Navigation – Plan du site

BOULAY Thomas

BOULAY Paul Michel Marie Eugène à l’état civil ; BOULAY Thomas en religion
Tangi Cavalin

Résumé

Né le 25 août 1903 à Sedan (Ardennes), mort le 28 juillet 1987 à Toulouse (Haute-Garonne).
Missionnaire en Algérie, prieur du couvent d’Alger (1951-1957).

Haut de page

Historique

Notice validée le 13/02/2015 et mise en ligne le 21/04/2015.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 22 septembre 1922 à Amiens
• Profession simple : 23 septembre 1923 à Amiens
• Profession solennelle : 26 septembre 1927 au Saulchoir de Kain (Belgique)
• Ordination sacerdotale : 25 juillet 1928 au Saulchoir de Kain (Belgique)

Réunion familiale...Réunion familiale, 1947

Réunion familiale, 1947

Sur les sept enfants de Lucien et Berthe Boulay, trois entrent dans le clergé, au grand réconfort de leurs parents : le premier à gauche, Thomas, l’aîné, est dominicain, celui du milieu est trappiste à Cîteaux et celui de droite prêtre diocésain. Les réunions familiales, à Sedan, sont l’occasion de manifester, devant l’appareil du photographe, cet accord profond d’une mère et de ses fils.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

1C’est le prénom de Michel que choisissent Lucien Boulay (1874-1964) et son épouse Berthe (1877-1957), née Laporte, fille d’un boucher du lieu, pour le baptême du premier de leurs sept enfants, né au 35 de la rue du Ménil à Sedan, dans les Ardennes. L’usage familial impose cependant celui de Paul. L’enfant grandit dans une famille très pieuse de commerçants quincaillers. Après des études secondaires au petit séminaire de Reims à l’issue desquelles il obtient son baccalauréat en 1920, il opte – sous l’influence de l’abbé Daniel-Joseph Lallement qui l’initie au thomisme – pour le sacerdoce, frayant la voie à deux de ses frères dont l’un sera diocésain et l’autre trappiste (Jean Bosco). Après deux ans au grand séminaire de Reims, il reformule sa vocation en entrant au noviciat dominicain d’Amiens où, lors de la cérémonie de vestition à laquelle assiste l’abbé Lallement, il est renommé « frère Thomas », prénom auquel il s’attache définitivement par admiration pour saint Thomas d’Aquin.

Au couvent du Hav...Au couvent du Havre entre 1928 et 1930

Au couvent du Havre entre 1928 et 1930

Après ses études au Saulchoir de Kain en Belgique, Thomas Boulay complète sa formation au couvent du Havre où il s’initie à la prédication. Pris lors d’une visite du provincial, Martin-Stanislas Gillet (assis au centre), ce cliché donne à voir une communauté dominicaine dans laquelle la spécificité de chacun (religieux prêtres, religieux convers, tertiaires) est immédiatement identifiable.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Après des études au couvent du Saulchoir de Kain (1923-1928) et une formation supplémentaire au couvent du Havre (1928-1930), il entame un ministère de prédication à Amiens (octobre 1930-juillet 1932), qu’il poursuit jusqu’à la guerre, à Paris, au couvent du Saint-Sacrement. À partir de 1937, sur la requête de Jourdain Padé, son provincial, il assiste Damien de Sélancy dans l’apostolat du Rosaire dont il assure le rayonnement auprès des enfants des écoles catholiques et des patronages. Il préconise à cette fin, dans une lettre de juillet 1938 au maître général de l’Ordre, d’assouplir les règles qui régissent le nombre de rosaristes nécessaire pour constituer un groupe et d’adapter le programme de méditation à la sensibilité enfantine. Ces recommandations pédagogiques reçoivent l’aval de Martin Gillet, puis de la Province de France lors de son chapitre d’octobre 1938 au cours duquel il est reconduit dans ses fonctions jusqu’à la guerre.

