989. — Guy Bedouelle (éd.), Lacordaire, son pays, ses amis et la liberté des Ordres religieux, Paris, Éditions du Cerf, 1991. — Lacordaire-Montalembert, Correspondance inédite (1830-1861), Paris, Éditions du Cerf, 1989. — Gabriel-Georges Montserret, « Enseignant parce que prêcheur : Henri-Dominique Lacordaire », Mémoire dominicaine, 3, automne 1993, p. 37-48. — Louis Le Guillou et Nicole Roger-Taillade (éd.), Montalembert. Journal intime inédit, deux premiers tomes aux éditions du CNRS, huit tomes suivants aux éditions H. Champion. — « L’abbé Lacordaire », Mémoire dominicaine, 10, printemps 1997. — « L’abbé Lacordaire (1828-1838). Notes inédites sur les Conférences de Stanislas prises par François Lallier », Mémoire dominicaine, 10, juin 1997. — « Lacordaire écrivain », Mémoire dominicaine, 17,  2003. — Marie-Odile Munier (dir.), Lacordaire et quelques autres… Religion et politique, Toulouse, Presses de l’Université des Sciences sociales de Toulouse, 2003. — Peter-Martin Batts, Henri-Dominique Lacordaire’s Re-establishment of the dominican Order in Nineteenth-Century France, Lewinston (New-York), Queenston (Ontario), Lampeter (United Kingdom), The Edwin Mellen Press, 2004. — Guy Bedouelle, « Lacordaire, l’art et les artistes », Mémoire dominicaine, 19, 2005. — Anne Philibert, « Lacordaire et Rousseau », Revue d’histoire de l’Église de France, t. 92, 2006, p. 259-280. — Anne Philibert, Lacordaire et Lamennais (1822-1832). La route de la Chênaie, Paris, Les Éditions du Cerf, 2009. — Christoph-Alois Martin, « 1848. Lacordaire et l’opinion publique », Mémoire dominicaine, 28, janvier 2011. — « Lacordaire », Lumière & Vie, 289, janvier-mars 2011, dossier accessible en ligne : http://www.lumiere-et-vie.fr/crbst_347.html. — « Les critiques de Lacordaire. Une anthologie », Mémoire dominicaine, 28, décembre 2011. — Anne Philibert, Henri Lacordaire, Paris, Les Éditions du Cerf, 2016.

Top of page

Appendix

Le site Gallica offre un accès à certaines œuvres de Lacordaire : http://gallica.bnf.fr. — Articles dans Le Mémorial catholique, dans L’Avenir, dans L’Ère Nouvelle, dans Le Correspondant. — Œuvres du R.P.H.-D. Lacordaire, Paris, Poussielgue, 8 tomes, 1895-1900. — Henri-Dominique Lacordaire, Lettres à un jeune homme sur la vie chrétienne, Paris, Les Éditions du Cerf, 1988. — Henri-Dominique Lacordaire, Le « Testament » inachevé, Mémoire dominicaine, 4, printemps 1994. — Henri-Dominique Lacordaire, La liberté de la parole évangélique, Paris, Les Éditions du Cerf, 1996. — Henri-Dominique Lacordaire, Sainte Marie-Madeleine, Paris, Les Éditions du Cerf, 2005.

Œuvre posthume

Conférences prêchées à Nancy en 1842 et 1843, par le R. P. H.-D. Lacordaire, publiées par les soins du R. P. Tripier, 2 tomes, Pais, Poussielgue, 1900. — Sermons, Instructions et Allocutions, trois tomes, Paris, Poussielgue, 1900. — Henri-Dominique Lacordaire, « Le Testament inachevé » (texte intégral), Mémoire dominicaine, 4, printemps 1994.

Top of page

List of illustrations

Title Maison natale d’Henri Lacordaire
Caption Dessin reproduit dans la brochure de sœur Marie-Laetitia Villeneuve, intitulée La famille Lacordaire et Recey-sur-Ource.
Credits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1609/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.7M
Caption Lithographie de R. des Robert, fin 1837 lorsque Lacordaire prêche à Nancy, reproduite dans L’Année dominicaine de 1910, p. 37.
Credits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1609/img-2.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Caption Miniature ovale, lavis d’encre de chine sur papier, signée Madame Deliens, novembre 1839 reproduite dans L’Année dominicaine de 1910, p. 35.
Credits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1609/img-3.jpg
File image/jpeg, 708k
Credits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1609/img-4.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Caption Portrait peint par Théodore Chassériau dans le cloître de Sainte-Sabine à Rome. Selon Michel Albaric, Chassériau écrit de Rome à son frère Frédéric, le 9 novembre 1840 : « J’ai vu souvent l’abbé Lacordaire… je lui avais demandé de faire son portrait… Hier j’ai reçu une lettre de lui, où il accepte avec plaisir. C’est un homme qui, j’en suis certain, n’a pas fini de faire parler de lui. C’est un des esprits les plus profonds qui puisse y avoir en ce monde. J’avais besoin, de faire un beau portrait pour le Salon [de 1841]. Me voilà content… » Le tableau est au musée du Louvre depuis 1906.
Credits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1609/img-5.jpg
File image/jpeg, 620k
Title En chaire à Notre-Dame de Paris
Caption Gravure reproduite dans Paris romantique d’avril-juin 1835, p. 107.
Credits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1609/img-6.jpg
File image/jpeg, 1.8M
Title En chaire à Nancy en 1843
Caption Gravure reproduite dans Lacordaire en Lorraine 1843-1943 avec un texte du dominicain Augustin Souillard, intitulé « Station de Nancy (27 novembre 1842-30 avril 1843) », brochure éditée à Nancy en 1943.
Credits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1609/img-7.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Caption Élu à l’Assemblée nationale pour les Bouches-du-Rhône en 1848, Henri Lacordaire est représenté en habit dominicain avec, à la main, le journal L’Ère nouvelle qu’il vient de fonder (lithographie d’après un portrait au crayon).
Credits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1609/img-8.jpg
File image/jpeg, 608k
Title L’inauguration de sa statue De Lacordaire à Sorèze
Caption La statue d’Henri Lacordaire, « la main gauche appuyée sur l’épaule d’un jeune élève revêtu du costume de l’École, qui lève son regard vers le maître pour recueillir ses leçons », est l’œuvre d’un artiste lyonnais, M. Giraudet. Sculptée dans le marbre, son inauguration a lieu le 23 juillet 1888 au milieu d’une foule d’anciens élèves que le peintre Duolé a voulu immortaliser.
Credits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1609/img-9.jpg
File image/jpeg, 1.7M
Title Sur son lit de mort
Credits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1609/img-10.jpg
File image/jpeg, 972k
Top of page

References

Electronic reference

Anne Philibert, « LACORDAIRE Henri », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [Online], Notices biographiques, L, Online since 02 December 2016, connection on 27 May 2017. URL : http://dominicains.revues.org/1609

Top of page

About the author

Anne Philibert

Top of page

Copyright

© CEMS / IMM-EHESS

Top of page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • Revues.org