Navigation – Plan du site

CLAVERIE Pierre

CLAVERIE Pierre Lucien à l’état civil ; CLAVERIE Pierre en religion
Jean-Jacques Pérennès

Résumé

Né le 8 mai 1938 à Alger (Algérie), mort le 1er août 1996 à Oran (Algérie)
Directeur du Centre d’études diocésain de langue et de pastorale (« Centre des Glycines ») ; évêque d’Oran.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 22/08/2017

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 7 décembre 1958 à Lille
• Profession simple : 8 décembre 1959 à Lille
• Profession solennelle : 11 janvier 1964 à Étiolles
• Ordination sacerdotale : 4 juillet 1965 à Étiolles
• Ordination épiscopale : 2 octobre 1981 à Alger

1Pierre Lucien Claverie naît le 8 mai 1938 à Bab el-Oued, un quartier populaire d’Alger. Fils d’Étienne Claverie et de Louise Maillard, il est issu d’une famille de pieds-noirs, des Français d’Algérie, établie depuis cinq générations. Ils ont très peu de famille en métropole. Sa sœur cadette Anne-Marie, appelée Nane dans la correspondance familiale, naît six ans plus tard en 1944. À eux quatre, ils vont constituer une solide « cellule familiale », soudée, délibérément voulue ainsi par les parents qui, eux, n’ont pas connu une enfance heureuse. Étienne, le père, est ce qu’on appelait alors « un enfant naturel » ; la maman, elle, vient d’un milieu fortuné mais où la joie faisait souvent défaut. Ceci explique l’énergie avec laquelle les parents s’employèrent s’emploient à donner à leurs enfants les meilleures conditions pour démarrer dans la vie : beaucoup d’amour, un indéfectible soutien mutuel, une présence discrète mais assurée. Étienne Claverie étant cadre de la compagnie Shell, la famille habite un appartement agréable de la rue Koechlin, dont le balcon offre une vue imprenable sur la Méditerranée et la basilique de Notre-Dame d’Afrique. Une famille de classe moyenne, en somme, où le bonheur familial compte plus que les apparences sociales. Pierre Claverie gardera de cette enfance un solide équilibre humain qui lui sera précieux.

Première communionPremière communion

Première communion

Pierre Claverie, le jour de sa première communion, avec sa sœur et ses parents à Bab el-Oued.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2L’exode familial dû à la guerre d’Algérie et les études de Pierre et Nane ne brisent pas vraiment ces liens, car, à la demande d’Étienne Claverie, une correspondance régulière se met en place en 1958 entre Pierre et son père. Elle durera durant près de quarante ans, à raison d’une lettre par semaine, dans chaque sens. Mal voyant – il a perdu un œil suite à un accident de jeunesse – Étienne Claverie se fait lire la prose de sa progéniture, quasi déclamée dans la cuisine familiale devant les membres présents : c’est presque un rituel. Chacun va de son commentaire, aidant ainsi à préparer une réponse ciselée et pleine d’humour qu’Étienne Claverie tape sur sa machine à écrire. Au-delà des nouvelles du quotidien, cette correspondance au ton apparemment léger et facétieux (« mes canards », « mes colombes ») était un partage des sentiments et l’occasion de forger un regard sur la vie et les choix qu’il faut y faire. Amoureusement conservée par les parents, qui, chaque fin d’année, ficèlent dans une boite en carton les lettres des enfants et leurs réponses, cette correspondance en voie de publication offre un regard sur une famille mais aussi sur le destin des Français d’Algérie, que la guerre d’indépendance bouleversera. Pierre quitte en effet Alger en 1958 pour poursuivre ses études en France. La maman et sa fille suivent peu de temps après, en raison des violences qui secouent l’Algérie, et se réfugient à Nice chez des amis. Étienne Claverie quitte définitivement Alger quand son fils y revient pour son service militaire en 1962, au lendemain de l’indépendance. Les parents finirent leur vie dans la banlieue de Toulon. La correspondance joue un rôle précieux lorsque, exilé en France, Pierre Claverie connaît une période de désarroi. Doucement, son père poursuit sa tâche d’éducateur et préserve son fils de l’amertume et du sentiment d’abandon dans lequel tombèrent beaucoup de rapatriés d’Algérie.

3Élève sans histoires au lycée Bugeaud d’Alger, Pierre Claverie est également scout à « la Saint-Do d’Alger », une troupe scoute animée depuis 1935 par les pères dominicains d’Alger, alors établis rue Édith-Cavell. Bien que pratiquants occasionnels les parents Claverie ont le souci de donner à leur fils de quoi affronter au mieux sa vie d’homme. La troupe scoute est dirigée depuis sa création par le père Louis Lefèvre (1900-1978), un ancien missionnaire de Mossoul, supérieur de la maison dominicaine d’Alger de 1943 à 1952, après le père Jacques Le Tilly, autre figure dominicaine marquante de ce couvent d’Alger.

Chef de patrouilleChef de patrouille

Chef de patrouille

Lors d’un camp scout de « la Saint-Do » d’Alger en 1952 à Payolle, commune de Campan dans les Hautes-Pyrénées, Pierre Claverie est intronisé chef de patrouille.

Fonds Anne-Marie Gustavson, sœur de Pierre Claverie/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4Des centaines de jeunes pieds-noirs, garçons et filles, ont fréquenté la troupe Saint-Do qui organisait des sorties hebdomadaires et des camps d’été « en métropole », restés dans toutes les mémoires. Plusieurs anciens de la Saint-Do ayant participé à la libération de l’Alsace au sein de l’Armée d’Afrique, cette région a été une destination privilégiée pour les camps d’été.

5L’orientation politique dominante dans la communauté dominicaine d’Alger est plutôt Algérie française, ce qui entraînera des tensions au sein du couvent d’Alger pendant les années de la guerre et conduira au départ de cette génération de religieux au lendemain de l’indépendance algérienne en 1962. Un des seuls, François Chavanes, restera, préparant un autre type de présence dominicaine après l’Indépendance. Il sera rejoint par Pierre Le Baut. Malgré cette orientation politique, l’impact éducatif de la troupe scoute d’Alger est incontestable comme en témoigne l’extraordinaire postérité de ce groupe Saint-Do qui a continué à se réunir en France, même après la mort du père Louis Lefèvre et malgré l’âge avancé de ses membres. L’association « Groupement des Anciens de la Saint-Do d’Alger » ne s’est en effet dissoute qu’en 2016 et a maintenu des liens très forts par un bulletin de liaison, Feux, et des rencontres nationales ou régionales régulières. Pierre Claverie y noue de solides amitiés, comme Jean-François Cota, à qui il confiera le premier son projet de vie religieuse. C’est aussi à un ancien de la Saint-Do, le général Hervé Maigro, qu’il fait part en juin 1996 du pressentiment qu’il a avait de la proximité de son assassinat. Malgré les distances prises au plan politique, Pierre Claverie restera fidèle à ces amis d’enfance.

Bulletin de liais...Bulletin de liaison de la troupe scoute « la Saint-Do »

Bulletin de liaison de la troupe scoute « la Saint-Do »

Feux est le bulletin de la troupe de « la Saint-Do » à Alger qui rassemble garçons ou filles pieds-noirs depuis 1935. Il relate les différents événements et sert de liaison entre jeunes et anciens scouts.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

6Relisant postérieurement sa jeunesse, Pierre Claverie qualifiera pourtant cette période de « bulle coloniale » :

« J’ai vécu mon enfance à Alger dans un quartier populaire de cette ville méditerranéenne cosmopolite. À la différence d’autres européens nés dans les campagnes ou les petites villes, je n’ai jamais eu d’amis arabes ; ni dans l’école de mon quartier d’où ils étaient absents, ni au lycée où ils étaient peu nombreux et où la guerre d’Algérie commençait à créer un climat explosif. Nous n’étions pas racistes, seulement indifférents, ignorant la majorité des habitants de ce pays. Ils faisaient partie du paysage de nos sorties, du décor de nos rencontres et de nos vies. Ils n’ont jamais été des partenaires… Le fait est que j’étais passé complètement à côté du peuple musulman alors qu’il constituait les neuf dixièmes de mon environnement humain… J’ai pu vivre vingt ans dans ce que j’appelle maintenant une “bulle coloniale”, sans même voir les autres. »

7De cette expérience d’un univers clos, il tire la conviction qu’« il n’y a d’humanité que plurielle » et toute sa vie il s’emploiera à bâtir des liens, entre chrétiens et musulmans, entre le Nord et le Sud de la Méditerranée. Cela signifiera de sa part de profonds changements de vie, à commencer par l’apprentissage de la langue arabe, dont il n’a appris que quelques mots dans sa jeunesse.

Une unité familal...Une unité familale que n’entame pas le départ en métropole de Pierre Claverie

Une unité familale que n’entame pas le départ en métropole de Pierre Claverie

Avec sa mère et sa sœur, Nane, en 1958, sans doute pour fêter son vingtième anniversaire.

