Navigation – Plan du site

La Sainte-Baume et la Province de Toulouse depuis 1865

Sous le patronage de sainte Marie-Madeleine : vicariat du couvent de Saint-Maximin depuis 1859, maison en août 1950, couvent en 2011
Olivier Chatelan

Résumé

La Sainte-Baume est, dans la tradition provençale, le lieu de la grotte de Marie-Madeleine devenu un sanctuaire et un lieu de pèlerinage sous la direction des frères dominicains depuis le XIIIe siècle. Pillée en 1793, sauvée du vandalisme par Jean-Baptiste Suzanne, marquis d’Albertas qui achète le « lot des pères » et a la satisfaction de voir aux lendemains du Concordat le pèlerinage reprendre, gardée successivement par des trappistes, des capucins puis des laïcs, elle est réhabilitée par l’Œuvre de restauration des lieux saints de Provence lorsqu’Henri-Dominique Lacordaire achète l’ancien et célèbre couvent de Saint-Maximin.
Les dominicains assignés à la grotte (le gardien et ses aides), ceux résidant à l’hôtellerie, à la maison de retraites de Béthanie ou au Centre culturel de la Sainte-Baume constituent une même communauté religieuse avec, suivant les époques, un ou plusieurs lieux de vie.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 13/10/2016.

Texte intégral

1Cette notice, loin de viser l’exhaustivité, souhaiterait donner quelques éclairages à la lumière des archives de la Province de Toulouse sur trois points structurants de l’histoire de la Sainte-Baume : la question de la propriété de la grotte et du périmètre géographique qualifiant la dénomination « Sainte-Baume » pour les dominicains ; les conflits récurrents liés au sanctuaire et à ses usages ; les multiples tentatives de réorganisation du site dans les deux décennies qui suivent la Libération. Parce qu’elles font l’objet de publications en cours, ne sont pas abordées dans cette présentation générale les questions relatives : au pèlerinage vers le sanctuaire ; aux aménagements réalisés depuis Henri-Dominique Lacordaire ; enfin au rôle qu’a pu ou non jouer le site de la Sainte-Baume dans le soutien ou au contraire dans la résistance aux autorités de Vichy lors de la Seconde Guerre mondiale.

La question de la propriété et de la dénomination

La Sainte-Baume v...La Sainte-Baume vue depuis l’hôtellerie

La Sainte-Baume vue depuis l’hôtellerie

Dessin de Jean Villeneuve, dominicain de la Province de France assigné à la Sainte-Baume, daté du 24 avril 1974, faisant partie de son journal (cahier n° 8) commencé le 25 septembre 1973 et terminé le 30 septembre 1974.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Qui est le propriétaire de la grotte et de ses alentours ? Derrière une évidence partagée par les acteurs de la période – la Sainte-Baume appartient aux dominicains de la Province de Toulouse depuis la création de celle-ci en 1865 – se cache une réalité plus complexe. Le problème se pose à vrai dire dès le provincialat du premier prieur Hyacinthe-Marie Cormier. Celui-ci s’inquiète du statut canonique des frères sur place alors qu’ils ne sont pas propriétaires du terrain sur lequel se trouve la grotte. En effet, le sanctuaire lui-même est sous la juridiction de l’évêque de Fréjus. Le provincial suggère à Mgr Jordany de mandater officiellement les dominicains au service de la grotte comme communauté spirituelle et régulière et lui envoie un modèle de l’acte juridique qu’il désire obtenir. La réponse manque dans la correspondance entre les deux prélats, aux Archives dominicaines de la Province de Toulouse comme dans celles du diocèse de Toulon, mais l’acceptation de Mgr Jordany a été vraisemblablement effective si l’on en croit deux documents : une lettre du père Cormier du 14 avril 1870 qui explique qu’« il [l’évêque] nous a déjà reconnus canoniquement rétablis à la Sainte-Baume » ; un inventaire des archives diocésaines de Fréjus-Toulon mentionnant une lettre (perdue) de Mgr Jordany datée du 16 juillet 1867 confiant la Sainte-Baume à l’Ordre des prêcheurs.

