Navigation – Plan du site

PIERSON Louis-Marie

PIERSON Jean-Baptiste Alphonse à l’état civil ; PIERSON Louis-Marie en religion
Nathalie Viet-Depaule

Résumé

Né le 31 mars 1825 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), mort le 14 avril 1895 à Poitiers (Vienne).
Sous-prieur de Chalais (1851) ; maître des novices de Flavigny (1854-1856) ; premier supérieur du couvent de Lyon (25 décembre 1856) ; visiteur apostolique en Amérique du Sud (1860-1862) ; prieur du couvent de Carpentras (1864-1866) ; prieur de la Province de Lyon (1866-1870) ; prieur du couvent de Lyon (1874-1880) puis de Poitiers (1880-1883).

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 03/01/2017

Texte intégral

Vestition pour la Province de France : 25 décembre 1849 à Flavigny
• Profession simple : Pie IX institue l’usage de faire profession simple en 1857
• Profession solennelle : 25 décembre 1850 à Flavigny
• Ordination sacerdotale : 3 août 1851 à Nancy
• Transfilié au couvent de Lyon : 18 décembre 1858

1Fils unique de Jean Nicolas Pierson, ancien officier, chevalier de la Légion d’honneur, et de Marie Claire Pichot, Jean-Baptiste Pierson – que ses parents prénommaient Alphonse, son second prénom – a fait l’objet après sa mort d’une biographie inédite, rédigée par le père Pie Bernard, qui l’a longtemps côtoyé au cours de ses différentes fonctions dans l’Ordre des frères prêcheurs. Si cette biographie confine à l’hagiographie, elle fournit néanmoins des informations précises, vérifiées, qui permettent de saisir les différents aspects de la trajectoire de celui qui a fait de la stricte observance sa raison de vivre en religieux dominicain.

2Jean-Baptiste Pierson naît et grandit au sein d’une famille chrétienne à Nancy. Son père, capitaine dans les carabiniers, avait servi sous le premier Empire et était l’un des survivants de la campagne de Russie. Enfant choyé, il est d’abord scolarisé chez les Frères des écoles chrétiennes, puis au collège royal de Nancy. Il achève ses études secondaires comme bachelier en 1843 puis, se pliant aux volontés de son père, il s’inscrit à la Faculté de droit de Paris qui lui délivrera une licence en 1846. C’est durant son séjour dans la capitale que, assistant aux prédications d’Henri-Dominique Lacordaire à Notre-Dame de décembre 1843 et de janvier 1844, il se lie avec lui. Jean-Baptiste Pierson, qui depuis longtemps désire vivre selon ses convictions religieuses, songe alors à entrer dans l’Ordre de Saint-Dominique. Mais, connaissant les réticences de ses parents qui formaient d’autres projets pour son avenir, il opte, dans un premier temps, pour le tiers-ordre qu’Henri Lacordaire vient de restaurer en constituant le 15 janvier 1844 à Paris deux fraternités d’hommes et de femmes à Notre-Dame des Victoires. Au début de l’année 1845, il est reçu dans la famille dominicaine sous le nom de frère Louis ayant choisi le patronage de saint Louis Bertrand et fait sa profession le 15 janvier 1846 entre les mains de Lacordaire. Il fréquentait d’ailleurs, au cours de ses vacances, depuis la refondation du couvent des frères prêcheurs à Nancy en 1843, la toute jeune communauté des dominicains, croisant Vincent Jandel, Thomas Hiss, Antonin Danzas, Marcolin Hue, Jourdain Bonhomme ou Jean Garcia. Également tenté par la vie contemplative, il s’y adonnait volontiers en faisant des retraites chez les chartreux situés non loin de Nancy, à Bosserville.

