Navigation – Plan du site

BIOT François

BIOT François à l’état civil ; BIOT Marie-Irénée en religion
Sabine Rousseau

Résumé

Né le 7 septembre 1923 à Lyon (Rhône), mort le 21 septembre 1995 à Éveux (Rhône).
Co-fondateur du Centre œcuménique Saint-Irénée à Lyon (1953), correspondant de Témoignage chrétien au concile Vatican II, professeur de théologie dogmatique (1961-1976) au studium de la Province de Lyon, responsable du Centre Albert-le-Grand à l’Arbresle, prieur du couvent de la Tourette (1975-1978 puis 1987-1995), secrétaire national du Mouvement de la Paix.

Haut de page

Historique

Notice validée le 23/07/2014 et mise en ligne le 19/04/2015.

Texte intégral

 Vestition pour la Province de Lyon : 10 septembre 1942 à Toulouse
 Profession simple : 27 septembre 1943 à Toulouse
 Profession solennelle : 17 décembre 1947 à Saint-Alban-Leysse
 Ordination sacerdotale : 5 juillet 1949 à Saint-Alban-Leysse, ordonné par Mgr Gerlier, archevêque de Lyon

1Le père de François Biot, René Biot (1889-1966), est une figure de la grande bourgeoisie et du catholicisme social lyonnais : médecin, spécialiste d’endocrinologie, intéressé par les liens entre la santé et le psychisme, il est l’artisan de la Semaine sociale de Montpellier de 1951 sur le thème « Santé et société ». François est le troisième d’une fratrie de treize enfants (neuf garçons, quatre filles), issue du mariage de René Biot avec Mathilde Delcour, férue de musique (décédée en 1967). Un des frères de François, Joseph Biot deviendra à son tour médecin ; un autre, Christian Biot, prêtre, aumônier de lycée puis d’hôpital. Entre 1934 et 1942, François Biot fait ses études secondaires au lycée public Ampère de Lyon, choisi par son père de préférence à l’enseignement catholique du fait de son attachement à la République laïque, dans la ligne du Sillon de Marc Sangnier. Il y milite à la JEC et y obtient un baccalauréat de philosophie.

François Biot en ...François Biot en 1944

François Biot en 1944

À gauche, Ignace Ducroiset.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Il entre dans l’Ordre de Saint-Dominique de la Province de Lyon, en septembre 1942, à l’âge de dix-neuf ans. Le noviciat de la Province de Lyon étant situé en zone occupée à Angers, il commence sa formation à Toulouse, au couvent Saint-Romain de la rue Espinasse, quelques semaines avant l’invasion de la zone libre par les troupes d’occupation allemande. À la fin de son année de noviciat, il rejoint la Province de Lyon et entre au couvent d’études de Saint-Alban-Leysse en Savoie où il apprécie particulièrement, Edmond Caille, père-maître des frères étudiants. Il y demeure jusqu’en 1951 avec néanmoins deux interruptions : la première en 1945 pour effectuer son service militaire à Mayence et à Trèves dans les troupes françaises d’occupation en Allemagne en tant qu’aumônier militaire ; la seconde en 1947-1948 pour compléter sa formation à Rome, à l’Angelicum. Après son ordination en 1949 et l’obtention de sa licence à la faculté de théologie de Lyon, il est assigné en juin 1951 au couvent Saint-Nom-de-Jésus aux Brotteaux à Lyon. Il prépare alors une thèse intitulée Action et perfection selon saint Thomas puis, entre 1954 et 1956, il effectue des recherches complémentaires à l’Institut für Europäische Geschichte de Mayence dans la section Histoire de la Réforme où il rédige un mémoire sur L’Église chez le jeune Luther sous la direction du professeur Lortz. Il acquiert une parfaite maîtrise de la langue germanique et une solide connaissance du protestantisme. En 1956, François Biot s’installe, avec une petite équipe de frères, place Gailleton, à la maison Saint-Abraham (il est chantre puis recteur de la bibliothèque Saint-Thomas), lieu d’implantation depuis 1955 du Centre œcuménique Saint-Irénée qu’il avait co-fondé avec Maurice-René Beaupère en 1953 dans des circonstances délicates. Sensibilisé à la démarche œcuménique par ce dernier au studium de Saint-Alban-Leysse, il avait rencontré l’abbé Paul Couturier à l’automne 1951 et, alors que sa santé déclinait, il l’avait épaulé pour la préparation de la semaine de l’unité chrétienne de janvier 1952. Il l’avait accompagné au quotidien jusqu’à son décès en mars 1953 et avait cherché, maladroitement et en vain, à faire de l’ordre dominicain le dépositaire de son œuvre à travers la fondation d’un centre d’études œcuméniques (le futur Centre Saint-Irénée) donnant une orientation plus théologique que spirituelle à l’héritage de l’abbé Couturier. Échaudé par le mauvais accueil fait à ses projets de collaboration avec Istina (le centre dominicain d’études de Boulogne-sur-Seine dirigé par Christophe-Jean Dumont) par le cardinal Gerlier qui avait opté dès juin 1953 pour une succession assurée par des prêtres séculiers du diocèse privilégiant la prière dans la vocation œcuménique, François Biot préside néanmoins à la création, discrète, à l’automne 1953, du Centre œcuménique Saint-Irénée, sans solliciter l’approbation de l’archevêque. Malgré les critiques concernant son impétuosité et ses manœuvres de captation de l’héritage de Paul Couturier, François Biot n’en poursuit pas moins sa réflexion sur l’œcuménisme et fait paraître, entre 1959 et 1965, plusieurs ouvrages pour contribuer à œuvrer à l’unité chrétienne.