Entrée de la grot...Entrée de la grotte et du couvent

Entrée de la grotte et du couvent

Carte postale de l’entrée de la grotte à gauche et de la maison conventuelle à droite.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Les expulsions de la République anticléricale du début du siècle changent la situation. Au moment du départ forcé des frères de l’hôtellerie en 1903, le père Marie-Étienne Vayssière reste à la grotte mais avec le titre de « vicaire de Nans » nommé par l’évêque de Fréjus, de qui il relève. Après la promulgation de la loi de Séparation de décembre 1905, le problème juridique de la grotte met plusieurs années à se régler : en novembre-décembre 1910, la grotte « et ses dépendances » sont dévolues à la commune du Plan-d’Aups et le père Vayssière contracte avec la municipalité un bail en location des immeubles de la grotte d’une durée de quinze ans. Deux rapports du père Henri de Bienassis, en octobre et novembre 1964, confirment que la grotte est un bien communal. Et ce, bien que le père Gabriel Bonnevialle affirme dans un rapport de 1962 que « la Province est propriétaire des biens mobiliers et immobiliers de la Sainte-Baume selon le statut juridique défini par le Provincial et son conseil, selon les dispositions canoniques », avant de reconnaître que « cette situation doit être parfaitement mise à jour s’il y a lieu et relève de la compétence du conseil provincial ». Cependant, la Sainte-Baume ne se réduit pas à la grotte : en bas, à une demi-heure de marche, ont été bâtis plusieurs sites ou bâtiments dont l’articulation problématique au cours du siècle est la vraie raison du souci des pères : l’hôtellerie, la ferme de Giniez et la maison Nazareth pour retraitants. Ce sont ces cinq lieux (si l’on inclut la grotte et le petit couvent attenant) qui forment l’ensemble appelé « Sainte-Baume ». Ils dépendent de l’Ordre – au moins sur le plan religieux – et sont le théâtre d’imbroglios et de conflits que tentent de régler à distance, non sans mal, les autorités toulousaines.

L’hôtellerie actu...L’hôtellerie actuelle vue de la grotte

L’hôtellerie actuelle vue de la grotte

Ensemble des bâtiments (bâtiments d’accueil, chapelle, cimetière, réfectoire) constituant l’hôtellerie en 2014.

Photographie d’Olivier Chatelan/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4Un tour d’horizon des différents sites s’avère indispensable. L’hôtellerie d’abord. Bâtie sur des terres acquises par l’Œuvre pour la restauration des lieux saints de Provence afin de remplacer un hospice de l’époque pré-révolutionnaire, elle fait l’objet d’une liquidation au moment des expulsions et passe entre les mains d’un certain Pierre Émile Pédone en 1908. Celui-ci la fait remettre en état en janvier 1911. Pedone mobilisé, l’hôtellerie est fermée en août 1914 et rouvre ponctuellement pendant la guerre dans des conditions difficiles mais fonctionne de façon certaine à partir de mai 1920 si l’on en croit les papiers du père Vayssière. Afin d’éviter qu’en cas de décès de M. Pédone les bâtiments ne passent dans les mains d’un tiers, une « Société anonyme de l’hôtellerie de la Sainte-Baume », sise à Marseille et au sein de laquelle Pédone est actionnaire majoritaire, est constituée le 28 janvier 1924 et déclarée en préfecture le 6 février suivant. En 1930, la fin de contrat entre la société et le directeur Mouren fait état d’un mobilier pour la restauration et l’hébergement, d’un magasin de piété, d’une cave et d’une boutique d’alimentation, d’une camionnette Renault en mauvais état et d’un cheptel de deux vaches et onze chèvres. […]. En 1948, une riche donatrice, Paule Martin, au moment d’entrer au couvent cède plusieurs propriétés à la Société anonyme de l’hôtellerie – une maison d’habitation et trois immeubles sis à Toulon.