Thomas Boulay et ...Thomas Boulay et François Mitterrand caricaturés au Stalag de Ziegenhain

Thomas Boulay et François Mitterrand caricaturés au Stalag de Ziegenhain

Dessinées par Jacques Biget au Stalag IX A où Thomas Boulay et François Mitterrand se sont côtoyés en 1941, ces caricatures ont été reliées dans un album offert au dominicain. Chaque prisonnier croqué a accompagné son portrait d’un texte de dédicace.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Caporal de réserve, il est mobilisé dès le 24 août 1939 sur la ligne Maginot, à Dun-sur-Meuse (Meuse). Il est fait prisonnier en juin 1940 et maintenu en captivité, au stalag IX-A, près de Ziegenhain (Rhénanie-Palatinat), jusqu’en 1943. À l’espoir d’être libéré rapidement succède, sans doute dès le printemps 1941, la certitude que l’internement ne peut être écourté comme il l’est pour les aumôniers militaires qui, assimilés au service de santé, sont alors rapatriés. Puisqu’il en est ainsi, il lui faut, comme aumônier de camp, œuvrer au bien spirituel de ses compagnons d’infortune en leur dispensant cours, conférences et sermons (François Mitterrand est, en 1940-1941, l’un de ses fidèles auditeurs). La lecture de sa correspondance laisse cependant deviner des débuts difficiles à cet apostolat entravé par l’isolement (seul de sa famille religieuse, Réginald de Metz est à proximité, sans pour autant que les contraintes de l’internement permettent aux deux hommes de se voir longuement) et la fatigue qu’inflige un emploi de manutention en kommando (« Tout travail intellectuel m’est devenu à peu près impossible. Une réunion hebdomadaire avec [des] séminaristes […] est tout ce à quoi se réduit mon activité », confie-t-il à son provincial en avril 1943). Malgré les amitiés qui se nouent avec quelques-uns et l’estime que suscite son éloquence, la captivité est le moment d’une prise de conscience de l’ampleur du fossé qui sépare le prêtre de la plupart des prisonniers : s’ils sont encore relativement nombreux à pratiquer (Thomas Boulay estime qu’un tiers de ses camarades de camp assiste à la messe et qu’un dixième communie), ils manifestent un christianisme formel et occasionnel sans lien avec leur vie réelle. Le ministère apostolique est rendu plus difficile encore par le fait que, face aux « protestants, aux instituteurs, aux communistes », le prêtre est parfois mal venu à prêcher : « Il est dur de faire toucher Dieu par des gens matérialisés à l’excès, de faire régner la vraie charité dans un milieu où tout contribue à enraciner la haine. »

Jocistes requis e...Jocistes requis en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale

Jocistes requis en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale

Lorsque Thomas Boulay est affecté à Ihringshausen, il devient « officieusement » l’aumônier des jocistes que le STO a envoyés dans son camp de travail. L’insigne jociste que les hommes portent à la boutonnière marque leur volonté de témoigner de leurs convictions chrétiennes. Dans cette photo, prise en 1944, on aperçoit au mur, à gauche de Thomas Boulay, un calendrier de la JOC, comme dans un local jociste français.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4Un nouveau champ d’action sur le sol allemand, plus fécond, s’ouvre en 1943 : les besoins en main-d’œuvre du Reich permettent à Thomas Boulay d’échanger son statut de prisonnier militaire contre celui de travailleur, à Ihringshausen, dans la banlieue de Kassel (Hesse). L’arrivée de nombreux civils, jeunes « requis » du STO, confère au prêtre un rôle éminent, formant et instruisant le soir et le dimanche, à leur demande, les militants jocistes qui, dans son secteur, se distinguent par leur dynamisme et structurent leur organisation : « Me voici promu au rang d’aumônier régional ! », écrit-il, quelque peu surpris, à son provincial en octobre 1943. Cette expérience sacerdotale en terre allemande, aussi exceptionnelle soit-elle sur le moment, ne l’amène pas à reconsidérer les modalités de son apostolat de prêcheur lorsqu’il regagne la France en avril 1945.