Fonds Anne-Marie Gustavson, sœur de Pierre Claverie/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8Pierre Claverie quitte son Algérie natale pour la première fois en novembre 1957. Muni d’un baccalauréat série sciences, il rejoint la faculté des sciences de Grenoble pour y commencer des études de maths-physique-chimie qui ne vont pas le passionner. Il a l’idée de faire des études d’ingénieur, mais pas vraiment encore de projet précis pour sa vie future. À vrai dire, c’est surtout la rupture avec l’Algérie qui lui coûte. Certes, il la quitte en pleine bataille d’Alger, mais il a jusque-là été peu sensible aux questions politiques, dont son milieu familial l’a plutôt préservé. L’arrivée en milieu étudiant de métropole est un choc : l’université française très politisée voit d’un mauvais œil les opérations de police musclées que la France conduit en Algérie, sous la direction de militaires comme les généraux Bigeard et Massu. C’est cette même année 1957 que Pierre-Henri Simon fait paraître aux éditions du Seuil son Contre la torture. 1957 est également l’année de la mort de Maurice Audin, un jeune mathématicien français, assistant à l’université d'Alger, membre du Parti communiste algérien. Militant de l'indépendance de l’Algérie, Audin succombe sous la torture, ce que reconnaîtra tardivement le général français Aussaresses. Les chrétiens ne sont pas les derniers à dénoncer les méfaits de l’armée française en Algérie comme le montre le manifeste Des rappelés témoignent, publié par le Comité de résistance spirituelle créé par Henri Marrou, Paul Ricœur, Robert Barrat, manifeste auquel contribue un autre frère dominicain, futur compagnon de Pierre Claverie à Alger et ancien appelé du contingent, Jean-Pierre Voreux. Tout d’un coup, c’est tout l’univers de référence de Pierre Claverie qui s’effondre. Il est un temps tenté par les groupes activistes d’extrême droite qui font le coup de poing dans les assemblées étudiants et viennent déchirer Témoignage chrétien à la porte des églises. Mais son père le suit à distance, le conseillant avec discrétion mais efficacité. Une aumônerie étudiante, tenue par les jésuites, contribue aussi à éclairer sa conscience et sa compréhension des situations. De son propre aveu, c’est la guerre d’Algérie qui fait éclater la bulle dans laquelle il a vécu jusque-là.

9Au bout d’une année d’études à Grenoble, dont il ne voit guère le sens, Pierre Claverie se décide à opter pour la vie religieuse. Il s’en explique dans une lettre splendide à ses parents :

« Si j’ai choisi la prêtrise – disons le sacerdoce –, c’est pour me donner à fond à quelque chose dont je sens que c’est la plus belle chose du monde, c’est pour m’user pour quelque chose qui en vaille la peine pour les autres comme pour moi. Je sais ce que j’y perds, mais je sais ce que j’y gagne et ce que je ferai gagner aux autres. Vous voyez mes dispositions ? Les trouvez-vous conciliables avec mes misérables années gâchées à rogner certificat par certificat un diplôme qui reste un expédient. »

10Il avait a déjà évoqué ce projet avec son père à Alger, mais ce dernier avait a jugé prudent que son fils mûrisse son choix. Cette fois, il consent avec une grandeur d’âme qui impressionne, comme le montre une lettre au père Dominique Delalande alors maître des novices :

« Ce que Pierre n’a pas pu vous traduire exactement, c’est l’intense émotion avec laquelle nous nous sommes inclinés. Puisque rien, ou pas grand-chose, ne semblait le prédisposer à une telle Mission du fait de son cercle familial, il nous fallait bien admettre un Appel sans réplique… Notre fils est maintenant le vôtre. Toutes nos prières sont avec vous tous. Encore une fois, qu’il sache vous combler comme il nous a toujours comblés. C’est un bon et loyal petit… »

11La vestition a lieu à Lille le 7 décembre 1958. Cette étape sera à nouveau pour lui une expérience décapante : un de ses co-novices, Michel Froidure, rentre de deux ans de service militaire à Aïn Sefra, convaincu du caractère inéluctable de l’indépendance de l’Algérie ; un autre, Michel Perret, vient du milieu ouvrier et a milité contre la torture, contre le colonialisme. Il est le seul pied-noir, aussi bien au noviciat que durant ses études ultérieures. Intense au plan humain, le noviciat est aussi pour Pierre Claverie une occasion d’approfondissement spirituel. Déjà se dessine ici un trait du personnage : ses choix de vie s’opèrent vite mais de manière sûre et solide. Un an plus tard, en décembre 1959, il prononce ses vœux simples et rejoint le couvent d’études du Saulchoir à Étiolles. On notera que sa vocation dominicaine est plus passée par la troupe scoute Saint-Do et son animateur charismatique le père Louis Lefèvre que par la communauté dominicaine d’Alger qui ne semble pas l’avoir marqué.

12Pierre Claverie arrive au Saulchoir à un moment où cette « école de théologie », pensée depuis des décennies par Marie-Dominique Chenu, Yves Congar et quelques autres, va montrer sa fécondité lors du concile Vatican II. Certes, plusieurs de ces ténors dominicains sont encore sinon écartés du moins guère réhabilités : la crise des prêtres-ouvriers a laissé des blessures encore vives, tout comme la suspicion romaine contre la « nouvelle théologie ». Pierre Claverie se glisse avec aisance et bonheur dans la formation alors dispensée par les maîtres dominicains du Saulchoir, dont Louis-Bertrand Geiger, Claude Geffré, Pierre-Marie Gy, Pierre-André Liégé. La correspondance régulière avec sa famille rapporte moins ses découvertes intellectuelles que son mûrissement intérieur. Mûrissement spirituel d’abord, comme le montre cette confidence à ses proches :

Je suis un fana de contemplation et j’en fais une heure par jour, pas comme on fait du grec, mais pour me permettre de vivre par des élans successifs, de plus en plus en harmonie avec ce que j’ai choisi comme but » (10 janvier 1960).

13Cet enracinement spirituel dans une prière paisible restera une constante dans sa vie et un puissant soutien aux heures de l’épreuve. Celui qui semble l’avoir marqué le plus est son père maître de noviciat, le frère Dominique Delalande. Les cours d’homilétique de Pierre-André Liégé l’ont également passionné. C’est aussi au Saulchoir qu’il poursuit sa maturation humaine, se faisant une opinion mûrie sur la question algérienne. Dès novembre 1960, il écrit à ses parents :

« Je crois que nous sommes depuis longtemps dans l’illusion… J’avoue que j’ai découvert dans un livre la révolte de Sétif en 1945 ; ce coup de semonce, loin de nous faire réfléchir, nous a incités à redoubler de vigilance pour défendre nos droits, nous donnant l’occasion de passer sous silence pas mal de nos devoirs… Nous n’avons RIEN fait, nous les Claverie, pour être concrets, pour nous informer de la véritable situation des arabes... La guerre a commencé de manière injuste ; elle est maintenant juste mais absurde parce que, des deux côtés, on se demande pourquoi on se bat. Juste parce que nous avons compris que les arabes devaient accéder aux mêmes droits que nous… L’Algérie où nous allons vivre n’a plus rien à voir avec la précédente. Il est, à mon avis, impensable que nous restions partie intégrante du territoire français ! Ce n’est pas avec les métropolitains que nous avons à vivre et à faire bloc, c’est avec les arabes, quoi que nous fassions… »

14Ici apparaît un autre trait de la personnalité de Pierre Claverie : une capacité à analyser et à dégager les enjeux dans des situations politiques complexes. Enfin, au Saulchoir, guidé par Pierre-André Liégé, il se découvre un goût et vrai talent pour la prédication. Ces années d’étude sont donc à bien des égards des années fondatrices.

Au SaulchoirAu Saulchoir

Au Saulchoir

Pierre Claverie avec Michel Froidure à gauche et Paul White à droite au début des années 1960. Selon Wayne (Paul en religion) White, la photo a été prise au Saulchoir par Étienne Claverie, le père de Pierre.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

15L’année 1962 voit Pierre Claverie commencer son service militaire. Incorporé à Chartres en mars, il rejoint en juin son affectation à la base de l’armée de l’air à Reghaïa à l’est d’Alger. Plutôt que d’enseigner le français à l’École de l’armée de l’air de Cap Matifou, il opte pour l’aumônerie où on lui confie l’animation d’un foyer du soldat, le Club Saint-Exupéry, situé à Alger, rue Foureau-Lamy. Le lieu est idéal pour un homme chaleureux comme lui, qui a le goût et le don du contact humain. Pierre Claverie tient fréquemment le bar, organise des représentations théâtrales ou est tout simplement auprès des jeunes appelés du contingent qui ont besoin d’écoute et de détente. Les soirées sont plutôt consacrées à des réunions de réflexion où apparaît déjà son goût pour la prédication, comme le montrent ses lettres au père maître des étudiants au Saulchoir, Francis Marneffe-Lebréquier.