L’oratoireL’oratoire

L’oratoire

Carte postale de l’oratoire situé sur le chemin entre l’hôtellerie et la grotte.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5En 1913, Pierre Émile Pédone achète le domaine de Giniez, deuxième site de la Sainte-Baume. L’acquisition de ce terrain contigu à l’hôtellerie lui permet de contrecarrer tout projet de concurrence. L’exploitation agricole est un appoint pour l’hôtellerie bien que les informations manquent pour en connaître véritablement la valeur. Il semble toutefois que c’est pendant la Seconde Guerre mondiale que les activités de la ferme sont pleinement développées. Gabriel-Marie Piprot d’Alleaume, vicaire de la Sainte-Baume à partir de mai 1941, achète un troupeau d’une trentaine de moutons. L’élevage des ovins est fortement encouragé par le département du Var afin de parer aux difficultés de ravitaillement et de transport des marchandises. En octobre 1943, c’est le domaine dit du « Grand Giniez » (106 hectares) jouxtant l’hôtellerie qui est acheté, afin de régler plusieurs questions préoccupantes pour l’avenir : empêcher le morcellement possible des terrains situés entre la route et la forêt ; éviter des voisins indésirables ; surtout, le transfert d’une partie des activités agricoles vers la ferme permet de libérer de l’espace dans l’hôtellerie et de la réorganiser. Le vendeur est Édouard Trouin, notable du Plan-d’Aups, héritier d’un cabinet d’expert-géomètre, chroniqueur au journal Je suis partout. C’est lui qui proposera après guerre à l’architecte Le Corbusier de construire autour de la grotte une basilique souterraine.

6Troisième composante de la Sainte-Baume : Nazareth. C’est Marie-Étienne Vayssière qui a fondé cette maison pour retraitants appelée « Nazareth du Sacré-Cœur », construite en face de l’hôtellerie. Elle fait suite à une « œuvre de retraites de Bethléem » à destination de tertiaires, accueillie au Plan-d’Aups par Madame Martin, que le père avait créée en 1919 avec l’approbation de l’évêque de Fréjus et à la demande du provincial Hilarion Tapie en 1917. Les travaux de construction démarrent en novembre 1927 et la maison ouvre pour la première fois en juin 1929. Le père Vayssière finance le chantier par des souscriptions. Le succès de ces retraites individuelles et collectives semble immédiat, en tout cas pendant la période estivale. Toutefois, les relations entre Nazareth et l’hôtellerie se dégradent rapidement. Dès novembre 1941 est étudiée la possibilité juridique de dissocier l’œuvre de Nazareth de la société de l’hôtellerie. Le 17 juillet 1943 est créée l’association des « Amis de la Sainte-Baume » dont le siège est à Nazareth et dont le but officiel est de « maintenir et développer les traditions religieuses et historiques de la Sainte-Baume ». Une Lettre aux Amis de la Sainte-Baume, trimestrielle, est tirée à un millier d’exemplaires.

Deux conflits récurrents

7On se contentera ici d’examiner deux conflits récurrents dans lesquels est mêlée l’hôtellerie de la Sainte-Baume : d’une part celui qui fait intervenir les sœurs de Monteils ; d’autre part, celui qui l’oppose à Nazareth.

La Sainte-Baume n...La Sainte-Baume nichée au creux de la roche

La Sainte-Baume nichée au creux de la roche

Photographie de la Sainte-Baume prise de l’arrière de l’hôtellerie.

Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8Le premier conflit d’autorité met aux prises la direction de l’hôtellerie et les Sœurs de Monteils. À l’époque du père Vayssière, la congrégation des dominicaines de Notre-Dame du Très-Saint-Rosaire (de Monteils) avait initialement envoyé quelques religieuses pour aider les pères dans la réception du pèlerinage de la Sainte-Baume en prenant en charge certaines tâches (comme la lingerie) et pour diriger en parallèle une petite école de jeunes filles des environs. Elles assistaient le directeur et propriétaire de l’hôtellerie, M. Pedone. Il semble que des tensions et des difficultés avec les religieux aient existé dès cette époque. L’Ordre tire cependant profit de la présence des sœurs : une atmosphère religieuse à l’hôtellerie est ainsi préservée. Au moins en apparence en tout cas, car l’esprit critique des sœurs pose quelques difficultés aux pères, auquel s’ajoute selon eux un manque de compétence dans la direction du personnel.