5Son passage à Paris, au couvent du Saint-Sacrement, est bref. En dépit de son goût pour la vie dans la capitale, il consent – en accord avec l’idée qu’il se fait de sa vocation et de ses aptitudes – à un ministère de prédication, en Algérie. Il est assigné, le 8 septembre 1945, à la maison d’Alger installée depuis 1932 dans un ancien pensionnat de la rue Édith-Cavell, où il arrive, en décembre, précédé de la réputation d’être un homme aguerri par l’épreuve de la captivité. Renouant avec son expérience parisienne de l’avant-guerre, il impulse, dès mai 1946, l’apostolat du Rosaire à Alger : « Je crois, confie-t-il alors au provincial, à l’efficacité du Rosaire partout, plus ici peut-être qu’ailleurs car le milieu européen est profondément déchristianisé ; quant au milieu musulman, il est tout entier à convertir et j’y pense […]. N’est-il pas réservé à Notre-Dame-du-Rosaire d’être la pointe qui pénétrera la première dans ce bloc si résistant ? »

6Prédicateur à l’éloquence renommée dans la communauté pied-noir, tant pour ses interventions à la messe des hommes de la cathédrale où il succède à Marie-Joseph Bliguet, qu’à la radio ou dans le « bled », il gagne l’estime de son supérieur, Louis Lefèvre, qu’il soutient dans ses fonctions de direction avec le titre de vicaire. Son intense contribution au rayonnement de la communauté se mesure au cumul impressionnant de ses apostolats : en 1950, outre ses prédications et ses fonctions conventuelles de vicaire et de bibliothécaire, il est simultanément aumônier d’unions professionnelles dont il avait été l’instigateur (fonctionnaires des PTT, du Palais de justice, des cheminots), de l’École des Assistantes catholiques de l’enfance, de l’œuvre de Notre-Dame-de-Grands horizons, ainsi que directeur pour l’Afrique du Nord de la confrérie du Rosaire dont il publie les bulletins (Roses des sables, La Roseraie, La Dizaine de chaque jour, Le Rosaire). Aussi, lorsque la maison d’Alger est érigée en couvent, c’est lui que le provincial Albert-Marie Avril nomme, le 18 octobre 1951, prieur. Il ajoute alors à ses autres apostolats la direction des laïcs du tiers-ordre d’Alger et diverses activités de conférencier, caressant l’espoir de compenser le recul de l’influence dominicaine dans le domaine de la prédication par l’organisation d’une « école des hautes études religieuses » qui ferait face et pièce à l’université d’Alger. C’est au nom de la même ambition de formation et de diffusion de la doctrine que L’Afrique dominicaine, la revue du couvent, devient en octobre 1956 les Cahiers religieux d’Afrique du Nord. Prieur, il y signe à intervalle régulier un article liminaire dans lequel il multiplie les mises en garde à l’égard de la désaffection que subissent la théologie spéculative et la philosophie thomiste au profit des « formes nouvelles de la philosophie » (« Cinquante ans après l’encyclique Pascendi », Cahiers religieux d’Afrique du Nord, octobre-décembre 1957).

Prieur du couvent...Prieur du couvent d’Alger

Prieur du couvent d’Alger

Choisi pour être le prieur d’Alger en 1951, Thomas Boulay s’emploie à financer la construction d’un nouveau couvent, appelé à devenir une pièce essentielle en vue de l’édification d’une chrétienté algérienne. C’est peu après l’inauguration de cette Cité dominicaine, en 1956, que le prieur du lieu se fait photographier dans son nouveau bureau.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7L’axe le plus mémorable de son priorat réside dans la construction d’une « Cité dominicaine » sur les hauteurs d’Alger, chemin Laperlier. Si le terrain avait été acquis de longue date et une première pierre posée et bénie en 1936, les difficultés, avant tout financières, avaient contraint les supérieurs successifs à surseoir aux travaux. Thomas Boulay relance l’opération, suscitant des réseaux de donateurs, multipliant les sollicitations auprès des fidèles (« Je vous le dis sans détour : j’ai besoin de cinquante millions. L’année sera bonne pour moi si je les trouve », avoue-t-il en 1952 dans la rubrique « Consignes » de L’Afrique dominicaine) et des institutions bancaires afin de réunir les financements nécessaires, agissant en véritable maître d’œuvre d’un monument conventuel appelé à enraciner durablement la présence dominicaine dans les départements algériens : « Nous construisons pour des siècles et pour une communauté relativement nombreuse pouvant aller jusqu’à trente religieux », assure-t-il les lecteurs de L’Afrique dominicaine (janvier-mars 1955). Son élection comme prieur en octobre 1954 lui offre la possibilité de soutenir sa « croix du bâtisseur » jusqu’à l’inauguration du couvent Saint-Albert-le-Grand par Mgr Duval en avril 1956.