3Quelque peu déçu par la suite de l’expérience de la communauté Saint-Abraham et insatisfait du ministère accompli jusque-là, il exprime à son provincial Maurice Corvez, en mai 1960, son désir de partir en Afrique : tenté par cette aventure depuis une assemblée de Routiers (il est aumônier du clan Tobie des Scouts de France de 1954 à 1962) tenue à la Pentecôte 1958 en présence de Mgr Mercier, évêque du Sahara, convaincu qu’une action missionnaire œcuménique concrète compléterait utilement un travail resté théorique, il exprime le souhait de rejoindre la fondation d’Abidjan en Côte d’Ivoire. Sa demande reste lettre morte et il demeure à Lyon malgré une seconde requête auprès du nouveau provincial Marie-Bernard Nielly à l’été 1963.

4De 1961 à 1976, il enseigne la théologie dogmatique au studium de la Province de Lyon installé depuis 1957 au couvent Sainte-Marie de la Tourette, construit par Le Corbusier, à Éveux près de l’Arbresle à 25 km au nord-ouest de Lyon et inauguré en octobre 1960. Ses cours portent sur la tradition dans les Églises de la Réforme (1961-1962), sur la grâce (1962-1963), la christologie (1963-1964), sur la nature de la théologie, le mariage et le sacerdoce (1964-1965), sur la grâce et la symbolique (1965-1966) puis sur la Trinité et la symbolique (1966-1967). Il est aussi conseiller avec Jean-Pierre Lintanf, au Centre Saint-Dominique, installé depuis 1960 au château de la Tourette, qui se veut une « école de théologie ouverte » et qui organise des universités d’été pour un public désireux de confronter sa pratique aux discours des experts en théologie.

François Biot au ...François Biot au couvent de Sainte-Marie de la Tourette à Éveux, 12 novembre 1966

François Biot au couvent de Sainte-Marie de la Tourette à Éveux, 12 novembre 1966

François Biot en discussion avec Luc Séguillon (à gauche) et Jean-Paul Ganne à la suite d’une ordination au couvent. Au second plan, derrière Biot, Yves Jolif, régent des études.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Il s’installe au couvent de la Tourette comme résident en 1967 à la demande de son provincial. Déjà investi dans la formation continue des clercs et des laïcs, il est pressenti pour devenir pro-régent des études mais finalement est nommé pro-père maître des étudiants. Dans sa correspondance, il se défend de toute idée d’ambition personnelle se disant parfaitement satisfait par les tâches assumées : son enseignement et ses engagements nouveaux comme conseiller théologique à Témoignage chrétien depuis le concile Vatican II.

6En effet, parallèlement à son enseignement, François Biot assiste aux quatre sessions du concile entre 1962 et 1965 en qualité d’expert auprès de Mgr Jacq, évêque dominicain au Vietnam. Il tient scrupuleusement un journal de concile dans lequel il consigne de nombreux détails sur l’avancement des travaux et l’ambiance conciliaire et il entretient une correspondance suivie avec de nombreux interlocuteurs auxquels il fait part de ses impressions. Dès la première session, il apprécie « l’immense brassage d’idées » malgré « des discussions interminables et pesantes pour tous » qui appellent de « nouvelles méthodes de discussion et de mise en commun » et pense déjà acquis certains éléments d’une réforme liturgique. Pendant l’ensemble des débats, il est correspondant au Vatican pour l’hebdomadaire Témoignage chrétien dont il restera conseiller théologique jusqu’à sa mort. Au cours de la deuxième session, toujours en qualité d’expert privé de Mgr Jacq, il travaille aussi avec Marie-Joseph Le Guillou pour d’autres évêques français. Il loge chez les Pères de la Salette aux côtés du père Chenu avec lequel il discute beaucoup et à qui il soumet ses articles pour Témoignage chrétien. Ceux-ci ne sont pas unanimement appréciés : plusieurs évêques français lui reprochent un « ton déplaisant », « trop critique » et « insuffisamment respectueux des autorités ». Mgr Guerry lui est hostile pour ses positions sur le laïcat. D’autres déplorent l’importance qu’il accorde dans ses articles au patriarche Maximos IV. Si bien qu’il n’obtient pas le renouvellement de sa carte d’entrée aux congrégations pour la dernière semaine de cette deuxième session. Ce qui ne l’empêche pas néanmoins d’assister aux deux sessions suivantes et de continuer à exprimer dans Témoignage chrétien son point de vue sur l’avancement des travaux : à l’issue de la quatrième session, l’évêque de Carcassonne, Mgr Puech se dit à son tour heurté de voir un « dominicain juger ainsi les enseignements du Concile ».