9Un premier différend oppose en 1940 le gardien de la grotte, le père Louis-Bertrand Tersteg, à mère Agnès, qui dirige la petite communauté qui travaille à l’hôtellerie. La seconde accuse le premier de bénéficier gratuitement des services de ravitaillement. Face à ces difficultés révélatrices de problèmes de fond sur l’ensemble du site, le chapitre provincial prend deux décisions, en novembre puis décembre 1940 : d’une part, l’hôtellerie devra assurer son autonomie financière sans rien attendre de la province ; d’autre part, le provincial doit reprendre entièrement le problème de la Sainte-Baume afin de redonner à celle-ci l’esprit de sa restauration par Henri-Dominique Lacordaire. En mai 1941, après enquête personnelle, le provincial crée un comité d’étude et de direction de la Sainte-Baume qui se compose de quatre membres : le prieur du couvent de Marseille, Réginald de Parseval (président), le prieur de Saint-Maximin, Jean-Marie Henri-Rousseau, le père François Glatz (de Saint-Maximin également) et Gabriel-Marie Piprot d’Alleaume, nommé « supérieur de la Sainte-Baume et délégué du comité sur place ». Celui-ci garde également le titre de « vicaire » de la Sainte-Baume. Il continue de résider à Béthanie comme aumônier des sœurs mais, sur le plan religieux, il dirige l’ensemble formé par la grotte, l’hôtellerie et les dominicains qui s’y trouvent. En revanche, le règlement de l’« affaire de l’hôtellerie » est du ressort du comité.

10Il faut dire que la situation est grave : le provincial Étienne Dupuy qui vient de séjourner à la Sainte-Baume en conclut qu’« on ne reconnaît que très peu l’autorité du prieur provincial parce qu’il est dans l’impossibilité pratique d’en user » et qu’« il est impossible de savoir qui commande : provincial ? Sœurs ? Administrateurs ? » Le but affiché est de transformer l’hôtel en « foyer d’accueil chrétien ». Une réunion du comité avec les administrateurs de la SA de l’hôtellerie le 11 juin 1941 confirme que la situation est des plus confuses : la SA elle-même ne possède pas de chiffres exacts et « le manque de contrôle et d’ordre ne permet de se rendre compte de bénéfices comme des pertes ». Afin de renforcer la présence dominicaine sur place, des permanences tournantes sont organisées pour l’été 1941. Une réorganisation est donc proposée en redéfinissant les tâches pour chaque religieuse. Cependant, les discussions engagées par Gabriel-Marie Piprot d’Alleaume et Réginald de Parseval auprès de mère Agnès à l’hôtellerie tournent cours : tout changement de direction est refusé. Pour obtenir gain de cause, le père Piprot d’Alleaume se rend trois fois à Monteils, en octobre-novembre 1941, début octobre 1942 et début juin 1943 afin de rencontrer la supérieure, mère Alexandra. Celle-ci accepte de procéder à un « remaniement », puis donne son accord pour désengager mère Xavier de l’administration de l’établissement. Pourtant, cette dernière est manifestement toujours très présente après-guerre. Elle est contestée, de même que le père Raphaël Bernard. À une date qui n’a pu être établie avec précision (début des années 1950 ?), les dominicains font le choix de se séparer des sœurs de Monteils pour la gestion de l’hôtellerie.