3Décidé à ne pas faire carrière dans le droit, Jean-Baptiste Pierson obtient de ses parents d’intégrer, à la rentrée 1846, le grand séminaire de Nancy contre une promesse faite à sa mère de cesser de fréquenter des religieux. Il suit le cursus des études, mais il se sent beaucoup plus attiré par la vie religieuse que par celle de la vie de prêtre diocésain. Il écrit en 1848 à l’issue d’une retraite : « Cette retraite m’a fortifié dans la résolution de me donner tout à Dieu. J’ai compris plus que jamais qu’il me fallait suivre aussi fidèlement que possible ma vocation de frère prêcheur. » Une fois ordonné sous-diacre le 23 décembre 1848, il prend, malgré l’opposition de ses parents, la décision de quitter le séminaire et de gagner Flavigny, situé en Côte-d’Or, pour entrer au noviciat de la Province dominicaine de France. Accueilli par le prieur, Vincent Jandel, qu’il connaît de longue date, l’abbé Pierson est confié au père-maître des novices, Antonin Danzas. Il est rejoint inopinément le lendemain par l’abbé Bernard, prêtre du diocèse de Saint-Dié. Les deux postulants font ensemble leur retraite préparatoire et reçoivent le même jour l’habit, Alphonse Pierson sous le nom de frère Louis-Marie, nom qu’il portait déjà en tant que tertiaire, et François Bernard sous celui de frère Pie. Pendant son noviciat, Louis-Marie Pierson s’attache à étudier les constitutions et les traditions monastiques et se montre si fervent qu’à l’exemple du Bienheureux Henri Suso, qui avait gravé sur sa poitrine le nom de Jésus, il applique une médaille en cuivre brûlante sur son bras pour que s’y imprime également ce « nom divin » en signe d’union à Dieu. Bien que son geste ne soit pas passé inaperçu car il entraîne des soins et lui vaut réprimande et humiliation (son pansement est changé chaque jour pendant un des exercices du noviciat en présence de tous les frères), la réputation de son zèle reste intacte et il prononce ses vœux, le 25 décembre 1849, en même temps que Pie Bernard. Les deux novices sont ensuite envoyés au couvent d’études de Saint-Thomas d’Aquin, à Paris – l’ancien couvent des Carmes – dont Bernard Roussot est le père-maître.

4Louis-Marie Pierson entame alors le cursus des études : cours de théologie et d’Écriture sainte donnés par le régent des études, Augustin Martin, de morale fait par Bernard Roussot, père-maître des étudiants, et de philosophie. Il est rapidement proposé au diaconat alors qu’il n’a pas le temps de profession requis, puis à l’ordination. Ses parents ayant prié Henri Lacordaire de permettre que son ordination sacerdotale ait lieu à Nancy, il y est ordonné le 3 août 1851, en présence de Vincent Jandel, vicaire général de l’Ordre des frères prêcheurs, dans la chapelle des dominicains, par Mgr Alexis Menjaud, évêque du lieu. Le lendemain, jour de la fête de saint Dominique, il célèbre sa première messe dont Vincent Jandel assure la prédication. Il profite de cette occasion pour s’entretenir avec lui des questions d’observance qui étaient déjà un objet de débat depuis la restauration de l’Ordre et qui le préoccupent. Partisan, en effet, d’une extrême exigence dans sa manière d’être dominicain, il estime que les règles de l’observance, telles qu’elles ont été fixées par Lacordaire, devraient être plus radicales et ne laisser aucune place à l’arbitraire qui se manifeste en interprétant les constitutions selon les besoins. Il trouve chez Jandel non seulement une oreille attentive, mais un véritable écho à ses préoccupations.