16Il est à Alger au moment de l’indépendance le 5 juillet 1962. Son abondante correspondance ne dit rien de son état d’esprit à ce moment-là, mais une lettre à ses parents de février 1963, au moment où son père quitte l’Algérie définitivement, montre qu’il a clairement tourné la page de l’Algérie française et compris les enjeux d’une présence dans l’Algérie nouvelle, l’Algérie algérienne :

« Vous voilà réunis à nouveau, mais pour “liquider” le passé. Pauvre petite maison comme écrivait Papa dans une de ses dernières épîtres. Bien sûr, nous ne reverrons plus ce panorama de Notre-Dame d’Afrique à la mer. Bien sûr, nous ne referons plus cet itinéraire venté de la rue Koechlin, et toutes ces images vont rejoindre un arsenal de souvenirs… Mais j’espère que vous vous rendrez bien vite compte combien cette séparation d’avec les murs ne pèse rien en comparaison de la création, ailleurs, du milieu humain où vous avez votre place… Un nouveau milieu humain (à Alger) a bouleversé les structures de briques au point de les rendre méconnaissables. Ce bouleversement ne laisse place qu’aux “pionniers”, à ceux qui, comme moi, n’ont rien à perdre et qui ont consacré leur vie à un service des autres… Vous n’êtes pas déracinés, puisque vos racines sont dans le cœur des hommes (et pas dans la terre ou les briques) et vous allez retrouver tous ces amis là où vous allez. La page se tourne, pas de salades, pas de regrets possibles. Le combat qui s’est déroulé, là-bas, n’était pas à votre mesure, pas davantage à la mienne. Il était, il est encore à la mesure des révolutionnaires, des visionnaires, des purs et des escrocs, des intérêts qui se sont affrontés. Plus rien à faire pour ces hommes par vous ; d’autres prendront la relève, je le souhaite et je me prépare à en être, dans ma sphère propre. “La famille continue”, continue à répandre sa paix et son trait d’union. À sa mesure, elle mène un combat, elle conquiert des territoires et de ceux-là personne ne pourra la déloger… »

17Quelqu’un l’a certainement beaucoup aidé dans cette évolution : l’abbé François de l’Espinay. Responsable de l’aumônerie militaire catholique en Algérie depuis 1958, proche du général Jacques Pâris de Bollardière, François de L’Espinay a très tôt attiré l’attention sur l’avilissement moral qu’entraîne le recours à la torture. De retour au Saulchoir en octobre 1963, Pierre Claverie termine des études de théologie et est ordonné prêtre le 4 juillet 1965 par Mgr Sauvage, évêque d’Annecy.

18Son condisciple au Saulchoir à partir de 1962, Pierre Raffin se souvient que Pierre Claverie était « auréolé d’une réputation de père-maître ». Un parcours sans histoire, un équilibre humain évident et une réputation de spirituel semblaient le destiner à devenir formateur de frères plus jeunes. C’est d’ailleurs ce que lui propose en février 1966 le prieur provincial, Joseph Kopf. Pierre Claverie, plus attiré par une vie de ministère apostolique, lutte pied à pied pour résister mais accepte le projet par obéissance :

« C’est clair ! Je commence à voir se dessiner un avenir qui me conduira de charge en charge, jusqu’à ce que je me casse la figure, ce qu’à Dieu ne plaise. Je ne serai pas une “grosse tête”, comme dit Nane, mais un “gros bonnet” ; c’est différent et beaucoup moins exaltant… À Dieu vat ! » (lettre à sa famille du 13 mars 1966)

19Le prieur du couvent d’Alger, Pierre Le Baut, va réussir à convaincre le chapitre provincial de mai 1967 de l’assigner à Alger où se reconstitue une communauté dominicaine en phase avec l’Algérie nouvelle. La communauté dominicaine d’Alger est alors en pleine restructuration : la génération de l’époque de l’Algérie française est partie. Il faut refaire une équipe de religieux sensibles aux réalités de l’Algérie nouvelle. Faire appel à Pierre Claverie a plusieurs avantages : pied-noir, il retrouvera le pays de ses racines et le monde ensoleillé de la Méditerranée qui lui sont chers ; sortant tout juste des études, il n’a pas été impliqué dans les déchirements vécus par les religieux qui étaient là avant l’indépendance. Il faut ouvrir une nouvelle page dans cette communauté qui s’était trop identifiée à l’Algérie française. Pierre Claverie y revient donc et pour de bon le 5 juillet 1967, cinquième anniversaire de l’indépendance. Sa priorité, dans un pays qui a beaucoup changé, c’est de parfaire sa connaissance de la langue arabe, dont il a commencé l’apprentissage au Saulchoir. Quelques religieux sont alors intéressés par le monde arabe. Certains, comme Olivier Carré et Claude Gilliot, feront une véritable carrière dans les études arabes et islamiques. Mais rien n’est très structuré pour les aider, selon Pierre Raffin, qui lui-même ira passer deux ans au Liban. Pierre Claverie prend son premier cours privé d’arabe en novembre 1960 avec le frère Albert-Marie Parasote, un ancien de Mossoul qui rejoindra Alger après l’indépendance. Ce n’est qu’une fois arrivé à Alger que Pierre Claverie se donnera à fond, trois années durant, à l’apprentissage de la langue arabe, sous la houlette de religieuses libanaises de la Congrégation des Saints-Cœurs de Jésus et de Marie. La directrice, sœur Athina, une personnalité flamboyante, ne cache pas son admiration devant cet élève doué et motivé, qui deviendra à son tour professeur d’arabe dans le centre de langues des sœurs libanaises. Au quotidien, Pierre Claverie partage la vie d’une petite communauté dominicaine installée dans un appartement du centre-ville d’Alger, rue Didouche Mourad, communauté dont tous les membres ont opté pour une insertion professionnelle dans le tissu social algérien. Pierre Le Baut, supérieur de la communauté, travaille au ministère des Affaires religieuses ; François Chavanes est employé au service des statistiques du ministère algérien de l’Agriculture ; Jean-Pierre Voreux enseigne l’électronique dans des centres de formation professionnelle en banlieue. Pierre Claverie est le plus impliqué dans les activités de l’Église locale mais « la communauté de la rue Didouche », comme on l’appelle est un lieu de rencontre et de convivialité où se retrouvent volontiers des prêtres de la Mission de France (Jobic Kerlan, Louis Fontugne, Dominique Lanquetot) ou des prêtres diocésains (Pierre Franz, Bernard Tramier) qui partagent la même sensibilité ecclésiale. Ils sont rejoints vers la fin des années 1970 par deux religieux dominicains plus jeunes de la province de Lyon, Régis Morelon et Jean-Jacques Pérennès, qui se destinent tous deux à vivre aussi dans le monde arabe.

20Cette immersion dans la langue arabe est aussi pour Pierre Claverie l’occasion de rencontrer des cadres de l’Algérie nouvelle, anciens militants contre le colonialisme, qui ont besoin de maîtriser la langue arabe, désormais langue officielle du pays. Avec eux, il va non seulement apprendre la langue, mais « apprendre l’Algérie », comme il aime dire, nouant de solides amitiés qui vont dureront toute la vie. Il leur rendra un hommage vibrant en la cathédrale d’Alger le jour de son ordination épiscopale :

« Mes frères et amis algériens, je vous dois à vous aussi d’être ce que je suis aujourd’hui. Vous aussi, vous m’avez accueilli et porté par votre amitié. Je vous dois d’avoir découvert l’Algérie qui était pourtant mon pays, mais où j’ai vécu en étranger toute ma jeunesse. Avec vous, en apprenant l’arabe, j’ai surtout appris à parler et à comprendre le langage du cœur, celui de l’amitié fraternelle où communient les races et les religions. Là encore, j’ai la faiblesse de croire que cette amitié résiste au temps, à la distance, à la séparation. Car je crois que cette amitié vient de Dieu et conduit à Dieu. »

21Aidé par sa maîtrise de la langue arabe, il s’initie à l’Algérie nouvelle, rencontrant des acteurs de son devenir politique et social. Durant une année, il est invité par l’évêque de Constantine, Mgr Jean Scotto, à l’assister dans sa mission : grande figure de pied-noir d’Algérie, Jean Scotto fait partie de ceux qui ont désiré une reconversion profonde de l’Église d’Algérie et inspiré le cardinal Duval qui en sera le guide. Cette année 1970-1971 dans le Constantinois permet aussi à Pierre Claverie de connaître une Algérie rurale, austère, celle des Aurès, matrice de la guerre de libération nationale, moins expansive que l’Algérie méditerranéenne. Lui, le méditerranéen chaleureux, aura besoin plus tard d’avoir senti la rudesse de ce pays.

22Ainsi équipé, humainement et spirituellement, Pierre Claverie se voit naturellement confier des responsabilités par le cardinal Léon-Étienne Duval, figure majeure de l’Église d’Algérie de l’après-indépendance. D’origine savoyarde, féru de saint Augustin, cet ancien professeur de séminaire assez rigide sur la doctrine et la discipline ecclésiastique a saisi le tournant historique que connaît le pays où il est d’abord venu comme évêque de Constantine en 1947. Transféré sur le siège d’Alger en 1954, il a accompagné son Église aux heures de la violence et défendu plus tôt que d’autres le droit des Algériens à l’autodétermination. Ils lui en garderont une grande reconnaissance. Son peuple chrétien, lui, a refusé pour une grande part le tournant que prenait le pays et est parti dans la panique de l’été 1962. Il faut alors repenser le sens d’une présence chrétienne dans un pays majoritairement musulman où le prosélytisme est exclu. Pierre Claverie va être un des hommes clefs de cette réflexion, avec Henri Teissier, auquel il succédera comme évêque d’Oran. En janvier 1973, l’archevêque confie d’abord à Pierre Claverie la direction du centre diocésain d’études et de pastorale, appelé centre des Glycines, du nom de la rue éponyme. On y dispense des cours d’arabe mais aussi de sociologie et d’études maghrébines à l’intention des jeunes coopérants laïcs, prêtres et religieuses venus pour participer à l’aventure de développement d’un pays neuf à bien des égards. En fait, dans ces années 1970, on est déjà sorti de l’euphorie de l’après-indépendance. Un nationalisme ombrageux commence à compliquer la présence d’une Église étroitement surveillée par un régime où l’armée et les services secrets sont aux commandes. Pierre Claverie noue alors de nombreux contacts dans le monde universitaire algérien, avec certains politiques aussi, plutôt ceux qui contestent le régime, discrètement. Il accompagne surtout la nécessaire réflexion théologique sur le sens d’une présence chrétienne dans un tel contexte et contribue à la rédaction d’un document publié en 1979 qui valorise le sens de la rencontre avec l’autre musulman, au-delà des identités religieuses : Chrétiens au Maghreb, le sens de nos rencontres. Le dialogue devient le maître mot de son engagement. Dialogue de vie plus que dialogue interreligieux, devenu assez délicat à un moment où l’Algérie se lance dans une politique volontariste d’arabisation, qui attirera peu à peu à elle des extrémistes musulmans venant du Moyen-Orient.