11Dans les années 1950, un second conflit empoisonne la vie des pères sur le plateau : il s’agit des relations difficiles entre Nazareth et l’hôtellerie. Il faut dire que l’activité d’accueil des retraitants souffre d’une tutelle de fait de l’hôtellerie qui assure la prise en charge matérielle quasi quotidienne des retraitants (repas chez les sœurs, entretien de Nazareth). Alors que le prieur provincial a assigné le père Jean-Hervé Nicolas à la direction de la maison de retraites et le père Emmanuel Rabolin à celle de l’hôtellerie, le premier se plaint des intrusions du second en son absence : consultation du cahier des comptes des pensionnaires à son insu, stockage des marchandises de l’hôtellerie au rez-de-chaussée de la maison de retraites. La situation se détériore à un point tel que tout dialogue devient impossible. Les écarts de comportement du père Rabolin, rapportés par plusieurs religieux et visiteurs et dont l’écho se fait entendre jusqu’à Rome, font par ailleurs du tort à la réputation de la Sainte-Baume et alertent le chapitre provincial, qui demande une enquête dont est chargé le père Gabriel Bonnevialle. Intitulée « Pour une gestion de l’hôtellerie de la Sainte-Baume compatible avec notre vie religieuse dominicaine » (juin 1957), elle conclut à une dérive fâcheuse : l’Ordre se trouve entraîné dans une activité de propriétaire foncier et de direction d’un établissement de commerce jugé contraire à la volonté et à l’esprit de son fondateur. Le spirituel s’en trouve sacrifié au profit du temporel. À la fin de l’année 1950, Jean-Hervé Nicolas fait une demande officielle au provincial pour rendre Nazareth indépendante de l’hôtellerie.

Les tentatives de réorganisation du site

Projet d’aménagem...Projet d’aménagement de l’intérieur de la grotte

Projet d’aménagement de l’intérieur de la grotte

Dessin à l’encre de Chine signé Grinda, architecte de l’autel et du rocher de la pénitence de Marie-Madeleine dans la grotte.

Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

12Il faut donc agir. En 1954, le chapitre provincial tente de clarifier une première fois la situation. Il est décidé que la grotte et l’hôtellerie forment une seule maison dominicaine (domus non formata), la « Maison Sainte-Marie-Madeleine de la Sainte-Baume ». Elle a un supérieur unique (vicarius loci). Emmanuel Rabolin est nommé supérieur. L’entretien des bâtiments et la fourniture des repas sont assurés et facturés par l’hôtellerie mais la caisse de la maison de retraites est gérée directement par le permanent qui doit rendre des comptes à la procure du couvent de Saint-Maximin. Cependant, dès 1955, Jean-Hervé Nicolas réitère ses plaintes : il fait état de tracasseries incessantes liées au paiement de l’électricité (le compteur EDF est commun avec l’hôtellerie), au ravitaillement en eau (problématique sur le plateau), à la déclaration au fisc ou encore à l’installation d’un poulailler dans le foyer Saint-Joseph destiné à l’accueil des groupes : des odeurs nauséabondes gênent les visiteurs. La porte de communication entre les deux bâtiments a dû être murée. En juillet de la même année, le père Nicolas est autorisé à créer une association, Les Amis de Nazareth, afin d’assurer l’indépendance juridique et financière de l’œuvre de retraites qui connaît un succès croissant. Mais en 1956, lorsque Henri de Bienassis est nommé représentant à Nazareth du couvent de Saint-Maximin et qu’il est installé en mai à la Sainte-Baume par le prieur Ceslas Courtès, les tensions sont vives avec le personnel, qui démissionne sur le champ. Une nouvelle association dénommée « Nazareth-Sainte-Baume » voit le jour le 1er avril 1962. Cette association compte environ 150 adhérents en septembre 1963 et son comité de direction se compose à cette date de pères dominicains (Thomas Suavet, Jacques Cortade, Henri Jarrié*), mais est présidée par un laïc, M. Pellissier, secondé par un secrétaire, le père Max Bart.

13Cependant, le « problème Sainte-Baume » ne tarde pas à resurgir. Après le rapport de Thomas Lacrampe (septembre 1957) qui met en évidence les insuffisances de la direction d’Emmanuel Rabolin à l’hôtellerie, un Conseil a été mis en place par le chapitre provincial (décisions du 10 septembre 1957). Ce Conseil spécial est placé sous la présidence du prieur provincial. Toute extension de la maison de retraites est repoussée dans la mesure où la province doit coordonner la Sainte-Baume avec une autre maison de retraites qui vient d’ouvrir, celle de Fanjeaux.