5En septembre 1851, Louis-Marie Pierson quitte Paris pour Chalais, où le couvent d’études est à nouveau établi, non plus comme novice, mais comme sous-maître des étudiants. Lorsqu’Henri Lacordaire propose en février 1852 dans une circulaire d’instaurer le lever de nuit à 4 heures au lieu de 3 heures, Louis-Marie Pierson écrit au vicaire général de l’Ordre pour lui dire non seulement qu’il s’y oppose car elle déroge – selon lui – à la pratique littérale des observances, mais qu’à Chalais « il y a une division bien tranchée des esprits de nos pères. Les uns en assez grand nombre tiennent à l’observance littérale et cet état est fort pénible. Les frères se plaignent qu’ils ne trouvent pas ce qu’ils ont cherché dans l’Ordre ». Et, il ajoute : « Ne vous serait-il pas possible de fonder un couvent de stricte observance, comme nos constitutions le demandent ? » Dans une autre lettre, il lui dit que sa charge l’accable : « Chaque jour, je reconnais de plus en plus combien je suis incapable de former des religieux à la vie religieuse ; mon incapacité, mon défaut de prudence, mon inexpérience sont autant d’obstacles à ce que Notre Seigneur vienne établir son règne dans le noviciat. Je suis là par obéissance, j’y reste par le mouvement de la même vertu. […] j’attends avec impatience cette réunion des pères de la province pour voir comment les choses se dessinent pour les modifications qu’il serait bon d’introduire dans notre manière de vivre. Je vous en supplie, tâchez d’établir un couvent de stricte observance, en quelque pays que ce soit, où ses règles soient observées ad litteram, quelle joie pour mon cœur d’y vivre. » Son souhait à réclamer constamment une stricte observance, ne le fait pas aimer des novices qui s’en plaignent. Lorsque Lacordaire achève sa visite canonique à Chalais en août 1852, il estime qu’il doit le remplacer : « J’ai trouvé le noviciat troublé et en péril. Les deux tiers ne pouvaient supporter la direction du RP Pierson, ni s’adresser à lui ; ceux-là mêmes qui dès le commencement s’étaient attachés à lui se sont plaints à moi, et devant le conseil réuni, des exagérations de leur maître des novices et de la scission qu’il introduisait sans le vouloir parmi eux. Le RP Pierson est bon, observant, surnaturel, sans aucune expérience, dénué de tout esprit de gouvernement. »

6À la fin de l’année 1852, Louis-Marie Pierson est assigné au couvent de Nancy pour exercer un ministère de prédication. Il accomplit sa tâche apostolique, puis est appelé à Paris par Lacordaire qui l’envoie rapidement à Flavigny pour qu’il y rétablisse sa santé : « Le RP Pierson en a été retiré pour remplacer à Paris le P. Roaldès ; mais hélas ! ce n’est plus qu’un mourant, ou du moins un homme incapable de tout par sa santé. Dieu lui donne une sévère leçon pour lui montrer avec quelle mesure il faut se livrer aux choses les plus saintes. J’espère qu’Il nous le conservera ; en attendant il n’est utile à rien. » C’est à Flavigny, où il se trouve, qu’a lieu en septembre 1854 le chapitre provincial qui élit Antonin Danzas pour succéder à Lacordaire. Ce changement de direction à la tête de la Province de France, vécu sur le moment par l’ensemble du chapitre comme heureux, va progressivement entraîner un clivage entre les frères partisans d’une conception libérale de l’Ordre et ceux partisans d’une observance littérale. Louis-Marie Pierson, à la suite de Danzas, en est l’un des premiers artisans. Alors qu’il n’a ni l’âge canonique, ni le titre de lecteur, il est institué maître des novices et va infléchir la conduite de ses novices vers une observance de plus en plus stricte. Il est d’autant plus conscient de son rôle de formateur qu’il fait partie des quelques pères qui vont entrer dans le projet du maître général d’opérer une réforme radicale en fondant un couvent de stricte observance. Lorsque le rétablissement du couvent de Lyon est arrêté en 1856, Louis-Marie Pierson abandonne sa charge de maître des novices à Joseph Escallier pour constituer, la veille de Noël, la toute première équipe du couvent du Saint-Nom de Jésus dans le quartier des Brotteaux. C’est dans une maison et une chapelle construites provisoirement que ses premiers membres, les pères Antonin Danzas, Louis-Marie Pierson, Pie Bernard, Matthieu Lecomte, Marie-Augustin Chardon, André-Marie Meynard, Augustin Pâris, Antonin Doussot et les frères convers Louis Guillat et Jacques Falquet décident de revenir à l’observance primitive, en adoptant l’horarium de l’ancienne province de Toulouse avec, notamment, le lever de nuit à minuit, le silence total sauf deux heures par semaine et des jeûnes plus rigoureux, de s’adonner davantage à la contemplation et à l’oraison qu’à la prédication.