À Damanhour en Ég...À Damanhour en Égypte

À Damanhour en Égypte

Rencontre œcuménique de Pierre Claverie avec l’évêque copte Pacôme en 1980.

Fonds Anne-Marie Gustavson, sœur de Pierre Claverie/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

23Bien qu’il soit de plus en plus occupé, Pierre Claverie finit aussi par accepter la présidence de l’association Rencontre et développe.ment du Comité chrétien de service en Algérie (CCSA), fondé au lendemain de l’indépendance par l’Église réformée d’Algérie et la CIMADE, mais rapidement soutenu aussi par l’Église catholique. Il le fait sur la demande pressante du président sortant, le pasteur Jacques Blanc, qui a accompagné l’évolution de l’Église réformée d’Algérie depuis l’indépendance. Rencontre et développement, de moins en moins utile dans le champ du développement, avait été très sollicitée pour soutenir la lutte anti-apartheid en Afrique du Sud, les mouvements de libération d’Afrique australe (Angola et Mozambique), en Guinée-Bissau et au Cap-Vert, mouvements qui ont trouvé auprès du gouvernement algérien un précieux refuge à un moment où s’est jouée non sans mal la décolonisation de ces pays. Un autre dossier politique délicat occupera l’association : le Sahara occidental et le soutien au mouvement sahraoui, hébergé par l’Algérie. Le travail de Pierre Claverie est surtout de gérer les difficultés internes inhérentes à toute association, surtout lorsqu’elle fonctionne avec des cadres venant de divers horizons culturels. Il y fait preuve de beaucoup de doigté et est deux fois réélu président de l’association. Il y complète aussi son initiation aux réalités internationales, accompagnant parfois le pasteur Jacques Blanc au Conseil œcuménique des Églises à Genève. Une sérieuse alerte sur son avenir algérien a lieu en 1977-1978 lorsque le maître de l’Ordre, frère Vincent de Couesnongle, envisage de l’appeler au Caire pour prendre la direction de l’Institut dominicain d’études orientales. Fondé en 1953 par l’Ordre dominicain, l’IDÉO peine à étoffer et renouveler son équipe, en partie à cause de la forte personnalité de son fondateur, Georges Anawati, et aussi du décalage des dominicains du Caire par rapport à de nouvelles générations dominicaines dont les repères culturels et ecclésiaux ont été fortement secoués par Mai 68. Arabisant, très équilibré, bon gestionnaire d’équipes, Pierre Claverie serait un candidat idéal et la curie généralice tente à tout prix de l’arracher à Alger. Le cardinal Duval met tout son poids pour convaincre le maître de l’Ordre de renoncer à ce projet qui aurait privé l’Église d’Algérie d’une de ses personnalités majeures. Une autre menace a lieu lors du chapitre provincial de la Province de France en 1979, où beaucoup l’auraient volontiers choisi comme prieur provincial. Le supérieur de la maison dominicaine d’Alger, Jean-Pierre Voreux, pèse alors pour éviter ce départ.

24Très lié aux religieuses qui jouent un rôle important dans la présence d’Église, car plus proches des familles et des milieux populaires, Pierre Claverie prêche aussi de très nombreuses retraites en Algérie et à l’étranger, en particulier au Liban où les Sœurs de Saints-Cœurs et les sœurs dominicaines de Notre-Dame de la Délivrande le font venir presque chaque été. Il prêche aussi en Guadeloupe et ces retraites, qui lui tiennent lieu de vacances, jettent une lumière intéressante sur la vie spirituelle d’un homme qui n’aime pas l’introspection et ne se livre guère, à l’exception de sa propre famille. Il s’en explique d’ailleurs dans une retraite donnée au Liban en 1979 à ces religieuses de spiritualité ignacienne :

« Je ne ferai pas d’examen de conscience. Je n’aime pas l’introspection… Je ne peux pas. Je me découvre en me confrontant à des réalités extérieures… Ce n’est pas en moi que je trouve ma vérité, c’est en me battant avec les nécessités de la vie, celles qui me sont imposées. Je voudrais situer le combat de la vie, parce que la vie est un combat au-delà du religieux qui ne m’intéresse pas trop, car le religieux est aussi le domaine des plus grands quiproquos, le lieu des affrontements les plus sanglants, comme vous le savez… Partir des choses qu’on n’a pas choisies : qu’est-ce que je peux en faire pour être un vivant ? Je pense que la foi chrétienne n’est pas qu’une question de religion, c’est une affaire de vie ou de mort… Il est donc nécessaire d’ancrer la foi dans une réalité vivante, charnelle… sinon on en reste au niveau des idées qui s’affrontent dans l’abstrait. »

Plus loin, il ajoute : « Le cheminement de la rencontre de Dieu c’est toujours d’abord prendre acte de ce qui nous est donné à vivre. Et à travers ça, faire une expérience de Dieu. Dieu ne se révèle aux hommes que dans la mesure où ils se plongent entièrement dans les réalités qui leur sont données à vivre. »

25Il aborde certes des sujets classiques : la foi, l’eucharistie, la vie religieuse, l’identité chrétienne, le dialogue, etc., mais il le fait toujours d’une manière humainement enracinée, s’appuyant beaucoup sur sa propre histoire. Reprenant volontiers le mot du mystique musulman Rûmi (« Il n’y a qu’un pas sur la Voie, un pas hors de soi-même »), Pierre Claverie conclut :

« La valeur essentielle de notre vie, c’est le dépassement de nos barrières, la sortie de nous-mêmes par amour…Voilà le fondement de notre vie, croyante ou incroyante, chrétienne, musulmane ou bouddhiste. »

26Plusieurs de ces retraites ont été publiées après sa mort.

27Le 5 juin 1981, jour de la Pentecôte, la nomination de Pierre Claverie comme évêque d’Oran est rendu publique. Il succède à Mgr Henri Teissier, nommé coadjuteur du cardinal Duval à Alger. « Les mitres volent bas en ce moment », écrit-il avec humour à son ami le pasteur Jacques Blanc. C’est, avec le cardinal romain Paul Philippe, le seul évêque dominicain de la province de France. En réalité, c’est une nomination très souhaitée par le clergé et les fidèles du diocèse d’Oran. Le diocèse est de taille modeste : trente-cinq prêtres, moins de vingt mille catholiques, dont la majorité est constituée de travailleurs étrangers (Philippins, Indiens, Brésiliens) résidant sur des chantiers de barrage, de route ou d’usine. Les pratiquants réguliers sont surtout des étudiants chrétiens d’Afrique sub-saharienne, des épouses de ménages mixtes, des coopérants et des religieux ou religieuses au service du pays depuis l’indépendance. Les Algériens chrétiens se comptent encore sur les doigts de la main. Cette communauté chrétienne de taille modeste est riche, en revanche, de sa dimension internationale et multiculturelle et cela enchante Pierre Claverie, qui a le goût de la rencontre. Il reste aussi un groupe de pieds-noirs, qui n’ont pas quitté le pays après l’indépendance. Lors de son intronisation en la cathédrale d’Oran le 9 octobre 1981, il indique comment il comprend sa mission et celle de l’Église :

Oui, notre Église est envoyée en mission. Je ne crains pas de le dire et de dire ma joie d’entrer avec vous dans cette mission. Bien des équivoques héritées de l’histoire planent sur la mission et sur les missionnaires. Disons clairement aujourd’hui que : nous ne sommes pas et ne voulons pas être des agresseurs [...]. Nous ne sommes pas et ne voulons pas être les soldats d’une nouvelle croisade contre l’islam, contre l’incroyance ou contre n’importe qui [...]. Nous ne voulons pas être les agents d’un néo-colonialisme économique ou culturel qui divise le peuple algérien pour mieux le dominer [...]. Nous ne sommes pas et ne voulons pas être de ces évangélisateurs prosélytes qui croient honorer l’amour de Dieu par un zèle indiscret ou un manque total de respect de l’autre, de sa culture, de sa foi [...]. Mais nous sommes et nous voulons être des missionnaires de l’amour de Dieu tel que nous l’avons découvert en Jésus-Christ. Cet amour, infiniment respectueux des hommes ne s’impose pas, n’impose rien, ne force pas les consciences et les cœurs. Avec délicatesse et par sa seule présence, il libère ce qui était enchaîné, réconcilie ce qui était déchiré, remet debout ce qui était écrasé [...]. Cet amour, nous l’avons connu et y avons cru [...]. Il nous a saisis et entraînés. Nous croyons qu’il peut renouveler la vie de l’humanité pour peu qu’on le reconnaisse [...]. »

28Dès sa prise de fonction, Pierre Claverie multiplie les contacts et utilise les locaux de l’Église catholique devenus trop grands pour elle et les transforme en « plateformes de rencontre et de service » pour les mettre à la disposition de la population : bibliothèques pour étudiants, ateliers de couture pour les femmes, centre d’accueil pour des handicapés. Il construit véritablement « une Église au service d’un peuple musulman », selon le mot de son prédécesseur Henri Teissier. Et c’est de l’intérieur de cette mission de service que l’Église redécouvre son rôle. Ces premières années à Oran furent pour Pierre Claverie des années heureuses, pleines de projets, que soutient un clergé qu’il sait unir et fédérer. On mesure son rôle en parcourant les éditoriaux mensuels du bulletin du diocèse d’Oran, Le Lien, où sa parole sur les sujets d’Église et de société étaient toujours attendus. Ses amis Algériens oranais lui suggérèrent de demander la nationalité algérienne, comme l’ont fait après l’indépendance le cardinal Duval et un certain nombre de prêtres, religieux et religieuses. François Chavanes est au nombre de ceux-là. Pierre ne l’a jamais fait, peut-être pour ne pas froisser la sensibilité toujours à vif de ses amis pieds-noirs. Il dépose donc une demande mais n’a jamais eu de réponse, probablement en raison de réticences de certains milieux islamistes influents dans la haute administration du ministère de la Justice.