14En mars 1962, deux lettres de la Curie généralice s’inquiètent du problème financier de la Sainte-Baume et demandent de privilégier l’option de la vente de l’hôtellerie et de la ferme. Le socius francophone du maître général Michael Browne, le Belge Nicolas Gobert, agit en pragmatique :

J’insiste pour qu’on s’oriente dans le sens de la vente, pourvu que ce soit à une communauté religieuse ou à des gens disposés à respecter le caractère spécial de cette maison d’accueil au service des pèlerins de la Grotte. L’expérience nous montre que cette affaire n’est pas rentable pour nous, qu’elle nous cause beaucoup d’ennuis, et d’autre part, nous avons grand besoin d’argent comptant. En tout cas, la formule de la gérance actuelle ne peut être maintenue.

15À sa demande se met alors en place une commission de la Sainte-Baume présidée par Étienne Dupuy et chargée de réfléchir à une nouvelle articulation entre les lieux de la Sainte-Baume. Cette commission Dupuy est cependant distincte de la commission spécialement chargée de la vente de l’hôtellerie !

16C’est alors que la Sainte-Baume devient l’épicentre d’une crise certes limitée dans ses effets, mais révélatrice d’un état d’esprit de fronde chez les pères en charge du site du Plan-d’Aups. En effet, des membres de la commission Dupuy ne partagent pas le projet de vente de l’hôtellerie et le font savoir. Max Bart en particulier y voit une trahison de l’héritage dominicain du lieu. Par ailleurs, des membres de la Société de l’hôtellerie ont démissionné.

17S’en suit un nouveau rapport rédigé par Gabriel Bonnevialle en juin 1962. Faisant le constat que « de fait, une partie importante de l’ensemble, l’hôtellerie, a toujours fait plus ou moins problème et [que] les diverses solutions se sont avérées insuffisantes », que « les divers types de gestion ont soulevé des critiques souvent sévères » et que « la mésentente entre les trois maisons (grotte, hôtellerie, Nazareth) a souvent régné, interdisant du même coup un travail d’équipe et un esprit de charité », Gabriel Bonnevialle en conclut qu’« il ne suffit pas de changer les personnes mais les structures ». Or, pour le père, la faute en incombe à une hôtellerie devenue entreprise entièrement sécularisée et dépourvue de toute finalité apostolique. À ses yeux, il faut donc « refondre l’ensemble hôtellerie-Nazareth dans un centre unique » à finalité essentiellement spirituelle… à l’inverse de la réorganisation de 1954-1956 ! Le père a en tête le modèle du couvent dominicain d’Éveux dans la Province de Lyon, qui vient d’être construit (1956-1960) : la Sainte-Baume doit pouvoir rayonner comme Centre de formation intellectuelle et spirituelle au-delà de la région marseillaise, sur toute la partie orientale de la province qui se trouve éloignée de Toulouse.

18Ce rapport est adopté en juin 1962 par Dupuy, président de la commission, mais il est sévèrement critiqué par une note du père Éphrem Lauzière datée du 9 juin. Le 25 octobre 1962, le provincial décide de créer une nouvelle commission de la Sainte-Baume qui travaille sur les bases des résultats de la première commission. Mais la composition des membres de cette seconde commission est modifiée. Elle réunit les pères Étienne Dupuy, Louis-Marie Bouhier, René Bonnet, Gabriel Bonnevialle, Jean-Hervé Nicolas et Raphaël Weijers et produit un nouveau document. Cette fois, c’est Henri Jarrié qui s’étonne que les pères assignés à la Sainte-Baume (Max Bart en tête) ne fassent plus partie de la nouvelle commission.

19Ce nouveau rapport de la fin de l’année 1962 conclut à la nécessité de créer un vaste ensemble intitulé Centre culturel et spirituel pour le Sud-est. La solution envisagée tient en trois points. D’une part, la gérance de l’hôtellerie serait confiée, moyennant un contrat, à une directrice laïque dépendant de la Cadenelle, une école de formation hôtelière de Marseille. Sa fondatrice, Mademoiselle Gravitz, se présente comme une fille spirituelle du père Vayssière. Les prises de contact avec Gabriel Bonnevialle ont été excellentes. D’autre part, les religieux présents à la Sainte-Baume constitueraient une maison filiale du couvent de Marseille mais géreraient une œuvre pour la Province de Toulouse. Enfin le Centre spirituel et culturel serait dirigé par un directeur nommé par le provincial et assisté d’un comité de direction.