7Louis-Marie Pierson est institué président, pour ne pas utiliser le terme de prieur tant que le couvent n’est pas érigé de façon formelle, Pie Bernard sous-prieur, Augustin Pâris procureur et Marie-Augustin Chardon sacristain. Barthélémy Mathevon écrira au maître général le 5 octobre 1856 : « Le rappel du P. Pierson, et sa nomination comme prieur du couvent de Lyon devenue publique donne à la fondation de ce couvent une signification qui ne peut tromper personne. Car tous savent sa sainteté et son véritable esprit dominicain. » Il s’acquitte, en effet, de ses fonctions, mettant sa volonté au service de l’observance, donnant au couvent l’allure d’un nouveau noviciat et laissant la rumeur traiter les pères dominicains de chartreux au vu du petit nombre de prédications. Son souci de totale observance est tel que certains pères en dénoncent l’excès et que d’autres quittent le couvent, comme Augustin Pâris, Antonin Doussot ou Matthieu Lecomte. La situation devient suffisamment alarmante pour que le maître général, afin de ne pas compromettre la réputation du nouveau couvent, demande à Antonin Danzas de remplacer son supérieur. Pie Bernard est nommé à sa place, en juin 1857. Louis-Marie Pierson est alors envoyé prêcher une retraite aux Sacramentines de Marseille. Il fait ensuite lui-même une retraite chez celles de Bollène avant d’exercer la fonction d’aumônier chez les sœurs dominicaines de Maubec.

8Lorsque le couvent du Saint-Nom de Jésus est érigé le 18 juin 1858 en couvent formel, Louis-Marie Pierson continue à prêcher des retraites à des religieuses jusqu’au moment où, désigné par Vincent Jandel, il arrive à Rome pour prêcher le carême de 1859 à Saint-Louis-des-Français. Il profite de son séjour pour se familiariser davantage avec l’entourage de Pie IX – dont fait partie le maître général de l’Ordre – et pour nourrir sa piété en visitant les sanctuaires de la ville, puis en effectuant un périple de lieux saints qui le conduisent jusqu’à Lorette et Assise. À son retour à Lyon, sans fonction définie, il prêche des retraites (Demoiselles de la Congrégation, Dames de la Miséricorde) ou fait lui-même retraite trouvant dans l’oraison le fondement de sa vie : « O solitude ! Je me sens attiré de plus en plus à cette solitude sacrée. Nul besoin de parler aux créatures ; mon âme en cette solitude est dans son élément. Je vis vraiment dans la solitude. Il me faudrait pour satisfaire le besoin que j’ai de rester avec Jésus, quarante jours de retraite au moins. Mais demain Marthe va me replonger dans le tracas des affaires. La seule pensée de voir des hommes, de marcher dans les rues d’une ville me fait presque tomber en défaillance… Je m’abandonne à la volonté de Jésus qui l’ordonne : il m’assistera. Oh ! qu’il fait bon avec Jésus ! »

9En septembre 1859, il procède avec Antonin Danzas et André-Marie Meynard à l’inauguration de la fondation du couvent de Carpentras. Assigné à ce couvent, il n’y reste que quelques mois, car Vincent Jandel l’envoie comme visiteur apostolique en Amérique du Sud : « Vous partirez dans le courant de février ou au commencement de mars avec le P. Duboize pour Buenos Aires, et après avoir visité nos couvents situés dans la République de la Plata, vous traverserez les Cordelières [Cordillère], et passerez au Chili. Votre amour pour Notre Seigneur et le nom du saint patron que vous avez choisi ne me permettent pas de douter que vous n’acceptiez avec joie une semblable mission, qui offrira un vaste champ à votre zèle. Elle devra durer au moins un couple d’années, et vous y trouverez un immense bien à faire. » La décision de cette mission est particulièrement importante, car elle a pour objet de resserrer les liens malmenés par les mouvements d’indépendance de la période bolivarienne entre la curie généralice et l’Amérique latine. C’est seulement le 20 avril 1860, que Louis-Marie Pierson s’embarque au Havre. Pendant la traversée, il étudie l’espagnol pour pouvoir remplir sa mission avec son compagnon, le père Simphorien Duboize, ancien religieux picpucien devenu dominicain dans le Province de Saint-Laurent du Chili où il avait fait profession en 1854.