7De manière récurrente dans les années qui suivent, des critiques concernant la collaboration de François Biot à cet hebdomadaire devenu une référence pour la gauche chrétienne, émanent de différents évêques : Mgr Pailler, évêque de Rouen, Mgr Renard, évêque de Versailles puis archevêque de Lyon, Mgr Goupil, évêque de Blois, déplorent tour à tour la caution que représente François Biot, conjointement à celle de Jean Cardonnel, pour un journal qui prend des positions politiques et surtout religieuses susceptibles d’inspirer aux lecteurs « une méfiance regrettable à l’égard de l’Église ». En février 1968, le cardinal Villot est chargé par le pape Paul VI d’exprimer discrètement son inquiétude à François Biot à propos d’un article du 7 décembre 1967 intitulé « Dieu est-il mort ? ».

8À l’été 1968, François Biot est rappelé à l’ordre par le maître général de l’Ordre pour un autre article de Témoignage chrétien paru le 8 août 1968 : il s’agit d’un commentaire du Credo de Paul VI dans lequel le dominicain exprime des doutes sur le vocabulaire employé par le pape et les cadres de pensée qui le sous-tendent qu’il estime ne plus être compréhensibles par les chrétiens de son temps. « Pour être chrétien aujourd’hui faut-il être encore un homme du Moyen âge ? », s’interroge-t-il. Néanmoins, François Biot avait été félicité par son provincial, Pierre-Damase Belaud, pour cet article et il peut compter sur son soutien. En novembre de la même année, il prend la précaution de faire censurer et approuver par Bruno Carra de Vaux et d’envoyer à Pierre-Damase Belaud un autre article pour lequel il craint de nouveaux remous : à la demande du pasteur et théologien Georges Casalis, directeur de la revue Christianisme social, François Biot a écrit la conclusion d’un numéro spécial consacré à la célébration commune de l’eucharistie de la Pentecôte 1968 à Paris. Dans ce texte, il explique ce geste de transgression par la volonté des participants d’exprimer ensemble le sens christique des luttes contre les injustices humaines qu’ils viennent de vivre ensemble dans les événements du printemps 68 et il avoue que, toujours sensible aux voies de recherche de l’unité des chrétiens, il aurait eu du mal à ne pas y assister si l’occasion lui en avait été donnée.

9Cependant François Biot ne sort pas indemne des turbulences de 68. Il fait part de son malaise à son provincial à l’été 1969 après son remplacement par le père Michel Pont comme maître des étudiants. Il exprime un sentiment d’échec vis-à-vis de ses étudiants, qu’ils aient renoncé à leur vocation en cours d’études ou qu’ils soient parmi les plus engagés dans la contestation du célibat. Le couvent d’étude a éclaté en petites communautés de trois ou quatre étudiants installés à Lyon autour d’un prêtre. Il mesure tous les risques pesant sur l’avenir de la vie religieuse dominicaine elle-même qu’il voit se dissoudre. À ses yeux les communautés de base, composées de religieux et de laïcs mariés, ne sauraient remplacer la vie conventuelle. Il est alors très pessimiste et conscient de s’être « mis à dos » aussi bien les autorités romaines (et même françaises, dit-il) que les chrétiens contestataires, notamment les prêtres d’Échanges et dialogue qui militent depuis novembre 1968 pour le droit des prêtres au travail, à l’engagement politique et au mariage.