À El Abiodh Sidi ...À El Abiodh Sidi Cheikh en Algérie

À El Abiodh Sidi Cheikh en Algérie

Pierre Claverie en 1988 avec sœur Madeleine, frère Jean-Michel et petite sœur Karima à El Abiodh, lieu fondateur de différentes branches de la famille spirituelle du père de Foucauld.

Fonds Anne-Marie Gustavson, sœur de Pierre Claverie/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

29Une des originalités de la pensée de Pierre Claverie et qui se déploie au fil de ses éditoriaux, conférences et homélies, c’est un regard très personnel sur le dialogue islamo-chrétien. La question est essentielle pour l’Église d’Algérie qui vit immergée dans un océan musulman, où tout prosélytisme est exclu. Le concile Vatican II a ouvert la voie en proposant un regard plus positif sur l’islam. La constitution conciliaire Lumen gentium parle des « Musulmans qui adorent avec nous le Dieu unique, miséricordieux, qui jugera les hommes au dernier jour » (n° 16). La déclaration Nostra Aetate de 1965 ajoute que l’Église « regarde aussi avec estime les musulmans, qui adorent le Dieu Un, vivant et subsistant, créateur du ciel et de la terre, qui a parlé aux hommes… Si, au cours des siècles, de nombreuses dissensions et inimitiés se sont manifestées entre les chrétiens et les musulmans, le concile les exhorte tous à oublier le passé et à s’efforcer sincèrement à la compréhension mutuelle, ainsi qu’à protéger et à promouvoir ensemble, pour tous les hommes, la justice sociale, les valeurs morales, la paix, la liberté » (n° 3). Cette nouvelle approche a conduit pendant deux décennies à organiser de nombreuses conférences islamo-chrétiennes, où l’on a volontiers souligné ce que chrétiens et musulmans ont en commun, au risque parfois de sous-estimer les différences. Pierre Claverie n’a jamais aimé les unanimités de surface, du genre « nous sommes tous enfants d’Abraham », « nous sommes les religions du livre », etc. Plus sensible aux polémiques et aux blessures qui ont marqué les siècles d’histoire entre chrétiens et musulmans, il déclare volontiers : « Un abîme nous sépare. » C’est ce qu’il souligne d’emblée lors d’une conférence qui lui est demandée à la mosquée de Paris le 15 mai 1988. Tout en reconnaissant qu’au long de l’histoire il y a toujours eu des hommes qui ont eu le goût de la rencontre, il considère que le dialogue véritable consiste d’abord à reconnaître l’autre dans sa différence, à ne pas minimiser son altérité. Pour pouvoir affronter en vérité nos différences au lieu de les taire, il faut à ses yeux s’employer d’abord à créer les conditions d’une rencontre véritable en s’affrontant ensemble à des défis communs et en développant un climat d’amitié et de confiance. Cette approche très exigeante lui a attiré la sympathie de nombreux musulmans, en particulier de confréries soufies comme les Alaouites de Mostaganem. Surtout, le dialogue n’est pas pour Pierre Claverie une manière de s’accommoder d’une contrainte que l’on n’a pas choisie. Le dialogue devient pour lui « le maître mot de (sa) vie », non seulement au plan de l’existence quotidienne mais plus profondément au plan de la recherche de la vérité. Dans un texte écrit six mois avant sa mort, intitulé Humanité plurielle, il écrit :

« Dans cette expérience faite de la clôture, puis de la crise et de l’émergence de l’individu, j’acquiers la conviction personnelle qu’il n’y a d’humanité que plurielle et que, dès que nous prétendons – dans l’Église catholique, nous en avons la triste expérience au cours de notre histoire – posséder la vérité ou parler au nom de l’humanité, nous tombons dans le totalitarisme et dans l’exclusion. Nul ne possède la vérité, chacun la recherche, il y a certainement des vérités objectives mais qui nous dépassent tous et auxquelles on ne peut accéder que dans un long cheminement et en recomposant peu à peu cette vérité-là, en glanant dans les autres cultures, dans les autres types d’humanité, ce que les autres aussi ont acquis, ont cherché dans leur propre cheminement vers la vérité. Je suis croyant, je crois qu’il y a un Dieu, mais je n’ai pas la prétention de posséder ce Dieu-là, ni par le Jésus qui me le révèle, ni par les dogmes de ma foi. On ne possède pas Dieu. On ne possède pas la vérité et j’ai besoin de la vérité des autres. »

30Dans d’autres occasions, Pierre Claverie manifeste aussi sa liberté de pensée comme lors d’une conférence prononcée à La Haye en 1986 sur « L’Église et les droits de l’homme » ou à Naples en décembre 1995 sur « Monothéisme et conflit ». À chaque fois, sa capacité à parler comme homme d’Église, mais sans langue de bois, est particulièrement appréciée.

Audience pontificaleAudience pontificale

Audience pontificale

Pierre Claverie reçu par le pape Jean-Paul II à Rome dans les années 1980.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

31Comme évêque, il a aussi très tôt à traiter des dossiers délicats : en bonne intelligence avec le ministère de la Culture, il sait, par exemple, transformer la vieille cathédrale néo-byzantine d’Oran, bien trop grande pour sa communauté, en maison de la culture ouverte à tous, en échange du réaménagement d’une église plus modeste en cathédrale. L’opération permet de couper court aux tentatives de groupes islamistes de s’emparer de l’ancienne cathédrale pour en faire une mosquée. Cette pression des mouvements islamistes va croître dès la fin des années 1980. L’arrêt par le gouvernement algérien en janvier 1992 du processus électoral qui va amener une majorité islamiste au parlement déclencha un processus de radicalisation des groupes islamistes comme le FIS (Front islamique du salut) qui se préparent depuis des années à prendre le pouvoir. La violence s’installe dans le pays, ciblant d’abord les représentants de l’État (juges, policiers, militaires) puis la société civile (journalistes, femmes engagées dans la société). Pierre Claverie suit cela de très près, aide beaucoup l’Église d’Algérie à analyser le processus politique, sans panique, mais sans naïveté. Son option pour une « société plurielle » fait de plus en plus sens et nombre d’amis Algériens s’y reconnaissent. Lorsque des hommes comme Abdelkader Alloula, directeur du théâtre d’Oran, sont assassinés, il dit publiquement sa réprobation, prenant le risque de s’exposer dans les médias. Un nouveau seuil est franchi en 1994 quand les islamistes s’en prennent à des étrangers et finalement à des religieux chrétiens. L’assassinat le 8 mai 1994 du frère mariste Henri Vergès et de la sœur Paul-Hélène Saint-Raymond est un choc pour la communauté chrétienne, persuadée que la qualité de son lien avec une population qu’elle aimait et servait la protégerait. Désormais, on tue tous azimuts et l’État n’est pas en reste dans cette violence, réprimant sans ménagement. Dès lors, Pierre Claverie parle haut et fort, trop selon certains, mais il estime qu’il doit le faire puisque sa parole est écoutée. L’assassinat de ces deux religieux ayant été revendiqués par le FIS, Pierre Claverie fustige leur lâcheté :

« Quelle abominable lâcheté chez ces tueurs de l’ombre ! Que l’on me prenne pour cible, je le comprendrais : évêque, je représente peut-être aux yeux de certains une institution honnie ou dangereuse. Je suis un responsable et j’ai toujours défendu publiquement ce qui me paraissait juste, vrai, ce qui favorisait la liberté, le respect des personnes, spécialement les petits et les minoritaires. J’ai milité pour le dialogue et l’amitié entre les gens, les cultures, les religions. Tout cela mérite probablement la mort et je suis prêt à en assumer le risque. Ce serait même un hommage que je rendrais au Dieu auquel je crois. Mais s’en prendre au frère Henri et à sœur Paul-Hélène, je ne comprends pas. »

32Il doit en même temps aider sa communauté chrétienne à vivre ce temps d’épreuve et à lui donner sens. Il le fait dans ses homélies, ses éditoriaux, des conférences publiques. C’est à cette époque qu’il développe un thème qui va marquer : le sens pour l’Église d’être présente sur les lignes de fractures qui traversent l’humanité. Dans une conférence donnée à Montpellier en février 1995, il s’explique sur son choix de rester malgré les risques :