10Arrivé à Buenos-Aires en juin, Louis-Marie Pierson se met à l’œuvre. Grâce à l’évêque de la ville, tertiaire dominicain, il visite le couvent et s’entretient avec chaque religieux. Après quelques mois, il se rend à Cordoba où il trouve un noviciat en pleine expansion, puis séjourne à Mendoza en attendant de pouvoir traverser la cordillère des Andes pour gagner le Chili. À Santiago, profitant de l’appui du père Bénitez, provincial du Chili, il ouvre un noviciat, dont il confie la direction au père Duboize, et réussit après avoir examiné la situation des autres couvents du pays à réorganiser la province qui pourra ainsi envoyer des représentants au chapitre général. Il poursuit sa route, suivant les instructions du maître général de l’Ordre, arrive à Lima au Pérou où il ne peut procéder à la visite canonique, les autorités civiles s’y étant opposées. Il s’embarque enfin pour Quito en Équateur mais, pressé par Jandel de revenir en France, il ne peut y remplir complètement son mandat.

11Après avoir rendu visite à son père à Nancy, Louis-Marie Pierson arrive à Rome pour rendre compte de sa mission. Il y passe quelques mois et revient en juin 1862 à Carpentras, lieu de son assignation. Durant son absence, le couvent du Très Saint-Rosaire était devenu un couvent d’études dont François Balme est le prieur et où Ambroise Potton exerce à la fois les fonctions de sous-prieur, de maître des novices et de pro-régent des études. Mais, surtout, le couvent fait partie désormais de la province d’Occitanie qui a été érigée le 23 janvier 1862 et a désigné Antonin Danzas pour provincial.

12Rapidement, Louis-Marie Pierson cumule plusieurs charges : père du conseil du couvent, vicaire en l’absence du prieur et lecteur en théologie. En effet, avant la reprise des cours et bien qu’il n’ait pas suivi le cursus normal des études, Vincent Jandel, estimant sa compétence, lui avait décerné un diplôme de lecteur pour dispenser un cours sur saint Thomas. Et, à l’expiration du triennat de François Balme, il est choisi par ses frères du Très Saint-Rosaire, le 21 novembre 1864, comme prieur du couvent. Son priorat est de courte durée, car il est élu prieur provincial au chapitre de 1866, succédant ainsi à Antonin Danzas, le fondateur de la Province d’Occitanie.

13Durant son provincialat, Louis-Marie Pierson s’applique à perpétuer les règles d’observance que la province a adoptées depuis sa création. Chaque année, il entreprend une visite canonique des trois couvents, soulignant combien l’office doit être célébré et chanté « dignement ». Il se consacre surtout, à l’invite de l’évêque du lieu, Mgr Pie dont l’intransigeantisme est notoire, à la fondation en 1867 du couvent de Poitiers, destiné à remplacer celui de Corbara qui n’était attribué que provisoirement à la province. Il acquiert à Poitiers le clos Saint-Cyprien où se dressait autrefois une ancienne abbaye pour établir le nouveau couvent avec Marie-Dominique Berthet pour prieur. Ce dernier, dans un compte rendu du 24 juin 1871, écrira à ce sujet : « Le premier et le principal, que nous aimons à nommer le vrai fondateur de notre couvent de Poitiers, est le RP Fr Louis-Marie Pierson, ex-provincial, qui a donné, par testament, au couvent de Poitiers, la presque totalité de la partie disponible de son héritage, soit environ 52 000 francs. »