10Manifestement François Biot traverse une crise profonde, avec le sentiment de « perdre à la fois [son] métier et [sa] famille ». Il ne croit pas à la viabilité d’un projet d’implantation d’un centre de recherche à l’Arbresle du fait de l’indifférence de la Province, du mépris des frères et du manque d’investissement des pères. Il émet le souhait de quitter le couvent où le climat lui pèse mais n’envisage pas de quitter l’ordre car il estime que ce n’est pas en « rompant le célibat qu’[il] aurait quelque chance d’en manifester le sens et la valeur ». Il demande à nouveau à partir « pour assumer une situation de misère humaine extrême ». Il suggère à son provincial deux destinations, soit les camps palestiniens, soit le Brésil auprès d’Helder Camara. Mais, une fois encore, il demeure à l’Arbresle et le malaise persiste malgré son investissement dans les nouvelles activités d’animation spirituelle qu’il mène au couvent pour la Semaine sainte en 1970 et la session théologique franco-allemande qui réunit de jeunes théologiens protestants, premières pierres des activités du Centre Albert-le-Grand posées avec l’aide de quelques jeunes frères : François de Medeiros, Régis Morelon et Jean-Jacques Pérennès. Du fait de la dispersion d’autres jeunes frères, il déplore le manque de moyens humains nécessaires pour garantir la pérennité de ces expériences exigeantes sur le plan intellectuel et spirituel. Une fois encore il exprime sa lassitude à son provincial : il se dit « moralement et psychologiquement démoli ».

11Il est de nouveau au cœur d’une polémique à propos de la situation en Palestine : de retour de la Conférence mondiale des chrétiens pour la Palestine qui s’est tenue à Beyrouth en 1970 à laquelle il s’est rendu en compagnie de François de Medeiros et de Régis Morelon, il a décrit l’injustice vécue par les réfugiés palestiniens dépossédés de leurs terres et mis en cause l’expansionnisme d’Israël qui fait des « victimes d’autrefois les bourreaux d’aujourd’hui ». Aussitôt, l’Amitié judéo-chrétienne de France réagit contre « l’antisionisme militant qui fait renaître un nouvel antisémitisme ». François Biot est accusé par Jean-Paul Lichtenberg, proche du groupe de l’Amitié judéo-chrétienne de Strasbourg, d’exposer dans Témoignage chrétien des positions unilatérales, « nuisibles aux relations judéo-chrétiennes » et de cautionner des positions politiques par des arguments théologiques.

12Lassé de tous ces combats, François Biot aspire « à la paix pour le travail et la réflexion » et demande à nouveau à Damase Belaud à partir : il souhaite passer quelques mois en Allemagne pour commencer une thèse. À l’été 1970, il obtient enfin une année sabbatique à Heidelberg : il y étudie l’œuvre d’Ernst Bloch, notamment Le principe Espérance (3 volumes parus entre 1954 et 1959). La réflexion de ce philosophe, marxiste non-orthodoxe, sur l’utopie nourrit désormais sa pensée. Ce séjour lui permet d’écrire et de publier en 1972 Théologie du politique, premier volume d’un projet plus ambitieux qu’il ne pourra pas achever. Dans cet ouvrage, François Biot cherche à redéfinir le rôle de la théologie dans le rapport entre la foi et la politique. Il récuse l’idée selon laquelle l’Évangile et la foi seraient au fondement des engagements politiques ou en fourniraient une quelconque justification. Il estime néanmoins que la foi par sa dimension eschatologique est porteuse d’un pouvoir utopique et que la théologie doit jouer un rôle critique par le regard libre qu’elle pose sur le monde. Son propos est marqué par la lecture de deux théologiens allemands, Jürgen Moltmann (Théologie de l’espérance, 1964) et Johann-Baptist Metz (Pour une théologie du monde, 1968) dont il fait connaître les théologies politiques en France. Il se démarque au contraire des théologiens de la révolution comme Joseph Comblin qui sacralisent le discours et la pratique révolutionnaires, autant que des théologiens de la mort de Dieu comme John Robinson qui disqualifient tout discours théologique. François Biot défend l’idée que la théologie conserve toute son utilité pour la compréhension du monde moderne grâce à sa vocation critique.

13Depuis son retour l’Allemagne, François Biot anime de nombreuses sessions du Centre Albert-le-Grand. Celui-ci a été fondé en 1970 en même temps que le Centre Thomas More qui fait rapidement de L’Arbresle un lieu d’ancrage des chrétiens en recherche. Alors que François Biot ne fait pas partie de l’équipe des fondateurs du Centre Thomas More, anciens lecteurs du studium fermé à l’été 1969 qui ont voulu prolonger la réflexion intellectuelle sous une autre forme en privilégiant une approche scientifique des phénomènes religieux par le recours aux sciences humaines (il n’est membre ni de son conseil d’administration, ni de son conseil scientifique), il est très investi, par contre, dans l’animation du Centre Albert-le-Grand, dont il assure d’abord la direction puis la présidence (1978-1982). En 1974, il redéfinit les orientations et le fonctionnement d’un espace conçu à l’origine comme un lieu de recherche spirituelle individuelle et collective : il souhaite que les participants aux différents séminaires, sessions et filières partagent leurs expériences dans des ateliers et y appliquent une « critique politique », dans une « démarche de libération » et de « confrontation évangélique ». Le programme du Centre Albert-le-Grand explore de nouvelles manières de prier et de vivre sa foi au quotidien, sur le terrain familial, professionnel et militant, autour des thèmes chers à François Biot qui cherche à concilier son engagement religieux et des engagements temporels de plus en plus marqués.