« La dernière raison, la plus insensée, est, pour moi, personnellement, la plus déterminante. Jésus est mort écartelé entre ciel et terre, bras étendus pour rassembler les enfants de Dieu dispersés par le péché qui les sépare, les isole et les dresse les uns contre les autres et contre Dieu même. Il s’est mis sur les lignes de fracture nées de ce péché. Déséquilibres et ruptures dans les corps, les cœurs, les esprits, les relations humaines et sociales ont trouvé guérison et réconciliation en lui car il les prenait sur lui. Il place ses disciples sur ces mêmes lignes de fracture avec la même mission de guérison et de réconciliation. L’Église accomplit sa vocation et sa mission quand elle est présente aux ruptures qui crucifient l’humanité dans sa chair et dans son unité. En Algérie, nous sommes sur l’une de ces lignes sismiques qui traversent le monde : Islam/Occident, Nord/Sud, Riches/pauvres, etc. »

33Quelques mois plus tard, en juin 1995, au cours d’une homélie d’ordination à Paris, il montre la signification pascale de cet affrontement accepté avec la mort. C’est au cours de ce printemps qu’il publie et vient présenter en France son ouvrage Lettres et messages d’Algérie (Karthala). Le livre a un écho considérable et lui vaut une couverture médiatique qui, d’une certaine manière, le désigne désormais comme un homme à abattre. A-t-il été imprudent ? Certains, y compris parmi ses proches, l’ont pensé. Son père meurt au printemps 1996, quelques années après sa mère qui avait dû être placée en maison médicalisée, ce qui est pour lui très douloureux. Dès lors, Pierre Claverie pense surtout à protéger et à soutenir ses proches en Algérie, le petit reste de religieux et religieuses mais aussi les amis Algériens très ébranlés. Plusieurs groupes de femmes bénéficieront de sa chaleureuse amitié en ces heures noires.

34De manière paradoxale, cette période renforce les liens de Pierre Claverie avec ses frères dominicains de France. Il jouit auprès d’eux d’une grande réputation, puisqu’ils ont même tenté de l’élire provincial en 1979 ; plus tard, il a été menacé de devoir prendre la direction de l’Institut dominicain d’études orientales du Caire, mais a tenu bon à sa vocation algérienne. Depuis qu’il est évêque, il est régulièrement sollicité pour ordonner diacres ou prêtres ses jeunes frères de France. Il n’est donc pas coupé de l’ordre dominicain par sa fonction épiscopale. La puissance de sa parole et la force de son témoignage en ces années noires vont approfondir son lien avec ses frères dominicains, surtout les plus jeunes : il devient une référence, un message vivant. Cela sera encore plus net après sa mort, comme le montrent la fréquence avec laquelle certaines de ses phrases sont reprises à l’occasion de professions religieuses ou d’ordinations.

35Parmi les questions difficiles que Pierre Claverie doit gérer à cette époque de sa vie, il y a aussi la question de quelques demandes de baptême de jeunes Algériens désireux de se convertir au christianisme. Depuis plusieurs années déjà, les Églises évangéliques d’origine américaine n’ont pas hésité à accepter des conversions et à baptiser en assez grand nombre, en particulier en Kabylie, où la population aime à marquer sa différence avec une Algérie qui s’est définie comme « arabo musulmane ». Sous la houlette du cardinal Duval et de l’ensemble des évêques d’Algérie, l’Église catholique est beaucoup plus réservée. Elle mesure en effet l’énorme rupture sociale que représente le passage au christianisme et donc l’abandon de l’islam, religion de la quasi-totalité de la population. Ces personnes ont-elles la force morale pour soutenir un tel choix ? Ou seront-elles condamnées à émigrer, rejetées par leurs familles ? Les médias algériens fustigent régulièrement les conversions, accusant les chrétiens d’acheter ces nouveaux fidèles. Pierre Claverie est alors tenté de prendre quelque liberté par rapport à la ligne de l’Église d’Algérie qui, depuis l’indépendance, est plus encline à développer les liens d’amitié qu’à accroître ses effectifs. Il y a, en effet, des cas personnels, parfois douloureux, qui méritent écoute et accueil, le durcissement de certains courants musulmans poussant des jeunes à vouloir vivre autre chose. Pierre Claverie gère cela dans une certaine tension avec son environnement diocésain immédiat. En revanche – et, pour lui, c’est essentiel – il n’hésite pas aborder le sujet avec des amis Algériens en qui il a confiance.

36La nouvelle de l’enlèvement puis de la mort des moines trappistes en avril-mai 1996 montre que désormais rien n’arrêtera les auteurs de violence. Elle le conduit aussi à envisager désormais clairement la perspective de sa propre mort. À Pâques de cette année 1996, son propos est très explicite :

« Le mystère de Pâques nous oblige à regarder en face la réalité de la mort de Jésus et de la nôtre, et à rendre compte de nos raisons de l’affronter. Ce faisant, nous mettons à jour nos raisons de vivre […] En toute vie, il y a des heures où les choix révèlent ce que nous portons en nous et ce que nous sommes. Ce sont généralement des heures sombres […] Jésus nous apprend à regarder cette heure en face et à ne pas l’escamoter. Douce ou violente, accomplissement ou arrachement, nous avons à intégrer cette mort comme la réalité la plus révélatrice du poids de notre vie… […] Pas de vie sans dépossession car il n’y a pas de vie sans amour ni d’amour sans abandon de toute possession… »

37Fin juin 1996, rentrant d’un colloque en Corse, Pierre Claverie se rend à une rencontre nationale des Anciens de la Saint-Do d’Alger qui a lieu cette année-là à Prouilhe*, berceau de l’ordre dominicain. Pierre Claverie n’y est jamais venu et c’est là qu’il retrouve les scouts de sa jeunesse, ceux parmi lesquels est probablement née sa vocation dominicaine. Journée émouvante s’il en est pour lui, mais aussi pour ceux qui l’écoutent et le quittent en ayant le sentiment d’avoir entendu son testament spirituel. En voici un extrait :

« Depuis le début du drame algérien, on m’a souvent demandé : “Que faites-vous là-bas ? Pourquoi restez-vous ? Secouez donc la poussière de vos sandales ! Rentrez chez vous !” Chez vous… Où sommes-nous chez nous ? … Nous sommes là-bas à cause de ce Messie crucifié. À cause de rien d’autre et de personne d’autre ! Nous n’avons aucun intérêt à sauver, aucune influence à maintenir. Nous ne sommes pas poussés par je ne sais quelle perversion masochiste. Nous n’avons aucun pouvoir, mais nous sommes là comme au chevet d’un ami, d’un frère malade, en silence, en lui serrant la main, en lui épongeant le front. À cause de Jésus parce que c’est lui qui souffre là, dans cette violence qui n’épargne personne, crucifié à nouveau dans la chair de milliers d’innocents. Comme Marie, sa mère et saint Jean, nous sommes là au pied de la Croix où Jésus meurt abandonné des siens et raillé par la foule. N’est-il pas essentiel pour le chrétien d’être présent dans les lieux de déréliction et d’abandon ? … Où serait l’Église de Jésus-Christ, elle-même Corps du Christ si elle n’était pas là d’abord ? Je crois qu’elle meurt de n’être pas assez proche de la Croix de son Seigneur. Si paradoxal que cela puisse paraître, et saint Paul le montre bien, la force, la vitalité, l’espérance chrétienne, la fécondité de l’Église viennent de là. Pas d’ailleurs, ni autrement. Elle se trompe, l’Église, et elle trompe le monde, lorsqu’elle se situe comme une puissance parmi d’autres, comme une organisation humanitaire ou comme un mouvement évangélique à grand spectacle. Elle peut briller, elle ne brûle pas du feu de l’amour de Dieu, “fort comme la mort” comme le dit le Cantique des cantiques. Car il s’agit bien d’amour ici, d’amour d’abord et d’amour seul. Une passion dont Jésus nous a donné le goût et tracé le chemin. “Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime”… »

38Tout est dit. Pierre Claverie rentre à Oran, grave mais déterminé.