Avec Mgr Duval, a...Avec Mgr Duval, archevêque d’Alger en 1955

Avec Mgr Duval, archevêque d’Alger en 1955

Arrivé en 1945 à Alger, Thomas Boulay, prieur du couvent Albert-le-Grand de 1951 à 1957, est un prédicateur renommé dans la communauté pied-noir. La proximité avec son évêque qu’illustre cette photo est toute relative : il désapprouve vivement, en privé, ses options comme pasteur du diocèse alors que l’insécurité s’aggrave en Algérie.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8La guerre, déclenchée le 1er novembre 1954, vient cependant assombrir l’horizon apostolique espéré par le prieur d’Alger. Se posant en homme d’ouverture lors des premiers mois de l’insurrection, il prône dans la communauté européenne la prière et l’introspection au service de la prudence, de la conciliation et de la charité à l’égard des populations musulmanes. Mais les massacres du Constantinois, en août 1955, le font sortir de sa réserve, prendre vigoureusement parti pour une politique répressive et s’ériger contre la longanimité du gouvernement. S’il ne nie pas certains méfaits de l’administration coloniale, c’est pour mieux en dédouaner les pieds-noirs qu’il côtoie dans ses activités de prédicateur et d’aumônier et à qui il expose – que ce soit dans la revue conventuelle, dans le bulletin Le Fonctionnaire algérien ou encore lors des conférences données à la salle paroissiale du « Rex » – les responsabilités qui incombent à une France que sa laïcité aurait privée, depuis la conquête, de toute estime chez les musulmans. Il se montre également sévère tant à l’égard de Mgr Duval (en privé toutefois) que des publicistes métropolitains dont l’ignorance de la situation algérienne invalide par avance, selon lui, l’opinion. Lorsqu’un appel du « Comité d’action contre la poursuite de la guerre en Afrique du Nord » est rendu public dans Le Monde des 6-7 novembre 1955 suivi des signatures de nombreux intellectuels auxquels se sont adjoints les dominicains Marie-Dominique Chenu et Albert Avril, il réagit par une lettre de protestation aux intéressés dont il adresse copie au provincial Vincent Ducattillon. Relayée par d’autres religieux du couvent, Michel Florent et Paul-Marie Sirot en particulier, sa défense de la « chrétienté algérienne » ne contribue pas peu à asseoir la réputation « Algérie française » – d’ailleurs en partie usurpée – du couvent d’Alger, jusqu’à son remplacement, à la suite de l’élection priorale le 24 octobre 1957 de Ceslas Tunmer.

9Cette fin de charge ne réduit cependant ni sa place dans le dispositif apostolique du couvent, ni son ascendant sur la communauté religieuse, au risque de nuire aux autres membres en particulier les plus jeunes. Et c’est au moins autant pour cette emprise ressentie comme excessive sur la vie commune que pour son manque de prudence politique que son retour en métropole lui est signifié, en septembre 1959, à la suite de la visite canonique du provincial Joseph Kopf. Son éloignement d’Alger prend l’allure d’un passage de relais entre la génération des fondateurs et constructeurs du couvent, exclusivement consacrée aux populations catholiques, et celle des trentenaires qui, à l’instar du nouveau prieur Pierre Le Baut, considèrent qu’une des priorités de la mission doit être le dialogue avec les autres confessions, protestante, juive et surtout musulmane.