20Une fois encore cependant, ce montage institutionnel ne voit pas le jour. Lors d’une réunion à la Sainte-Baume le 29 septembre 1963 entre toutes les parties concernées, religieuses et laïques (provincial, pères, association Nazareth, Société anonyme de l’hôtellerie, directeur de l’hôtellerie), plusieurs éléments apparaissent. D’une part, l’association Nazareth, forte d’une fréquentation en hausse des retraites, dit souhaiter jouer pleinement son rôle dans la prise de décisions sur le site. D’autre part, un changement de directeur de l’hôtellerie vient d’intervenir : M. Fornes remplace M. Decaud. Il n’est pas question de la Cadenelle et aucun représentant de cette institution n’est présent ou excusé. Enfin, la situation juridique et financière de la ferme n’est pas claire. C’est cependant peu après que le chapitre provincial décide que la Maison Sainte-Marie-Madeleine de la Sainte-Baume soit transformée en une maison filiale du couvent de Marseille. Gabriel Bonnevialle est nommé directeur du Centre de retraites spirituelles et de sessions à partir du 1er novembre 1963. Mais – ultime rebondissement – celui-ci refuse de prendre cette charge, au vu de la « dégradation de la situation » sur place et des agissements de Max Bart. Deux jours plus tard, le 14 juillet, le chapitre provincial nomme Jacques Cortade pour assurer l’intérim avant la prise de fonctions de directeur conservée à Gabriel Bonnevialle. Celui-ci finalement s’acquitte de sa tâche mais à partir du 1er juillet 1964 (décision du chapitre provincial du 3 juin 1964).

Vue depuis la Sai...Vue depuis la Sainte-Baume

Vue depuis la Sainte-Baume

Photographie prise de la Sainte-Baume en direction de la Sainte-Victoire et du pays aixois. On distingue en contrebas, à gauche, les bâtiments de l’hôtellerie.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

21À partir de décembre 1966 s’ouvre une nouvelle période pour la Sainte-Baume : en effet, à cette date, dans le sillage d’un plus grand rayonnement du lieu est créé par le père Georges Morelli le Centre international de la Sainte-Baume (CISB). Entre 1970 et 1973, onze dominicaines des Tourelles viennent s’installer à la Sainte-Baume. La Société hôtelière cède des locaux au CISB par un contrat de prêt qui court jusqu’au 1er janvier 1992. Ces années 1970 sont marquées par la forte personnalité du père Philippe Maillard qui donne une nouvelle impulsion culturelle à la Sainte-Baume : construction d’une chapelle, accueil d’artistes, organisation d’un festival de cinéma chrétien. En 1981, le mariste Bernard Rerolle aidé par le dominicain Jean-Yves Leloup prend la direction du CISB. En 1983, la communauté dominicaine de la Sainte-Baume se compose de cinq membres sous la direction d’Antoine Fournier, gardien de la grotte. Pendant l’été 1985, des tensions opposent la Province de Toulouse et le CISB sur la composition de l’équipe de direction : la candidature du frère André Lendger proposée par le chapitre est écartée par le Centre international. En janvier 1986, le Conseil d’administration relève André Lendger de la vice-direction du CISB. À la même époque, le chapitre provincial est informé que Jean-Yves Leloup est marié et père d’un enfant. Il n’est plus considéré comme dominicain et il est sommé de démissionner de toutes ses fonctions au CISB et de quitter les locaux occupés par les religieux à la Sainte-Baume. Les sympathisants du Centre international prennent sa défense. La rupture est consommée entre l’Ordre et le CISB et la crise est rendue publique dans la presse. Le 19 mai 1986, un communiqué commun du provincial de Toulouse et de l’évêque de Fréjus-Toulon déclare qu’ils n’apportent plus leur caution au caractère chrétien du CISB. Le Centre international s’oriente de plus en plus vers le dialogue entre les religions alors que les dominicains tentent de reprendre pied sur le terrain par des ministères de proximité avec le soutien de l’évêque local, ainsi qu’à la grotte. Fin 1987, l’équipe de direction du CISB se retire et en 1988, les deux parties amorcent un dialogue. Lors de son assemblée générale de juillet 1989, le CISB décide de libérer les locaux de la Sainte-Baume pour le 31 décembre 1989.

