Navigation – Plan du site

DURIF Joachim

DURIF Pierre Auguste à l’état civil ; DURIF Joachim en religion
Isabelle Parizet

Résumé

Né le 16 mars 1836 à Gorrevod (Ain), mort le 5 mai 1903 à La Saulsaie (Ain).
Frère convers ; dessinateur, verrier au couvent du Saint-Nom de Jésus.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 23/11/2016.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de Lyon : 6 mars 1866 à Lyon
• Profession simple :
7 mars 1870 à Lyon
• Profession solennelle
 : 22 avril 1873 à Carpentras

1Fils de Jean Marie Durif, commis à Lyon, âgé de trente-huit ans, Pierre Auguste Durif naît le 16 mars 1836 à Gorrevod (Ain) au domicile de son grand-père maternel, Pierre Lafontaine. Il poursuit des études secondaires au petit séminaire de Saint-Jean à Lyon puis au grand séminaire. Cependant, ne désirant pas être prêtre, il entre comme dessinateur dans la maison d’Auguste Ferdinand Potton, l’un des plus importants négociants-fabricants de soierie lyonnais, où travaille Camille Rambaud avec lequel il se lie. Après quelques années chez Potton dont Rambaud était l’associé, Pierre Durif est introduit dans l’atelier d’un autre soyeux, Charles Laboré, cousin de la famille Potton et oncle d’Ambroise Laboré entré dans l’Ordre de Saint-Dominique en 1857.

2Son amitié avec Camille Rambaud l’amène à faire partie d’une conférence de Saint-Vincent de Paul et à partager son temps entre des activités de charité et son métier de dessinateur. Lorsque Rambaud quitte l’atelier de soierie pour se consacrer exclusivement aux enfants de La Guillotière, Pierre Durif l’accompagne dans ses projets : c’est d’ailleurs à lui que s’adresse Rambaud vers 1860, pour dresser un premier plan d’une chapelle proche de sa nouvelle Cité de l’Enfant Jésus. À cette époque, les deux fils Potton étaient entrés dans les ordres : Louis en 1850 chez les dominicains, sous le nom de frère Ambroise Potton, et Ferdinand Potton deux ans plus tard en 1852 chez les capucins sous celui de frère Chrysostome.

3Habitant non loin du couvent du Saint-Nom de Jésus, Pierre Durif accompagne souvent sa mère aux offices : il y retrouve un ami, Gilles Brossette (peut-être s’était-il connu dans un atelier de dessin ?) qui entrera, comme convers, dans l’Ordre de Saint-Dominique en novembre 1863. Après la mort de son père, sa mère se retire souvent au couvent des moniales dominicaines de Mauléon dont elle apprécie la solitude et la vie régulière : bien que situé dans la province de Toulouse, ce monastère est en relation étroite avec les pères lyonnais car sa fondatrice, mère Marie Agnès Lasalle, partage avec le père Antonin Danzas la soif de renouveau et de retour aux observances dominicaines les plus strictes. Proche du couvent lyonnais, Antoinette Durif songe, progressivement, à s’y retirer définitivement. Parallèlement, son fils poussé par sa fréquentation assidue du couvent et par ses relations amicales, réfléchit à son entrée au noviciat. Finalement, c’est le même jour, le 7 mars 1866 qu’Antoinette Durif à Mauléon sous le nom de sœur Anne Marie du Sacré-Cœur et son fils Pierre à Lyon sous le nom de frère Joachim revêtent l’habit dominicain. Sœur Anne Marie fait profession le 8 décembre 1868 à Mauléon et, le frère Joachim le 7 mars 1870 à Lyon, souhaitant rester simple frère convers.

4Lors de l’insurrection de 1870 à Lyon, le couvent est évacué et occupé par la Garde civile : le frère Joachim, reste seul, avec la charge de portier et de garde des bâtiments. Cependant à la fin de l’année, il est obligé de le quitter et se réfugie chez son oncle où il espère être appelé sous les drapeaux. À la fin de la guerre, il revient au couvent et reprend ses différentes activités.