14Au mois de mai 1868, appelé à Rome pour participer aux délibérations du chapitre général – une première pour la Province d’Occitanie –, Louis-Marie Pierson demande que l’oraison mentale soit inscrite dans la législation. Il obtient gain de cause : une heure d’oraison sera désormais partagée en deux méditations, une demi-heure le matin, une demi-heure le soir au gré des usages locaux des provinces. Enfin, revenu en France, il fait imprimer un livret (le « coutumier ») concernant la conduite à tenir de chaque religieux. Ayant achevé ses tâches de prieur provincial en avril 1870, laissant la place à Damien Signerin, il est assigné à Poitiers et aspire à n’être qu’un simple religieux sans responsabilité. Mais, très vite, après la guerre, il doit remplir la fonction de sous-prieur et se rendre en 1871, en tant qu’ancien provincial, au chapitre général de Gand comme socius du père Ambroise Potton, élu définiteur de la Province d’Occitanie. Néanmoins, il peut se consacrer plus amplement à la prédication au cours de ses nombreuses retraites, invitant sans relâche à pratiquer l’oraison : « Que l’oraison soit l’action principale, l’objet constant de votre sollicitude. Vous devez vous dire : c’est là une grâce, c’est là mon don, tout le reste me doit être comme un pur néant. Ce que Dieu attend, c’est une contemplation amoureuse, gracieuse, jubilante. L’oraison bien faite sera comme une source jaillissante, d’où les eaux de la grâce divine couleront dans votre âme pour la purifier, ce sera aussi une lumière pour votre esprit, une flamme pour votre volonté qui, ayant été échauffée par l’action de l’Esprit-Saint, demeurera telle pour ne plus se refroidir. »

Lettre de Louis-M...Lettre de Louis-Marie Pierson à Pie Bernard

Lettre de Louis-Marie Pierson à Pie Bernard

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

15Après l’élection en 1874 d’Ambroise Potton comme prieur provincial, Louis-Marie Pierson est élu en juillet prieur du couvent de Lyon, charge qu’il accepte par obéissance et qu’il exerce en considérant que son seul ministère est celui de gouverner la communauté dont il a la responsabilité. Il est particulièrement attentif au tiers-ordre, dont il assure personnellement la direction, et au Rosaire. Sa sollicitude pour le Rosaire, que Marie-Augustin Chardon avait réorganisé pour qu’il devienne perpétuel en 1858, l’amène à agrandir et à orner l’autel qui lui est consacré. Il obtient du Saint-Siège, la possibilité de célébrer tous les samedis, à cet autel, « la messe privilégiée du Rosaire, à laquelle sont attachées de si précieuses indulgences » et de voir ainsi s’accroître la fréquentation des habitants du quartier. Lorsque la direction de l’association du Rosaire vivant, fondé à Lyon par Pauline Jaricot, devient vacante, il plaide auprès de l’archevêque de la ville comme auprès du Saint-Siège pour qu’elle revienne à l’Ordre de Saint-Dominique avec le pouvoir d’instituer des directeurs. Ses efforts ne seront pas vains puisque Pie IX en confiera la direction par un rescrit du 17 août 1877 au maître général de l’Ordre. Il doit aussi s’occuper des travaux pour achever la construction de l’église du Saint-Nom de Jésus car les murs extérieurs des premières travées n’avaient pas été complètement montés. Il fait élever les murs jusqu’au faîte, laissant à Antonin Danzas et aux frères convers, Gilles Brossette, Arbogast Heinis, Eugène Baudin et Joachim Durif, le travail des vitraux.

16À la fin de son triennat, Louis-Marie Pierson songe à revenir à Carpentras après quelques jours de repos à Chalais où il apprend que sa fonction de prieur est renouvelée : « J’ai accepté la charge de prieur de Lyon, contraint par la sainte obéissance. Je me plonge ô mon Dieu dans votre adorable volonté, qui m’est certainement manifestée par mon provincial. Je n’ai ni désiré, ni recherché de quelque manière que ce soit, cette charge redoutable. Elle n’est ni dans mes goûts ni dans les attraits de ma grâce. Vous m’aiderez, ô mon Dieu, à faire aux âmes des religieux qui vont m’être confiés, tout le bien possible. La perspective de vous faire mieux connaître et aimer, mon bon Jésus, est toute ma consolation en me rendant à Lyon. Je désire que ce couvent soit la réalisation effective et pratique de tout ce que nous lisons dans le Coutumier de la Province. » Il accomplit son priorat sans ignorer, toutefois, que l’horizon politique, notamment la crise du 16 mai 1877, allait vers des mesures radicales qui ne manqueraient pas de toucher les congrégations religieuses.