22Les dominicains ont depuis leur retour en Provence le désir de faire de ce lieu un véritable centre de rayonnement, spirituel et intellectuel, à l’échelle de la région apostolique et même au-delà. Ce rêve lancinant mais stimulant porté par des personnalités y compris extérieures à l’Ordre, qui suppose une direction unique du lieu et des financements plus conséquents, coexiste avec les intérêts parfois contraires de la Province de Toulouse ou du maître général.

Haut de page

Sources

Archives de la Province dominicaine de Toulouse. — Marie-Dominique Poinsenet, Sur la route…, sans ambages. Père Marie-Étienne Vayssière o.p. 1864-1940, Paris,Éditions SOS, 1974. — Guy Bedouelle, « La réinvention de la Provence dominicaine par Lacordaire », Le couvent royal de Saint-Maximin, Mémoire dominicaine, 8, printemps 1996, p. 75-84. — Bernard Montagnes, « Marie-Madeleine et l’Ordre des prêcheurs », Le couvent royal de Saint-Maximin, Mémoire dominicaine, 8, printemps 1996, p. 87-100. — Bernard Montagnes, « Le pèlerinage à Marie-Madeleine en Provence », Marie-Hélène Froeschlé-Chopard (dir.), Itinéraires pèlerins de l’ancienne Provence, Marseille, La Thune, 2002, p. 65. — Françoise Caussé, La revue L’Art sacré. Le débat en France sur l’art et la religion (1945-1954), Paris, Les Éditions du Cerf, 2010. — Tangi Cavalin et Augustin Laffay, « La présence dominicaine à Saint-Maximin depuis Lacordaire. Repères chronologiques, 19e-20e siècles », note inédite, 2015.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La Sainte-Baume vue depuis l’hôtellerie
Légende Dessin de Jean Villeneuve, dominicain de la Province de France assigné à la Sainte-Baume, daté du 24 avril 1974, faisant partie de son journal (cahier n° 8) commencé le 25 septembre 1973 et terminé le 30 septembre 1974.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1584/img-1.png
Fichier image/png, 757k
Titre Entrée de la grotte et du couvent
Légende Carte postale de l’entrée de la grotte à gauche et de la maison conventuelle à droite.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1584/img-2.png
Fichier image/png, 745k
Titre L’hôtellerie actuelle vue de la grotte
Légende Ensemble des bâtiments (bâtiments d’accueil, chapelle, cimetière, réfectoire) constituant l’hôtellerie en 2014.
Crédits Photographie d’Olivier Chatelan/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1584/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre L’oratoire
Légende Carte postale de l’oratoire situé sur le chemin entre l’hôtellerie et la grotte.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1584/img-4.png
Fichier image/png, 446k
Titre La Sainte-Baume nichée au creux de la roche
Légende Photographie de la Sainte-Baume prise de l’arrière de l’hôtellerie.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1584/img-5.png
Fichier image/png, 932k
Titre Projet d’aménagement de l’intérieur de la grotte
Légende Dessin à l’encre de Chine signé Grinda, architecte de l’autel et du rocher de la pénitence de Marie-Madeleine dans la grotte.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1584/img-6.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Vue depuis la Sainte-Baume
Légende Photographie prise de la Sainte-Baume en direction de la Sainte-Victoire et du pays aixois. On distingue en contrebas, à gauche, les bâtiments de l’hôtellerie.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1584/img-7.png
Fichier image/png, 941k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Olivier Chatelan, « La Sainte-Baume et la Province de Toulouse depuis 1865 », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices géographiques, mis en ligne le 13 octobre 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://dominicains.revues.org/1584

Haut de page

Auteur

Olivier Chatelan

Notices du même auteur

  • TURIN Gabriel [Texte intégral]
    TURIN Laurent à l'état civil ; TURIN Gabriel en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, T
  • SUAVET Thomas [Texte intégral]
    SUAVET Maurice Eugène à l’état civil ; SUAVET Thomas en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, S
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • Revues.org