39Les conditions de l’assassinat de Pierre Claverie sont assez bien connues, mais il reste beaucoup de points obscurs sur ses auteurs. Le 1er août 1996, il se rend à Alger où le ministre français des Affaires étrangères, en visite en Algérie, désire le rencontrer. Pierre Claverie ne tient guère à y aller, ne fréquentant guère ces milieux et s’estimant plus concerné par les affaires de l’Algérie que par les intérêts de la France dans ce pays. Ses amis algériens, en revanche, le poussent à s’y rendre, en partie pour défendre leur cause. Depuis l’extension de la violence, il leur est très difficile d’obtenir des visas pour la France avec qui beaucoup d’entre eux ont des liens étroits, familiaux ou professionnels. De surcroît, l’archevêque d’Alger n’est pas là, retenu en France par une rencontre avec les familles des moines assassinés. Enlevés dans la nuit du 26 au 27 mars 1996, les dépouilles des sept moines trappistes ont, en effet, été trouvées le 30 mai 1996, non loin de Médéa. Leur assassinat, alors attribué au GIA (Groupe islamique armé), a été un énorme choc pour l’Église d’Algérie et le pays tout entier. Pierre Claverie se rend donc à Alger en compagnie de Jean Donet, représentant des Français d’Oran. La rencontre avec le ministre Hervé de Charette ayant eu lieu le matin, il décide de rentrer à Oran plus tôt que prévu, pendant que le ministre se rend sur la tombe des moines au monastère de Tibhirine. La visite est délicate car des incertitudes demeurent sur le rôle des services de renseignement algériens mais aussi français durant la période de recherche des sept moines trappistes enlevés. Après un rapide déjeuner à la maison diocésaine d’Alger, il rejoint l’aéroport en compagnie de Jean Donet et de son épouse, du vicaire général d’Alger, Belaïd Ould Aoudia. Celui-ci se souvient que Pierre a plaisanté avec lui sur la beauté de cette ville d’Alger qu’il parcourait une fois encore avec joie, de Hydra et El Biar sur les hauteurs au front de mer et à l’aéroport de Dar el Beida, que les pieds-noirs continuent à appeler Maison-blanche. Tant de choses ont changé dans ce pays, son pays. Son billet retour étant en open, il doit attendre, les vols étant désormais très chargés en raison de l’insécurité des routes. Des amis croisés dans la journée, comme l’évêque de Constantine, Mgr Gabriel Piroird, parviennent à partir alors que Pierre et ses amis attendent encore. Finalement, au bout de trois heures, trois cartes d’embarquement leur sont curieusement délivrées, alors que les avions sont pleins. Parti en fin de journée, l’avion arrive une heure plus tard à l’aéroport d’Oran Es-Sénia où ils sont attendus par un jeune ami Algérien, Mohamed Bouchikhi, qui rend service à l’évêché durant l’été et se montre ravi de conduire de temps en temps la Peugeot 205 de l’évêque. Entre Pierre et Mohamed, une histoire d’amitié s’est nouée. Ce jeune garçon est musulman, mais sa famille est proche des chrétiens, car la paroisse catholique de Sidi Bel-Abbès dont il est originaire a beaucoup aidé sa famille en des circonstances difficiles. Pierre Claverie à qui une escorte policière est imposée depuis la mort des moines ne lui a pas caché le risque qu’il y a à le fréquenter, mais Mohamed est fidèle en amitié et n’est pas insensible à la générosité d’un homme qui ne veut pas les lâcher en des heures difficiles. Sur un petit carnet, trouvé après sa mort, Mohamed a consigné quelques réflexions qui sonnent comme un adieu à ses amis. À 22h 45, ils sont devant la porte de l’évêché. Pierre et Mohamed qui ont accompagné chez eux les amis Donet saluent l’escorte policière qui les quitte. « Pierre semblait très soucieux », se souvient Jean Donet. Mohamed veut accompagner Pierre Claverie jusqu’à l’évêché, car il a les bras chargés de téléphones satellitaires rapportés du consulat de France pour les religieuses qui vivent dans des lieux reculés d’Oranie. Lorsqu’ils entrent, à 22h 48, une explosion retentit, déchiquetant le corps de Mohamed et causant des dommages mortels à Pierre Claverie. Selon le diagnostic du garde du corps du consul d’Espagne venu le lendemain sur les lieux, une bombe de type antichar, posée à l’extérieur contre une porte métallique, a été déclenchée lorsqu’ils sont entrés. Curieusement, la police avait ce jour-là demandé aux clochards habituellement assis devant la porte de s’en aller, ce qui a semblé accréditer l’hypothèse d’une possible complicité de certains services algériens de sécurité.

40Dès la déflagration, les religieuses de l’évêché et les voisins accourent et découvrent Mohamed dans l’entrée et Pierre Claverie au seuil de sa chapelle, le crâne explosé. Les autorités civiles se rendent également sur les lieux, l’évènement étant très embarrassant pour la réputation internationale de l’Algérie. En effet, sa mort fait la une de nombreux journaux internationaux dès le 2 août. Les funérailles ont lieu le 5 août, présidées par le cardinal Gantin, préfet de la Congrégation pour les évêques, représentant personnel du pape Jean-Paul II. Elles rassemblent de nombreuses personnalités civiles et religieuses, dont le maître de l’Ordre des dominicains, le frère Timothy Radcliffe. La presse nationale et internationale lui rend hommage. Il est enterré le lendemain au fond de sa cathédrale, revêtu d’une aube et d’une étole où des religieuses dominicaines avaient brodé ces simples paroles : « Allah mahabba », c’est-à-dire « Dieu est amour. » Un mois plus tard, une messe solennelle d’hommage a lieu en la cathédrale Notre-Dame de Paris, à l’invitation de la Conférence des évêques de France et de la province dominicaine de France. L’intensité de la célébration est marquée non seulement par la ferveur de la nombreuse assistance, mais par des youyou inattendus venant de femmes musulmanes présentes, s’associant ainsi à l’hommage des chrétiens.

L’assassinat de P...L’assassinat de Pierre Claverie à la une de nombreux journaux français

L’assassinat de Pierre Claverie à la une de nombreux journaux français

Parmi les principaux quotidiens nationaux, l’assassinat de Pierre Claverie fait la une, parfois à plusieurs reprises, de La Croix, du Figaro, du Monde, de Libération. Avant la fin du mois d’août, on dénombre une cinquantaine d’articles dans ces quotidiens. La presse quotidienne régionale comme internationale couvrent aussi largement l’événement. Dans la semaine qui suit, les périodiques tels La Vie catholique, L’Express, Le Nouvel Observateur, Paris-Match… contribuent à cet écho médiatique.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

41La sœur de Pierre Claverie s’étant portée partie civile le 30 avril 1997, sur la suggestion d’amis algériens et en accord avec les responsables de l’Église d’Algérie, un procès a lieu le 22 mars 1998. La police ayant déclaré que les présumés assassins étaient morts dans l’assaut donné à leur refuge le 11 août 1996, ce sont onze présumés complices qui ont comparu. Sept condamnations à mort, trois peines de prison et une relaxe ont été prononcées. La presse et l’opinion publique ont eu le sentiment que l’on assistait à un simulacre de procès et que la lumière sur les véritables auteurs n’avait pas été faite. Un quotidien algérien du 24 mars a noté :

« Le très sévère réquisitoire du procureur, qui a requis plusieurs peines capitales et la perpétuité, a fait l’effet d’une massue, l’étonnement se lisant sur le visage des inculpés… L’autre élément ayant suscité des interrogations est relatif à la nature très sophistiquée de la bombe alors que bon nombre d’observateurs ont souligné le niveau plus que moyen des prévenus. Une autre énigme qui ne sera probablement pas élucidée par ce procès est le réel mobile des commanditaires. »

42La famille Claverie et l’Église d’Algérie ont demandé que cette peine ne soit pas exécutée dans toute sa rigueur. En fait, la lumière n’a jamais été faite sur les mobiles et les auteurs de cet assassinat, dont on peut penser qu’il a visé à faire taire un homme dénonçant la violence « d’où qu’elle vienne ».

43Très vite, en revanche, le message de Pierre Claverie a eu un retentissement dépassant les frontières de l’Algérie et même de la France. Une biographie détaillée lui est consacrée en 2000. Ses Lettres et messages d’Algérie font l’objet d’une réédition. Plusieurs de ses retraites sont publiées grâce au travail méthodique d’une moniale dominicaine d’Orbey, sœur Anne-Catherine, qui a pris le temps de reprendre les manuscrits de ces retraites déposées aux archives du diocèse d’Oran et de comparer ces notes avec les nombreuses cassettes audio dont on dispose. Traduits en plusieurs langues, les ouvrages de Pierre Claverie et son témoignage ont eu un grand impact dans l’Ordre dominicain et au-delà. Ainsi, en juillet 2011, un groupe de jeunes frères dominicains a l’idée de proposer au festival d’Avignon une pièce de théâtre relatant l’histoire de Pierre Claverie et de son amitié avec Mohamed Bouchikhi. Le texte, rédigé par Adrien Candiard, reprend pour l’essentiel des écrits de Pierre Claverie et fait écho aux notes laissées par Mohamed. Un discret accompagnement de hang soutient le spectacle d’une heure, dit par un seul acteur qui incarne à tour de rôle les deux personnages. Le spectacle a connu un réel succès. Il a été depuis joué chaque été au festival d’Avignon et durant l’hiver à Paris et dans de nombreuses villes de France et même à l’étranger (Belgique, Italie, Suisse, Algérie, Maroc, Égypte, etc.). Plus de 750 représentations de cette pièce ont déjà eu lieu, devant des publics variés, comprenant même des musulmans.