14Il poursuit sa collaboration avec Témoignage chrétien dont il est non seulement le correspondant pour l’Allemagne et un des conseillers théologiques mais également un des membres du comité de direction aux côtés du directeur Georges Montaron, du rédacteur en chef Claude Gault, avec Bernard Schreiner en charge des groupes TC et le pasteur Jacques Lochard. En février 1973, il prend position sur l’avortement en des termes nuancés dans un article qui paraît dans TC-hebdo : « Tuer un fœtus est un mal mais… ». Il rejoint ainsi une minorité de chrétiens, comme Bruno Ribes, sj, Philippe Roqueplo ou sœur Françoise Vandermeersch directrice de la revue Échanges, favorables à la révision de la loi de 1920, car ils estiment que l’avortement peut, sous certaines conditions, être un mal moindre qu’une naissance non assumée.

15En septembre 1973, il est invité au Nord-Vietnam avec Georges Casalis et Bernard Schreiner pour une visite du pays organisée par les autorités communistes six mois après les Accords de Paris mettant fin à la présence militaire américaine dans la péninsule indochinoise. François Biot a pris position contre la guerre du Vietnam depuis 1966 : en avril, il a signé une lettre pétition au président Johnson pour demander l’arrêt des bombardements américains à l’initiative de Témoignage chrétien et du Christianisme social aux côtés des pères Congar, Carra de Vaux et Pierre-André Liégé puis, en juin 1967, une lettre collective de prêtres et pasteurs français à leurs homologues américains à l’initiative de Philippe Roqueplo et du pasteur Casalis, aux côtés de Dominique Dubarle, Jean-Yves Jolif, André (Pierre) Liégé et André Lendger. En octobre 1972, il a participé à la deuxième assemblée internationale des chrétiens solidaires des peuples du Vietnam, Cambodge et Laos, organisée à Québec par le père Thi et Bernard Schreiner dans le but principal est de faire se rencontrer des chrétiens vietnamiens et des chrétiens américains autour du thème de la libération des peuples. François Biot a pris clairement parti pour la victoire des communistes vietnamiens et n’a pas hésité pas à prendre à partie, dans les colonnes de Témoignage chrétien, la neutralité affichée d’organisations chrétiennes comme le Secours catholique ou Pax Christi. À l’automne 1973, il est conforté dans ses choix par son séjour à Hanoi où il rencontre les « chrétiens patriotes », ces catholiques vietnamiens, comme l’évêque de Saigon Mgr Binh, décidés à collaborer avec les communistes et à faire évoluer l’Église vietnamienne encore marquée par des pratiques pré-conciliaires.

16Dans les mois qui suivent son retour du Vietnam, François Biot s’investit de plus en plus en politique. Il organise la collecte des dons et des signatures dans le cadre d’un appel de chrétiens soutenant la candidature de François Mitterrand aux élections présidentielles de 1974, parmi lesquels se trouvent des proches : son frère Christian Biot, Pierre-Damase Belaud alors prieur de l’Arbresle et Luc-René Moreau provincial de la Province de Lyon. L’année suivante, il devient prieur de l’Arbresle pour trois ans (1975-1978). Témoignage chrétien titre : « Prieur dominicain et militant politique » dans son numéro du 13 mai 1976.

17Le couvent de la Tourette n’est plus soumis à la clôture et n’est plus un couvent d’étude : la formation des jeunes frères n’y est plus dispensée depuis la fin de l’année universitaire 1969-1970. La communauté compte vingt-cinq frères qui ne portent plus l’habit blanc mais trois prières par jour continuent d’être dites dans une forme qui ne satisfait pas le nouveau prieur parce qu’il estime qu’elle « n’est plus adaptée à la sensibilité actuelle ». François Biot s’efforce donc de moderniser la vie conventuelle en inventant « un nouveau mode de vie d’existence dominicaine » plus en phase avec la société. Il veut ouvrir encore le Centre Albert-le-Grand, conçu à l’origine comme un lieu de recherche spirituelle, en faire un espace où « l’on parle de théologie, de politique, de psychologie, voire de révolution », non plus du tout un lieu de retraite au sens traditionnel mais un centre ouvert sur les réalités sociales et politiques, à l’analyse politique et au questionnement marxiste. Le programme annuel des sessions révèle cette volonté d’ouverture sur les débats contemporains. Conjointement à ses responsabilités de prieur, François Biot poursuit sa militance politique au sein du Parti socialiste et il n’hésite pas à engager sa communauté lors d’événements politiques de niveau national : ainsi en avril 1976, celle-ci écrit au président Giscard d’Estaing pour protester contre la venue en France du président brésilien.