17En effet, déchargé de son rôle de prieur du couvent de Lyon le 25 juillet 1880, il est à nouveau élu le mois suivant, toujours sans le désirer, prieur du couvent de Poitiers, qui abrite le noviciat. Soucieux de l’évolution politique, il se tient prêt à protester contre les décrets d’expulsion. Soutenu par une partie de la population, il ferme les portes du couvent et se barricade. L’assaut a lieu le 4 novembre. La couronne de Marie du mois de décembre 1880 présente les faits du point de vue des dominicains : « Désespérant d’enfoncer la porte principale, les exécuteurs attaquèrent la porte de servitude qui donne sur la rue des Incurables ; mais celle-ci avait été barricadée avec une telle solidité, qu’un moment ils perdirent courage. Enfin, après une heure, la brèche s’ouvrit et les commissaires pénétrèrent avec leurs agents. Ils furent reçus par les catholiques qui avaient passé la nuit dans le couvent, et, arrivés au pied de l’escalier qui mène au cloître central, ils se trouvèrent en présence de Mgr Gay, évêque auxiliaire de Poitiers, en costume de chœur, entouré du conseil des pères. À ce moment, le commissaire central donne lecture de l’arrêté d’expulsion. Mgr d’Anthédon, pour toute réponse, signifie aux agents de la police la sentence d’excommunication majeure, prononcée par le Souverain Pontife contre les auteurs et fauteurs de tous les attentats commis contre la liberté de l’Église et des religieux. Cette sentence de mort chrétienne, formulée par l’éminent prélat d’une voix pleine de tristesse et d’émotion, parut produire une impression profonde de tristesse et d’émotion sur ceux-là mêmes qui devait la mépriser et passer outre. Bientôt les commissaires et les agents, parmi lesquels le sergent de ville Favre s’est tristement signalé, procèdent à l’expulsion de quatorze pères, en commençant par celle du TRP Louis-Marie Pierson, qui lit une forte et éloquente protestation. Puis les scellés sont apposés sur la chapelle. Les dominicains expulsés sortent vers 10 h pour se rendre à la cathédrale où le TRP célèbre la sainte messe. Sur leur passage, une foule immense fait retentir l’air des cris unanimes de « Vivent les dominicains ! Vive la liberté ! » et manifeste hautement son indignation contre les exécuteurs. »

18Si les pères dominicains trouvent refuge d’abord chez le curé de la cathédrale puis chez des amis à Cursay et ailleurs, Louis-Marie Pierson demeure inquiet non seulement pour ses novices, mais aussi pour ceux de Poitiers. Il cherche à les placer en lieu sûr. Se souvenant que les pères du couvent de Lyon étaient allés se réfugier en 1870 dans le Valais, lui et Ambroise Potton se mettent en quête d’une maison dans cette région et trouvent, finalement, un hôtel meublé à Sierre. L’affaire est conclue et le père-maître peut installer les novices qui avaient été dispersés. Mais, même en Suisse, les religieux sentent que leur présence est problématique. Le prieur provincial décide alors de construire un couvent à Ryckholt en Hollande.

Lettre de Louis-M...Lettre de Louis-Marie Pierson à Joseph-Marie Larroca, maître de l’Ordre

Lettre de Louis-Marie Pierson à Joseph-Marie Larroca, maître de l’Ordre

« Au révérendissime Père, frère Joseph-Marie Larroca, maître général de tout l’Ordre des prêcheurs. – Poitiers, Vienne, France, couvent des prêcheurs. – 18 février 1884. – Révérendissime Père, Je ne peux faire moins que de vous envoyer […] un numéro du journal Le Gaulois qui contient un article sur l’aventureux Père Didon, comme le dit l’illustrissime cardinal de Lyon. L’un de nos amis nous a apporté ce journal. Tous craignent encore pour le bien de l’Ordre. Pour cette raison, je souhaite beaucoup que votre Paternité révérendissime connaisse la façon de vivre de ce religieux en Allemagne et ses relations avec des rédacteurs de journaux légers et peu sûrs. »
AGOP/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