10Tourner la page algéroise n’est cependant pas chose aisée pour celui qui « a donné les meilleures années de sa vie » (Joseph Kopf en annonçant son départ) à l’apostolat nord-africain, d’autant que les effets de la guerre mobilisent son attention. À l’automne 1960, alors qu’il est en métropole depuis quelques mois, Thomas Boulay prend connaissance de la tenue à Paris d’une rencontre dominicaine sur la situation algérienne à laquelle il n’a pas été convié. La lecture du rapport préparatoire de Pierre Le Baut lui dicte de faire part à l’intéressé de ses divergences sur l’analyse politique qu’il opère et des conclusions à en retirer quant à l’attitude à adopter à l’égard des chrétiens d’Algérie : « J’ai toujours pensé qu’il fallait les instruire. Je crois n’avoir jamais manqué de le faire. Mais j’ai toujours pensé aussi que pour se faire entendre, il fallait d’abord garder la confiance. De plus, j’estime que dans l’état actuel des choses, la prière étant mise hors de cause, leurs souffrances et leurs angoisses ont plus besoin de compassion que de lumières. »

Lourdes, 1958Lourdes, 1958

Lourdes, 1958

Toujours assigné à Alger, Thomas Boulay participe à Lourdes aux célébrations du centenaire des apparitions mariales, comme dominicain et comme ancien combattant.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

11Au couvent de l’Annonciation, son lieu d’assignation à partir du 25 avril 1960, il exerce à nouveau, mais selon un rythme désormais moins effréné qu’à Alger, un ministère de prédication. Aumônier d’un groupe de la Légion de Marie, il fonde en 1962, avec ses membres, l’accueil du mercredi midi dans les locaux du 222 faubourg Saint-Honoré, qui sera ensuite pris en charge par la communauté conventuelle. Il reçoit surtout, dès son arrivée, la responsabilité des fraternités dominicaines (quatre de femmes et une d’hommes) qui dépendent du couvent et dont il assure la direction jusqu’en 1976, date à partir de laquelle il se déleste de cette tâche au fur et à mesure de l’amenuisement de ses forces. Dans cet apostolat, il accueille avec une intense satisfaction le renouveau conciliaire dans le domaine liturgique et la participation accrue de tous les baptisés que la constitution Sacrosanctum concilium appelle de ses vœux. Il s’emploie à en diffuser les acquis par la création d’une rubrique dans la revue des fraternités dominicaines, les Cahiers Saint-Dominique, qu’il alimente avec régularité de 1964 à 1967.

12L’élection comme prieur en novembre 1961 de Jacques Le Tilly, son ancien confrère d’Alger, lui vaut d’accéder, dans son sillage, au sous-priorat de l’Annonciation. Prolongé dans cette charge en 1964 puis en 1967, il la quitte en 1970. S’il apprécie chez son aîné la capacité à entreprendre la réfection du couvent et à réorganiser pour cela les sociétés immobilières dont il dépend, il s’en distingue quant à l’appréciation des changements dans l’Église et dans l’Ordre. Là où Jacques Le Tilly ne voit que périlleuses remises en cause des constitutions et des traditions de l’Ordre, Thomas Boulay estime qu’il convient d’être attentif aux adaptations nécessaires. Dans un couvent marqué par le vieillissement et le conservatisme de ses religieux, il se pose en homme d’ouverture et de dialogue, s’efforçant d’éviter le repli de la communauté sur elle-même au détriment de certaines de ses composantes, sans pour autant taire ses critiques à l’égard de la politique menée par le prieur provincial Nicolas Rettenbach. Ce parti pris d’homme du juste milieu facilite son élection pour représenter le couvent aux assises provinciales de 1969 puis, en 1977-1978, sa désignation comme vicaire du prieur, Augustin Desobry.

13Dans ses fonctions de directeur des fraternités dominicaines, il se montre également préoccupé d’assurer le lien entre les générations, ainsi lorsqu’il prend la parole devant l’assemblée des responsables à la Sainte-Baume le 10 septembre 1972 : « Nous avons été formés, nous autres religieux, aux disciplines scolastiques, dans nos couvents. Cela nous a donné une théologie très solide que nous ne renions d’aucune manière. C’est là que nous nous appuyons. Il faut partir de bonnes racines pour faire du neuf. Mais il est certain que les gens de trente ans n’ont absolument pas ce langage-là. Il faut que nous, religieux, nous modifiions notre langage. Et vous, laïcs, encore plus. »