18Depuis le coup d’État du général Pinochet contre le président socialiste Allende au Chili en octobre 1973, François Biot est en effet très attentif à la situation politique en Amérique latine. Ses premiers contacts avec les Latino-américains datent de 1974 : François Biot avait envisagé d’accueillir à l’Arbresle le musée de la solidarité chassé de Santiago du Chili. Le projet n’aboutit pas mais les liens tissés avec les réfugiés politiques chiliens sont durables. Au printemps 1974, un stage du Centre Albert-le-Grand portant sur « Libération des hommes et salut en Jésus-Christ » accueille deux théologiens latino-américains, un Chilien et un Brésilien.

19Dans un court ouvrage intitulé L’Évangile n’est pas neutre (1974), il s’adresse aux militants chrétiens pour les encourager à s’engager dans une voie révolutionnaire contre les structures économiques, sociales, politiques et religieuses du capitalisme. Cette inflexion vers une théologie militante, dont il se méfiait jusque-là, résulte de la critique adressée à la théologie politique allemande par les théologiens de la libération latino-américains qui insistent sur l’importance de l’ancrage dans des lieux théologiques réels. François Biot incite les chrétiens à développer la « solidarité » avec les peuples en lutte pour leur libération politique.

20Il s’investit de plus en plus dans la cause latino-américaine après la fin de son premier priorat. Son premier voyage en Amérique latine date de 1978. Il est suivi de nombreux autres au Chili, au Nicaragua, au Mexique, à Cuba. En 1980, il fonde puis anime l’Espace Barthélémy de Las Casas pour la solidarité et l’échange interculturel avec les peuples d’Amérique latine à l’Arbresle. Il met sur pied des cours de théologie de la libération par correspondance et y organise plusieurs fêtes de l’Amérique latine.

21Le 19 octobre 1984, François Biot participe à la cathédrale Saint-Jean à Lyon à la cérémonie en hommage au prêtre André Jarlan, assassiné à Santiago du Chili le 4 septembre 1984, puis il organise une campagne de solidarité en faveur du quartier de La Victoria, le bidonville où la victime vivait, avant de s’y rendre en décembre et de rencontrer Pierre Dubois dont il publie une interview dans la revue Échanges. En effet, François Biot est devenu le directeur de cette revue, fondée en 1950 à l’initiative de la congrégation des auxiliatrices de spiritualité ignatienne, transférée aux dominicains de l’Arbresle au milieu des années 1970, à la demande de Françoise Vandermeersch, qui souhaitait passer la main. François Biot s’en sert de tribune pour faire avancer sa réflexion.

22Il est alors, depuis 1976, conseiller provincial et à ce titre chargé de réagir aux projets de rénovation de l’Angelicum à Rome envisagés par le chapitre général de Manille en 1977. Dans un projet de courrier destiné au Maître général, il estime que « les lieux d’élaboration de la théologie ne sont plus au centre de la vieille chrétienté » mais dans les pays du tiers-monde. Au nom du conseil provincial, il demande des garanties pour que la nouvelle université romaine projetée par l’Ordre « ne puisse servir à des opérations de récupération ante-conciliaires ». Ses prises de position en faveur de l’évêque d’Évreux dans « l’affaire Gaillot » et son livre Lève-toi et marche, réponse à Ratzinger (à son livre Entretien sur la foi) en 1985 ancrent François Biot dans l’aile marchante du catholicisme français face à « l’autoritarisme romain » et la reprise en main de l’Église par des courants conservateurs ou réactionnaires. Défenseur d’un catholicisme ouvert et moderne, il s’expose encore aux remontrances de l’ordre de la Congrégation pour les religieux en 1987 à propos d’un article intitulé « Marie en questions » dans le numéro du 17 au 23 août de Témoignage chrétien dans lequel il s’interroge sur la difficulté à admettre les dogmes mariaux tels que la virginité perpétuelle, l’immaculée conception ou l’assomption. Rappelé à l’ordre sur sa responsabilité pastorale et son devoir de fidélité à la doctrine de l’Église, François Biot n’entend cependant pas faire de publicité à la réaction romaine.