44Au mois de mai 2000, l’Église d’Algérie, profitant de la célébration au Colisée par le pape Jean Paul II d’une « commémoration des témoins de la foi du XXe siècle », a organisé un pèlerinage à Rome réunissant les familles des dix-neuf victimes de l’Église d’Algérie. La famille de Pierre Claverie était présente. Au terme de trois journées de prière et d’amitié, Mgr Henri Teissier, alors archevêque d’Alger, a fait part de son intention de demander l’ouverture d’une cause de béatification des dix-neuf « Serviteurs de Dieu » de l’Église d’Algérie. Le 5 octobre 2007, après discussion entre les diverses congrégations impliquées (trappistes, pères blancs, maristes, dominicains, religieuses) une cause a été effectivement ouverte par le diocèse d’Alger sous le titre « Cause de béatification des serviteurs de Dieu Mgr Pierre Claverie et ses 18 compagnons martyrs ». Un postulateur a été nommé qui a organisé l’instruction de la cause, à savoir : réunion d’un tribunal diocésain chargé d’auditionner des témoins ; création d’une commission d’historiens chargée de rassembler la documentation nécessaire (biographie, écrits publics, etc.) ; nomination de censeurs théologiens chargés d’examiner les écrits et de juger de leur orthodoxie. L’ensemble de cette documentation a été collationné, vérifié et remis au Saint-Siège, donnant lieu à une cérémonie au généralat des frères maristes de Rome, le 9 juillet 2012. La cérémonie était présidée par Mgr Ghaleb Bader, archevêque d’Alger. Presque toutes les congrégations religieuses concernées étaient représentées. La Congrégation pour la cause des saints a ensuite examiné cette abondante documentation (plus de 6 700 pages en 22 volumes!) et nommé un relateur chargé de suivre le postulateur et ses collaborateurs dans le travail de rédaction de la « Positio super virtutibus et martyrio ». Celle-ci, rédigée par Dom Thomas Georgeon, osco, a été remise pour examen à la Congrégation pour la cause des saints et acceptée. Une décision de béatification par le Saint-Siège dépend de nombreux facteurs (authenticité du témoignage, opportunité politique et ecclésiale). L’intérêt est certain comme le montre dans une partie du discours du pape François à la Conférence des évêques de la Région du Nord de l’Afrique (CERNA) lors de leur visite ad limina le 2 mars 2015 :

« L’histoire de votre région a été marquée par de nombreuses figures de sainteté depuis Cyprien et Augustin, patrimoine spirituel de toute l’Église, jusqu’au bienheureux Charles de Foucauld, dont nous fêterons l’an prochain le centenaire de la mort, et plus proches de nous par ces religieux et religieuses qui ont tout donné à Dieu et à leurs frères jusqu’au sacrifice de leur vie. Il vous revient de développer cet héritage spirituel d’abord parmi vos fidèles, mais aussi en l’ouvrant à tous. »

Haut de page

Sources

Archives du diocèse d’Oran. — Archives de l’archevêché d’Alger. — Archives dominicaines de la Province de France. — Archives de la famille Claverie-Gustavson, Highstown (New Jersey, USA). — Archives personnelles de Francis Marneffe-Lebréquier. — Dossiers de la commission des historiens de la Cause de béatification des 19 martyrs d’Algérie. — Correspondance familiale : aux Éditions du Cerf : Il est tout de même permis d’être heureux. Lettres familiales 1967-1969, édition présentée, établie et annotée par Éric Gustavson (2003) ; Cette contradiction continuellement vécue. Lettres familiales 1969-1975 (2007) ; Là où se posent les vraies questions. Lettres familiales, 1975-1981 (2012). — Feux, bulletin de liaison de la Saint-Do d’Alger. — Jean Jacques Pérennès, Pierre Claverie, un Algérien par alliance, Paris, Les Éditions du Cerf, 2000.

Haut de page

Œuvre

Livres :

Lettres et messages d'Algérie, Paris, Karthala, 1996. — Le Livre de la Foi, Révélation et Parole de Dieu dans la tradition chrétienne, Paris, Les Éditions du Cerf, 1996. — Donner sa vie, six jours de retraite sur l'eucharistie, Les Éditions du Cerf, 2003. — Petit traité du dialogue et de la rencontre, Les Éditions du Cerf, 2004. — Je ne savais pas mon nom. Mémoires d'un religieux anonyme, Les Éditions du Cerf, 2006. — Humanité plurielle, Paris, Les Éditions du Cerf, 2008. — Marie la vivante. Sept jours de retraite avec Marie, Paris, Les Éditions du Cerf, 2008. — Petite introduction à l'islam, Les Éditions du Cerf, 2010. — Quel bonheur d’être croyant. Vie religieuse en terre algérienne, Paris, Les Éditions du Cerf, 2012. — Le livre de nos passages. La Bible, Les Éditions du Cerf, 2014.

Articles :

« La salvezza nell’Islam », Sacra Doctrina, quaderno 62, 1971, p. 247-275/ — « Autour d’une conversion », Islamochristiana », 10, 1984, p. 71-84. — « Chemins du dialogue islamo-chrétien », Pro Dialogo, Bulletin du Secrétariat pour les non-chrétiens, 61, 1986, CPDI, Rome, p. 12-31 (repris dans Lettres et messages, p. 251-273. — « Dialogue avec l’Islam », Documents Épiscopat, 4, février 1986. — « Le sens du dialogue islamo-chrétien », Documents SRI, 4, octobre 1988. « Appelés à la liberté… Vie religieuse, École de liberté ? », Le Lien, 173, 1991. — « Chrétiens et musulmans, des chemins difficiles pour un dialogue nécessaire », Documents SRI, 10, juin 1991. — « Kristnaochmuslimer en pluralistokmänsklighet », Signum, 7, 1991, p. 211-215. — « Lectures du Coran », Spiritus, 126, février 1992, p. 33-46. — « Le dialogue entre musulmans et chrétiens dans les Églises du Maghreb », Chemins de dialogue, 3, janvier 1994, p. 105-126. — « Algérie : le désarroi », Études, septembre 1994, p. 149-159. — « Islam et islamismes en Algérie », Église et Mission, Bruxelles, septembre 1994, p. 43-51. « Algerriet i förvirring », Signum, 7, 1994, p. 225-229. — « Donner sa vie plutôt que de l’arracher aux autres », Peuples du monde, 275, septembre-octobre 1995, p. 36-37. — « L’Esprit-Saint au-delà des frontières », Spiritus, 141, décembre 1995, p. 401-406 (repris dans Lettres et Messages, 4e éd., p. 275-281). — « Algérie, fin 1995 », Annuaire de l’Afrique du Nord, t. XXXIV, 1995, p. 591-599. — « La foi est un dialogue », préface au Missel des dimanches, 1996, p. 5-6. —« Ledordetärdialog », Signum, 6, 1996, p. 175-176. — Ensemble d’articles et d’homélies dans La Vie spirituelle, 721, septembre 1997, p. 569-925.« En Algérie, l’Esprit au-delà des frontières », Mission de l’Église, 118, avril 1998, p. 50-54. — Postface de l’ouvrage de Gwenolé Jeusset, Rencontre sur l’autre rive : François d’Assise et les musulmans, Éditions franciscaines, 1996, p. 233-235.« Humanité plurielle », Les Nouveaux Cahiers du Sud, 1, janvier 1996, p. 113-119 (repris par Le Monde, 4-5 août 1996). — « Ge sitt liv », Signum, 9, 1999, p. 40-43. — Bernard Janicot, L’actualité de l’œuvre de Pierre Claverie après sa mort, Paris, Cerf Patrimoines, 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Première communion
Légende Pierre Claverie, le jour de sa première communion, avec sa sœur et ses parents à Bab el-Oued.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1398/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Chef de patrouille
Légende Lors d’un camp scout de « la Saint-Do » d’Alger en 1952 à Payolle, commune de Campan dans les Hautes-Pyrénées, Pierre Claverie est intronisé chef de patrouille.
Crédits Fonds Anne-Marie Gustavson, sœur de Pierre Claverie/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1398/img-2.png
Fichier image/png, 138k
Titre Bulletin de liaison de la troupe scoute « la Saint-Do »
Légende Feux est le bulletin de la troupe de « la Saint-Do » à Alger qui rassemble garçons ou filles pieds-noirs depuis 1935. Il relate les différents événements et sert de liaison entre jeunes et anciens scouts.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1398/img-3.png
Fichier image/png, 290k
Titre Une unité familale que n’entame pas le départ en métropole de Pierre Claverie
Légende Avec sa mère et sa sœur, Nane, en 1958, sans doute pour fêter son vingtième anniversaire.
Crédits Fonds Anne-Marie Gustavson, sœur de Pierre Claverie/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1398/img-4.png
Fichier image/png, 120k
Titre Au Saulchoir
Légende Pierre Claverie avec Michel Froidure à gauche et Paul White à droite au début des années 1960. Selon Wayne (Paul en religion) White, la photo a été prise au Saulchoir par Étienne Claverie, le père de Pierre.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1398/img-5.png
Fichier image/png, 668k
Titre À Damanhour en Égypte
Légende Rencontre œcuménique de Pierre Claverie avec l’évêque copte Pacôme en 1980.
Crédits Fonds Anne-Marie Gustavson, sœur de Pierre Claverie/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1398/img-6.png
Fichier image/png, 492k
Titre À El Abiodh Sidi Cheikh en Algérie
Légende Pierre Claverie en 1988 avec sœur Madeleine, frère Jean-Michel et petite sœur Karima à El Abiodh, lieu fondateur de différentes branches de la famille spirituelle du père de Foucauld.
Crédits Fonds Anne-Marie Gustavson, sœur de Pierre Claverie/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1398/img-7.png
Fichier image/png, 699k
Titre Audience pontificale
Légende Pierre Claverie reçu par le pape Jean-Paul II à Rome dans les années 1980.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1398/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1M
Titre L’assassinat de Pierre Claverie à la une de nombreux journaux français
Légende Parmi les principaux quotidiens nationaux, l’assassinat de Pierre Claverie fait la une, parfois à plusieurs reprises, de La Croix, du Figaro, du Monde, de Libération. Avant la fin du mois d’août, on dénombre une cinquantaine d’articles dans ces quotidiens. La presse quotidienne régionale comme internationale couvrent aussi largement l’événement. Dans la semaine qui suit, les périodiques tels La Vie catholique, L’Express, Le Nouvel Observateur, Paris-Match… contribuent à cet écho médiatique.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1398/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Jacques Pérennès, « CLAVERIE Pierre », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, C, mis en ligne le 22 août 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://dominicains.revues.org/1398

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • Revues.org