14Ses forces déclinent à partir de la fin des années soixante-dix et le contraignent à limiter ses activités apostoliques mais non sa participation aux offices où il concélèbre avec les autres religieux jusqu’à son hospitalisation à Levallois à l’automne 1985. Son état de santé nécessitant une attention constante, il est conduit dans une maison de retraite toulousaine que gère la mutuelle Saint-Martin. C’est là qu’il meurt le 28 juillet 1987. Conformément à ses vœux, il est inhumé à proximité de son lieu de décès, au cimetière de Terre-Cabade.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — L’Afrique dominicaine, (1945-1960). — L’Année dominicaine, mars 1939, p. 85. — Ma garde, octobre 1938. — Ut sint unum, 507, août-septembre 1987. — Charles Klein, Le diocèse des barbelés, 1940-1944, Paris, Fayard, 1973. — Émile Poulat, Les prêtres-ouvriers. Naissance et fin, Paris, Les Éditions du Cerf, 1999. — Yves Congar, Journal d’un théologien, 1946-1956, édité et présenté par Étienne Fouilloux, Paris, Les Éditions du Cerf, 2000. — Cavalin Tangi, Viet-Depaule Nathalie, « Feu la chrétienté algérienne : les prêtres français de la Mission de France et du couvent dominicain d’Alger au sortir de la guerre d’Algérie » dans Harismendy Patrick (dir.), Algérie : sortie(s) de guerre (1962-1965), Rennes, PUR, 2014.

Haut de page

Œuvre

Articles :
Nombreux articles dans Le Fonctionnaire algérien (bulletin de l’Union nationale des fonctionnaires catholiques – section d’Alger).
Sélection de ses articles de L’Afrique dominicaine : « Nos classiques : le bienheureux Henri Suso. Le livre de la sagesse éternelle », janvier-avril 1946 ; « Enseignement du père Gardeil sur le Saint-Esprit », mai-août 1946 ; « L’Assomption à Notre-Dame d’Afrique », septembre-décembre 1946 ; « Rosaire et liturgie. L’Annonciation », janvier-mars 1947 ; « Le héraut du Rosaire », juillet-septembre 1947 ; « Jean Levacher », octobre-décembre 1947 ; « Le rosaire des paroisses », octobre-décembre 1949 ; « Ignorances métropolitaines », octobre-décembre 1951 ; « Apostolat doctrinal », avril-juin 1956 ; « Église, politique, et partis politiques », octobre-décembre 1956 ; « Alerte au syncrétisme », avril-juin 1957 ; « L’avenir chrétien de l’Afrique », juillet-septembre 1957 ; « Cinquante après l’encyclique Pascendi », octobre-décembre 1957 ; « Le jeûne », janvier-mars 1958 ; « Pie XII et la paix en Algérie », octobre-décembre 1958 ; « L’humanisme surnaturel de Charles de Foucauld fruit de la rencontre avec le Dieu vivant », avril-juin 1959.
Sélection de ses articles des Cahiers Saint-Dominique, « Liturgie et laïcat », septembre-octobre 1964 ; « La messe, centre et sommet de la liturgie », novembre 1964 ; « Les « Heures » autour de la messe », décembre 1964 ; « La structure d’une “Heure” », janvier 1965 ; « Le psautier, livre de prière du Christ », février 1965 ; « Pour entrer dans la prière des psaumes quelques difficultés à résoudre », mars 1965 ; « La lecture liturgique de la Bible », avril 1965 ; « Les chants de méditation. Ouverture sur la prière personnelle », avril 1965 ; « Les cantiques de S. Luc », juin 1965 ; « L’oraison finale aliment de l’espérance », juillet-août 1965 ; « Le livre de prière est paru… », juillet-août 1966 ; « Le livre de prière a un an… », juillet-août 1967.