19Louis-Marie Pierson termine son priorat traversé par maintes tribulations, luttes et anxiété. Il cède la place à Marie-Bernard Ducoudray et s’apprête à vivre la condition ordinaire d’un religieux passant son temps en retraite ou à écrire à ses très nombreux correspondants. Appelé à remplacer le père-maître des étudiants à Ryckholt, Benoît Clavère qui avait été élu prieur du couvent de Carpentras, il se rend à contre-cœur en Hollande, mais ses crises de rhumatisme dues au climat le font tant souffrir qu’il est vite renvoyé à Poitiers. Il participe cependant encore aux chapitres, aux conseils provinciaux et aux congrégations intermédiaires, même s’il y regrette beaucoup, depuis 1888, l’absence d’Antonin Danzas, qu’il a toujours vénéré. Sa santé se dégrade progressivement, mais il continue, malgré tout, à donner des retraites chez des religieuses, notamment chez les sœurs dominicaines de Châtellerault, et même à assumer quelque temps les tâches de vicaire provincial. Les deux dernières années de sa vie s’écoulent de plus en plus hors de tout commerce non seulement avec le monde extérieur, mais aussi avec ses frères. Louis-Marie Pierson vit d’exercices de piété, de solitude et de recueillement. Au début du carême 1895, il tombe malade, victime d’une mauvaise grippe dont les effets le conduisent à un repli sur lui-même jusqu’à sa mort au couvent de Poitiers, le jour de Pâques.

20Avec sa mort disparaît l’un des premiers fondateurs de la Province de Lyon qui, à la suite d’Antonin Danzas et par les nombreuses responsabilités qu’il a exercées, a défini une des caractéristiques essentielles de la province en prisant par-dessus tout la stricte observance.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France, de la Province de Lyon, AGOP. — Année dominicaine, juillet 1870, p. 355 ; mai 1895, p. 230. — La couronne de Marie, 1868, p. 72 ; décembre 1880, supplément p. 1-2. — Pie Bernard, Vie du RP Pierson, op, biographie inédite, écrite après la mort de Louis-Marie Pierson. — Ignace Body, Vie du RP Potton, Paris, Téqui, 1901. — André Duval, « Le rapport du P. Lacordaire au chapitre de la province de France (septembre 1854) », Archivum Fratrum Praedicatorum, vol. XXXI, 1961, p. 326-364 [appendice III : « Les 82 premiers profès de la Province de France (1840-1854) »]. — Bernard Bonvin, Lacordaire Jandel, Paris, Éditions du Cerf, 1989. — Henri-Dominique Lacordaire, Correspondance, 1, Paris, Les Éditions du Cerf, 2002. — Tangi Cavalin, « Du projet lacordairien de restauration dominicaine à sa mondialisation : les dominicains des provinces françaises hors des frontières nationales (1850-1914) », colloque Les dominicains en France (XIIIe-XXIe siècle), 10-12 décembre 2015, à paraître. — Augustin Laffay, « Des dominicains français en Amérique du Sud (1850-1914). Missions en Amérique hispanique et fondation brésilienne », Congrès international de historia de la orden de predicadores en América, 20-22 avril 2016, Bogota (Colombie), à paraître.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lettre de Louis-Marie Pierson à Pie Bernard
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/139/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Lettre de Louis-Marie Pierson à Joseph-Marie Larroca, maître de l’Ordre
Légende « Au révérendissime Père, frère Joseph-Marie Larroca, maître général de tout l’Ordre des prêcheurs. – Poitiers, Vienne, France, couvent des prêcheurs. – 18 février 1884. – Révérendissime Père, Je ne peux faire moins que de vous envoyer […] un numéro du journal Le Gaulois qui contient un article sur l’aventureux Père Didon, comme le dit l’illustrissime cardinal de Lyon. L’un de nos amis nous a apporté ce journal. Tous craignent encore pour le bien de l’Ordre. Pour cette raison, je souhaite beaucoup que votre Paternité révérendissime connaisse la façon de vivre de ce religieux en Allemagne et ses relations avec des rédacteurs de journaux légers et peu sûrs. »AGOP/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/139/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nathalie Viet-Depaule, « PIERSON Louis-Marie », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, P, mis en ligne le 03 janvier 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://dominicains.revues.org/139

Haut de page

Auteur

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • Revues.org