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Durant toute sa vie religieuse, il est assigné au couvent du Saint-Nom de Jésus aux Brotteaux, assistant le frère Antonin Danzas dans de nombreux services dont les charges de dessinateur, d’infirmier ou de portier. Il contribue à la fabrique de vitraux où il est affecté avec les frères Gilles Brossette, Eugène Baudin et Arbogaste Heinis. Il semble avoir été le plus habile parmi les frères assignés à ce travail. Il y travaille jusque vers 1886-1887. Lui sont attribués tout particulièrement l’un des médaillons de la vie de saint Dominique, saint Dominique soutenant le Latran et, dans la chapelle du Rosaire, La visitation et La visite au temple. En 1889, il dessine encore une couverture pour le numéro du mois d’octobre de La Couronne de Marie.

La chronique de Denys Mézard signale que « le numéro d’octobre de La Couronne de Marie paraît avec une nouvelle couverture : un Rosaire entrelacé dans une branche d’arbre et pendant à droite et à gauche du titre. Le dessin est du frère Joachim Durif, sauf la forme des grains et la croix qui reproduisent les dessins du Rosaire composé par Armand Caillot pour être offert au Pape ».

Bibliothèque du Saulchoir/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

6Cependant, atteint par une maladie de cœur et un asthme aigu, la santé du frère Joachim Durif se détériore : entouré de sa communauté, il reçoit les derniers sacrements le 13 novembre 1902. Il survit encore quelques mois et assiste de son lit à l’inventaire des meubles du couvent par le juge de paix et l’huissier, nommés pour la dispersion des religieux. Le 18 avril 1903, il est transporté en voiture à la maison de noviciat des Frères des Écoles chrétiennes à La Saulsaie (Ain) : il y meurt le 5 mai suivant, après trente-quatre ans de profession. Un service est célébré le 6 mai dans la chapelle des Frères et le corps inhumé dans le caveau de famille à Vienne.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de Lyon. — Archives départementales de l’Ain : état civil de Gorrevod, LOT/42116, 1836, acte n° 13 (naissance) ; ibidem, état civil de Montluel, TD 1903-12, acte n° 34 (décès). — « Nécrologie », La Couronne de Marie, juin 1903, p. 205-209 ; Ibidem, juillet 1903, p. 247-251. — Sœur Marie-Ancilla, op, Le monastère de Mauléon et sa fondatrice (1857-1896), Lourdes, Éd. Monastère des dominicaines de Lourdes, 2010. — Adrien Daubigney, Souvenirs d’un demi-siècle de vie religieuse, [1932] p. 289. — Chronique de Denys Mézard, B 17 00, t. 1, p. 195. — Isabelle Parizet, « L’atelier de vitraux du couvent du Saint-Nom de Jésus à Lyon. Relecture prosopographique des archives du couvent », Un passé recomposé, textes réunis par Jean-Marie Gueullette, Chrétiens et Sociétés, 25, 2015, p. 49-72.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1332/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende La chronique de Denys Mézard signale que « le numéro d’octobre de La Couronne de Marie paraît avec une nouvelle couverture : un Rosaire entrelacé dans une branche d’arbre et pendant à droite et à gauche du titre. Le dessin est du frère Joachim Durif, sauf la forme des grains et la croix qui reproduisent les dessins du Rosaire composé par Armand Caillot pour être offert au Pape ».
Crédits Bibliothèque du Saulchoir/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://dominicains.revues.org/docannexe/image/1332/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Isabelle Parizet, « DURIF Joachim », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, D, mis en ligne le 23 novembre 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://dominicains.revues.org/1332

Haut de page

Auteur

Isabelle Parizet

Notices du même auteur

  • BAUDIN Eugène Alvarez [Texte intégral]
    BAUDIN Eugène Hippolyte à l’état civil ; BAUDIN Eugène Alvarez en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B
  • HEINIS Arbogaste [Texte intégral]
    HEINIS Albert à l’état civil ; HEINIS Arbogaste en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, H
  • BROSSETTE Gilles [Texte intégral]
    BROSSETTE Jean à l’état civil ; BROSSETTE Gilles (de Santarem) en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • Revues.org