23Dans les années 1980, François Biot investit un nouvel espace de militance, le Mouvement de la Paix, né en 1949 dans le sillage du Parti communiste au cœur de la Guerre froide. François Biot n’a jamais hésité à fréquenter les communistes, à l’occasion de voyages dans des pays de l’Est (Hongrie en 1966, Pologne en 1967), à débattre avec les marxistes (Semaine de la pensée marxiste à Grenoble en 1969). Dès l’origine le Mouvement de la Paix a tendu la main aux chrétiens et François Biot fait partie de ceux qui ont rapidement accédé à des responsabilités en son sein, aux côtés des communistes, puisqu’il en devient un des secrétaires nationaux. Il entre au Mouvement de la Paix au moment où celui-ci organise une campagne contre l’implantation des « Euromissiles », ces missiles américains Pershing destinés à protéger l’Europe de l’Ouest des menaces des SS20 soviétiques. Il participe aussi à la campagne en faveur du désarmement mondial et à celle contre les essais nucléaires français alors que le Mouvement de la Paix tente de mobiliser l’opinion publique dans un contexte nouveau consécutif à l’arrivée de Gorbatchev au pouvoir en URSS en 1985. François Biot fait partie de nombreuses délégations du Mouvement de la Paix : il participe notamment en juin 1988 à un voyage à New York à l’occasion d’une session de l’ONU sur le désarmement. Il y prend la parole, devant la commission plénière de l’Assemblée générale qui reçoit les ONG, pour dire au nom du Mouvement de la Paix qu’il se réjouit de l’accord de Washington, premier accord de désarmement signé entre Reagan et Gorbatchev en décembre 1987 et qu’il faut poursuivre sur la voie d’un développement sans armement. Au cours des années suivantes, en particulier au moment de la première guerre du Golfe en 1991, il approfondit sa réflexion sur le pacifisme qu’il synthétise dans un texte intitulé « L’engagement pour la paix comme humanisme » (juin 1994) : pour lui le pacifisme qu’il distingue de la non-violence et de l’objection de conscience, est une « gestion volontariste des conflits », « un engagement pour la construction de la paix, de relations pacifiques des peuples les uns avec les autres ». Il se réfère à nouveau à Ernst Bloch quand il définit le pacifisme comme « une action située dans une dynamique vers l’utopie », « une utopie mobilisatrice » avec pour tâche « d’humaniser les relations internationales, de les constituer en lieu possible et privilégié de rencontres et de coopérations constructives entre les hommes, et de promotion de la justice et des droits de l’homme ». Il précise lors d’une émission radiophonique sur France Culture en août 1995 que son engagement résulte « d’une réflexion humaine, plus philosophique que théologique ».

24À l’été 1995, il se rend à Hiroshima pour le cinquantième anniversaire des bombardements atomiques de l’été 1945. Il veut voir dans cette catastrophe humaine un événement fondateur capable de faire prendre conscience aux hommes de l’urgence à « travailler à l’édification de relations fraternelles et amicales ». C’est le sens de son dernier texte, intitulé « Hiroshima, Nagasaki ».

25Sa mort accidentelle sur une petite route à proximité du couvent un matin pluvieux du mois de septembre 1995 laisse le couvent de la Tourette sans prieur : il avait été réélu en 1993 sur dérogation du maître de l’Ordre après deux priorats successifs. Depuis sa nouvelle élection en 1987 (avec 11 voix sur 13) et sa réélection en novembre 1990, il n’avait cessé de se battre pour la survie du couvent toujours en proie à des difficultés de gouvernance du groupe dominicain auquel sont rattachées plusieurs communautés locales non-résidentes à la Tourette. En 1994, il avait encore demandé à Jean-Pierre Lintanf, son provincial, des renforts pour animer les centres de recherche et faire vivre le lieu, ce couvent Le Corbusier auquel il était très attaché, tout en menant une réflexion sur la confrontation entre la foi, l’art sacré contemporain et la communauté qui avait débouché sur la publication de plusieurs ouvrages.

26François Biot est inhumé au cimetière du couvent où il a vécu presque toute sa vie. Il avait réfléchi sur le sens de la mort dans un numéro d’Échanges consacré à ce thème. Dans l’éditorial, il affirmait que « la mort est une composante normale de la vie humaine » et non « une sorte de miracle qui nous permettrait de sortir en un coup de l’insignifiance de la vie antérieure » et de ce fait « elle nous appelle, tant que nous vivons à l’attention, à la vigilance, à l’engagement ». Pour ses funérailles, il avait recommandé la sobriété. Dans une note rédigée le 4 juillet 1979, il avait exprimé ses souhaits : que la prière soit simple, que la lecture d’évangile porte sur la résurrection, qu’il n’y ait pas d’éloge funèbre en guise d’homélie et, ajoute-t-il dans une note complémentaire du 16 février 1984, que l’on écoute quelques pages du Requiem allemand (Ein deutsches Requiem) de Brahms. Le dépouillement doit manifester les directions de sa vie : « une passion pour l’Évangile, une passion pour les hommes de [son] temps, un amour de la vie, une espérance d’un monde nouveau où les hommes seraient fraternels et heureux, une attention à ceux qui sont ailleurs […], les non-catholiques, les Africains, les Chiliens, les Vietnamiens ». François Biot laisse derrière lui quelques chapitres d’un livre inachevé sur « L’art d’être chrétien » mais ne souhaite pas que ses papiers soient conservés.