Autres publications :
Le Rosaire, Paris, Éditions Alsatia, 1938. — Cinq Conférences dans un camp de jeunesse, Tourcoing, Georges frères, 1943. — Le Rosaire, Alger, 1947. — Roses des sables. Dix années de méditation rosarienne, (lettre-préface de Mgr Léon-Étienne Duval), Alger, secrétariat du Rosaire, 1956.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Réunion familiale, 1947
Légende Sur les sept enfants de Lucien et Berthe Boulay, trois entrent dans le clergé, au grand réconfort de leurs parents : le premier à gauche, Thomas, l’aîné, est dominicain, celui du milieu est trappiste à Cîteaux et celui de droite prêtre diocésain. Les réunions familiales, à Sedan, sont l’occasion de manifester, devant l’appareil du photographe, cet accord profond d’une mère et de ses fils.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/147/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Au couvent du Havre entre 1928 et 1930
Légende Après ses études au Saulchoir de Kain en Belgique, Thomas Boulay complète sa formation au couvent du Havre où il s’initie à la prédication. Pris lors d’une visite du provincial, Martin-Stanislas Gillet (assis au centre), ce cliché donne à voir une communauté dominicaine dans laquelle la spécificité de chacun (religieux prêtres, religieux convers, tertiaires) est immédiatement identifiable.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/147/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Thomas Boulay et François Mitterrand caricaturés au Stalag de Ziegenhain
Légende Dessinées par Jacques Biget au Stalag IX A où Thomas Boulay et François Mitterrand se sont côtoyés en 1941, ces caricatures ont été reliées dans un album offert au dominicain. Chaque prisonnier croqué a accompagné son portrait d’un texte de dédicace.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/147/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 9,9M
Titre Jocistes requis en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale
Légende Lorsque Thomas Boulay est affecté à Ihringshausen, il devient « officieusement » l’aumônier des jocistes que le STO a envoyés dans son camp de travail. L’insigne jociste que les hommes portent à la boutonnière marque leur volonté de témoigner de leurs convictions chrétiennes. Dans cette photo, prise en 1944, on aperçoit au mur, à gauche de Thomas Boulay, un calendrier de la JOC, comme dans un local jociste français.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/147/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Prieur du couvent d’Alger
Légende Choisi pour être le prieur d’Alger en 1951, Thomas Boulay s’emploie à financer la construction d’un nouveau couvent, appelé à devenir une pièce essentielle en vue de l’édification d’une chrétienté algérienne. C’est peu après l’inauguration de cette Cité dominicaine, en 1956, que le prieur du lieu se fait photographier dans son nouveau bureau.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/147/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Avec Mgr Duval, archevêque d’Alger en 1955
Légende Arrivé en 1945 à Alger, Thomas Boulay, prieur du couvent Albert-le-Grand de 1951 à 1957, est un prédicateur renommé dans la communauté pied-noir. La proximité avec son évêque qu’illustre cette photo est toute relative : il désapprouve vivement, en privé, ses options comme pasteur du diocèse alors que l’insécurité s’aggrave en Algérie.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/147/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Lourdes, 1958
Légende Toujours assigné à Alger, Thomas Boulay participe à Lourdes aux célébrations du centenaire des apparitions mariales, comme dominicain et comme ancien combattant.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/147/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Tangi Cavalin, « BOULAY Thomas », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, B, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 24 août 2017. URL : http://dominicains.revues.org/147

Haut de page

Auteur

Tangi Cavalin

Notices du même auteur

  • RENARD Georges [Texte intégral]
    RENARD Georges Marie Joseph Antoine Eugène à l’état civil, RENARD Raymond en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, R
  • CONTENSON Pierre de [Texte intégral]
    du BESSEY de CONTENSON Pierre Léon Stanislas à l’état civil ; CONTENSON Pierre-Marie de en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, C
  • BERNARD Rogatien [Texte intégral]
    BERNARD Pierre Joseph Marie à l’état civil ; BERNARD Rogatien en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B
  • DONDAINE Antoine [Texte intégral]
    DONDAINE Charles Marie Antoine à l’état civil ; DONDAINE Antoine en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • LE TILLY Jacques [Texte intégral]
    LE TILLY Émile Louis Marie Joseph à l’état civil ; LE TILLY Jacques en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, L
  • FROIDEVAUX Paul [Texte intégral]
    FROIDEVAUX Robert Jules Charles Léon à l’état civil ; FROIDEVAUX Marie Luc en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, F
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • Revues.org