27Son frère, Christian Biot, dit l’Évangile le dimanche 24 septembre 1995 à 16 h en l’église du couvent Sainte-Marie de la Tourette et Charles Noiray, cité par François Biot dans sa note de 1984, livre un témoignage qui se défend d’être un éloge conformément aux vœux du défunt. Il dépeint un homme d’action, doté de beaucoup de charisme, autoritaire parfois, déterminé toujours – monolithique et sectaire selon certains –, qui n’hésitait pas à aller à l’affrontement mais aussi un homme plus sensible qu’il n’y paraissait, aux amitiés fidèles, ayant souvent souffert d’incompréhension. Et redit une dernière fois le sens donné à sa vie : insérer l’Évangile dans le monde, vivre l’Évangile.

Archives dominicaines de la Province de Lyon. — Notice « René Biot » dans Lyon, le Lyonnais, le Beaujolais, Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, t. 6, Paris, Beauchesne, 1994. — Combat pour la paix, 360, juin-juillet 1988. — Archives dominicaines de la Province de France. — La Vie spirituelle, 627-628, juillet-octobre 1978. — Yann Raison du Cleuziou, De la contemplation à la contestation, socio-histoire de la politisation des dominicains de la Province de France (1950-1980), thèse de Science politique de l’Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, 2008. — Étienne Fouilloux, Les catholiques et l’unité chrétienne du xixe au xxe siècle, Paris, Le Centurion, 1982. — Denis Pelletier, La crise catholique, Paris, Payot, 2002. — Sabine Rousseau, La colombe et le napalm. Des chrétiens français contre les guerres d’Indochine et du Vietnam (1945-1975), Paris, CNRS-éditions, 2002. — Étienne Fouilloux, « Une affaire lyonnaise : la succession de l’abbé Couturier », Chrétiens et sociétés, 18, 2011, p. 105-135. — Sabine Rousseau, Françoise Vandermeersch (1917-1997). L’émancipation d’une religieuse, Paris, Karthala, 2012. — Sabine Rousseau, « François Biot, la foi et la politique », Annette Becker, Frédéric Gugelot, Denis Pelletier, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Écrire l’histoire du christianisme contemporain. Autour de l’œuvre d’Étienne Fouilloux, p. 347-359. — Denis Pelletier, Jean-Louis Schlegel (dir.), À la gauche du Christ. Les chrétiens de gauche en France de 1945 à nos jours, Paris, Le Seuil, 2012. — Pierre Dubois, Un prêtre français au Chili, Paris, Karthala, 2012. — Notice de Roland Ducret (1996) sur le site de la Province de France : http://www.dominicains.fr/​menu/​nav_institut/​Qui-sommes-nous/​Memoire-des-freres/​Frere-Francois-Biot (page consultée le 20 avril 2013). — Notices nécrologiques : Le progrès de Lyon, 22 septembre 1995 ; La Croix, 23 septembre 1995 ; Le Monde, 24 septembre 1995 ; Témoignage chrétien, 29 septembre 1995 ; Ut Diligatis, 247, novembre 1995.

Haut de page

Œuvre

Communautés protestantes : la renaissance de la vie régulière dans le protestantisme continental, Paris, Éd. Fleurus, 1959. — De la polémique au dialogue, Paris, Les Éditions du Cerf, 1963. — En route vers l’unité, Paris, Éd. du Témoignage chrétien, 1965. — Théologie du politique, Paris, Éditions Universitaires, 1972. — L’Évangile n’est pas neutre, Paris, Desclée de Brouwer, 1974. — Lève-toi et marche, Paris, Éd. du Témoignage chrétien, 1985. — Avec Michel Bourdeau, Françoise Perrot, Jacqueline Salmon, Le Corbusier et l’architecture sacrée, Lyon, La Manufacture, 1985. — « L’engagement pour la paix comme humanisme », Document pour la paix et le désarmement, 98, juin 1994. — Avec Roland Ducret, Derniers écrits, dernières paroles, Oullins, 1996. — Nombreux articles dans des revues en particulier dans Témoignage chrétien à partir de 1962 et dans Échanges à partir de 1978.

Haut de page

Table des illustrations

Titre François Biot en 1944
Légende À gauche, Ignace Ducroiset.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/145/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre François Biot au couvent de Sainte-Marie de la Tourette à Éveux, 12 novembre 1966
Légende François Biot en discussion avec Luc Séguillon (à gauche) et Jean-Paul Ganne à la suite d’une ordination au couvent. Au second plan, derrière Biot, Yves Jolif, régent des études.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/145/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Sabine Rousseau, « BIOT François », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, B, mis en ligne le 19 avril 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://dominicains.revues.org/145

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • Revues.org